Depuis le temps que je chronique des groupes/projets/concepts drivés par l’omnipotent et l’omniprésent Alessandro Del Vecchio (c’est en grande partie de ma faute avec cette sale habitude de parler de tous les produits estampillés Frontiers…), il fallait bien qu’un jour je m’attaque à l’un de ses groupes, et c’est donc avec une grande joie que je traite aujourd’hui du quatrième longue durée d’EDGE OF FOREVER. Pour les néophytes, EDGE OF FOREVER fut fondé en 2002 par Alessandro, et après deux albums forts remarqués (Feeding The Fire produit par Marcel Jacob et Let The Demon Rock'n'Roll par Bobby Barth), le claviériste prit les commandes totales du groupe en assurant lui-même la production et confortant ainsi son leadership. C’est donc sous sa coupe absolue qu’Another Paradise vit le jour…en 2009. Il faut dire que le producteur maison et golden boy de Serafino n’a pas vraiment eu le temps de bosser à son compte, accumulant les productions et collaborations, l’une des dernières en date étant LOVEKILLERS avec Tony Harnell. Et avec cette somme conséquente de travail, on comprend mieux pourquoi Del Vecchio n’a pas daigné donner des nouvelles musicales de son groupe principal depuis dix ans. Mais nonobstant cet état de fait, il est donc important de considérer avec la plus grande attention cette sortie, ce Native Soul qui renoue donc avec le Del Vecchio acteur de son propre destin musical. La première question qui vient à l’esprit étant la suivante : une décennie de silence a-t-elle changé quoi que ce soit à l’orientation du groupe ? La réponse est claire non dès le premier morceau mais le second, puisque « Native Soul » met les choses au point en quelques minutes. Non, rien n’a changé, EDGE OF FOREVER est toujours le monstre de Hard Rock mélodique qu’il a toujours été, et revient en grande forme dans une nouvelle configuration, toujours articulée autour de son indéniable leader mais avec un line-up rafraîchi.

Outre Alessandro au chant et aux claviers, nous retrouvons donc au casting de ce quatrième long Aldo Lonobile (SECRET SPHERE) à la guitare, Nik Mazzucconi (LABYRINTH) à la basse et Marco Di Salvia (HARDLINE) à la batterie, soit une formation top-notch comme le diraient nos amis anglo-saxons. Et dire que le pedigree des musiciens éclate aux oreilles à chaque break et refrain est d’une évidence lénifiante, puisqu’outre une compétence globale en termes de composition, les morceaux bénéficient tous de petites trouvailles techniques incroyables et de soli forgés dans le feu de l’acier, ce qui achève de conférer à Native Soul une aura magique et presque mystique. Impossible de ne pas voir en cet album une sorte d’hybride entre le Metal progressif et le Hard Rock mélodique, spécialement lorsque la température monte et que la tension en fait de même. Ainsi, « Take Your Time », son riff d’airain et ses descentes de manche à la DREAM THEATER fait assurément le lien entre la séduction radiophonique et la virilité musicale, et s’assure de l’intérêt du public Metal souvent réfractaire aux harmonies un peu trop prononcées. On pourrait presque voir dans cet exercice une volonté de proposer une version plus musclée du RAINBOW de légende, tout en gardant du coin de l’œil les mélodies constituant l’essentiel du patrimoine AOR américain. Un crossover terriblement bien fait donc, mais qui n’empêche pas la majorité du répertoire de s’agencer autour de chansons addictives, aux couplets marquants et aux refrains frappants. De l’abordable qui n’en a pas oublié la puissance au vestiaire, et ce, dès « Native Soul », qui semble tout droit sorti du cerveau fécond du HAREM SCAREM de la plus grande époque. On retrouve cette inclinaison à jouer le Melodic Rock de façon terriblement Heavy, mais aussi cette façon de trouver un juste milieu entre la souplesse et la rigueur, avec ces chœurs symptomatiques d’un AOR de qualité et cette guitare qui frappe tous azimuts. Et croyez-moi, malgré le leadership d’Alessandro aux claviers, elle ne se gêne pas pour occuper le terrain.

