Strÿkenine I

Strÿkenine

17/07/2021

Pride And Joy Music

Vous connaissez tous cette (fausse) légende qui affirme que les mille personnes ayant acheté le premier album du VELVET UNDERGROUND ont toutes fondé un groupe par la suite. Il en existe une autre, plus contemporaine, qui dit que soixante-pour cent de la population suédoise est constituée de musiciens, et que quatre-vingt pour cent de ces soixante pour cent s’affirment dans le Rock le plus mélodique qui soit. C’est certes totalement fantasmagorique, et pourtant, on se demande comment un pays aussi petit a pu devenir l’épicentre du Rock depuis vingt ans, sans que quiconque ne voie la chose venir. Mais imaginez un peu, Stockholm, ville de moins d’un million d’habitants, recèle en son sein plus de groupes que Berlin, New-York, Londres ou Paris, proportionnellement bien sûr. Et chaque semaine charrie son lot de nouveaux arrivants, comme s’il fallait asseoir définitivement cette réputation de « nouvelle capitale du Rock », certes, plus mélodique que la moyenne, mais d’une inspiration qui le confine au génie absolu. 

Je ne cache pas non plus que la recette commence à méchamment montrer ses limites. Alors que le nouveau NIGHT FLIGHT ORCHESTRA est accueilli plutôt fraichement, alors que GHOST divise de plus en plus, la scène scandinave est en train de faire sur surplace à force d’occuper le terrain sans avancer plus loin. Le syndrome L.A diront certains, à une époque où il suffisait d’arborer plus de conchas sur sa ceinture que son voisin et de mettre plus de laque pour se faire signer. Il n’est donc guère surprenant de prendre acte du premier album des locaux de STRŸKENINE, qui proposent peu ou prou la même chose que leurs concitoyens, et qui auraient pu indifféremment se faire signer par Frontiers, AOR Heaven, ou tout autre label spécialisé, dont le leur, Pride & Joy.

Qualifiés de nouveau poster band du Hard mélodique, STRŸKENINE accuse pourtant quelques années d’existence, et un premier EP au compteur. Fondé par trois amis, le guitariste Andi Sarandopoulos, le batteur Henrik Remesaho et le chanteur Jacob Petäjämaa, STRŸKENINE est le parangon de la méthode suédoise de séduction de masse par des refrains imparables, des harmonies enchanteresses, et des lignes vocales qui caressent dans le sens des tympans. Inspiré à la base par les légendes incontournables de EUROPE, WHITESNAKE, DEF LEPPARD ou MÖTLEY CRÜE, les trois musiciens étaient bien décidés à imprimer leur patte à la musique Rock nationale, en trouvant les ingrédients manquants à leur collègues. Ces ingrédients, vite identifiés, étaient l’attitude et l’adrénaline. Des ingrédients pourtant assez répandus sur la scène, mais qu’ils souhaitaient développer pour en faire un trait de caractère unique. Et au moment de juger de la pertinence du résultat, le doute demeure : en effet, les STRŸKENINE ne proposent rien de neuf avec leur Strÿkenine I, et se contentent de jouer un Hard Rock évoluant entre Metal soft et Rock dur, ce qui compose quand même la grosse majorité de la production nationale.

Certains webzines ont déjà joué le petit jeu des comparaisons, et réservé cette sortie aux fans de GATHERING OF KINGS, TEMPLE BALLS, SUNSTRIKE, et WILDNESS. Certes, c’est encore un peu réducteur, mais admettre que la musique du quintet est si générique qu’elle peut rappeler dix groupes à la douzaine n’est pas vraiment excessif. On apprécie évidemment ces compositions franches et spontanées, travaillées juste ce qu’il faut pour mériter le label de qualité suédois, mais dans les faits, les STRŸKENINE ne jouent qu’un Hard-Rock des années 80 remis au goût d’un jour suédois plus élastique et souple, ce qu’on connait déjà par cœur depuis plus d’une vingtaine d’années.

Ce qui n’empêche guère ce premier album de se distinguer par une qualité constante, et par quelques individualités notables, tant chez les musiciens que parmi les compositions. Un titre comme « Religion » aurait fait un carton dans la Californie des années 88/89, et rappelle même les astuces les plus éprouvées des magiques BALANCE. Un peu de EUROPE avec cet orgue tardif qui s’en remet à Jon Lord, un peu de SLAUGHTER pour l’énergie jumpy, un peu d’alternatif des nineties pour la crudité du jeu, tout est en place, rien ne pique les oreilles, et tout est fait pour procurer des sensations calibrées. On le sent dès l’ouverture « Once And For All », qui de son intro synthétique replace le contexte dans le nord de l’Europe en évoquant les Etats-Unis AOR de la décennie des yuppies.

Carré, professionnel en tout point, doté d’une production épaisse mais aérée, Strÿkenine I est une entrée en matière calibrée en diable, avec des titres plus jumpy que la moyenne (« All About Us »), et Jacob Petäjämaa en monsieur loyal au timbre irrésistible. Le vocaliste se met à la hauteur d’un instrumental qui fouine un peu partout dans l’histoire pour se montrer suffisamment versatile, et livre une performance homérique en parvenant à faire oublier le formalisme de riffs déjà entendus des centaines de fois.

