Sentinel

Horrified

13/12/2019

Testimony Records

Le Death mélodique, en principe, j’évite. Oui, je fais partie de cette caste sauvage qui préfère son extrême brut et raw, sans fioritures, si possible old-school, avec de jolis grognements et des accélérations fatales. Alors les arabesques harmoniques sur fond de hurlante néo-scandinave, je laisse ça aux nostalgiques de la vague nordique des années 90, mais…puisqu’il y a un mais…je ne crache pas sur un brin de finesse lorsque la technique est au rendez-vous, et pas seulement pour flatter l’ego de musiciens déjà bien cajolés. C’est sans doute pour cette raison que j’ai un jour porté mon attention sur les anglais de HORRIFIED, qui avec Descent into Putridity avaient su montrer un visage grimaçant, mais étrangement séduisant. Sorti en 2014, ce premier album faisant montre de qualités indéniables dans le style, et s’était vu soutenu par deux autres sorties longue-durée, Of Despair en 2016 et Allure of the Fallen en 2017 qui ne faisaient que confirmer la bonne opinion ressentie dès le départ. Car l’approche des HORRIFIED est assez simple dans les faits, et moins complexe qu’il n’y paraît dans la forme. Prendre le Death par le plus gros bout de la lorgnette, en accentuer la finesse d’exécution, sans perdre en efficacité, soit appliquer les enseignements de l’école DEATH/ATHEIST sans tomber dans la démonstration gratuite et stérile. Et deux ans après leur dernière saillie, les anglais nous en reviennent donc avec un (long) EP de trente minutes, qui proposent six nouveaux chapitres aussi essentiels que les précédents. Une fois encore enregistré aux Subterranean Watchtower Studios avec l’aide de Damian Herring au mixage et mastering, Sentinel est donc une logique dans la continuité, mais surtout la preuve que le groupe a encore pas mal de choses à dire et d’expériences à tenter.

Sous sa pochette signée Adam Burke (SOLSTAFIR, GATECREEPER, TCHORNOBOG), Sentinel est une fois de plus un modèle d’équilibre entre sophistication et brutalité. Musicalement, les instrumentistes (Dan Alderson - guitare/chant, Dan Jordan - guitare, Lee Anderson - basse et Micheal Jordan - batterie) sont une fois encore au-dessus de tout soupçon, et se livrent à des joutes fabuleuses, sans se prendre pour des gladiateurs hi-tech. Le néophyte, n’ayant jamais encore tendu l’oreille sur le groupe sera certainement surpris de constater que deux guitares ont été chargées de l’accueillir, l’une acoustique, l’autre électrique en son clair, ce qui n’est pas la moindre des évidences en ces temps de violence. Mais on sait les originaires de Newcastle upon Tyne très attachés à leurs mélodies, qu’ils n’abandonneraient pour rien au monde. Et c’est ce qui fait leur unicité, puisque une fois encore, la direction artistique n’a pas changé de cap. Parvenir à trouver un terrain d’entente entre plusieurs styles différents, les faire cohabiter, sans perdre en cohésion. C’est donc tout naturellement que nous retrouvons ces inserts NWOBHM, Thrash, Doom, Epic Death, qui partagent le terrain sans empiéter sur celui de l’autre, avec des accélérations subites, des breaks ciselés, et des moments de furie incontrôlée. Ce qui risquera plus de choquer le nouveau fan éventuel est évidemment la voix très particulière de Dan Alderson, sourde, étouffée, noyée dans le mix et rauque, qui créé toujours ce décalage entre les parties instrumentales pures et des lignes de chant semblant hors contexte. Avec son timbre à la Simon Forrest de CEREBRAL FIX, Alderson peut en effet rebuter les plus exigeants et attachés à une logique harmonique, mais ce singularisme fait aussi le charme de HORRIFIED qui décidément ne fait rien comme tout le monde.

La donne n’a donc pas changé, et l’alternance est toujours de mise. On retrouve donc avec plaisir ces intros qui ne reculent devant rien pour imposer leur grandiloquence mélodique, ces allusions à la vague Heavy des mid eighties qui permettent au groupe de revendiquer cette fameuse étiquette de « Epic Death ». Avec une sublime production, analogique juste ce qu’il faut, « Awaiting Restitution » s’impose comme l’épitomé d’un genre presque nouveau, mélange entre un Death sans compromis de facilité à la ATHEIST/CYNIC/DEATH, de claque virtuelle mais gravissime à la HORRENDOUS, et de digression harmonique à la MANILLA ROAD, les aspirations techniques en plus, mais l’esprit conquérant similaire. On se laisse donc happer par cette épopée qui multiplie les couches de guitare, et qui laisse une basse incroyablement volatile et volubile occuper le premier-plan, comme une attache Jazz-Rock pas totalement assumée. On pense aussi à un UZEB isolé dans un monde à la BLIND ILLUSION, relisant un song-book de BLIND GUARDIAN, le tout sous l’œil bienveillant de Martin Birch. Mais attention, sous couvert d’une utilisation intensive de la modulation et de la douceur, le groupe est toujours à l’affut, et prêt à se lâcher dans la violence comme en témoigne l’intense « Crestfallen » qui ramènera au souvenir des fans de CARCASS leur période la plus Heavy, mais toujours méchante. Puissant mais subtil, ce nouvel EP aménage même des instants de grâce pure, sous la forme instrumentale, avec le fragile et délicat « Celestial Tears » qui nous permet une pause entre deux râles glauques de Dan Alderson. Et sans vouloir dévoiler toutes les astuces d’un groupe qui en connaît un bon paquet, je tiens quand même à préciser que le final « The Perceiver » peut représenter un point d’entrée synthétique parfait au monde des HORRIFIED, tant il résume à merveille leur philosophie. Véritable festival de savoir-faire, cet épilogue fait la part belle aux démonstrations collectives et individuelles, avec toujours cette basse qui semble vouloir suivre à tout prix les guitares, ces cassures mélodiques soudaines, et ces hurlements sourds en contrepoint.

