Que de chemin parcouru pour BLISS OF FLESH depuis ses débuts il y a maintenant plus de 15 ans !
Aux inconnus de la formation, celle ci officie dans un registre extrême qu'on pourrait qualifier en quelque sorte comme la synthèse d'une forme Death Metal au service d'un fond Black Metal.
Un chemin qui l'amène aujourd'hui à se présenter à nous sous les meilleurs auspices puisque le groupe peut s'enorgueillir d'une récente signature chez Listenable Records, label émérite que tout fan de Metal qui se respecte se doit de connaître vu le passif de l'écurie !
En ce qui concerne ce Empyrean, celui ci symbolise la fin d'un cycle, concluant en effet ici une œuvre entamée deux albums plus tôt. Mais qu'en est il de ce projet ambitieux me direz vous ?
Et bien pour ceux qui n'auraient pas suivi les derniers méfaits des français, ceux ci se sont mis en tête d'adapter musicalement la mythique « Divine Comédie » de Dante Alighieri, ni plus ni moins !
Ce nouvel opus propose donc une relecture personnelle du dernier chapitre de la trilogie, un périple consacré cette fois au Paradis après l'Enfer et le Purgatoire.
Ayant toujours été intrigué par cette fascinante épopée littéraire, cette démarche artistique ne pouvait me laisser de marbre. C'est donc plein d'espoir mais je ne le cache pas d'inquiétude également, que je me prêtais au jeu de cette chronique musicale... et grand bien m'en prit !


Ce qui interpelle d'emblée, en plus du superbe artwork, c'est la qualité du son.
En effet le groupe jouit d'une production assez énorme, le mix fait la part belle à une batterie bien massive tout en conservant une clarté dans le son des guitares et des vocaux. Parlons en du chant justement, il s'agit assurément d'un des points forts de l'album. Dés le premier titre,le bien nommé "Ascension" (tout en progression donc) Necurat nous fait une belle démonstration de son talent, autant à l'aise dans un registre aigu que plus guttural et nous offrant même quelques interventions en voix claire du plus bel effet. Le bougre ose même le chant de gorge sur le titre suivant "Penitent", non sans m'évoquer au passage le grand Attila Csihar. Clairement la performance du chanteur impressionne, et on a parfois l'impression au long de l'album d'écouter les prêches d'un prêtre possédé, une impression d'autant plus renforcée qu'on notera ici et là la présence de chœurs accentuant ce coté solennel.
Quand bien même sa prestation s'avérerait excellente, un chanteur sans groupe pour l'appuyer derrière ne convaincrait pas grand monde. Heureusement pour lui Necurat peut compter sur ses fidèles frères d'arme pour faire feu de tout bois : la basse de J. Poizon ronronne et la batterie pilonne bien comme il faut.
J'ai également plaisir à retrouver le jeu et la touche caractéristique de Sikkardinal, guitariste que j'ai toujours affectionné pour la froideur de ses riffs et surtout également pour ses solos mélodiques.
Je n'ai pas eu envie de me prêter à une analyse titre par titre tant je conçois assez difficilement qu'on puisse écouter cette œuvre autrement que dans son intégralité, d'autant plus vu le « concept »abordé. Sachez toutefois que l'album est loin d'être linéaire mais au contraire très contrasté : il n'est pas rare en effet de voir apparaître de lourdes parties mid tempo après avoir essuyé un violent assaut de blast beats ou encore des  passages quasi-symphoniques. Beaucoup de variations et de relief donc, ce qui permet à l'auditeur exigent d'éviter l'ennui.
Cependant si je ne devais retenir qu'un morceau, LA baffe de cette galette s'intitule éponymement
"Empyrean" et se compose de deux parties que vous trouverez respectivement en pistes 4 & 5.
Tout d'abord vient l'épique et guerrier "Last Kingdom" qui s'ouvre sur un riff dissonant et hypnotique qui continuera de me hanter bien longtemps après la première écoute.
N'imaginez pas pour autant avoir affaire à une bourrine formation de Black/Death bas du front, car ici quand bien même l'agression est bien palpable, le propos est amené avec intelligence et semble baigner dans une aura classique pour ne pas dire sacrée qui ne fait qu'accentuer davantage sa crédibilité...
Quant à ce « Empyrean » gueulé en voix claire, comment ne pas y voir un hommage, intentionnel ou non, au célèbre "Ye Entrancemperium" des mythiques EMPEROR ?
Le groupe sait aussi fort heureusement lever le pied et se la jouer plus introspectif et plus sombre comme c'est le cas sur la 2éme partie titrée "Miserere Mei" et le moins qu'on puisse dire c'est que cette différente facette est méchamment convaincante tant on a parfois l'impression de vivre les pérégrinations de Dante à ses cotés, la musique contribuant à refléter les doutes, les tourments ou les états d'âme, un feeling qu'on retrouvera par ailleurs également sur la dernière piste de ce CD.
Impossible en effet pour moi de ne pas mentionner le titre "Renunciation" qui s'ouvre sur une intro magnifique où même s'invite un violoncelle tandis que le vocaliste scande "Humanity has gone"...
Soudain le groupe semble durcir le ton, pour en définitive nous offrir à ma grande surprise une partie presque Hard Rock qui groove méchamment...et ce n'est sûrement pas son solo Heavy qui viendra me contredire ! (et c'est ainsi que je me surprends à headbanger devant mon pc en écrivant ces lignes)

