Jouer du bon Thrash nécessite un investissement total. Un bagage technique conséquent. Une passion sans faille. Une inspiration tout sauf à l’avenant. Une connaissance des grands classiques permettant de s’en inspirer sans plagier. Un son béton. Des riffs maousses et une rythmique en sprint de fond. Un sens de la mélodie affirmé pour contrebalancer des jets de bile en mi augmenté. Un son épais et puissant, et quelques caractéristiques individuelles notables. Genre, l’aptitude rythmique de frontman de James Hetfield. Le sens de la démesure de SLAYER. Le fun millimétré d’EXODUS. La démence précoce de MUNICIPAL WASTE. Ou à la rigueur, les aspirations progressives et évolutives de CORONER. Le sens de l’énigme de MEKONG DELTA. La préciosité de WATCHTOWER. L’absence de limite des VIO-LENCE. Bref, une liste d’impératifs qui ne peuvent rester lettre morte sous peine d’accoucher d’une œuvre dispensable et anecdotique, d’autant plus que le livre d’histoire du genre est déjà bien encombré de chefs d’œuvre assumés. Alors, que faire dès lors lorsqu’on ne possède pas les atouts indispensables à l’élaboration d’un LP mémorable ? Se taire ? Oui, c’est la meilleure des solutions, pour ne pas passer pour des fions. Ou alors, posséder toutes les qualités susmentionnées, et accoucher d’un LP monstrueux, associant immédiateté épidermique, science technique, flair mosh et riffs qui torchent, ce qui est immanquablement le cas de nos amis du jour, qui avec leur premier longue-durée viennent de foutre un grand coup de baskets dans la fourmilière. Ils auraient pu être américains, anglais ou brésiliens, mais le hasard a fait qu’ils se revendiquent canadiens, et je dois avouer que Lethal Revenge est un opus qui porte diablement bien son nom tant il évoque les meilleurs travaux du genre tout en y insufflant sa patte.

Niveau bio, les W.M.D nous informent que leur patronyme en initiales signifie WHEN MINDS DEVELOP, ce qui leur permet de prétendre accéder à un degré supérieur de conscience Thrash. Processus qui se révèle incroyablement performant à l’écoute de ces neuf morceaux qui ne font pas de quartier, mais qui découpent de fines ou épaisses tranches de violence pour nous en rassasier. Nous en venant de Calgary, ce quatuor à la vingtaine à peine entamée (Skyler Mills - chant/guitare, Brody Blaze - guitare, Nolan Benedetti - batterie et Jake Axl Wendt - basse) a tout de même pris son temps depuis sa création en 2015 pour élaborer l’un des premiers jets les plus convaincants de la vague old-school, en distillant un crossover recoupant toutes les composantes du créneau, à cheval entre Thrash de malades et Hardcore pas en rade. Mais si l’appartenance à la scène Metal est indiscutable sur ce premier long, l’énergie développée est directement héritée de la scène NYHC, avec ce chant qui semble émaner d’une salle mythique new-yorkaise, et cette basse qui sonne plus ronde et énervée que Harley Flanagan complètement torché. Lethal Revenge en substance, se veut résumé exhaustif d’une époque bénie, balisée par des influences revendiquées (MORTILLERY, WEST OF HELL ,GATEKRASHÖR, VIOLATOR, LUCID SCREAM, BLACKEST SIN, RIOT CITY, HAVOK, ENFORCER, OUTLAWS OF RAVENHURST, DEATH, DUST BOLT, IRON REAGAN, LOST SOCIETY, EXMORTUS, MUNICIPAL WASTE), qui peinent pourtant à épouser les contours d’une musique si personnelle qu’on ne peut se résoudre à la synthétiser de la somme de ses parties accolées. Mais en privilégiant des morceaux parfois très longs, qui pourtant jouent la diversité, les quatre canadiens ont bien joué leur coup, tellement bien que leur entrée en matière pourrait sans peine figurer dans une anthologie du passé, alors que terriblement ancrée dans le présent.

Avant d’aller plus en avant dans l’analyse des compositions, intéressons-nous aux individualités. Au poste de frontman, Skyler Mills fait des merveilles et domine de ses cordes vocales juvéniles et hystériques un instrumental dopé à la bonafide, instrumental élaboré collégialement par une bande qui n’a pas la saccade dans sa poche, ni les harmonies dans les croches. Soliste plus que compétent, qui ne bavarde pas mais balance ses aphorismes lapidaires au bon moment, et batteur complètement frappé, capable de soutenir un tempo martelé avant de partir en vrille lors de fills de damné, sorte de trait d’union entre Brian Lehfeldt (WEHRMACHT) et Dave Lombardo, et collectif au-dessus de tout soupçon, exempt de reproche tant son implication dépasse la raison. Un groupe à la cohésion diabolique pour un sens de la composition épique, s’articulant autour d’interventions parfois lapidaires (« Capture & Kill », au refrain anthémique qui donne envie de prendre une machette et de passer ensuite la balayette), et parfois étrangement progressives et en colère (« Lethal Revenge », plus de huit minutes rappelant les magiques DEATH ANGEL, tout autant que les premiers groupes de la vague Speed/Thrash allemande, ASSASSIN en tête de ligne), pour un voyage au long-cours qui en profite pour donner quelques cours d’euphorie et d’enthousiasme. Cette rondelle dégage en effet plus de puissance que le réacteur central des NUCLEAR ASSAULT, et impossible de rester de marbre face à cette débauche d’énergie, qui n’oublie pas les accalmies en route histoire de ne pas nous coller des croutes.

Neuf titres, et autant de coups dans le mille, avec un déferlement de riffs anthologiques, dont celui complètement à la masse de « Thrash Attack », ridiculisant trente ans de DESTRUCTION de sa vitesse de pousse de champignon hallucinogène et de sa densité anxiogène. A cheval entre un dragster lancé plein pot et un camion bourré de T.N.T roulant sur un chemin de boue bien crado, Lethal Revenge n’est rien de moins qu’un album parfait, qui a tout compris au style qu’il prône, accumulant les breaks ingénieux, les riffs teigneux, les motifs hargneux et les cris belliqueux. Et que le tout se veuille ambitieux et harmonique à rendre Jeff Waters heureux (« The Brazen Bull », le genre de truc immédiat que l’autre canadien composait du temps de sa grandeur), ou concassant comme une presse démoniaque et hantée réduisant les intrus en pile de vieux journaux compressés (« Toxic Burn », ou comment réconcilier les fans de VIO-LENCE et les défenseurs de MUNICIPAL WASTE), tous les essais sont transformés, et les quarante-cinq minutes trop vite passées. Véritable déclaration d’amour envers un extrême raisonnable qui en a pourtant assez qu’on l’exhume de sa tombe, ce premier LP des W.M.D est un témoignage de la vitalité de la scène canadienne, et surtout, la trace de l’émergence d’une engeance surdouée, capable de jouer aussi vite que son ombre, mais de prendre son temps pour composer. Une rondelle à classer aux côtés du dernier WARFECT et du séminal Eternal Nightmare, mais qu’on ne risque pas de laisser sur les étagères trop longtemps. Mais au vu de la puissance que ce truc génère, il m’étonnerait sincèrement qu’il puisse prendre la poussière.   


Titres de l'album :

                         1.Ignition

                         2.Capture & Kill

                         3.Lethal Revenge

                         4.The Age of Extinction

                         5.Toxic Burn

                         6.Fragmentation

                         7.The Brazen Bull

                         8.Thrash Attack

                         9.Virus

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/11/2018 à 14:26
88 %    251

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !