Il y a deux ans, WIEGEDOOD émergeait du paysage musical Belge avec un premier album, De Doden Hebben Het Goed. Créé par des membres / ex-membres de AMENRA, OATHBREAKER et RISE AND FALL, le trio a su profiter de son patrimoine musical pour faire de son premier essai une oeuvre surprenante et bouleversante, vite rangée dans la catégorie de la mouvance Post Black. Le groupe a pourtant un style très froid et cru humant l'air scandinave, certes parsemé d'accalmie Post-Metal, mais pour autant, c’est plus face à un Black Metal minimaliste très cru, mélancolique et hypnotique que nous avons à faire.

Le 10 février dernier sortait le second album des Belges, et honnêtement, hormis la musique, tout portait à croire que ce second LP allait ressembler à s'y méprendre au premier. L'artwork est une photo d'un "édifice" en bois pris dans un paysage nuageux, comme le premier. Il contient quatre morceaux, pour un total d'un peu plus de 30 minutes, comme le premier. Cependant l'album s'appelle De Doden Hebben Het Goed II, ce qui laisse espérer, tout de même, un léger changement.

Aucune sorte d’évolution quelle qu’elle soit ne semble poindre le bout de son nez donc, et pourtant… Si la mélancolie était le maître mot en ce qui concerne l’album précédent, ce second opus n’a plus l’air si triste. En revanche, il en ressort une ambiance si sombre et si maléfique, que l'on a presque l'impression de faire face à un nouveau groupe. Pourtant le style des Belges reste le même, les changements apportés à ce nouvel opus sont assez mineurs, voir inexistants, mais l'aura de ce LP est tellement plus enragé, à la limite du diabolique, qu'il pourrait même surprendre les fans de Black Metal les plus integres.

Et ce constat se fait dès les premières notes de "Ontzieling". Véritable brûlot de tremolos glaciaux et de blast beats effrenés, les trois membres se défoulent littéralement sur leurs instruments pour nous livrer une ambiance froide, désolée et envoûtante. Des riffs hypnotiques répétés à l'infini qui ont le mérite de ne jamais avoir l'air de tourner en rond, grâce à un jeu de guitares plein de surprises, que ce soit de légères variations lors d'un pont, ou bien carrément un nouveau riff arrivé sans prévenir qui change l'atmosphère de la musique d'un coup d'un seul.

Et c'est comme ça tout le long de l'album. Les quatre morceaux s'enchaînent à une vitesse ahurissante, tous empreint de cet ambiance malsaine et mélancolique ; mélancolie qui ressort de cet album comme la seule part d'humanité d'une entité hostile et mystérieuse. Je pourrais parler pendant des heures de la lancinante "Cataract" ou bien de la frénétique "Smeekbede", mais étant dans mon devoir de vous garder la surprise de l'écoute et de la découverte de cet incroyable album, je vais juste tenter de vous convaincre en vous parlant du titre "De Doden Hebben Het Goed II". Ouverte par les cris éraillés et caractéristiques du chanteur au lointain, quelques notes de guitare raisonnent, introduisant le mid-tempo, mené d'un bout à l'autre de la piste, qui arrive. Intro subtile donc, pour une piste qui l'est tout autant, ou presque. Sorte d'hymne d'une cavalcade infernale, le morceaux regorge d'idées et d'infimes variations dans le jeu des guitares le tout créant une atmosphère d'abord guerrière et bouillonnante, puis découragé et poignante pour s'éteindre sur un final déchirant, sans jamais savoir à quel moment le morceau à basculer d'un extrême à l'autre.

Leur musique est toujours ponctuée de pause Post-Musique, comme si le vent seul faisait raisonner les instruments ; en revanche, ces pauses se font désormais à cheval sur deux morceaux, ne tranchant plus une piste en deux, mais donnant du liant à l'album, comme s'il était destiné à être écouté en une fois. D'ailleurs rassurez-vous, malgré l'aspect assez cru de leur style, la production est parfaite, et si vous n'entendez pas de basse cette fois ci, c'est normal, il n'y en a pas. Ce qui ne manque pas à l'album finalement, les Belges arrivant à nous proposer une musique puissante et captivante, sans forcer.