En conclusion, ne tournons pas autour du pot davantage, le constat s'impose de lui même : avec cette galette le groupe frôle l'excellence et saura satisfaire de nombreux amateurs d'extrême !
La horde nous offre ici une œuvre dense et riche, pour ne pas dire exigeante, du genre à ne pas livrer tous ses secrets à la première écoute.
Pour ma part le seul bémol est peut être la durée des morceaux, car quand bien même l'album affiche 45 minutes au compteur, les titres avoisinent régulièrement les 6 voire les 7 minutes, autant dire qu'ils nécessitent une certaine attention de la part de l'auditeur pour ne pas décrocher...
Mais comme on dit tout se mérite, et peut être est ce le prix à payer pour que la galette révèle toute sa substantifique moelle ? Dommage également que la basse se perde parfois dans le mur de son...
En toute franchise force est d'admettre que ces défauts s'avèrent plutôt dérisoires quant aux nombreuses qualités dont témoigne ce Empyrean, le groupe n'est pas venus pour enfiler des perles et nous propose ici sans doute son œuvre la plus mature et la mieux maîtrisée de sa carrière.
Souhaitons que les mentalités évoluent car quand on aborde le sujet du patrimoine métallique français, il est dommage de constater que ce sont toujours les mêmes deux noms qui reviennent de manière un peu trop récurrente, GOJIRA et PESTE NOIRE (pour les plus extrêmes), alors que nombre de formations méritantes existent en parallèle qui mériteraient une meilleure visibilité...
Quoiqu'il en soit avec BLISS OF FLESH la scène Black/Death hexagonale tient un solide ambassadeur si ce n'est son fer de lance... Vous l'aurez compris un disque très vivement conseillé, à bon entendeur !


Titres de l'album :

  1. Ascension
  2. Penitent
  3. Agnus Dei
  4. Empyrean - Last Kingdom
  5. Empyrean - Miserere Mei
  6. Apostasy
  7. Exercitus Caelorum
  8. Renunciation

Facebook


par James le 07/07/2017 à 12:25
80 %    637

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire


sarah
@89.3.195.155
11/07/2017 à 00:47:51
merci pour la chronique, genial comme d habitude

Jus de cadavre
membre enregistré
11/07/2017 à 01:12:06
J'y trouve un petit côté Behemoth à ce groupe...

James
@78.233.161.37
11/07/2017 à 20:10:43
Absolument d'accord pour le côté Behemoth, j'y ai également pensé en écoutant cet album, j'ai failli les mentionner dans ma chronique ainsi que Belphegor d'ailleurs...

James
@78.233.161.37
11/07/2017 à 20:11:16
Merci Sarah, ça fait très plaisir :-)

Ajouter un commentaire


Lowest Creature

Sacrilegious Pain

Wretch

Man or Machine

Sabaton

The Great War

Pendulum Of Fortune

Return To Eden

Horndal

Remains

Protector

Summon the Hordes

Majesty

Legends

Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Vilest Breed

Live Fuck Die

Riot City

Burn the Night

Combichrist + Terrolokaust

RBD / 17/07/2019
Electro

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

ce type de groupe n'a pas fini de nous plonger dans les abysses du ridicule


J'ai l'impression que le précédent était sorti avant-hier, ils tiennent le rythme ceux-là !


Aaaaaaahhh !!!
C'était le bon vieux temps tout de même hein…
(Vieux con speaking)


dégageait*


Kerry King + 1.
C'est vrai que leur show dégagé pas mal.
J'en ai été d'ailleurs le premier surpris sur le moment...


Je viens de me choper le Pantera. Que j'avais en fait déjà en bootleg sous le nom de "Black Tooth" !
Tant pis... un énorme live en tout cas ! Ultra bourrin !


Magique


ah ouais ? le pantera me fait bien envie aussi ! je l'ai qu'en bootleg degeu et pas complet...


Rien à voir, mais j'ai le Nailbomb en CD du Dynamo...


ce live est sortit ya quelques semaines deja ;) dans la meme serie il y a aussi le live de testament de la meme année.


ah le bon vieux groupe en carton


très mou


Oui, belle pochette !! :)


Je n'aurais jamais cru qu'un jour un groupe ose s'arroger ce nom sacré...


Voilà la meilleure pochette de tous les temps !!


Mou ?!!! Euh...


Un autre groupe qui a tout démonté sur ce Hellfest c'est Anthrax !

Bordel encore furieux ça vieillit pas, putain de patate.

https://www.youtube.com/watch?v=pHKTjsYlNh0


+ 1 bordel !!!
(Comme souvent avec Sieur Jus de cadavre...)


Indifférence générale !


Meilleur concert du Hell, un groupe fou ! J'aimerais vraiment les voir dans une petite salle chauffée à blanc... ça doit faire encore plus mal !