Jouer du bon Thrash nécessite un investissement total. Un bagage technique conséquent. Une passion sans faille. Une inspiration tout sauf à l’avenant. Une connaissance des grands classiques permettant de s’en inspirer sans plagier. Un son béton. Des riffs maousses et une rythmique en sprint de fond. Un sens de la mélodie affirmé pour contrebalancer des jets de bile en mi augmenté. Un son épais et puissant, et quelques caractéristiques individuelles notables. Genre, l’aptitude rythmique de frontman de James Hetfield. Le sens de la démesure de SLAYER. Le fun millimétré d’EXODUS. La démence précoce de MUNICIPAL WASTE. Ou à la rigueur, les aspirations progressives et évolutives de CORONER. Le sens de l’énigme de MEKONG DELTA. La préciosité de WATCHTOWER. L’absence de limite des VIO-LENCE. Bref, une liste d’impératifs qui ne peuvent rester lettre morte sous peine d’accoucher d’une œuvre dispensable et anecdotique, d’autant plus que le livre d’histoire du genre est déjà bien encombré de chefs d’œuvre assumés. Alors, que faire dès lors lorsqu’on ne possède pas les atouts indispensables à l’élaboration d’un LP mémorable ? Se taire ? Oui, c’est la meilleure des solutions, pour ne pas passer pour des fions. Ou alors, posséder toutes les qualités susmentionnées, et accoucher d’un LP monstrueux, associant immédiateté épidermique, science technique, flair mosh et riffs qui torchent, ce qui est immanquablement le cas de nos amis du jour, qui avec leur premier longue-durée viennent de foutre un grand coup de baskets dans la fourmilière. Ils auraient pu être américains, anglais ou brésiliens, mais le hasard a fait qu’ils se revendiquent canadiens, et je dois avouer que Lethal Revenge est un opus qui porte diablement bien son nom tant il évoque les meilleurs travaux du genre tout en y insufflant sa patte.

Niveau bio, les W.M.D nous informent que leur patronyme en initiales signifie WHEN MINDS DEVELOP, ce qui leur permet de prétendre accéder à un degré supérieur de conscience Thrash. Processus qui se révèle incroyablement performant à l’écoute de ces neuf morceaux qui ne font pas de quartier, mais qui découpent de fines ou épaisses tranches de violence pour nous en rassasier. Nous en venant de Calgary, ce quatuor à la vingtaine à peine entamée (Skyler Mills - chant/guitare, Brody Blaze - guitare, Nolan Benedetti - batterie et Jake Axl Wendt - basse) a tout de même pris son temps depuis sa création en 2015 pour élaborer l’un des premiers jets les plus convaincants de la vague old-school, en distillant un crossover recoupant toutes les composantes du créneau, à cheval entre Thrash de malades et Hardcore pas en rade. Mais si l’appartenance à la scène Metal est indiscutable sur ce premier long, l’énergie développée est directement héritée de la scène NYHC, avec ce chant qui semble émaner d’une salle mythique new-yorkaise, et cette basse qui sonne plus ronde et énervée que Harley Flanagan complètement torché. Lethal Revenge en substance, se veut résumé exhaustif d’une époque bénie, balisée par des influences revendiquées (MORTILLERY, WEST OF HELL ,GATEKRASHÖR, VIOLATOR, LUCID SCREAM, BLACKEST SIN, RIOT CITY, HAVOK, ENFORCER, OUTLAWS OF RAVENHURST, DEATH, DUST BOLT, IRON REAGAN, LOST SOCIETY, EXMORTUS, MUNICIPAL WASTE), qui peinent pourtant à épouser les contours d’une musique si personnelle qu’on ne peut se résoudre à la synthétiser de la somme de ses parties accolées. Mais en privilégiant des morceaux parfois très longs, qui pourtant jouent la diversité, les quatre canadiens ont bien joué leur coup, tellement bien que leur entrée en matière pourrait sans peine figurer dans une anthologie du passé, alors que terriblement ancrée dans le présent.

Avant d’aller plus en avant dans l’analyse des compositions, intéressons-nous aux individualités. Au poste de frontman, Skyler Mills fait des merveilles et domine de ses cordes vocales juvéniles et hystériques un instrumental dopé à la bonafide, instrumental élaboré collégialement par une bande qui n’a pas la saccade dans sa poche, ni les harmonies dans les croches. Soliste plus que compétent, qui ne bavarde pas mais balance ses aphorismes lapidaires au bon moment, et batteur complètement frappé, capable de soutenir un tempo martelé avant de partir en vrille lors de fills de damné, sorte de trait d’union entre Brian Lehfeldt (WEHRMACHT) et Dave Lombardo, et collectif au-dessus de tout soupçon, exempt de reproche tant son implication dépasse la raison. Un groupe à la cohésion diabolique pour un sens de la composition épique, s’articulant autour d’interventions parfois lapidaires (« Capture & Kill », au refrain anthémique qui donne envie de prendre une machette et de passer ensuite la balayette), et parfois étrangement progressives et en colère (« Lethal Revenge », plus de huit minutes rappelant les magiques DEATH ANGEL, tout autant que les premiers groupes de la vague Speed/Thrash allemande, ASSASSIN en tête de ligne), pour un voyage au long-cours qui en profite pour donner quelques cours d’euphorie et d’enthousiasme. Cette rondelle dégage en effet plus de puissance que le réacteur central des NUCLEAR ASSAULT, et impossible de rester de marbre face à cette débauche d’énergie, qui n’oublie pas les accalmies en route histoire de ne pas nous coller des croutes.

Neuf titres, et autant de coups dans le mille, avec un déferlement de riffs anthologiques, dont celui complètement à la masse de « Thrash Attack », ridiculisant trente ans de DESTRUCTION de sa vitesse de pousse de champignon hallucinogène et de sa densité anxiogène. A cheval entre un dragster lancé plein pot et un camion bourré de T.N.T roulant sur un chemin de boue bien crado, Lethal Revenge n’est rien de moins qu’un album parfait, qui a tout compris au style qu’il prône, accumulant les breaks ingénieux, les riffs teigneux, les motifs hargneux et les cris belliqueux. Et que le tout se veuille ambitieux et harmonique à rendre Jeff Waters heureux (« The Brazen Bull », le genre de truc immédiat que l’autre canadien composait du temps de sa grandeur), ou concassant comme une presse démoniaque et hantée réduisant les intrus en pile de vieux journaux compressés (« Toxic Burn », ou comment réconcilier les fans de VIO-LENCE et les défenseurs de MUNICIPAL WASTE), tous les essais sont transformés, et les quarante-cinq minutes trop vite passées. Véritable déclaration d’amour envers un extrême raisonnable qui en a pourtant assez qu’on l’exhume de sa tombe, ce premier LP des W.M.D est un témoignage de la vitalité de la scène canadienne, et surtout, la trace de l’émergence d’une engeance surdouée, capable de jouer aussi vite que son ombre, mais de prendre son temps pour composer. Une rondelle à classer aux côtés du dernier WARFECT et du séminal Eternal Nightmare, mais qu’on ne risque pas de laisser sur les étagères trop longtemps. Mais au vu de la puissance que ce truc génère, il m’étonnerait sincèrement qu’il puisse prendre la poussière.   


Titres de l'album :

                         1.Ignition

                         2.Capture & Kill

                         3.Lethal Revenge

                         4.The Age of Extinction

                         5.Toxic Burn

                         6.Fragmentation

                         7.The Brazen Bull

                         8.Thrash Attack

                         9.Virus

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/11/2018 à 14:26
88 %    107

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.