Parlant d’Alessandro, l’homme n’a évidemment rien perdu de ses capacités vocales hors normes et lyriques, ni de son sens aigu de la composition qui touche. Et si « Three Rivers » en intro se la joue a cappella et superposition de couches vocales, il ne faut y voir qu’une façon un peu atypique de célébrer son retour, puisque « Promised Land » renoue rapidement avec le meilleur de l’AOR made in Italy. Toujours aussi conscient des impératifs d’un style qui ne supporte ni l’approximation ni la demi-mesure, le maestro a soigné tous les aspects de son travail, offrant à Native Soul une production au-dessus en tout soupçon, terriblement claire, incroyablement ample, mais avec ce petit supplément d’âme qui évite la stérilité. Alors, on ne peut qu’apprécier les morceaux qui défilent comme à la parade du 14 juillet, tous différents, mais au service d’une cohésion d’ensemble. On trouve des éléments découlant du legs de DARE sur l’intro de « Carry On », qui dégénère vite en burner up tempo épileptique mais toujours mélodique, on déniche aussi des poussées de fièvre lorsque la rythmique lâche tout sur le surpuissant « Dying Sun », presque Power dans les faits (merci à la guitare atomique d’Aldo Lonobile, volubile), ce qui n’empêche nullement l’émotion de se faire une place au paradis des harmonies, sans trop verser dans le convenu ou le cliché. C’est ainsi que nous sommes cueillis à chaud par « Shine », qui n’est justement pas sans évoquer les ballades de T.N.T (après tout, Tony Harnell et Alessandro n’ont pas bossé ensemble pour rien), mais amateurs de décibels, rassurez-vous ; ces instants sont minoritaires et absolument pas caractéristiques d’un album qui préfère faire parler la poudre que sortir les mouchoirs.

Dans la forme et le fond, il n’y a rien à reprocher à un LP qui vise l’excellence et qui l’obtient. Que le ton soit dur et l’atmosphère plombée (« War »), ou beaucoup plus léger et virevoltant (« Wash Your Sins Away » que Jami Jamison aurait chanté avec conviction), tout est parfait et chaque détail soigné. Le tout se termine même par une dernière ruée bien salée, mais toujours intelligemment aérée par les claviers de Del Vecchio, toujours en contrepoint, mais jamais envahissants (« Ride With The Wind »). D’aucuns diront qu’il n’était pas nécessaire d’attendre dix ans pour revenir sans grand changement, mais les fans comprendront vite que le nouvel allant dont fait preuve EDGE OF FOREVER avec Native Soul excuse amplement une décennie de silence. Et qu’il soit au service des autres ou du sien, Alessandro n’a pas perdu la main. Et n’est pas près de la passer.   

   

Titres de l’album :

                        01. Three Rivers

                        02. Native Soul

                        03. Promised Land

                        04. Carry On

                        05. Take Your Time

                        06. Dying Sun

                        07. Shine

                        08. I Made Myself What I Am

                        09. War

                       10. Wash Your Sins Away

                       11. Ride With The Wind

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/12/2019 à 17:36
85 %    146

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Adx

Bestial

Alerta

Tu Decides El Final

Metalite

Biomechanicals

Kludde

In De Kwelm

Equilibrium

Renegades

Darktribe

Voici l’Homme

Depraved

Raped Innoncence

High Command

Beyond the Wall of Desolation

Poppy

I Disagree

7 Weeks

Sisyphus

Engulf

Transcend

Witchgrove

Goetic Songs

Aerodyne

Damnation

Assassin's Blade

Gather Darkness

Heathen

Evolution In Chaos

Kmfdm

Paradise

Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Concerts à 7 jours

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

01/02 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

28/01 : Le Trabendo, Paris (75)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

29/01 : Le Metronum, Toulouse (31)

+ Father Merrin + Ataraxie

31/01 : Le Klub, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Rammstein pas nommé ?


Pour la musique comme pour le sport, ce dimanche était vraiment une journée de merde.


Il vaut mieux en rire...


C'était vraiment un batteur exceptionnel et novateur.
Il n'a peut-être pas fait la carrière à laquelle il aurait pu aspirer (à cause de l'instabilité de ses groupes) mais je suis convaincu qu'il laisse un héritage important


Houff... bien que je sois beaucoup plus fan de Death que de Cynic, ça fait un choc. Je l'avais vu en 2008 avec Cynic quand ils tournaient avec Opeth, le premier album après reformation venait de sortir.


Oui très impressionnant sur scène, il faisait tous les backing vocals en plus. Il n'avait que 20 ans à l'époque. Un tueur.


Vu sur scène avec Nile à l'époque : ce mec était un monstre avec son instrument ! Pour son premier concert avec le groupe il avait appris les morceaux de la setlist en seulement 3 jours...


le renouveau de la merde musicale


Achat obligatoire prochain !


Pas particulièrement convaincu. Peut-être à ré écouter...


J'ai pas tenue plus d'une minute, pourtant comme bien d'autres parmi nous je suis plutôt éclectique et assez bon public, mais là je suis comme les mecs dans le clip, c'est ennuyeux...


"le premier vecteur d’appréciation d’une œuvre, c’est sa capacité à déranger et à bousculer."
Ah bon ?
Si Bach avait su ça il se serait pas fait chier avec ses contrepoints


C'est effectivement très court, mais ça semble bien sonner à mes oreilles de néo-amateur du groupe. J'attends la suite !


Superbe pochette !!


Comme toi Fabrice, et billet en poche.


Trop peut pour ce faire une idée, bon ça ressemble a du Nightwish classique, on va devoir encore attendre.


Initiative à supporter !


J'veux les voir a Avignon.


RIP il rejoint son fils perdu trop tôt.


+1 j'aurai bien fait les deux... du coup ce sera Testament et compagnie pour moi