A Million Volt Scream

Transport League

06/09/2019

Mighty Music

Voici donc exposé l’un des secrets les moins bien gardé de Suède, puisque les TRANSPORT LEAGUE sont une référence mondiale depuis plus de vingt-cinq ans. Pardonnez-leur quelques années de séparation entre 2005 et 2009, puisque depuis ils ont toujours répondu présent à l’appel d’un Hard Rock graisseux et nerveux, publiant des albums d’une qualité constante. Ils en ont d’ailleurs sorti autant après qu’avant, et ce A Million Volt Screams au titre franc du collier est donc leur huitième réalisation longue durée, et le premier sur le label danois référentiel Mighty Music, qui se réjouit d’ailleurs de cette collaboration. De là, comment orienter le néophyte sans trop lui en dire, mais suffisamment pour voir ses oreilles commencer à baver d’impatience ? Simple, en se référant à l’une des anciennes œuvres du quatuor (Tony Julien Jelencovich - guitare/chant, Peter Hunyadi - guitare, Dennis Österdal - basse et Mattias Starander - batterie), ce séminal Boogie from Hell qui scella (on l’espère définitivement) leur retour en 2013. D’ailleurs, inutile de trop vous fier aux étiquettes qui traîneront sur la toile et les sites de base, qui évoquent avec plus ou moins de bonheur un concept tirant sur le Sludge, le Doom ou je ne sais quelle excroissance bâtarde, puisque les TRANSPORT LEAGUE, à l’instar de MOTORHEAD sont plus un groupe de Rock amplifié qu’autre chose, avec des influences évidemment, mais aussi une propension à piocher là où bon leur semble les ingrédients de leur discorde. Et A Million Volt Screams n’échappe pas à ce principe immuable, distillant une dizaine de morceaux grassouillets, mais incroyablement groovy et dansants, malgré des riffs aussi lourds que l’humour d’un dragueur bourré.

D’aucuns parleraient de méthode scandinave de recyclage de la violence en aisance. Il est certain que ce pays est le dépositaire d’une recette imparable pour phagocyter le jeu de ses aînés et de le restituer chaloupé, mais autant avouer que ce huitième album à la fraîcheur glauque des premiers jets qu’on est en droit d’attendre d’un groupe aux dents longues et à la carrière naissante. Produit dans deux studios (Oral Majority Recordings et Top Floor studios) par Roberto Laghi (IN FLAMES, ENTOMBED AD, RAISED FIST, SONIC SYNDICATE, MUSTASCH, HARDCORE SUPERSTAR), qui s’est aussi occupé du mixage tant qu’à faire, A Million Volt Screams est une nouvelle affaire de lourdeur dans la diversité, et de pluralité dans l’osmose, et profite d’un son énorme et gras pour nous offrir plus que ce que la production actuelle nous donne d’ordinaire, passant sans vergogne d’un accent NOLA très prononcé à un binaire à la nordique ambiancé. On retrouve évidemment la patte d’un groupe qui connaît son affaire depuis très longtemps, et qui a rodé son approche sur toutes les scènes du monde, mais qui semble n’être jamais rassasié de guitares assassines mais mutines. Grosse distorsion qui adapte le vocable de l’Amérique des CORROSION et DOWN à la compréhension européenne d’un Heavy Metal plus entraînant que violent, sens du motif immédiat qui ne tourne pas autour du pot, et constructions simples mais pas simplistes pour autant. Et en substance, un survol complet d’une carrière débutée en 1994 mais qui aurait tout aussi bien pu voir le jour hier.

