Radio On!

Lee Aaron

23/07/2021

Metalville

Vous êtes en voiture, vous allumez évidemment la radio, et là, vous tombez sur le dernier single de Lee AARON. Imaginez-un peu la surprise, d’autant que la plupart d’entre vous pensent certainement que la brune canadienne a stoppé sa carrière depuis fort longtemps. Le plaisir n’en serait que décuplé de découvrir que Lee a non seulement continué son chemin, mais a produit ses albums les plus intéressants et matures ces dix dernières années. Fini le Hard-Rock influencé Benatar des années 80, fini les clichés à la Metal Queen, depuis les années 2010, Lee a fait son choix, celui d’un Rock joué Hard à l’inspiration multiple, loin des errances FM de ses disques les plus complaisants. Je suis au rendez-vous depuis de nombreux albums, et je fais partie de ceux qui considèrent la chanteuse quinquagénaire au sommet de ses moyens, comme l’ont prouvé des albums comme Fire and Gasoline ou Diamond Baby Blues. D’ailleurs, « Tomboy », l’un des derniers singles de la belle agit comme du Guronsan sur mon organisme, et réveille le rockeur qui sommeille en moi, le même qui s’endormait poliment dans les années 80 en écoutant les disques de Lee.

Trois ans après son dernier album studio, et deux après son Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany, Lee AARON revient donc avec des tubes plein son poste radio, et fait encore une fois preuve d’un éclectisme délicieux. Entre Classic Rock, Alternatif, Pop et Hard-Rock, Lee serpente sur les chemins, et plante ses crocs dans les mollets des fans perdus dans la jungle de la production actuelle. Avec toujours cette collaboration entre elle et son mari, et une masterisation signée par le gourou Mike Fraser (AC/DC, AEROSMITH, VAN HALEN), Radio On ! fait honneur à son point d’exclamation, et offre une suite plus que digne à Diamond Baby Blues, qui avait obtenu nombre de critiques positives amplement méritées. Son énorme, mais juste assez rêche pour évoquer le Rock, dame en voix pour son grand soir, compositions hétéroclites, tout est là pour faire plaisir à son public qui ne l’a jamais lâchée même dans ses moments les plus sombres.

Soutenue par une section rythmique à l’abattage conséquent (Dave Reimer - basse et John Cody - batterie), et par un guitariste volubile qui n’a pas les riffs dans son flight-case (Sean Kelly), Lee se sent à l’aise avec ce backing-band de luxe qui l’accompagne depuis de longues années, et le prouve en nous servant encore bouillant un « Vampin' », que les GRETA VAN FLEET des premiers temps auraient pu populariser à leur sauce. Les thèmes abordés par la chanteuse sont toujours aussi ouverts, avec des allusions aux problèmes de société, à l’indépendance, au matérialisme/consumérisme qui nous ronge, ou évidemment, à l’amour, l’un des sujets de prédilection des chanteurs/euses de Rock qui se respectent.

« Vampin' » est à ce titre l’entame dont on rêve lorsqu’on se branche sur les ondes de la FM qui ne se spécialise plus Funky depuis longtemps. Quatre minutes de Hard Rock de tradition, d’obédience seventies passé au prisme des années 2000, avec ce petit parfum ZEP dans la lourdeur, atténuée d’un refrain totalement craquant. Les voix mêlées, l’interprétation investie, l’ambiance sincère, tout contribue à faire de cette reprise de contact le salut qu’on attendait de la part d’une amie de longue date. En restant fidèle à une recette d’ouverture qui lui réussit depuis des années, Lee AARON nous offre encore un album impeccable, bien plus crédible que nombre de ses efforts les plus célèbres. En mid tempo, « Soul Breaker » nous touche en plein cœur de sa simplicité qui n’est pas sans évoquer un aménagement d’AC/DC nivelé par Bryan ADAMS, et de fait, toute la première partie de l’album est constellée de morceaux efficaces, punchy en diable, syncopés, en mid ou up, et surtout, drivés par une guitare qui n’a pas atténué les effets de sa distorsion pour passer aux heures de grande écoute (« Cmon »).

La maturité de la voix de Lee est assez surprenante, la vocaliste restant dans un registre mid et hargneux qui lui sied à merveille. Trouvant toujours le juste équilibre entre tradition et innovation dans le rétro, entre émotion et énergie, Lee sonne plus Rock que jamais, boogise comme une diablesse (« Mama Don't Remember »), avant de se souvenir que le Blues est à la base de tout, y compris sur les FM qui passent encore des classiques du patrimoine US (« Radio On »). Toujours soutenue par des chœurs efficaces et bien placés, qui n’en font pas trop mais qui transcendent des refrains fédérateurs, Lee joue avec ses humeurs, mais ne nous en impose jamais de mauvaises, laissant la pleurnicherie au placard pour en sortir sa sensibilité la plus pure.

Inutile donc de traquer la faute de goût, ou l’emphase prononcée sur les larmes, ici, c’est la spontanéité et l’envie qui dominent, et si parfois, certains morceaux sonnent un peu générique, ils sont toujours sauvés in extrémis par un gimmick entêtant ou une mélodie habile.

