Steel Heartbeat

Shaft Of Steel

28/02/2020

Aor Heaven

En regardant la pochette de cet album, mes yeux m’ont joué des tours et mon cerveau en a fait plus d’un. J’ai bien cru que le nom du groupe était SHARK OF STEEL, et je m’attendais à voir le poisson s’agiter pour nous chanter une vieille chanson de marin Metal. Mais non, le patronyme de ce groupe est bien SHAFT OF STEEL, ce qui n’enlève rien au ridicule de cette image de synthèse complètement à côté de la plaque. Comment imaginer en effet en regardant ce banquet près de la cheminée que la musique cachée sous cette illustration étrange se rapproche des plus grands du Hard mélodique et de l’AOR des eighties ? Mais au petit jeu des devinettes, il y a plusieurs éléments à prendre en compte. D’abord, la bio du groupe, dont l’origine ne remonte pas à hier. Formé en 2004 par Alex Markham (guitare) et Robert Fenning (chant), SHAFT OF STEEL n’était alors que Heavy et Power Metal brûlants. Les influences des musiciens louchaient vers BLIND GUARDIAN et DREAM THEATER, et il fallut quelques années pour que les deux initiateurs du projet ne constatent leur amour commun d’un Hard beaucoup plus mélodique. Mais las, malgré la formation d’un quintet solide et des concerts annoncés, l’aventure prit fin abruptement, avant que le groupe ne puisse enfin remettre le couvert en 2011. Mais cette fois-ci, pas question de faire des concessions. Les harmonies et la douceur devaient être reines, et c’est ainsi qu’en 2014 un premier EP éponyme vit le jour. Sans savoir qu’il leur faudrait attendre encore six ans avant de pouvoir proposer leur premier longue-durée, les musiciens pouvaient enfin se montrer sous leur vrai jour et laisser parler leur vraie nature, nature qui a muri mais qui n’a pas changé, ce qu’on constate assez rapidement à l’écoute de Steel Heartbeat.

Ainsi, le sextet composé de Robert Fenning (chant), Alex Markham (guitare), Adam Carruthers (guitare), Chris Smurthwaite (claviers), Dominic Swords (basse) et Michael Levy (batterie) nous offre en 2020 dix chansons qui sentent bon le dentifrice, et qui s’ancrent dans une tradition d’AOR renouvelé. On sent en effet que les londoniens ont parfaitement compris que le style avait de nouveau le vent en poupe depuis quelques années, et se lâchent donc totalement en jetant des mélodies pures sur le tapis. D’ailleurs, les choses sont claires dès « Touching You Every Day », qui avec son intro claviers/guitare rappelle le meilleur de JOURNEY…Complètement investis par leur mission, les anglais en profitent pour rappeler les figures les plus imposées du style, mais d’une façon assez inexplicable, on sent que leurs inclinaisons pour le Power Metal et le Heavy Metal n’ont pas forcément disparu. En effet, la longueur des morceaux et la densité technique et rythmique de certains passages nous ramènent à l’orée de leur carrière, lorsque les noms d’IRON MAIDEN et DREAM THEATER étaient plus importants que ceux de Richard MARX ou REO SPEEDWAGON. Mais ne commettez pas l’erreur de croire que les SHAFT OF STEEL ne sont que tendresse et compromission radiophonique : leur Hard mélodique reste très Hard, autant que celui du premier BON JOVI ou des premiers NIGHTRANGER et HONEYMOON SUITE. Le son, très clair et ample est caractéristique des productions AOR Heaven, et nous transporte loin dans le temps, lorsque le mixage n’était pas aseptisé et que chaque producteur insufflait sa patte à un produit.

Alors, dans les faits, que trouve-t-on sur ce premier LP d’un professionnalisme incroyable ? L’osmose indéniable entre deux têtes pensantes qui ont parcouru un sacré bout de chemin ensemble, mais aussi une envie, celle de prendre sa revanche sur le destin qui a fait traîner les choses. Bien sûr, des titres comme « I've Never Been Alone (With A Girl Like You Before) » trahissent une sensibilité harmonique exacerbée, mais le mérite des anglais est de ne jamais tomber dans le piège putassier des mélodies trop populaires pour séduire les masses. Leur AOR est de grande classe, ciselé, et osons le terme, « européen ». On sent du SHY évidemment, mais aussi la frontière Pop franchie il y a longtemps par les IQ et MARILLION, sans que le Progressif ne s’impose. La voix de Robert Fenning est toujours aussi flamboyante et puissante, et les guitares d’Alex et d’Adam ne cèdent jamais un pouce de terrain aux claviers de Chris Smurthwaite. En résulte donc de véritables chansons/hits, compromis entre la souplesse des ondes FM américaines des 80’s et de l’affection européenne pour la distorsion (« All Because Of You »), le tout calibré mais assez spontané pour intéresser tous les amateurs d’une musique peaufinée. A vrai dire, chaque entrée est un tube en puissance, de ceux que le Billboard célébrait lorsque la mode était encore à la musique humaine et analogique. Que le tempo soit enlevé et l’ambiance musclée (« Together As One Tonight »), ou que la sensibilité soit mise en avant sur fond de dramatisme instrumentale de soap (« Vulnerable Man »), toutes les flèches atteignent leur cible, et frappent en plein cœur. Difficile en effet de remettre en cause l’implication des musiciens et leur intelligence de composition, même lorsque la tension retombe et retrouve les concessions de DARE ou SHY (« Falling Through The Flames », sur laquelle Robert Fenning atteint des notes assez impressionnantes).

