Il y a deux ans, WIEGEDOOD émergeait du paysage musical Belge avec un premier album, De Doden Hebben Het Goed. Créé par des membres / ex-membres de AMENRA, OATHBREAKER et RISE AND FALL, le trio a su profiter de son patrimoine musical pour faire de son premier essai une oeuvre surprenante et bouleversante, vite rangée dans la catégorie de la mouvance Post Black. Le groupe a pourtant un style très froid et cru humant l'air scandinave, certes parsemé d'accalmie Post-Metal, mais pour autant, c’est plus face à un Black Metal minimaliste très cru, mélancolique et hypnotique que nous avons à faire.

Le 10 février dernier sortait le second album des Belges, et honnêtement, hormis la musique, tout portait à croire que ce second LP allait ressembler à s'y méprendre au premier. L'artwork est une photo d'un "édifice" en bois pris dans un paysage nuageux, comme le premier. Il contient quatre morceaux, pour un total d'un peu plus de 30 minutes, comme le premier. Cependant l'album s'appelle De Doden Hebben Het Goed II, ce qui laisse espérer, tout de même, un léger changement.

Aucune sorte d’évolution quelle qu’elle soit ne semble poindre le bout de son nez donc, et pourtant… Si la mélancolie était le maître mot en ce qui concerne l’album précédent, ce second opus n’a plus l’air si triste. En revanche, il en ressort une ambiance si sombre et si maléfique, que l'on a presque l'impression de faire face à un nouveau groupe. Pourtant le style des Belges reste le même, les changements apportés à ce nouvel opus sont assez mineurs, voir inexistants, mais l'aura de ce LP est tellement plus enragé, à la limite du diabolique, qu'il pourrait même surprendre les fans de Black Metal les plus integres.

Et ce constat se fait dès les premières notes de "Ontzieling". Véritable brûlot de tremolos glaciaux et de blast beats effrenés, les trois membres se défoulent littéralement sur leurs instruments pour nous livrer une ambiance froide, désolée et envoûtante. Des riffs hypnotiques répétés à l'infini qui ont le mérite de ne jamais avoir l'air de tourner en rond, grâce à un jeu de guitares plein de surprises, que ce soit de légères variations lors d'un pont, ou bien carrément un nouveau riff arrivé sans prévenir qui change l'atmosphère de la musique d'un coup d'un seul.

Et c'est comme ça tout le long de l'album. Les quatre morceaux s'enchaînent à une vitesse ahurissante, tous empreint de cet ambiance malsaine et mélancolique ; mélancolie qui ressort de cet album comme la seule part d'humanité d'une entité hostile et mystérieuse. Je pourrais parler pendant des heures de la lancinante "Cataract" ou bien de la frénétique "Smeekbede", mais étant dans mon devoir de vous garder la surprise de l'écoute et de la découverte de cet incroyable album, je vais juste tenter de vous convaincre en vous parlant du titre "De Doden Hebben Het Goed II". Ouverte par les cris éraillés et caractéristiques du chanteur au lointain, quelques notes de guitare raisonnent, introduisant le mid-tempo, mené d'un bout à l'autre de la piste, qui arrive. Intro subtile donc, pour une piste qui l'est tout autant, ou presque. Sorte d'hymne d'une cavalcade infernale, le morceaux regorge d'idées et d'infimes variations dans le jeu des guitares le tout créant une atmosphère d'abord guerrière et bouillonnante, puis découragé et poignante pour s'éteindre sur un final déchirant, sans jamais savoir à quel moment le morceau à basculer d'un extrême à l'autre.

Leur musique est toujours ponctuée de pause Post-Musique, comme si le vent seul faisait raisonner les instruments ; en revanche, ces pauses se font désormais à cheval sur deux morceaux, ne tranchant plus une piste en deux, mais donnant du liant à l'album, comme s'il était destiné à être écouté en une fois. D'ailleurs rassurez-vous, malgré l'aspect assez cru de leur style, la production est parfaite, et si vous n'entendez pas de basse cette fois ci, c'est normal, il n'y en a pas. Ce qui ne manque pas à l'album finalement, les Belges arrivant à nous proposer une musique puissante et captivante, sans forcer.

Impressionant et suprenant, maître d'une musique mystérieuse et imagée (comme l'indique mes nombreuses métaphores pourries), WIEGEDOOD arrive au bout de son deuxième album à rendre une copie quasi parfaite, et semble avoir appris par cœur les leçons nordiques pour nous livrer cet effort qui transcende presque le genre en n'apportant strictement aucune évolution. Travaillant l'atmosphère comme personne et ce avec une pudeur et une économie de moyen à souligner, le trio Belges s'impose avec cet album comme une des consécrations de l'année, en atteste leur présence un peu partout en Europe depuis la sortie du-dit album. Le groupe a déjà annoncé la suite de leurs "aventures" pour printemps 2018, chez Century Media intitulé, je vous le donne en mille, De Doden Hebben Het Goed III, suite et fin de la trilogie, qui espérons le, soit du même acabie.

Tracklist :

  1. Cataract
  2. De Doden Hebben Het Goet II
  3. Smeekbede

Bandcamp

par Bocchi le 11/12/2017 à 10:37
93 %    437

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Thanks \,,/ good news


Je ne sais pas si le groupe a été créé de toute pièce, mais je l'ai découvert lors du Clermont metal fest et c'était très très bien . Ca joue très bien et le chant est au top niveau avec quelques poussées très graves. Ok elles sont charmantes et ce n'est pas déplaisant mais leur jeu es(...)


Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.