Daddy Is The Devil

Freak Injection

24/04/2020

Dooweet Agency, Darktunes Music Group

Un compositeur multi-instrumentaliste adepte de masques de chiens. Une femme-renarde hurleuse addict aux crinières de feu et aux vestes à piques. De leur rencontre improbable une nuit de pleine lune est né FREAK INJECTION, nom de leur crew, à la croisée de l’électro et du rock, mêlant mélodies et rythmique primale, voix sublime et sons crades.

Avec une telle bio, une pochette aussi flashy aux jolis néons roses, des looks improbables et une tendance à la flagornerie underground, on a tendance à attendre les FREAK INJECTION au tournant. Car en effet, la provocation peut parfois payer, à condition d’avoir les arguments de sa morgue. On pardonne beaucoup de choses aux maladroits, aux abandonnés, aux rejetés, aux parias, aux modestes et aux délaissés de l’ambition, mais on excuse rarement les forts en gueule. Et de ce côté-là, ce duo/quatuor n’a pas les frusques ni la langue dans ses poches. Mais que savons-nous au juste de cette bande hirsute qui justement, revendique son excentricité ? Qu’ils sont parisiens, qu’ils ont déjà publié un EP, joué dans pas mal de salles, qu’un célèbre magazine étranger leur a accordé une large tribune, et que le grand Richard FILTER Patrick himself les a adoubés d’un commentaire élogieux. Est-ce pour autant suffisant pour leur dérouler le tapis pétunia sous les New-Rock ? Non, pour ça, il suffit d’écouter leur premier longue-durée qui a l’intelligence de jouer sur trente-six tableaux à chaque fois, mais d’être plus intéressant qu’un musée d’art moderne envahi par des techno-ravers berlinois défoncés. Jouons franc jeu et n’hésitons pas à sortir de notre zone de confort de neutralité journalistique. Avec Daddy Is The Devil, FREAK INJECTION jette un gros pavé de fun horrifique dans la mare d’élitisme intellectuel et de prétention musicale française. On le sait, et il n’y a rien de péjoratif à cela, que l’art en France est considéré avec beaucoup de snobisme et de condescendance. Il n’y a rien de pire que ce grand écart permanent entre la distraction en forme de gaudriole affligeante et la gymnastique intellectuelle stérile que nous réserve l’industrie du spectacle national, et tomber sur un groupe qui sait rester de qualité sans oublier son statut de saltimbanque fait un bien fou. Et contextuellement, ce premier album est l’équivalent d’un tunnel de l’angoisse tenu par une gentille poupée manga vaudou et un sorcier techno qui ne rechigne pas à utiliser la distorsion à fond les ballons.

Pour arrêter l’usage de comparaisons et d’images intempestif, disons que ce quatuor de l’étrange (Charlie Red: chant, Hector Hell Gz: batterie, Kevin Hapexia: basse, Mac-f "freaky Dog": guitare) nous offre un joli équilibre des forces entre musique électronique, Industriel, Metal et Pop alternative, pour se situer en convergence des influences. Ils ne nomment d’ailleurs pas les leurs, préférant rester dans le flou artistique, mais il n’est pas vain d’affirmer que leur approche en combine plusieurs autres, du fardé MANSON au psychotique Reznor en passant par les REPUBLICA, BIRTHDAY MASSACRE, Emilie AUTUMN, AYRIA, MINISTRY, COLLIDE, SWITCHBLADE SYMPHONY, j’en passe et des moins essentiels à votre culture. Soit un mélange de beats à faire danser un zombi tout pourri, des arrangements de boite de nuit allemande, de gros riffs qui empestent le MINISTRY à plein nez, le tout sous un décorum de barnum bizarre, à base de masques étranges et de costumes bizarres. Allons-y gaiment, et disons les choses comme elles le sont. Le ramage des FREAK INJECTION est à l’image de leur plumage, mais plus important que leur look donc, leur musique est bonne, très bonne même. Le genre de musique qu’on colle à fond pour s’éclater la tête un vendredi soir, juste assez jumpy pour groover, mais méchamment agressive pour la caution renforcée, soit le meilleur des deux mondes. Rien qui ne bouscule l’ordre des choses, rien qui ne se veuille vraiment hors-norme en termes d’originalité, mais des chansons méchamment bien construites, avec des couplets qui accrochent et des refrains qui décrochent (la mâchoire), et surtout, des musiciens/compositeurs qui connaissent bien leur boulot et le font à merveille. J’ai l’air dithyrambique comme ça, et pourtant, cette analyse à froid est aussi objective qu’un constat de corruption chez un politicien. Et pour cause, puisque la qualité affichée dès « Freaky Doll » se maintient jusqu’au bout de l’effort. Et de la nuit. Et de l’effort de la nuit.