Très frais dans l’attitude, les musiciens savent qu’il faut frapper fort dès le départ, mais ne pas flamber et tenir la distance. C’est pour ça que celle qui sépare l’hymne absolu « A Million Volt Scream » du final « Rabid Horizon » est d’une quarantaine de minutes, mais d’un souffle qui passe entre les tympans à une vitesse folle. En optant pour une mise en jambes boogie en diable, les TRANSPORT LEAGUE valident la comparaison déjà formulée avec Phil A. et tous ses potes avides de rythmiques vaudou et de riffs en bambou, mais ils se retournent aussi vers leur propre passé qui a déjà accepté depuis longtemps ces rythmiques en ternaire qui donnent des fourmis dans les jambes des centenaires. La voix de Tony Julien Jelencovich, un peu rauque sur les bords mais surtout Rock qui met tout le monde d’accord se satisfait très bien de cette ambiance de bar un peu louche avec foule interlope accrochée à son godet, tandis que le duo basse/batterie mouline tout ce qu’il peut pour nous faire tanguer d’enivrement. En version mid tempo plus appuyé, le quatuor est tout aussi crédible, et se rapproche du ENTOMBED au virage Death n’Roll, tout en digérant le legs scandinave d’un Punk Rock un peu crade, mais addictif dans ses motifs. Mais sans tomber dans l’analyse linéaire qui n’apporte pas grand-chose, concédons à ce tracklisting une réelle envie, des possibilités, et surtout, une façon de nous servir des plats copieux mais variés, et juste assez roboratifs pour ne pas encombrer l’estomac auditif. Mode lourd, comprimé et plutôt suintant, version RAMMSTEIN qui tâte des eaux du nord plutôt que des flammes germaines (« Monster Human »), version plus nuancée avec chant clair et silences d’une guitare qui laisse la basse vrombir (école Desert Rock sur « Dawn of Lucifer »), compactage avec presse hydraulique rendement maximum pour une autre démonstration de Boogie hardcore (« Vultures »), tout y passe, avec flair, et surtout, avec des gimmicks qui s’incrustent dans la tête. Réussite ? Plus que ça, une fête pour tous les amoureux d’un Heavy bien sale, mais qui s’essuie quand même les pieds sur le paillasson de la qualité.

En gros, une quarantaine de minutes qui donnent le sentiment de n’en durer que la moitié, puisque le quatuor ne se gêne toujours pas pour virevolter. Ce qu’on apprécie toujours autant chez les suédois, c’est cette façon d’accepter leur son tout en l’adaptant à l’envie du moment, sans se laisser cataloguer, et assumant quelques dérapages garage qui reviennent vite dans le giron de l’épais qui nourrit (« Facedown Bondage »). Pas moyen de trouver le moindre reproche à formuler, que l’atmosphère se souvienne des nuits de BLACK SABBATH dans les rêves de DOWN (« Slave in Orbit », une sorte d’inédit de BADLANDS passé à la moulinette de la Louisiane à Stockholm), ou qu’elle reprenne les tonalités du Heavy des années 90 qui cherchait une porte de sortie à sa propre linéarité (« Creature Grunts », que PANTERA aurait pu nous coller comme vulgaire étalage de puissance). Certes, TRANSPORT LEAGUE est le secret le moins bien gardé du royaume de Suède, mais qu’importe. Le monde les connaît et c’est tant mieux, amplement mérité, et A Million Volt Screams fournira de l’électricité à des milliers de metalheads à travers le monde sans risquer de les faire disjoncter.  

  

Titres de l’album :

                          1. A Million Volt Scream

                          2. 1200 Goddamned

                          3. Monster Human

                          4. Dawn of Lucifer

                          5. Vultures

                          6. Vanished Empire

                          7. Facedown Bondage

                          8. Slave in Orbit

                          9. Creature Grunts

                          10. Rabid Horizon

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/08/2019 à 16:45
85 %    311

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Demonical + Mystifier 08/07 : Le Klub, Paris (75)
Demonical + Mystifier 09/07 : L'usine A Musique, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
arioch91

@RBD, voir Depeche Mode ici ne me dérange pas outre mesure.

J'ai beau adorer le Thrash ('fin, plus ça va et plus j'adore le Thrash de l'Âge d'or du style) et le Death, mon groupe Ultime n'a rien de Metal puisqu'il s'agit d'Ange.

Et d'ailleurs, je serai ravi qu'on en parl(...)

08/07/2020, 13:23

RBD

Voilà longtemps que je suis habitué aux réactions des métalleux quand je parle de Depeche Mode. Et je sais qu'à chaque fois, j'en trouve qui sont aussi fans et qui sont ravis de sortir du bois. Ils sont particulièrement heureux de pouvoir en parler avec quelqu'un qui partage également leurs g(...)

08/07/2020, 13:12

Arioch91

RockHard porte bien son nom, il est trés orienté Rock et Hard. Le côté musique extrême n'est clairement pas mis en avant.

