The Noble Rot

Powerman 5000

28/08/2020

Cleopatra Records

Il y a déjà longtemps qu’un album de POWERMAN 5000 n’est plus un évènement, toujours est-il que le groupe de Boston n’a jamais vraiment déçu dans un style pourtant exigeant. A vrai dire, peu d’albums du concept ont vraiment défrayé la chronique, du moins hors des Etats-Unis, et les années de gloire de Tonight the Stars Revolt! ou Anyone for Doomsday? sont maintenant loin derrière eux. Les plus mesquins iront jusqu’à dire que le seul intérêt de la bande a toujours été l’identité de son chanteur Michael Cummings, petit frère de Rob Zombie, et que cette filiation seule a forcé les projecteurs à se braquer sur le groupe. Je m’inscris évidemment en faux contre cette assertion, POWERMAN 5000 ayant produit des albums de qualité depuis ses débuts lointainsMais je dois aussi reconnaître que m’atteler à la chronique de ce The Noble Rot n’a pas été plus enthousiasmant que de traiter de la dernière nouveauté underground, tant les bostoniens se contentent depuis des années de refourguer la même musique sous des emballages différents. D’ailleurs, les fans de Metal Indus les ont lâchés depuis longtemps, depuis que le combo s’est tourné vers une musique plus électronique qu’industrielle, et ce onzième album studio ne les fera pas revenir dans le giron avec son habituel mélange de sonorités Indus des années 90/2000 et son ambiance Dance Electro des années 80. On pense parfois à une version durcie des COMMUNARDS, ou à un sosie de Billy Idol perdu sur un dancefloor américain, et ce nouvel effort n’en est pas vraiment un, et ce à plusieurs niveaux. D’abord, parce qu’il se contente d’une continuité logique par rapport à New Wave, et ensuite parce qu’il ne tolère qu’une petite demi-heure de musique après trois ans d’absence. On était en droit d’attendre un peu plus d’un groupe capable de…plus, mais visiblement, les POWERMAN 5000 ont trouvé la bonne formule entre SKINNY PUPPY et les JESUS ON EXTASY.

Cette formule est évidemment payante, dans un genre de MANSON expurgé de ses riffs les plus drus, mais l’effet de surprise est largement émoussé par le temps. Et si Michael Cummings aka Spider One reste le seul membre originel depuis longtemps, sa voix est toujours aussi agréable à écouter, d’autant que son backing band ne lésine pas sur les effets pour séduire un public avide d’Indus light et sans danger. Le membre le plus ancien après Cummings est donc toujours Gustavo Aued (X51) à la basse depuis 2008, soutenu par DJ Rattan (Rattan) depuis 2013, alors que les guitares sont toujours tenues par Nick Quijano (sci55ors) et Richard Jazmin (Zer0). Le quintet se connaît donc bien, et continue d’explorer une musique électronique génériquement Pop sur les contours, mais qui manque de thèmes porteurs et de refrains qui explosent comme à la grande époque. De fait, The Noble Rot ne risque pas de séduire un nouveau public à l’heure où les groupes ne peuvent plus se produire live dans de bonnes conditions (voire pas du tout), et sans défendre cet album sur scène, les POWERMAN 5000 auront du mal à en répandre la bonne parole qui ressemble parfois à une redite forcée un peu gênante. Avec des titres ne dépassant que très rarement les trois minutes, le groupe a encore misé sur l’efficacité, mais leur approche en demi-teinte empêche justement ces titres de décoller, laissant un sentiment de frustration, mais engendrant paradoxalement une sensation hypnotique pas forcément désagréable.

On le constate sur « Let The Insects Rule » qui grouille comme un leftover de MANSON remixé par un Tommy LEE très investi, et c’est avec plaisir que l’on constate que le groupe n’a pas perdu son sens de l’humour. Il le pousse d’ailleurs au maximum, en s’appropriant le classique des GO GO’S « We Got the Beat », qui trouve ici un éclairage nouveau, mécanique comme une cover de KRAFTWERK, mais plaisir pas si coupable que ça qui démontre que les influences des américains sont toujours cachées dans les eighties. La reprise est évidemment transformée à souhait, mais l’original en ressort grandi tant cette appropriation ne suscite pas un réel emballement. Les morceaux originaux du quintet sont heureusement plus intéressants, à l’image de l’introductif « Cannibal Killers That Kill Everyone », rare incursion de la guitare au premier plan qui nous ramène aux heures de gloire du combo. Et le LP a beau être d’une brièveté extrême, la redondance n’est pas forcément évitée, et il faut compter sur le flow de Spider One pour nous sortir de notre léthargie, sur le très malin et martial « Brave New World » par exemple, qui est malheureusement placé en début de parcours. Le reste du nouveau répertoire ne fait pas bondir, sauf lorsqu’il assume ses penchants dansants, avec un contagieux « Strange People Doing Strange Things » qui pourrait presque passer pour une Synth-Pop très opportuniste ou une reprise des SISTERS OF MERCY déguisée en tube Indus pour boite cheap.

Alors évidemment, à carrière linéaire et prévisible, album linéaire et prévisible. Honnêtement, The Noble Rot n’est pas un mauvais disque, ses quelques variations sur durée courte lui évitant cet écueil, il réserve même quelques bons moments (le climat robotique et mécanique de « VHS » avec sa voix traitée au vocoder), mais on sait depuis fort longtemps que le passé glorieux du groupe ne remontera jamais à la surface, comme si Michael Cummings se contentait du minimum syndical tous les trois ans pour revenir sur le devant de la scène. Peut-être est-ce le destin d’un groupe de série B qui n’a jamais vraiment déchaîné les passions en Europe, et qui fait partie depuis un bail du patrimoine américain. En attendant une suite qu’on peut presque déjà deviner, The Noble Rot plaira aux fans du groupe, mais laissera de marbre tous les autres. Pas difficile de savoir lesquels sont les plus nombreux.               

                                                                                                                       

Titres de l’album:

01. Cannibal Killers That Kill Everyone

02. Brave New World

03. Play God Or Play Dead

04. Black Lipstick

05. Special Effects

06. Let The Insects Rule

07. Movie Blood

08. Strange People Doing Strange Things

09. We Got The Beat

10. VHS


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/11/2021 à 14:30
68 %    73

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26