Vous souvenez-vous de cette époque bénie, située entre 1987 et 1990 où chaque semaine, les bacs de nos disquaires étaient envahis par deux ou trois sorties Thrash internationales ? Il semblerait que cette période a trouvé un indéniable écho dans notre présent depuis 2010, puisque les sorties du cru s’amoncèlent sur les bureaux de nos rédactions virtuelles qui se retrouvent noyées sous une crue ininterrompue d’albums dédiés à la gloire d’un Metal violent et incisif, tel que nous avons pu le connaître il y a presque trente ans…

Mais qui s’en plaindrait alors même que la plupart d’entre nous avouent une passion sans bornes pour cette forme de musique si typique d’un esprit rebelle adolescent en mal de sensations fortes ? Personne, j’en conviens, et surtout pas moi, puisque je m’y suis plongé depuis une poignée d’années déjà, relayant de ma plume la quête personnelle de musiciens nostalgiques qui parviennent régulièrement à se hisser à la hauteur de leurs idoles.

La nouveauté du jour nous vient d’Italie, de Verone plus exactement, s’appelle ADVERSOR, et se présente sous la forme d’un quatuor (Dado – chant et guitare, Jacopo Cardi – batterie, Aurora Merci – guitare lead et Emanuele Alimonti – basse)

Rise To Survive est donc leur premier longue durée et fait suite à Beware of Soothsayer, une démo parue en cette même année 2016, décidément fertile pour ce jeune combo aux doigts agiles.

Si leur page Facebook avoue des accointances et des rapprochements évidents avec les éternels SODOM, KREATOR, CORONER, SLAYER, EVILDEAD et autres MEGADETH, SEPULTURA et DEMOLITION HAMMER, c’est bien du côté de ces derniers qu’il faut chercher leur inspiration, non que l’exemple soit symptomatique, mais plutôt exhumé d’un underground Thrash du passé qui semble plus les inspirer que les cadors en vogue en cette ère chérie.

DEMOLITION HAMMER donc, mais aussi VIKING, EXUMER, ANGEL DUST, GRINDER, et même les MORBID SAINT pourquoi pas pour cette approche farouche et débordant d’excès rythmiques, qui de temps à autres cèdent la place à une certaine modération de ton, qui n’est pas moins efficace.

Thrash de série B donc, mais fameux, puisque pendant la petite demi-heure impartie à ces neuf morceaux, les ADVERSOR font preuve de beaucoup de lucidité dans le radicalisme, et expurgent leur brutalité de toute scorie encombrante. Et même lorsque le tempo joue les valseuses et adopte une démarche Heavy bien poussée, la machine tourne à plein régime et vous enflamme les oreilles de ses riffs précis et néanmoins touffus («Abandoned in Hell...Farewell!! »).

Classique dans la forme, extrême dans le fond, ce premier album des Italiens peut se poser en modèle du genre, celui d’un underground des années 80 qui n’avait de cesse de copier les grands modèles pour parvenir à trouver son identité…ou pas.

Celle du quatuor est affirmée, même si encore un peu trop sous influence (le riff d’intro de « Beware of Soothsayer », qu’on trouvait déjà sur leur démo aurait pu être composé par King/Hanneman ou Durkin/Meyer, et le reste du morceau ressemble d’ailleurs pas mal à une jonction entre SLAYER et DARK ANGEL, avec une jolie touche médiane MEGADETH version décoiffée), et certains segments prouvent que les originaires de Vérone ont bien retenu la leçon Thrash pour la réciter à leur manière.

Cette manière est pleine de panache, et juxtapose donc des tempi  très rapides et des accalmies bien Heavy, et lorsque la recette est élaborée avec précision et débauche de son, on atteint les mêmes sommets que les réalisations bien brutales du passé (« Envenomed », dont les EXUMER auraient volontiers fait leur petit-déjeuner). Mais lorsque la pseudo modération veut se faire une place en dehors de sa prison, ça nous donne aussi quelques saillies bien crues et épicées, comme ce « Abhor War Crimes », qui marie avec énergie la fougue d’un FORBIDDEN et la folie instrumentale d’un SACRIFICE, avec en prime, de réguliers instants de puissance en up tempo.

Du très bon boulot donc, et surtout, beaucoup d’intelligence dans la concision, et dans ce refus de laisser traîner les choses trop longtemps. Inutile de chercher l’accumulation gratuite, ça n’est pas le genre de la maison, qui préfère exprimer ses idées via des slogans percutants plutôt qu’au travers de longs discours lénifiants de redondance.

Niveau technique tout à fait honorable, production casher qui sonne comme un LP de l’enfer paru il y a trente ans ou presque, soli incendiaires et véloces, astuces rythmiques ludiques et basse en avant, Rise To Survive est un très joli exercice de style Crossover qui manie le Thrash brutal et le Heavy fatal avec un indéniable brio, avec une subtile approche légèrement Punk les rendant encore plus méchants que la moyenne.

Mais les bougres ne crachent pas sur un brin de mélodie comme le démontre l’entame « Echoes from the Uprising », qui propose une progression hautement mélodique tournant vite au massacre sur sa suite « The Triumph of Terror » à la lisière d’un Thrashcore sans concessions à la CRYPTIC SLAUGHTER/VIKING de Do or Die.

Cette dualité intéressante, renforcée par la concision d’un disque qui refuse tout superflu transforme ce premier essai en quasi coup de maître, puisque rien n’est à jeter.

On retrouve cette approche nucléaire sur le lapidaire « Final Call » qui ne ménage ni les BPM ni les riffs embrasés, et si « Event Horizon » offre une conclusion plus modérée et patiente, l’emphase de ses guitares et le mordant de ce chant décidemment très convaincant laissent un goût très épais dans la bouche qui nous oblige consciemment à retenir le nom des ADVERSOR, pour se le remémorer dans un avenir qu’on imagine très proche.

Inventivité, sauvagerie, appétit vintage prononcé, mais modernisme assumé, ce premier album du quatuor Italien aurait fait un malheur dans les bacs à l’époque, et peut encore se targuer aujourd’hui de faire partie du sommet de la vague revival qui nous engloutit semaine après semaine.

Un bel hommage rendu aux groupes sous-marins qui traçaient leur route au sonar dans les années 80, et qui savaient combiner avec panache des influences respectables et « grand public » et une volonté farouche de sonner plus extrême que la moyenne.

En gros, une rencontre pas si fortuite que ça entre la référence SLAYER et la cadence d’abattage d’un GAMMACIDE sevré de violence KREATOR.

 Un petit flashback fait toujours du bien, surtout lorsqu’il est évoqué avec autant de férocité et de passion sincère enflammée.


Titres de l'album:

  1. Echoes from the Uprising
  2. The Triumph of Terror
  3. Envenomed
  4. Rise to Survive
  5. Abandoned in Hell...Farewell!!
  6. Beware of Soothsayer
  7. Abhor War Crimes
  8. Final Call
  9. Event Horizon

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/12/2016 à 14:55
75 %    297

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Devil's Hand

Devil's Hand

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)


Concert unique ?
Mouais...
Cela sent la reformation à plein nez ça...
Avec tournée des festivals européens d'ici peu...
Et c'est tant mieux !


Oh aller quoi Simony !?
Si tu fais l'effort de venir, je te paierai une ou deux chopines...


Volmerange Les Mines ? Fait chier parce que ça c'était une date faite pour The Riveter à Nancy mais cette salle n'existant plus... content de voir que l'association continue mais Volmerange... c'est loin de chez moi et un lundi soir c'est même pas la peine d'espérer... pffff....


Bah moi je serai à la troisième date française totalement zappée par vos services...
Et toc !


Merrimack live c'est rare ! Sur album c'est excellent, mais live c'est tout aussi bon ! Et pour le coup c'est l'excellent Omegaphilia qui sera joué en entier...


Allez y !


Entièrement d'accord et aussi bon sur albums qu'en live.


Eux qui nous ont habitué à l'excellence, je trouve qu'ici on est plutôt dans le low cost... un peu comme la qualité de ce titre d'ailleurs.