En considérant Sentinel pour ce qu’il est, un relèvement des compteurs, le plaisir ressenti n’en est que décuplé. Avec ces trente minutes de violence en alternance, les anglais nous permettent de reprendre contact, et de continuer d’apprécier leur sens de la motivation et de l’innovation, et de rêver à une union fugace entre OPETH et ATHEIST, au détour des couloirs de l’histoire. La leur est toujours aussi passionnante et riche, et digne d’être suivie avec intérêt. 


Titres de l’album :

                         01 The Pessimist

                         02 Awaiting Restitution

                         03 Crestfallen

                         04 Celestial Tears

                         05 Forgotten Thrones

                         06 The Perceiver

Facebook officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 11/07/2020 à 18:18
82 %    93

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Par contre, quand même fort de voir que la sortie d'un morceau de Gojira est devenue un évènement mondial dans la scène metal.
Les mecs sont vraiment au sommet.

07/08/2020, 18:44

RBD

Ça fait rebut retravaillé des sessions de "Magma". Le clip cartoon à base de prêche écolo dans l'air du temps avec références ciné évidentes peut agacer ceux qui préfèrent un Metal plus obscur et rebelle, c'est sûr. Mais ces thèmes ne sont pas nouveaux du tout chez Gojira. La référenc(...)

07/08/2020, 12:24

Satan

A Kairos : Exactement. Il est l'homme de l'ombre, une sorte de fil-rouge. D'ailleurs souvenons-nous comment Abbath galérait à la guitare sur la tournée de "Blizzard Beasts" (si mes souvenirs sont bons).

07/08/2020, 12:20

David Martin

Mortuary mérite vraiment , pour leur 30 ans, de sortir leur meilleur album !! Les connaissant depuis 1989 (Leurs premiers gigs furent les premières parties d'Asshole à Nancy dont j'étais le chanteur) et les ayant suivis depuis tout ce temps, je me réjouis de voir qu'enfin, ils ont un label qui (...)

07/08/2020, 12:19

LeMoustre

C'est a cause de l'argent comme dirait Popeye

07/08/2020, 07:15

Kairos

Kerry king, demonaz a toujours été impliqué dans le groupe, au niveau compo et textes, mais il était dans l’incapacité de tenir la guitare pour raisons de santé.

07/08/2020, 06:59

adrtq

on s'en cogne, les 2 projets sont merdiques,

07/08/2020, 06:46

adrtq

rien de vraiment clack metal ici. Un black thrash bien boring

07/08/2020, 06:45

Satan

Immortal a réussi l'exploit d'être encore plus ridicule que les anciens démêlés de Gorgoroth. Chapeau bas!

06/08/2020, 22:24

Kerry King

Deja Horgh est arrivé tard dans le groupe je crois ?

Mais en soit seul Abbath était sur tout les albums et depuis le début, Demonaz a quitté le groupe pendant une dizaine d'année je crois...

Bref n'y queue n'y tête...

06/08/2020, 21:48

Buck Dancer

C'est vraiment triste et pathétique à lire ce genre de news.

06/08/2020, 21:25

Vincent

C’est PAS BATUSHKA bordel c’est le mec qui a volé le nom et qui a fait Hospodi. Vous le faites exprès c’est pas possible ? Vous voyez bien que la musique n’a rien à voir avec Litourgiya et Panihida.

06/08/2020, 17:53

Humungus

Il est loin le temps ou le Black se voulait aussi le garant d'une certaine spiritualité et intégrité... ... ...

06/08/2020, 17:14

JTDP

En attendant, il y en a un qui doit bien se marrer...

06/08/2020, 14:48

Tranbert

Le R'n'B metal à retenu mon attention donc j'ai ecouté...Ah oui quand même. Faut de tout pour faire un monde. Je dois être trop vieux. Les instrus passent encore, mais la façon de chanter... !NON!

06/08/2020, 12:43

Tranbert

Je l'aime bien aussi ce morceau, et le clip est vachement bien foutu. Rien de très original dans le son et le visuel mais ça le fait bien

06/08/2020, 12:39

Invité

Interstellar 666.6

06/08/2020, 09:32

Gargan

Comme le climat, mouarf.

05/08/2020, 21:55

Oliv

Réchauffé

05/08/2020, 18:54

JTDP

Oui d'accord avec toi Buck Dancer, c'est dans la droite ligne de "magma". Et je le trouve aussi plutôt bon, envoûtant ce morceau. Et le clip est franchement bien foutu !

05/08/2020, 17:29