Freitag

Freitag

14/04/2019

Autoproduction

Va pas être facile celle-là…Un Bandcamp, sans renseignements, pas de Facebook, pas de line-up, donc en gros, un message implicite à tous les chroniqueurs/fouineurs éventuels : démerdez-vous. C’est donc ce que j’ai fait, et si nous avions déjà un Des Moines dans l’Iowa, nous avons maintenant un Moline dans l’Illinois, à la différence près que les FREITAG ne ressemblent pas plus que ça à SLIPKNOT, à part dans leur tendance à faire plus de bruit que nécessaire. Si les SLIPKNOT ont redéfini l’approche de la violence contemporaine et poussant les excès à leur paroxysme, les FREITAG s’arrangent très bien d’anciennes théories, et pratiquent l’art du crossover, en se plaçant à la frontière du Thrash et du Death, avec toutefois plus d’aisance d’un côté que de l’autre. Formé en ( ?) par ( ?) et composé de ( ? ), ce qui semble être un quintet en jugeant de cette pochette digitale assez marrante, FREITAG se vautre donc dans la fange de l’extrême d’il y a trente ans, tentant d’en apporter un éclairage plus personnel, et ce premier LP fait montre de bien des qualités, et pas seulement au niveau musical. Doté d’une production très compétitive, ce premier effort sonne donc très professionnel, et propose des compositions suffisamment nombreuses et variées pour être appréciées. Difficile toutefois de rapprocher nos amis du jour d’un ou de plusieurs autres groupes, même si on sent l’influence notable de la Bay Area au détour d’un riff et d’une rythmique, et des débuts de la scène Death nationale en contrepoint d’une accélération fatale ou d’un écrasement total.        

Du roublard donc, mais du roublard extrêmement sympathique. Des morceaux qui la plupart du temps restent sous la barre des trois minutes, mais une énergie de tous les diables, et un rendu euphorique dans la brutalité qui reste ouverte. Tout commence pourtant par un « Cancerous » assez glauque et lourd, bénéficiant d’un riff écrasant, qu’un mid tempo très appuyé soutient de toute sa rage. Ce qu’on note au prime abord, ce sont ces vocaux, multiples, qui dynamisent encore plus une ambiance assez folle, mais aussi ces fréquentes cassures sur les titres les plus longs qui confèrent une aura presque progressive à la débauche générique. Quelques blasts pour cautionner le label « Death », et une sauvagerie qui rappelle les efforts les plus délurés du Death US. Une efficacité Heavy plus que notable, et donc des qualités remarquables dans  la tradition, qui entre les mains des FREITAG se montre sous un jour moins prévisible. Et comme les lascars dispensent quelques soli assez pertinents, le bilan est largement positif, et ce, après un unique morceau. Sans gommer les défauts (feedback, buzz assez présent dans les guitares) pour conserver cet aspect roots, Freitag passe en revue toutes les possibilités offertes par l’extrême d’il y a vingt ou trente ans, y insufflant des arrangements étranges (le gargouillis d’arrière-plan sur « Ears Closed Mouth Open » est très sympathique et distord un peu le classicisme purement Thrash du morceau), ou au contraire, en collant de près au réalisme passéiste d’un Death que les suédois ont ensuite rigidifié, alors que les américains souhaitaient continuer à fluidifier (« Speed », ça mérite assez bien son nom, et ça sonne assez germain dans l’entrain).

Contrairement à pas mal de leurs homologues actuels, les originaires de l’Illinois se montrent suffisamment variés pour ne pas lasser, et lâchent des atmosphères bien putrides, reprenant à leur compte le ténébreux motif qui ouvrait le séminal Black Sabbath (« Descent »), pour mieux nous pilonner d’un mid-tempo rageur et presque mosheur (« The Filth »). Inutile donc de vous attendre à une litanie brutale monolithique, puisque tout y passe, d’un déhanché en boogie d’outre-tombe (« A Life of Constant Torment »), en transition suffocante et oppressante (« Forebearer of the Forgotten Flame » entre ACID BATH et les MORGOTH), jusqu’au hit Speed/Crust avec force cris et autres hurlements de jubilation (« Super Devil »). Semblant prendre un malin plaisir à jouer le contrepied permanent, les américains sautent du pourri au Heavy, et nous maltraitent avec un sadisme manifeste (« Power of the Gods », des psychopathes possédés à une réunion des Thrasheurs anonymes), et flattent nos plus bas instincts avec des approches lourdes de conséquences (« The Human Condition », encore une façon de détourner les codes du Doom sans les fondre totalement dans le Death). Un Thrash qui n’en est pas vraiment un, un peu Punk sur les bords, mais qui s’accorde parfois très bien d’un formalisme en saccades majeures, avec quelques samples intelligemment disséminés pour accentuer l’ambiance affolée. Et l’album de quarante-cinq minutes passe alors assez vite, les titres se succédant à un rythme assez soutenu et hésitant entre vitesse et fausse liesse, trempant des deux pieds dans le marigot Death (« Galactus »), pour mieux draguer le Doom au détour d’un vieux château abandonné mais hanté (« Lumbering Giants », OK, l’emprunt au SAB est plus qu’évident et récurrent, mais ça fonctionne).

Cette variété dans l’horreur permet donc à ce premier album de se passer de références et de lettres de motivation, et on découvre un groupe totalement atypique, qui fait à peu près tout ce qu’il a envie sans se demander si l’ensemble reste cohérent. Et pourtant, il l’est, grâce à une instrumentation très solide et à un chant sourd légèrement en arrière-plan. Et pour parachever ce constat hautement positif, je me suis même rendu compte que j’avais chroniqué sans le faire exprès FREITAG…un vendredi. Comme quoi la vie est bien faite parfois.

 

Titres de l’album :

                            1.Cancerous

                            2.Ears Closed Mouth Open

                            3.Speed

                            4.Descent

                            5.The Filth

                            6.A Life of Constant Torment

                            7.Forebearer of the Forgotten Flame

                            8.Super Devil

                            9.Power of the Gods

Bandcamp officiel


10.The Human Condition

11.Galactus

12.Lumbering Giants

13.The Cycle That Never Ends

 14.Until Death (life)

par mortne2001 le 17/01/2022 à 18:23
85 %    122

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Chief Rebel Angel

D'habitude les trolls c'est rigolo, mais là non. Pathétique.

26/05/2022, 09:52

NecroKosmos

J'aimais beaucoup MORTILLERY. Là, même si la voix est toujours là, c'est musicalement assez décevant, ça ne décolle pas trop.

26/05/2022, 07:20

NecroKosmos

Evidemment, quand on ne sait pas lire, il est plus facile de cracher son fiel. Le niveau ici est consternant. De pire en pire.

26/05/2022, 06:23

chantal

Un super groupe qui mérite d'être écouté, laissez vous tenter vous ne le regretterez pas, vos oreilles vous dirons merci.

25/05/2022, 20:23

Moshimosher

RIP...

25/05/2022, 19:20

Deathcotheque

Je n'en reviens pas, je suis bouche bée. Un personnage de notre scène metal française parti bien trop tôt. J'étais moi aussi étonné de ne plus entendre parler de lui et ses divers projets depuis un moment. Qu'est-ce qu'il va nous(...)

25/05/2022, 14:56

Jus de cadavre

Ben bordel ! Que de souvenirs avec Scarve (le reste beaucoup moins)... 

25/05/2022, 14:23

RBD

C'est terrible. C'est surtout son travail pour Mnemic qui m'avait plu mais Scarve restera probablement le plus marquant pour la scène Metal française. Je m'étais étonné de remarquer qu'il ne faisait plus rien depuis quelque temps, m&ecir(...)

25/05/2022, 12:09

Gerggg

Avec le misgivings qui arrive, il a pas chômé Stéphane 

24/05/2022, 20:45

Jus de cadavre

Féroce comme toujours. Un des groupes les plus bestial du pays... Vivement cette sortie !

24/05/2022, 20:04

ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23