Nous nous voyons même gratifiés de suites plus progressives et nuancées que la moyenne, avec des lignes vocales de soie sur fond d’instrumental déchirant, et « Devil's Gold » de passer pour un leftover magnifique de BLACK COUNTRY COMMUNION, repris à la sauce Lee AARON. Quelques allusions plus jumpy et ZZ TOP permettent de faire le lien avec le patrimoine américain (« Russian Doll », que PRISTINE aurait pu entonner avec une euphorie certaine), tandis que le gospel se fait une place sur le poignant mais joyeux « Great Big Love ». Vous l’aurez compris, la dynamique de cet album est multiple, et allusive à bien des courants traditionnels. Agissant comme un best-of de la troisième partie de carrière de la canadienne, Radio On ! égrène les tubes comme la radio les singles, et pas une minute n’est perdue en atermoiements sur le passé ou autres regrets inutiles. Ce qui est logique, puisque les années 2000 sourient de toutes leurs dents à Lee, qui nous dévoile son âme sans en rajouter (« Wasted » sublime), et qui ose même terminer sa recherche des ondes en tombant sur le meilleur de Cristina Aguilera et Melissa Manchester (« Twenty One »).

Encore un excellent disque de la part de Lee, qui confirme donc que la maturité est sa meilleure alliée. Dur comme le Rock, sensible comme une femme qui a parcouru le monde et ses studios, et qui a trouvé la paix artistique en revenant aux sources du Rock.

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Vampin'

02. Soul Breaker

03. Cmon

04. Mama Don't Remember

05. Radio On

06. Soho Crawl

07. Devil's Gold

08. Russian Doll

09. Great Big Love

10. Wasted

11. Had Me at Hello

12. Twenty One


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/08/2021 à 18:15
85 %    771

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

GBH + All Borders Kill

RBD 26/01/2023

Live Report

ORGÖNE / PRESUMPTION / BARABBAS - Rennes

Jus de cadavre 18/01/2023

Live Report

Voyage au centre de la scène : MESTEMA

Jus de cadavre 15/01/2023

Vidéos

Sélection Metalnews 2022 / Bonne année 2023 !

Jus de cadavre 01/01/2023

Interview

Kollaps

RBD 19/12/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : METAL EXHUMATOR

Jus de cadavre 18/12/2022

Vidéos

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Saddam Mustaine

Ptdr de la censure envers Cannibal Corpse en 2023 XD

29/01/2023, 23:06

UnderWill

Thanks for the review! We really appreciate it, it means a lot for us. We´ve updated our social media, our Bandcamp page it´s up and running now: https://underwill.bandcamp.com/album/the-inevitable-end

29/01/2023, 21:23

NecroKosmos

Et pour revenir sur l'Allemagne, Cannibal Corpse est toujours frappé d'une interdiction, celle de jouer des titres de certains de leurs albums. Bref...

29/01/2023, 11:52

NecroKosmos

Tout à fait. Je me souviens d'un vieux concert de Mayhem (à Rennes, il me semble) où Necrobutcher faisait des saluts nazis en backstage alors qu'il était complètement bourré. David VINCENT de Morbid Angel à une époque vantait &agra(...)

29/01/2023, 11:51

Saddam Mustaine

Bof Mayhem tout ça ils jouent au Wacken par exemple 

27/01/2023, 20:55

Buck Dancer

En même temps ça peut se comprendre. On parle de l'Allemagne et de Nuremberg. Les conneries (ou pas) d'un mec bourré le bras tendu passe certainement moins bien, malgré ses excuses, que dans d'autres pays. J'imagine aussi qu'en Allemagne cette i(...)

27/01/2023, 18:45

Saddam Mustaine

La prochaine étape sera d'envoyer Phil Anselmo dans une prison isolé en Sibérie et même d'exilés sa famille sur une île déserte pendant plusieurs générations

27/01/2023, 18:01

Saul D

Je suis un gros fan de GBH (sur album), notamment des premiers disques...mais en concert, hum...j'ai vu quelques vidéos youtube, et le groupe joue au ralenti ( contrairement à Exploited), donc je ne suis pas pressé de les voir en live...après, 40 ans d'existe(...)

27/01/2023, 14:56

Humungus

Mon souhait pour 2023 :Que la terre ne soit peuplé que de RBDs.

27/01/2023, 13:17

Pomah

+1 RDB

27/01/2023, 12:36

Bermuda Syndrome

Non à la haiiiiiiiiiiiiiiiiine

27/01/2023, 00:01

RBD

Et ça devait arriver... Les aventures du PanterA nouveau seront sans doute un bon indicateur de l'état de la liberté d'expression, selon les pays d'accueil des dates qui seront annoncées. Je ne cautionne pas les mauvaises blagues de Phil Anselmo, ne vous(...)

26/01/2023, 22:42

Jadore

VSool good sound

26/01/2023, 14:25

Arioch91

@mortne2001, merci pour la chro qui donnait envie d'écouter, rien qu'à la lire.Achat direct des deux skeuds sur Bandcamp, mes premiers achats de l'année !

26/01/2023, 09:06

torchure

ils sont contents, ils ont fait barrage à la haine

26/01/2023, 07:06

grinder92

Ben non, justement...

25/01/2023, 15:51

Jus de cadavre

Vous faites chier !

25/01/2023, 14:53

NecroKosmos

Monde de merde.

25/01/2023, 11:40

Wildben

Je peux pas, je suis apopathodiaphulatophobe.

25/01/2023, 11:06

Steelvore666

@Arioch.Enorme, ça va me faire ma journée !

25/01/2023, 08:41