Sentinel

Horrified

13/12/2019

Testimony Records

Le Death mélodique, en principe, j’évite. Oui, je fais partie de cette caste sauvage qui préfère son extrême brut et raw, sans fioritures, si possible old-school, avec de jolis grognements et des accélérations fatales. Alors les arabesques harmoniques sur fond de hurlante néo-scandinave, je laisse ça aux nostalgiques de la vague nordique des années 90, mais…puisqu’il y a un mais…je ne crache pas sur un brin de finesse lorsque la technique est au rendez-vous, et pas seulement pour flatter l’ego de musiciens déjà bien cajolés. C’est sans doute pour cette raison que j’ai un jour porté mon attention sur les anglais de HORRIFIED, qui avec Descent into Putridity avaient su montrer un visage grimaçant, mais étrangement séduisant. Sorti en 2014, ce premier album faisant montre de qualités indéniables dans le style, et s’était vu soutenu par deux autres sorties longue-durée, Of Despair en 2016 et Allure of the Fallen en 2017 qui ne faisaient que confirmer la bonne opinion ressentie dès le départ. Car l’approche des HORRIFIED est assez simple dans les faits, et moins complexe qu’il n’y paraît dans la forme. Prendre le Death par le plus gros bout de la lorgnette, en accentuer la finesse d’exécution, sans perdre en efficacité, soit appliquer les enseignements de l’école DEATH/ATHEIST sans tomber dans la démonstration gratuite et stérile. Et deux ans après leur dernière saillie, les anglais nous en reviennent donc avec un (long) EP de trente minutes, qui proposent six nouveaux chapitres aussi essentiels que les précédents. Une fois encore enregistré aux Subterranean Watchtower Studios avec l’aide de Damian Herring au mixage et mastering, Sentinel est donc une logique dans la continuité, mais surtout la preuve que le groupe a encore pas mal de choses à dire et d’expériences à tenter.

Sous sa pochette signée Adam Burke (SOLSTAFIR, GATECREEPER, TCHORNOBOG), Sentinel est une fois de plus un modèle d’équilibre entre sophistication et brutalité. Musicalement, les instrumentistes (Dan Alderson - guitare/chant, Dan Jordan - guitare, Lee Anderson - basse et Micheal Jordan - batterie) sont une fois encore au-dessus de tout soupçon, et se livrent à des joutes fabuleuses, sans se prendre pour des gladiateurs hi-tech. Le néophyte, n’ayant jamais encore tendu l’oreille sur le groupe sera certainement surpris de constater que deux guitares ont été chargées de l’accueillir, l’une acoustique, l’autre électrique en son clair, ce qui n’est pas la moindre des évidences en ces temps de violence. Mais on sait les originaires de Newcastle upon Tyne très attachés à leurs mélodies, qu’ils n’abandonneraient pour rien au monde. Et c’est ce qui fait leur unicité, puisque une fois encore, la direction artistique n’a pas changé de cap. Parvenir à trouver un terrain d’entente entre plusieurs styles différents, les faire cohabiter, sans perdre en cohésion. C’est donc tout naturellement que nous retrouvons ces inserts NWOBHM, Thrash, Doom, Epic Death, qui partagent le terrain sans empiéter sur celui de l’autre, avec des accélérations subites, des breaks ciselés, et des moments de furie incontrôlée. Ce qui risquera plus de choquer le nouveau fan éventuel est évidemment la voix très particulière de Dan Alderson, sourde, étouffée, noyée dans le mix et rauque, qui créé toujours ce décalage entre les parties instrumentales pures et des lignes de chant semblant hors contexte. Avec son timbre à la Simon Forrest de CEREBRAL FIX, Alderson peut en effet rebuter les plus exigeants et attachés à une logique harmonique, mais ce singularisme fait aussi le charme de HORRIFIED qui décidément ne fait rien comme tout le monde.

La donne n’a donc pas changé, et l’alternance est toujours de mise. On retrouve donc avec plaisir ces intros qui ne reculent devant rien pour imposer leur grandiloquence mélodique, ces allusions à la vague Heavy des mid eighties qui permettent au groupe de revendiquer cette fameuse étiquette de « Epic Death ». Avec une sublime production, analogique juste ce qu’il faut, « Awaiting Restitution » s’impose comme l’épitomé d’un genre presque nouveau, mélange entre un Death sans compromis de facilité à la ATHEIST/CYNIC/DEATH, de claque virtuelle mais gravissime à la HORRENDOUS, et de digression harmonique à la MANILLA ROAD, les aspirations techniques en plus, mais l’esprit conquérant similaire. On se laisse donc happer par cette épopée qui multiplie les couches de guitare, et qui laisse une basse incroyablement volatile et volubile occuper le premier-plan, comme une attache Jazz-Rock pas totalement assumée. On pense aussi à un UZEB isolé dans un monde à la BLIND ILLUSION, relisant un song-book de BLIND GUARDIAN, le tout sous l’œil bienveillant de Martin Birch. Mais attention, sous couvert d’une utilisation intensive de la modulation et de la douceur, le groupe est toujours à l’affut, et prêt à se lâcher dans la violence comme en témoigne l’intense « Crestfallen » qui ramènera au souvenir des fans de CARCASS leur période la plus Heavy, mais toujours méchante. Puissant mais subtil, ce nouvel EP aménage même des instants de grâce pure, sous la forme instrumentale, avec le fragile et délicat « Celestial Tears » qui nous permet une pause entre deux râles glauques de Dan Alderson. Et sans vouloir dévoiler toutes les astuces d’un groupe qui en connaît un bon paquet, je tiens quand même à préciser que le final « The Perceiver » peut représenter un point d’entrée synthétique parfait au monde des HORRIFIED, tant il résume à merveille leur philosophie. Véritable festival de savoir-faire, cet épilogue fait la part belle aux démonstrations collectives et individuelles, avec toujours cette basse qui semble vouloir suivre à tout prix les guitares, ces cassures mélodiques soudaines, et ces hurlements sourds en contrepoint.

En considérant Sentinel pour ce qu’il est, un relèvement des compteurs, le plaisir ressenti n’en est que décuplé. Avec ces trente minutes de violence en alternance, les anglais nous permettent de reprendre contact, et de continuer d’apprécier leur sens de la motivation et de l’innovation, et de rêver à une union fugace entre OPETH et ATHEIST, au détour des couloirs de l’histoire. La leur est toujours aussi passionnante et riche, et digne d’être suivie avec intérêt. 


Titres de l’album :

                         01 The Pessimist

                         02 Awaiting Restitution

                         03 Crestfallen

                         04 Celestial Tears

                         05 Forgotten Thrones

                         06 The Perceiver

Facebook officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 11/07/2020 à 18:18
82 %    315

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26