Balade de rigueur, avec nappes veloutées et arrangements glacés (« Body And Mind »), immédiatement contrebalancée par un tempo jumpy et une cadence youpi (« Lucky Girl », du BALANCE/JOURNEY dans le texte), modulations en clair/obscur typiques de la charnière romantique de 85/86 (« You See Smoke When I See Fire »), et un final aux proportions intéressantes, atteignant les sept minutes et témoignant d’un passé lointain aux influences différentes. On retrouve alors les prémices d’un groupe qui cherchait encore sa direction, et cet hybride entre Metal torride et progressif et Hard plus accessible et harmonique est un vrai cadeau de clôture, via le surprenant mais prenant « Every Time I Look At You ». Alors, je n’aurai qu’un seul conseil à vous prodiguer. Passez outre cette pochette grotesque qui ne rime à rien et aiguille dans une mauvaise direction, et laissez-vous balancer par les chansons de Steel Heartbeat. Votre cœur d’acier pourrait bien y succomber.    

                                           

Titres de l’album :

                        01. Touching You Every Day

                        02. I've Never Been Alone (With A Girl Like You Before)

                        03. All Because Of You

                        04. Together As One Tonight

                        05. Vulnerable Man

                        06. Falling Through The Flames

                        07. Body And Mind

                        08. Lucky Girl

                        09. You See Smoke When I See Fire

                        10. Every Time I Look At You

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 04/07/2020 à 17:27
90 %    209

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

RIP.

Bordel tout les membres d'origine de Molly Hatchet sont morts...

Les 3 chanteurs surtout en plus, plus aucun des 4 premiers albums, triste.

03/08/2020, 19:05

LeMoustre

Quel pays d'arriérés. Honte à ces abrutis.

03/08/2020, 12:08

Humungus

Et du titre et de sa police de caractère...

03/08/2020, 09:36

Jus de cadavre

Interment juste excellent, la quintessence du Swedish Death. Et sur scène c'est la branlée aussi. Terrible !

02/08/2020, 20:19

Humungus

Me suis fait la même réflexion Gargan...

02/08/2020, 08:53

NecroKosmos

Deux albums absolument fabuleux. J'ai découvert ce groupe dans un magazine à l'époque qui ne savait trop que dire sur le deuxième album des canadiens dans sa chronique à sa sortie. Du coup, ça a attiré ma curiosité. J'ai la version CD avec les deux albums sur le même disque. Et je suis d'ac(...)

02/08/2020, 07:56

Kairos

J’aime assez le retour des sonorité gothiques, bon album, PL en a encore un peu sous le coude finalement.

01/08/2020, 23:29

Gargan

"cancer danger"

01/08/2020, 23:02

zsad

enfin une great news

01/08/2020, 22:36

LeMoustre

Quels souvenirs ces photos. Putain de crabe...

31/07/2020, 17:10

LeMoustre

Ah, tiens, sympa, j'avais bien apprécié les deux derniers albums, voyons ce que celui-ci nous réserve. Surprise, les Louds ne faisant jamais deux fois le même disque

31/07/2020, 17:08

Humungus

"Qui passent comme un avis de passage du facteur dans la boite aux lettres alors que vous êtes bien chez vous"
Oups !!!
Si j'oublie la partie la plus drôle du bazar... ... ...

30/07/2020, 20:33

Humungus

"Qui passent comme un avis de passage du facteur dans la boite aux lettres"
AH AH AH !!! !!! !!!
Apparemment, on a tous vécu ça : On attend un collector quelconque avec la fébrilité d'un jeune puceau et le mec des PTT qui nous rajoute de l'attente bordel de merde !

30/07/2020, 20:30

Jus de cadavre

Haha excellent Raumsog... La même pour moi : le fan absolu à la recherche de la moindre miette de ces géants... Mais la plupart des "chutes" de studio de l'époque Pantera ont été utilisées par Damageplan je pense...

30/07/2020, 19:35

JTDP

Oui, très très bon disque. Je ne suis pourtant pas le plus grand fan de ce style à la base, mais bon dieu, que c'est efficace ! Ça donne envie de mosher sévère avec son canapé !

30/07/2020, 16:24

Humungus

Hé hé hé + 1 Raumsog !

30/07/2020, 15:08

Simony

Je me suis fait la même réflexion que toi RBD, je trouve que la scène commence à s'exporter gentiment et avec de très bons groupes bien furax !

30/07/2020, 10:45

LeMoustre

Dead Brain Cells, bravo pour ce papier d'un groupe trop méconnu. Je trouve que la chronique analyse avec justesse le positionnement de ce disque, un peu le cul entre plusieurs chaises sans arriver à définir par lui-même un sous genre ou rendre l'album incontournable, ce qu'il n'est pas. Je le ra(...)

30/07/2020, 10:05

Raumsog

Si seulement il restait quelques inédits de cette période (on peut rêver)... Même Dimebag qui s'accorde pendant 10 minutes je prends!

30/07/2020, 09:49

RBD

Je ne sais pas pourquoi, mais le Portugal semble regorger de groupes de Black primaire bien furieux.

30/07/2020, 00:25