Pensez Tm Burton perdu dans un univers à la Sabrina, the teenage Witch dernière génération, un épisode d’American Horror Story tourné dans une boite louche de Los Angeles, où à une radio piratée par un gang d’iconoclastes révérant tout autant FRONTLINE ASSEMBLY que Nina HAGEN. Avec dans le rôle de DJ un musicien autodiscipliné, capable du meilleur, touche à tout, qui tricote des hymnes à l’hédonisme forcené sans forcer sur le stupre. Une chanteuse qui n’est pas qu’une jolie poupée, mais qui a du coffre, qui module, chuchote, hurle et incarne son rôle de meneuse de revue tordue à merveille, et un backing-band instrumental qui officie avec autorité. Je le reconnais, parfois le metalleux lambda aura du mal avec cette ambiance de foire euphorique un peu trop électro à son goût (« Daddy Is The Devil »), mais le tout dégage une telle exubérance nineties qu’on se laisse attraper sans résister, d’autant plus que chaque morceau est un hymne potentiel réconciliant les générations et les clans. Pas étonnant dès lors que l’international louche salement dans leur direction, tant les quatre parisiens ont une assurance mondiale, spécialement lorsqu’ils abandonnent toute mesure, c'est-à-dire à peu près tout le temps. Mais loin d’être un cabinet de l’étrange mal rangé en foutoir de rouge à lèvres, Daddy Is The Devil est un cauchemar terriblement bien scénarisé, suffisamment spontané pour réserver des surprises, et parfois, des bien chaudes (« Sex Me », du BERLIN première époque remixé par le Trent Reznor de « Closer »). Tout ça se veut ténèbres, mais brille comme un champ de paillettes piétiné par une licorne joueuse et danseuse classique (« Glitters In Hell », jouissif comme une pyjama party entre copines sous meth), ou rocke n’bumpe comme un hit électro perdu dans un flipper alternatif (« Sex Voodoo _ Rock'n'roll »).

Aussi catchy que profond, aussi léger que plein de fond, Daddy Is The Devil est un vilain papa qui court après sa fille pour lui mettre une fessée, après s’être laissé posséder par un démon lubrique et coloré, et qui finit par se prendre une grosse branlée par la gamine en question. Une sorte d’alliance entre Harley Quinn et Sascha Konietzko pour foutre le bordel partout où ils passent. Et j’aime quand les grandes gueules assument leurs actes et tiennent leur position. Ça fait chier les intellos.                           

                                 

Titres de l’album :

                      01. Intro

                      02. Freaky Doll

                      03. Glitters In Hell

                      04. Crosses

                      05. Evil Raccoon Party!

                      06. Sex Me

                      07. Snakeskin

                      08. Daddy Is The Devil

                      09. Monster Town

                      10. Nothing Without You

                      11. Sex Voodoo _ Rock'n'roll

                      12. Muse Maléfique mix

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/04/2020 à 17:35
88 %    467

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

 Le chant et le mixage de la batterie, whaa, faut pas écouter ça après ta journée de travail...

28/09/2020, 09:42

LeMoustre

Le dernier EP est super, voilà une sortie qu'elle devrait être bonne en deathmetal.

28/09/2020, 09:41

grinder92

Sur le clip de Belphegor, perso, je trouve que la langue serpent fait son petit effet... mais effectivement, un peu de sang et un crucifix... ils auraient pu se fouler.... et les roubignolles du bouc en gros plan à la fin, c'est rigolo 

27/09/2020, 21:50

David

Merci pour ces commentaires élogieux. Et si vous voulez en savoir plus sur les groupes d'il y a 30 ans, allez faire un tour sur ma chaine : Shud, Dagon, Misanthrope ou Nomed vous y attendent...

27/09/2020, 21:23

Moshimosher

Concernant le clip de Belphegor, je suis un peu déçu... Je trouve qu'il y a de belles images (non, non, je ne parle par d'Helmuth), bien puissantes, mais qu'elles sont mal exploitées... dommage...

27/09/2020, 20:28

Jus de cadavre

From Mars To Sirius... que de souvenirs ! Même si je ne suis pas un fan absolu de Gojira, à la sorti de cet album je me suis dit "ça y est la France tient enfin un groupe qui va exploser mondialement". Pour moi ils étaient au sommet artistique à(...)

27/09/2020, 16:56

Arioch91

L'influence de Toxik est celle qui me vient tout de suite en tête mais ça a l'air pas mal.A approfondir.

27/09/2020, 16:40

Satan

Quand j'entends le titre de Leaves' Eyes, je me demande comment certains peuvent encore écouter ce type de beauferies...

27/09/2020, 13:16

Wildben

Et en ce 27 septembre, comme tous les ans, une grosse pensée pour Cliff Burton... et un petit Orion dans les esgourdes.

27/09/2020, 12:38

Gargan

Y'avait une captation live sans public d'Enslaved il y a peu (incapable de retrouver le lien sur YT) avec une mise en scène assez sobre et atmo, ça valait vraiment le coup. Mais pour un groupe de death ou de thrash, je peux comprendre que ça coince.

27/09/2020, 11:50

LeMoustre

Comm précédent erroné. 

27/09/2020, 09:55

LeMoustre

Y'a un décalage entre la note et le contenu du texte

27/09/2020, 09:51

LeMoustre

Bien bon ça, même si ça sonne amateur vocalement. 

27/09/2020, 09:49

metalrunner

Du thrash du vrai sans fioritures sans chichi ca tabasse style warbringer en moins bien mais en live cela doit le faire.

27/09/2020, 07:50

Kerry King

Pas d'autre choix que d'attendre janvier pour enchainer les concerts a un rythme fou pour rattraper le retard.Attendre...Attendre.

26/09/2020, 19:13

Humungus

AH AH AH !!! !!! !!!coquerelle = Meilleur commentaire 2020 !!!

26/09/2020, 17:36

coquerelle

Ouais

26/09/2020, 09:19

metalrunner

J y perçois du vektor mais effectivement surtout du toxik de par le chant. Au moins ils ne cachent pas leurs influences. A écouter plus attentivement pour voir la digestion des dites influences.

26/09/2020, 08:50

NecroKosmos

Ah, oui, ce titre me plait carrément. Le chant est génial avec effectivement un côté REALM ou FORBIDDEN, voire HIRAX.

26/09/2020, 08:06

POMAH

Hum je te comprends 

26/09/2020, 04:18