Dans la série, « je suis méga bourrin, et je vomis sur ton chien, mais en costume », je vous présente les américains de HANDSOME PRICK, qui ne sont certes pas les premiers à foutre le bordel en faisant preuve de bonne éducation, mais qui font partie des plus convaincants dans le domaine de l’intrusion bruitiste. On connaît déjà la propension des pratiquants du Technical Death à faire étalage de leurs connaissances en solfège tout en nous écrasant les tympans, mais leurs divagations stériles oublient souvent l’essentiel. Tout boucan organisé qui soit se doit justement d’être un minimum créatif, et surtout, d’insuffler la folie nécessaire à toute fiesta d’enfer qui se respecte. Alors, entre les plans biseautés au millimètre, les partie de batterie si compressées qu’on les pense produites par une machine bien réglée, et les hurlements vocodés qui donnent envie de régurgiter, l’amateur d’immondices pas frais n’y retrouve pas ses propres déjections, et fait souvent la gueule face au désir d’intellectualisation d’un style qui à l’origine, n’est là que pour foutre le bocson. OK, mais avec un minimum de finesse alors, sinon, la porte est à côté de la poubelle. Et de ce côté-là, ces originaires de l’Indiana en connaissent un rayon, et pas seulement ceux du vélo qu’ils ont braqué à la décharge d’à côté. De Dyer nous en vient donc une horde de barbares qui ont trempé leur plume Death dans une grosse marmite de Grind, mais qui n’ont pas oublié d’y ajouter une grosse pincée de démence Metal et un soupçon de déraison Rock, histoire de transformer leurs tranches de vie en planche de cartoon aussi plaisant à lire qu’à écouter. Et de fait, Anonymityville pourrait bien être le sauveur Death/Grind de cette rentrée 2018, avec toute l’exubérance qui le caractérise et l’emprise dont il fait preuve en nous glissant les doigts dans la prise.

Fondé en 2014, ce duo/trio/quatuor (selon les sources) s’articule visiblement autour du noyau Brad Vanderzee (batterie/chant/basse) et Zach Chentnik (guitare), auquel s’adjoignent quelques compères, histoire de réunir des membres ou ex de combo aussi illustres que DECRYPT, MOISTENED DISCIPLES, PINK MACHINES, P.O.O.R. ou DIRTY DEAD, pour aboutir à une gentille déflagration apte à décoiffer toutes les institutions Metal de leur région. Signés et distribués par les vénérables bouchers de Horror Pain Gore Death productions, les HANDSOME PRICK se sont visiblement senti pousser des ailes et ont amplifié leur barouf de façon à ce que la vieille Europe puisse en sentir les diaboliques émanations, ce qui fait de ce second pamphlet (un an après le très justement intitulé Enlarged to Show Texture) Anonymityville, un postulat définitif à cheval entre Death fortement technique mais concrètement lubrique, Grind critique, et Crust typique, pour une grosse demi-heure de battements de bras dans tous les sens qui filent la pêche mais laissent en état prononcé de démence. Il faut dire que les gus ne nous prennent pas en traître, et commencent leur effort en conjuguant la complexité technique du Mathcore et l’intensité du Grind le moins Gore, pour nous aplatir d’un coup de semonce initial, via un « Fearless Sector » impitoyable. En tentant d’imaginer un BRUTAL TRUTH sous l’emprise de fumées hautement toxiques, on parvient à visualiser le tableau proposé, qui prend des atours aussi brutaux que finement ciselés, et qui transforme de fait nos héros du jour en amateurs de brutalité éclairés. Cette dernière se fond dans des structures vraiment folles, qui rebondissent de plans furieusement Grind en errances presque Heavy Jazz, avec sifflantes persistantes, coups de folie en instance, et dualité vocale vraiment effrayante. En gros, ça fait peur, mais ça fait rire, pour le meilleur évitant le pire, et proposant une débauche de bestialité restant dans le domaine contrôlé.

Le tout est servi en petites saynètes plus ou moins développées, qui la plupart du temps se contentent d’une minute ou deux pour imposer leurs idées. Et celles-ci sont nombreuses, d’arrangements vocaux en totale schizophrénie en accélérations honnies, en passant par une multitude de riffs qui s’entrechoquent en plein délire, mais qui parfois, marquent le tempo pour se faire plus entraînants que brutaux. Ce qui confère à cette seconde œuvre un groove imparable, évitant au projet de sombrer dans le trop plein de cruauté sonore débordée. Ainsi, de petits chefs d’œuvres comme « Alopecia Support Group »  ou « Hold On To The Nightstalker » développent de petites thématiques purement Rock, débauchées par un environnement lubrique de Grind apoplectique, et le tout est aménagé de telle façon que même Stevie Wonder n’y retrouverait pas ses meubles dans sa maison. Ce qui n’empêche nullement notre couple de poissons pilotes de se dévoyer dans des interludes vraiment allumés (« Pro Shot Couple Pictures », « Melons Rising »), de nous narrer des aventures Grind chamarrées (« He’s My Ex »), ou d’avouer un sérieux penchant pour la misanthropie la plus assumée (« I Don’t Like Anyone », et son délicat parfum Post-Grunge de traviole). Et s’ils se définissent gaiment comme de jeunes imbéciles (« Young and Dumb »), ils le font au son d’un Thrashcore propulsé par des réacteurs Death au rendement sidérant, tout en s’excusant de jouer avec autant de dextérité de petits hymnes troussés à la gloire d’un Grind qui n’a pas oublié son Hardcore au placard (« So Sorry »). Titre éponyme qui ose le plan incongru au milieu d’un torrent de haine (« Anonymityville », avec toujours en exergue cette basse ludique et brillante comme du Pantène), déviances pas forcément recommandables, mais difficilement comparables (« Halomasochism », ou comment reléguer la concurrence à un état larvé de jeunes pousses bridées), et final en fausse délicatesse Ambient qui dégénère vite en orgie de stupre saignant (« Edging With Disaster »), pour un bilan largement positif, qui présente les HANDSOME PRICK comme les tarés congénitaux à l’intelligence supérieure qu’ils sont.

Mais je le répète, rien ne vaut une bonne claque dans la gueule de la maitresse de maison en queue de pie, avec à la main un beau bouquet en floraison. Ces américains ont trouvé la bonne recette redorant le blason de l’étiquette d’un Death technique tout sauf démonstratif, et salement enthousiasmant. Des musiciens au niveau hallucinant qui s’amusent à détourner les codes bien-pensants, pour se livrer à une joute bruitiste qui risque fort de faire école bien au-delà des frontières de l’Indiana.


Titres de l'album:

  1. Fearless Secretor
  2. Return of the Barfly
  3. Alopecia Support Group
  4. Hold on to the Nightstalker
  5. Pro Shot Couple Pictures
  6. Anonymityville
  7. Halomasochism
  8. Melons Rising
  9. Sex by Misadventure
  10. He's My Ex
  11. I Don't Like Anyone
  12. Young and Dumb
  13. Seduce and Abandon
  14. So Sorry
  15. Edging with Disaster

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/01/2018 à 17:55
88 %    412

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !