Drôle de nom pour des Norvégiens quand même…Oui, ces deux-là viennent d’Oslo, et jouent ensemble depuis le début des années 2000.

Enfin, « jouent ensemble »… « Déconstruisent ensemble » serait l’expression la plus idoine et adéquate dans leur cas, tant leur art est hermétique et difficilement pénétrable pour le plus grand dénominateur commun.

Une absence de guitare c’est toujours louche dans le domaine du Rock. Vous imaginez CREAM sans Clapton ? ZZTOP sans le frangin Gibbons ? Le Hendrix Experience sans…Jimi ?

Ou même, enfin, enlevez la guitare du PRONG des débuts et ça va faire bizarre, comme un trou difficile à combler…Mais finalement tout ça n’est pas très grave puisque les LA CASA FANTOM n’ont jamais joué de Rock.

Vous me parlerez de MORPHINE, de ZEUS, OM, RUINS, ORPHAN, et vous n’aurez pas tort quelque part, les exemples ne manquent pas, et les Power Duo ont depuis longtemps prouvé leur validité en toute absence de six cordes…complètement assumée d’ailleurs.

La guitare, c’est pour les tocards ? J’ai lu ça récemment sur un site de divertissement, et même si ce postulat ne me sied pas entièrement, dans les cas des Norvégiens de LA CASA FANTOM, le jugement est assez valide. Après tout, que feraient-ils d’une guitare qui viendrait pourrir leur bordel ambiant de ses interventions bavardes et de sa distorsion déjà bien bouffée par les fréquences de la basse ?

Rien, ces deux-là se suffisent à eux-mêmes et c’est très bien comme ça.

Quinze ans d’existence dévoués à l’amour d’une certaine forme de bruitisme très agité, ça vous forge un caractère et ce nouvel album prouve que les deux isolés du Nord ont encore pas mal de choses à dire.

Jusqu’à présent leur bordel était plutôt du genre nerveux, et on sent qu’un gros glissement s’est opéré depuis quelques années et la sortie de Selection By Elimination et Feed My Silence. Les envolées bordéliques sont presque un souvenir du passé, et le duo s’est concentré sur l’intensité pour offrir une sale digression sur un Post Rock vraiment malsain et sursaturé, qui vous étouffe dès les premières mesures.

D’ailleurs, celles-ci sont occupées par un énorme barouf de plus de dix minutes, qui ne vous laisse guère le temps de réfléchir à une éventuelle fenêtre de sortie.

« Timewaster-Decisionfaker » ne s’embarrasse pas de principes, et joue la montre comme son nom l’indique, mais ne gâche aucune seconde. Lourdeur, compression, moiteur, on tombe dans une sorte de coup fourré Doom à tendance Sludge qui dérange, et qui au passage ridiculise bien des formations plus spécialisées dans le style. Un peu FETISH 69 dans l’esprit et dans un stade terminal assez inquiétant, ce premier segment met les pendules à l’heure d’hiver, et ne vous propose aucune écharpe harmonique pour vous réchauffer. C’est long, éprouvant, mais cathartique. Genre…GODFLESH en virée scandinave ? Oui, j’aime assez l’image, et la carte postale est assez séduisante dans l’horreur.

Ensuite, quelques chapitres plus courts et claquants vous attendent, avec des choses plus ou moins retorses, comme ce « Demons » qui vous amadoue d’une basse en arpèges mélodiques, avant de la tuer justement dans l’œuf d’une arythmie un peu enivrante, mais surtout intense.

« Second Chance » ne vous en offre même pas une première, et s’amuse beaucoup à retrouver l’essence du Post Rock NYC des 80’s, avec son savant panachage des différentes périodes de SONIC YOUTH, trempées dans un bain d’acide à la JESUS LIZARD. Goguenard mais lucide, c’est une jolie adaptation du Noisy Core de nos deux amis dans un contexte purement Post.

« What You Bring » s’affole un peu avant de s’affaler dans un délire malsain qui insère de force les obsessions du VELVET dans les songes d’UNSANE, pour un trip nocturne pas vraiment reposant. Ce qu’on amène ? Nos peurs justement, et nos espoirs, celle de voir un simple duo faire plus de bruit qu’un quintette aux instruments poussés à fond.

D’ailleurs, les deux tarés en profitent pour caser un passage en blasts mous histoire de rappeler un peu leur passé. Bien joué.

« Feed The Trees » laisse traîner un down tempo accablant avant de tout lâcher sur un break central minimaliste et pourtant légèrement sournois, avec quelques notes de basse éparses soutenues par une frappe subtile et partiellement effacée.

La machine retrouve son souffle sur le final, qui ne fait que reprendre le thème initial, histoire de ne pas trop nous choquer.

« Show Me The Way » savoure ses percussions et changements de ton, en restant dans la même gravité, mais en offrant quand même un thème un tant soit peu plus «heureux », avant bien sûr de tout ruiner d’une lancinance qui une fois de plus tâte du LIZARD du bout du manche et des baguettes.

« Insides Out » joue avec les nerfs et ne se découvre jamais totalement, mais propose le thème le plus proche du Post Rock naissant, avec toujours cette distorsion grondante qui agit autant comme une couche harmonique que comme support rythmique. Chant qui se noie dans le mixage et frappe sèche…Une recette qui fonctionne et qui prépare doucement au final « Turning Into You », qui reprend à son compte les traumas de« Timewaster-Decisionfaker » en plus GIRLS AGAINST BOYS que SWANS. Mais…c’est glauque. Très. Pas vraiment Doom, trop nonchalant pour être Sludge, alors disons pour mettre tout le monde d’accord qu’on tombe dans le Noisy Slow Core les deux pieds dans le béton.

« Celui-là est à propos de la forêt. Nous la regardons se faire tondre, on la laisse partir, et tout le monde s’en fout ».

Constat lucide mais légèrement pessimiste, pour un nouvel album imprévisible qui offre des perspectives pas vraiment plus lumineuses.

Mais.

Basse, batterie, parfois résignées, parfois en colère. LA CASA FANTOM continue sa route, au milieu des fjords et des bois. Et pas la peine de les suivre, ils sont déjà cette silhouette fantomatique que vous apercevez au loin. Et vous finirez la ballade seul.

La solitude.

 Comme un truc qui vous tue, mais proprement.


Titres de l'album:

  1. Timewaster-Decisionfaker
  2. Demons
  3. Second Chance
  4. What You Bring
  5. Feed The Trees
  6. Show me the Way
  7. Insides Out
  8. Turning Into You

Bandcamp officiel

Site officiel



par mortne2001 le 01/11/2016 à 10:34
87 %    377

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

Father Merrin + Dragunov + Daerrwin

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.