Pour moi, ça ne m'importe que bien peu.

Et il y a tout de même un ou deux chroniqueurs qui causent Thrash/Black/Death à chaque numéro.

08/07/2020, 12:05

Arioch91

Ah, ben v'là un truc qui donne envie !

08/07/2020, 12:00

Oliv

La presse metal a vachement régressé effectivement, j’achetais avec plaisir les hard rock, metallian Etc ... car il y’a avait des interviews de qualité et des chroniques de cds. Depuis un bout de temps c’est de la redite , les mêmes questions qui reviennent et des sujets comme ta première(...)

08/07/2020, 11:50

Simony

Mais il n'y a pas de mal cher steelvore666, rien que le fait que tu lises le report montre que tu es plus ouvert que tu ne le crois...

08/07/2020, 11:13

steelvore666

Pas de soucis ! Il me faut bien avouer qu'au contraire je ne suis pas vraiment ouvert d'esprit lorsqu'il s'agit de musique.
Ceci étant, ce report est plutôt bien écrit et ne faisant pas partie de l'équipe de Metalnews je ne me vois pas donner de leçons sur la ligne éditoriale.
Diso(...)

08/07/2020, 10:36

LeMoustre

Vraiment intéressant, ça, ils riffent nickel à priori. Bon, en 40 secondes difficile de juger, mais ça a l'air bien velu.

08/07/2020, 10:27

LeMoustre

Et voilà, après un numéro intéressant et un peu plus "dur" (celui avec Mercyful Fate), ils retombent dans leurs travers : toujours les mêmes trucs soit vieux (Deep Purple en couv'), soit invariablement les mêmes groupes (Avatar, Blue Pills...). Ah, y'a pas Sabaton, cette fois. C'est con, l'enq(...)

08/07/2020, 10:25

KaneIsBack

Du death comme New Standard Elite en refile par paquets de douze : naze, plat et sans véritable violence. Et puis, des "albums" de 20 minutes à peine, bonjour le foutage de gueule !

08/07/2020, 10:19

Hoover

Un bon album mais bien en-deçà de Medusa qui est pour moi ce qu'ils ont fait de mieux depuis Draconian times.

08/07/2020, 07:10

Humungus

Je ne connaissais pas du tout...
Ben c'est effectivement du tout bon bordel !

08/07/2020, 05:13

Thrashing Metropolity

Necrokosmos :
Bon courage pour trouver ça en CD à un prix CORRECT.
Juste impossible ! Et ça fait des années que je scrute partout. :-/

Hyper étonné de savoir que ce chanteur est parti. RIP !!!
Cet album m'a tellement emballé à sa sortie que je n'ai jamais pu (...)

07/07/2020, 22:29

Simony

En effet, cet article s'inscrit dans la parité Metal / Non Metal imposée par le nouveau ministère de la culture...
Noooon j'déconne, c'est juste que RBD aime nous parler de Brutal Death Metal mais aussi de New Wave et que ce groupe, qui perso ne me parle pas plus que ça et pourtant j'ado(...)

07/07/2020, 21:36

NecroKosmos

Ouais, la musique est à l'image de la pochette. Au moins, la démarche est homogène.

07/07/2020, 21:26

NecroKosmos

Ah putain, que je suis d'accord avec cette chronique !! Ce disque était une vraie torniole dans la tronche. Proche dans l'esprit de MADHOUSE (et pour cause), MST a su marquer en son temps la scène thrashcore française et était plus proche sans doute de la scène dite alternative que vraiment mé(...)

07/07/2020, 21:21

Jus de cadavre

Tout dépend de la jauge de spectateur. Complet ne veux pas dire salle pleine (comme au ciné en ce moment : ils ne vendent que la moitié des places dans les salles).

07/07/2020, 20:32

Saddam Mustaine

Nightwish affiche complet a Bercy et c'est le 25 novembre donc il y aura plus de distanciation je pense.

07/07/2020, 20:15

JP

Merci.

07/07/2020, 19:09

radidi

pas eu le temps d'écouter, mais vraiment, cette pochette... dingue d'être satisfait d'une telle pochette en 2020!

07/07/2020, 17:30