Jouer du bon Thrash nécessite un investissement total. Un bagage technique conséquent. Une passion sans faille. Une inspiration tout sauf à l’avenant. Une connaissance des grands classiques permettant de s’en inspirer sans plagier. Un son béton. Des riffs maousses et une rythmique en sprint de fond. Un sens de la mélodie affirmé pour contrebalancer des jets de bile en mi augmenté. Un son épais et puissant, et quelques caractéristiques individuelles notables. Genre, l’aptitude rythmique de frontman de James Hetfield. Le sens de la démesure de SLAYER. Le fun millimétré d’EXODUS. La démence précoce de MUNICIPAL WASTE. Ou à la rigueur, les aspirations progressives et évolutives de CORONER. Le sens de l’énigme de MEKONG DELTA. La préciosité de WATCHTOWER. L’absence de limite des VIO-LENCE. Bref, une liste d’impératifs qui ne peuvent rester lettre morte sous peine d’accoucher d’une œuvre dispensable et anecdotique, d’autant plus que le livre d’histoire du genre est déjà bien encombré de chefs d’œuvre assumés. Alors, que faire dès lors lorsqu’on ne possède pas les atouts indispensables à l’élaboration d’un LP mémorable ? Se taire ? Oui, c’est la meilleure des solutions, pour ne pas passer pour des fions. Ou alors, posséder toutes les qualités susmentionnées, et accoucher d’un LP monstrueux, associant immédiateté épidermique, science technique, flair mosh et riffs qui torchent, ce qui est immanquablement le cas de nos amis du jour, qui avec leur premier longue-durée viennent de foutre un grand coup de baskets dans la fourmilière. Ils auraient pu être américains, anglais ou brésiliens, mais le hasard a fait qu’ils se revendiquent canadiens, et je dois avouer que Lethal Revenge est un opus qui porte diablement bien son nom tant il évoque les meilleurs travaux du genre tout en y insufflant sa patte.

Niveau bio, les W.M.D nous informent que leur patronyme en initiales signifie WHEN MINDS DEVELOP, ce qui leur permet de prétendre accéder à un degré supérieur de conscience Thrash. Processus qui se révèle incroyablement performant à l’écoute de ces neuf morceaux qui ne font pas de quartier, mais qui découpent de fines ou épaisses tranches de violence pour nous en rassasier. Nous en venant de Calgary, ce quatuor à la vingtaine à peine entamée (Skyler Mills - chant/guitare, Brody Blaze - guitare, Nolan Benedetti - batterie et Jake Axl Wendt - basse) a tout de même pris son temps depuis sa création en 2015 pour élaborer l’un des premiers jets les plus convaincants de la vague old-school, en distillant un crossover recoupant toutes les composantes du créneau, à cheval entre Thrash de malades et Hardcore pas en rade. Mais si l’appartenance à la scène Metal est indiscutable sur ce premier long, l’énergie développée est directement héritée de la scène NYHC, avec ce chant qui semble émaner d’une salle mythique new-yorkaise, et cette basse qui sonne plus ronde et énervée que Harley Flanagan complètement torché. Lethal Revenge en substance, se veut résumé exhaustif d’une époque bénie, balisée par des influences revendiquées (MORTILLERY, WEST OF HELL ,GATEKRASHÖR, VIOLATOR, LUCID SCREAM, BLACKEST SIN, RIOT CITY, HAVOK, ENFORCER, OUTLAWS OF RAVENHURST, DEATH, DUST BOLT, IRON REAGAN, LOST SOCIETY, EXMORTUS, MUNICIPAL WASTE), qui peinent pourtant à épouser les contours d’une musique si personnelle qu’on ne peut se résoudre à la synthétiser de la somme de ses parties accolées. Mais en privilégiant des morceaux parfois très longs, qui pourtant jouent la diversité, les quatre canadiens ont bien joué leur coup, tellement bien que leur entrée en matière pourrait sans peine figurer dans une anthologie du passé, alors que terriblement ancrée dans le présent.

Avant d’aller plus en avant dans l’analyse des compositions, intéressons-nous aux individualités. Au poste de frontman, Skyler Mills fait des merveilles et domine de ses cordes vocales juvéniles et hystériques un instrumental dopé à la bonafide, instrumental élaboré collégialement par une bande qui n’a pas la saccade dans sa poche, ni les harmonies dans les croches. Soliste plus que compétent, qui ne bavarde pas mais balance ses aphorismes lapidaires au bon moment, et batteur complètement frappé, capable de soutenir un tempo martelé avant de partir en vrille lors de fills de damné, sorte de trait d’union entre Brian Lehfeldt (WEHRMACHT) et Dave Lombardo, et collectif au-dessus de tout soupçon, exempt de reproche tant son implication dépasse la raison. Un groupe à la cohésion diabolique pour un sens de la composition épique, s’articulant autour d’interventions parfois lapidaires (« Capture & Kill », au refrain anthémique qui donne envie de prendre une machette et de passer ensuite la balayette), et parfois étrangement progressives et en colère (« Lethal Revenge », plus de huit minutes rappelant les magiques DEATH ANGEL, tout autant que les premiers groupes de la vague Speed/Thrash allemande, ASSASSIN en tête de ligne), pour un voyage au long-cours qui en profite pour donner quelques cours d’euphorie et d’enthousiasme. Cette rondelle dégage en effet plus de puissance que le réacteur central des NUCLEAR ASSAULT, et impossible de rester de marbre face à cette débauche d’énergie, qui n’oublie pas les accalmies en route histoire de ne pas nous coller des croutes.

Neuf titres, et autant de coups dans le mille, avec un déferlement de riffs anthologiques, dont celui complètement à la masse de « Thrash Attack », ridiculisant trente ans de DESTRUCTION de sa vitesse de pousse de champignon hallucinogène et de sa densité anxiogène. A cheval entre un dragster lancé plein pot et un camion bourré de T.N.T roulant sur un chemin de boue bien crado, Lethal Revenge n’est rien de moins qu’un album parfait, qui a tout compris au style qu’il prône, accumulant les breaks ingénieux, les riffs teigneux, les motifs hargneux et les cris belliqueux. Et que le tout se veuille ambitieux et harmonique à rendre Jeff Waters heureux (« The Brazen Bull », le genre de truc immédiat que l’autre canadien composait du temps de sa grandeur), ou concassant comme une presse démoniaque et hantée réduisant les intrus en pile de vieux journaux compressés (« Toxic Burn », ou comment réconcilier les fans de VIO-LENCE et les défenseurs de MUNICIPAL WASTE), tous les essais sont transformés, et les quarante-cinq minutes trop vite passées. Véritable déclaration d’amour envers un extrême raisonnable qui en a pourtant assez qu’on l’exhume de sa tombe, ce premier LP des W.M.D est un témoignage de la vitalité de la scène canadienne, et surtout, la trace de l’émergence d’une engeance surdouée, capable de jouer aussi vite que son ombre, mais de prendre son temps pour composer. Une rondelle à classer aux côtés du dernier WARFECT et du séminal Eternal Nightmare, mais qu’on ne risque pas de laisser sur les étagères trop longtemps. Mais au vu de la puissance que ce truc génère, il m’étonnerait sincèrement qu’il puisse prendre la poussière.   


Titres de l'album :

                         1.Ignition

                         2.Capture & Kill

                         3.Lethal Revenge

                         4.The Age of Extinction

                         5.Toxic Burn

                         6.Fragmentation

                         7.The Brazen Bull

                         8.Thrash Attack

                         9.Virus

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/11/2018 à 14:26
88 %    142

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)