Give Us Life

Space Chaser

16/07/2021

Metal Blade

Un groupe allemand qui parle de zombies, d’aliens et d’alcool, ça vous dit quelque chose ? Si vous me répondez TANKARD, vous aurez raison d’une certaine manière, mais pas aujourd’hui. Car un autre groupe d’outre-Rhin a commencé sa carrière en se roulant dans la fange de la galéjade alcoolique et horrifique, avant de dévier pour suivre une trajectoire bien plus sérieuse. Et c’est ainsi que les SPACE CHASER, puisqu’il faut bien les nommer, s’inspirent aujourd’hui des écrits de Carl Sagan pour écrire leurs histoires personnelles. Nous parlons donc du soleil qui se bouffe lui-même, d’un futur dystopien, et donc de thèmes d’actualité, pour un Thrash qui va finalement chercher son inspiration dans les années 80 et 90. Dix ans d’existence pour le combo berlinois, mais cinq années de silence depuis leur dernier longue-durée Dead Sun Rising. Un silence qui s’explique assez facilement, puisque les musiciens, mécontents de leurs dernières démos, ont décidé de repartir de zéro pour enregistrer le troisième album digne de ce nom dont ils avaient besoin pour honorer une signature avec le géant Metal Blade, qui leur permettra enfin de se faire un nom sur la scène internationale. C’est d’ailleurs ce qu’ils souhaitent, et ils l’admettent sans ambages, et c’est certainement pour cette raison que ce troisième album sonne si pro, enragé, intelligent et carré.

Enregistré à l’aide de l‘anonyme Jan Oberg au Hidden Planet, et masterisé par l’incontournable Dan Swanö aux Unisound Studios, Give Us Life est donc le résultat des ajustements procédés par le groupe, et n’hésite pas à tremper son Thrash dans d’autres substances, dont le Speed et le Death. SPACE CHASER avoue en tant que collectif adorer le Thrash, mais ne pas forcément chercher à composer un morceau dans ce style. Tout part d’une idée que le groupe laisse grandir, avant d’en faire un morceau à part entière. Et si certains titres des démos mises au placard ont trouvé refuge sur ce dernier-né, la plupart du travail est inédit, mais présente le quintet sous un jour très flatteur. Fini les chœurs à reprendre en foie à longueur de (bas) morceau, finis ces passages un peu trop chantants et optimistes, le nouvel album fait la part belle à la violence et ose des teintes plus sombres pour convaincre le public Metal de sa puissance.

Il s’agit toujours d’un acte de violence, la vie et la mort. Quand une étoile se débarrasse de sa coque et devient une naine blanche, elle finit par mourir, comme toute forme de vie biologique ou non. Si une étoile se transforme en supernova, elle explose et disperse tous les éléments nécessaires à la création de la vie, et le processus recommence, et recommence encore. Des milliers de mondes doivent disparaître pour en créer de nouveaux, afin que la vie continue.

La vie, la mort, l’espace, la création de nouveaux mondes, la vie qui continue, des thèmes classiques et éternels pour un album qui lui, ne se gêne pas pour lier le présent, le passé et le futur du Thrash. Loin des œuvres à consommation rapide sorties d’une chaine McDo de production facile à digestion immédiate, Give Us Life provoque la mort pour donner la vie, et offre à la vague old-school un second souffle, qui risque fort de propulser le groupe au niveau de leader d’un mouvement proche de l’implosion. Sans vraiment chercher à choquer de leur culot ou de leur imagination débordante, les SPACE CHASER se rapprochent parfois d’une version plus agressive et lapidaire du HEATHEN d’Evolution of Chaos, moins progressive, mais beaucoup plus brutale. On peut aussi envisager la chose comme la collision des galaxies SCANNER et OVERKILL (« Signals »), et la voix assez unique de Siegfried Rudzynski, aigue et aux harangues pleines de poigne permet à des compositions à tiroir de sonner immédiates et efficaces. J’en veux pour preuve le nombre conséquent de riffs qui parsèment cette réalisation, sans la laisser s’approcher de trop près du soleil Techno-Thrash pour ne pas se bruler les ailes.