Impressionant et suprenant, maître d'une musique mystérieuse et imagée (comme l'indique mes nombreuses métaphores pourries), WIEGEDOOD arrive au bout de son deuxième album à rendre une copie quasi parfaite, et semble avoir appris par cœur les leçons nordiques pour nous livrer cet effort qui transcende presque le genre en n'apportant strictement aucune évolution. Travaillant l'atmosphère comme personne et ce avec une pudeur et une économie de moyen à souligner, le trio Belges s'impose avec cet album comme une des consécrations de l'année, en atteste leur présence un peu partout en Europe depuis la sortie du-dit album. Le groupe a déjà annoncé la suite de leurs "aventures" pour printemps 2018, chez Century Media intitulé, je vous le donne en mille, De Doden Hebben Het Goed III, suite et fin de la trilogie, qui espérons le, soit du même acabie.

Tracklist :

  1. Cataract
  2. De Doden Hebben Het Goet II
  3. Smeekbede

Bandcamp

par Bocchi le 11/12/2017 à 10:37
93 %    244

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Moi qui pensais que ça s'appelait le "Glam" ce truc...


Quand est-ce que toutes ces minorités vont arrêter d'emmerder la majorité ?...


C'est exactement ça, Jus : on a le droit de ne pas être d'accord avec cette pratique, mais annuler un concert de metal n'empêchera rien. Heureux de voir que les lyonnais ont leur date maintenue, nous n'avons pas eu cette chance à Marseille.


Annuler ce concert n’arrêtera jamais cette pratique. Je ne défends pas ce massacre hein, mais voila, un concert de TYR en moins ne changerait rien à ça.
Et puis comme sous entendu au dessus je ne supporte pas la "censure", ce n'est jamais une solution valable. Ce n'est pas parce que tu (...)


@MorbidOM :
Les arguments se valent, le problème vient surtout en mon sens du fait de la contradiction formelle de tout ce qui est avancé (cf. ma vanne) et qu'en définitive, toute la dialectique employée ici pour justifier du maintien du concert est celle d'un omnivore pur et dur.
Et(...)


Je suis assez surpris que cette réponse puisse être considérée "intelligente, mesurée et qui prend du recul".

Pour moi c'est un mélange de déculpabilisation sur fond de moralisme bon marché (mais nous on est vegans) de relativisme adolescent (nos bœufs abattus "dans des conditi(...)


1) Malgré tout le désamour que je puisse avoir pour le nouveau diktat vegan, je confirme totalement ce que disent mes deux coreligionnaires du dessus.
2) Je ne savais pas que l'abréviation de ce bazar était "le Grind"...
Que dire de plus hé hé hé !
3) Et juste parce que je s(...)


réponse bien argumentée, +1 jus...


Une réponse intelligente, mesurée et qui prend du recul. Ça fait pas de mal par les temps qui courent...


Je ne peux que confirmer ce que tu nous contes là mon bon Simony :
- DISFUNERAL = AUTOPSY.
- Jamais vu le No Man's Land aussi échaudé.
- Moi aussi j'ai craint un peu pour notre sécurité quand ils ont voulu se la jouer RAMMSTEIN.

PS : Point de détail : DESTRUKT e(...)


Tant mieux alors !!!


Ouais franchement j'ai pris une bonne claque avec ce groupe !


Indian Nightmare c'est juste terrible. C'est exactement ce que j'ai en tête quand on me dit Metal Old-school. Ça sent Satan, la liche et la crasse. Excellent ce groupe.


Le Entombed classique ! Pas le AD !


Entombed ou Entombed AD ???


Super nom.
Super groupe.
Superbes albums.
Superbes covers.
Rien à redire quoi...


Intéressant à lire et bonne découverte de label


vivement les autres interviews! chouette idée!


"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des me(...)


kingdoms est pourtqnt excellent