Entre crises de sensibilité dignes d’un hiver suédois interminable qui donne envie de se réchauffer sous une couverture (« Hold On To You »), ballades Heavy inscrites au patrimoine américain depuis l’invention de l’émotion en musique (« All I Need »), inspiration Heavy vite édulcorée par des synthés FM (« Fool For Love » méthode TNT, solide et sans faille), STRŸKENINE passe en revue le cahier des charges en espérant jouer les têtes de file de la nouvelle génération du pays. Ce qu’ils deviendront sans doute au vu de leur attitude pleine de confiance, mais une fois encore, et sans jouer les esprits chagrins, je le répète : la méthode suédoise est toujours aussi efficace, mais montre ses limites comme la scène californienne de la fin des années 80.

Album savoureux mais à l’arrière-gout de production en chaine, musiciens top notch, Strÿkenine I est en l’état une nouvelle victoire suédoise, mais un peu par défaut, et par manque d’adversaire de poids.    

            

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Once And For All

02. All About Us

03. Toxic

04. Live And Die

05. Fool For Love

06. Religion

07. Falling Down

08. Hold On To You

09. Better Believe It

10. All I Need

11. Alive


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/03/2022 à 15:16
80 %    466

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Faites chier, j'apprécie le groupe (enfin surtout l'ep comme beaucoup, je me demande si je ne l'ai pas découvert avec ce bon Shaxul) et je trouvais l'artwork très réussi ("oh bah c'est pas l'AI de Pestilence hein"), mais là(...)

05/03/2024, 09:43

Capsf1team

Balle de match...Un peu de silence s'il vous plait, les joueurs sont prêts...

05/03/2024, 08:03

Tourista

Hep ! on ne dépasse pas les bouées, siouplè !

05/03/2024, 07:05

Tourista

Acheté samedi, écoute en cours. BD absolument sans intérêt mais album bien plus intéressant que le dernier Maiden.

04/03/2024, 17:58

LeMoustre

Citer  INCUBUS, ASSASSIN et RIGOR MORTIS sur le même papier = obligé d'écouter les deux titres, et en effet, tout à fait ma came ! Merci pour cette petite découverte aux allures de pépite.M'en vais commander cela de ce pas(...)

04/03/2024, 09:59

LeMoustre

Excellent album

04/03/2024, 07:14

Saddam Mustaine

Le seul à être présent sur chaque album c'est Paulo Jr, peut-être le seul qui a vraiment les droits officiellement ? Kisser après est devenu très impliqué aussi 

02/03/2024, 19:55

RBD

Les frères Cavalera ont récemment réenregistré le premier album, le seul où Andreas Kisser n'était pas encore là. Cavalera Conspiracy existe déjà pour ceux qui voudraient un Sepultura avec les frères Cavalera, et tant mieu(...)

02/03/2024, 13:16

Humungus

Ah ah ah !Alors ça pour le coup, cela pourrait me faire plaiz...

02/03/2024, 07:27

Saddam Mustaine

Max et Igor vont donc pouvoir réformer Sépultura dans 2 ans...

01/03/2024, 18:15

Jus de cadavre

Ouais du tout bon. Assez balèze pour un groupe avec autant de bouteille de sortir un album aussi "frais" ! Et puis ce côté Metal "nola" : irrésistible !

01/03/2024, 15:22

Humungus

J'avais déjà hâte d'écouter ça, mais avec une chronique pareille...Vivement.Pis surtout, vivement la tournée de mai prochain bordel !

01/03/2024, 10:06

Tourista

Je me rappelle avoir vu UNE fois Sepultura avec Derrick Green en festoche, époque dreadlocks, j'ai dû tenir 3 morceaux.  Mais évidemment les propositions arriveront, les gros sous se profiler, le groupe reviendra avec une cote renforcée et des cachets g(...)

29/02/2024, 22:36

Gargan

´Vont ptêtre se reformer deux ans après la tournée, avec lui.

29/02/2024, 21:48

Cupcake Vanille

Quitter Sepultura pour peut-être (voir les rumeurs du moment) pour un autre groupe commençant par la lettre S sur le son américain du côté Iowa. 

29/02/2024, 21:24

RBD

Il a déjà un autre groupe de Rock chrétien qui marche bien au Brésil. C'est vrai que c'est bizarre de partir maintenant alors que la fin prochaine du groupe est déjà programmée à assez court terme. En tout cas c'est un batteur(...)

29/02/2024, 21:12

Buck Dancer

Même si je comprends l'opportunité de jouer dans Slipknot (si la rumeur dit vrai) dommage d'être resté toutes ces années pour partir juste avant la dernière tournée.

29/02/2024, 18:48

senior canardo

@Humungus sur la date de Magny le hongre, Paulo avait un tshirt Houwitser    sur scène ça ma remis un coup de (...)

29/02/2024, 10:09

Orphan

Batteur absolument génial.https://www.youtube.com/watch?v=PkmUSjkTJCgV'la le niveau du gamin qu'il était.

29/02/2024, 08:24

Tourista

Bha, toujours moins grave que les fans qui ont quitté le groupe en 96.

29/02/2024, 07:13