Entre franchise et ambition, ce troisième chapitre de la saga allemande est probablement ce qui se fait de plus professionnel dans le milieu en ce moment. Loin des influences EXODUS, SLAYER, DESTRUCTION à peine régurgitées pour attirer le chaland en manque de facilité, le quintet (Sebastian Kerlikowski - basse/chœurs, Matthias Scheuerer - batterie, Martin Hochsattel - guitare, Leo Schacht - guitare et Siegfried Rudzynski - chant) se creuse la tête pour en extirper des idées sinon neuves, du moins, moins évidentes que la moyenne, et proposer des chansons évolutives, mais écrasantes. Et si les mélodies sont moins prépondérantes que par le passé, elles n’en dérivent pas moins dans l’espace et se font une place enviable sur le hit flamboyant « Burn Them All ».

Doté d’une production moderne pour servir le propos d’une optique old-school, Give Us Life est sans conteste le haut-fait de cette première décennie de création pour les allemands. A l’instar d’un sachet de thé, il faut laisser l’album infuser dans con cerveau et ses veines pour en apprécier les effets et les ambitions, les meilleurs morceaux ayant été disséminés sur toute sa longueur. Et si le burner incandescent « Remnants of Technology » (illustré d’une superbe vidéo aux idées loufoques, mais aux costumes extraordinaires) constitue une entame franche qu’on est en droit d’attendre d’une telle étape cruciale, c’est véritablement « Juggernaut » et son intro en char d’assaut qui donne le véritable signal de la guerre des étoiles.

Les riffs peuvent paraître formels, redondants, le chant un peu systématique, les chœurs brillant par leur absence, mais de fil en aiguille, on appréhende tout le sérieux apporté à la réalisation d’un tel album, pourtant relativement court au regard de ses ambitions. Seul le final « Dark Descent » ose jouer les prolongations ténébreuses pour nous laisser sur un sentiment étrange et amer, avec sa basse claquante et sa rythmique rampante, mais il est inutile d’attendre l’épilogue pour apprécier cette histoire spatiale en phase avec son temps. Il suffit d’affronter le choc de « Cryoshock » qui n’a pas oublié les méthodes syncopées d’EXODUS, et si parfois le quintet se laisse aller à ses instincts les plus allemands (l’intro collégiale de « Antidote to Order », trop cliché), le résultat global est à la hauteur des attentes de Metal Blade, qui a finalement parié sur le bon croiseur intergalactique.

 

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Remnants of Technology

02. Juggernaut

03. Cryoshock

04. A.O.A

05. The Immortals

06. Signals

07. Burn Them All

08. Give Us Life

09. Antidote to Order

10. Dark Descent


Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/08/2021 à 18:01
82 %    661

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Chief Rebel Angel

D'habitude les trolls c'est rigolo, mais là non. Pathétique.

26/05/2022, 09:52

NecroKosmos

J'aimais beaucoup MORTILLERY. Là, même si la voix est toujours là, c'est musicalement assez décevant, ça ne décolle pas trop.

26/05/2022, 07:20

NecroKosmos

Evidemment, quand on ne sait pas lire, il est plus facile de cracher son fiel. Le niveau ici est consternant. De pire en pire.

26/05/2022, 06:23

chantal

Un super groupe qui mérite d'être écouté, laissez vous tenter vous ne le regretterez pas, vos oreilles vous dirons merci.

25/05/2022, 20:23

Moshimosher

RIP...

25/05/2022, 19:20

Deathcotheque

Je n'en reviens pas, je suis bouche bée. Un personnage de notre scène metal française parti bien trop tôt. J'étais moi aussi étonné de ne plus entendre parler de lui et ses divers projets depuis un moment. Qu'est-ce qu'il va nous(...)

25/05/2022, 14:56

Jus de cadavre

Ben bordel ! Que de souvenirs avec Scarve (le reste beaucoup moins)... 

25/05/2022, 14:23

RBD

C'est terrible. C'est surtout son travail pour Mnemic qui m'avait plu mais Scarve restera probablement le plus marquant pour la scène Metal française. Je m'étais étonné de remarquer qu'il ne faisait plus rien depuis quelque temps, m&ecir(...)

25/05/2022, 12:09

Gerggg

Avec le misgivings qui arrive, il a pas chômé Stéphane 

24/05/2022, 20:45

Jus de cadavre

Féroce comme toujours. Un des groupes les plus bestial du pays... Vivement cette sortie !

24/05/2022, 20:04

ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23