Radio On!

Lee Aaron

23/07/2021

Metalville

Vous êtes en voiture, vous allumez évidemment la radio, et là, vous tombez sur le dernier single de Lee AARON. Imaginez-un peu la surprise, d’autant que la plupart d’entre vous pensent certainement que la brune canadienne a stoppé sa carrière depuis fort longtemps. Le plaisir n’en serait que décuplé de découvrir que Lee a non seulement continué son chemin, mais a produit ses albums les plus intéressants et matures ces dix dernières années. Fini le Hard-Rock influencé Benatar des années 80, fini les clichés à la Metal Queen, depuis les années 2010, Lee a fait son choix, celui d’un Rock joué Hard à l’inspiration multiple, loin des errances FM de ses disques les plus complaisants. Je suis au rendez-vous depuis de nombreux albums, et je fais partie de ceux qui considèrent la chanteuse quinquagénaire au sommet de ses moyens, comme l’ont prouvé des albums comme Fire and Gasoline ou Diamond Baby Blues. D’ailleurs, « Tomboy », l’un des derniers singles de la belle agit comme du Guronsan sur mon organisme, et réveille le rockeur qui sommeille en moi, le même qui s’endormait poliment dans les années 80 en écoutant les disques de Lee.

Trois ans après son dernier album studio, et deux après son Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany, Lee AARON revient donc avec des tubes plein son poste radio, et fait encore une fois preuve d’un éclectisme délicieux. Entre Classic Rock, Alternatif, Pop et Hard-Rock, Lee serpente sur les chemins, et plante ses crocs dans les mollets des fans perdus dans la jungle de la production actuelle. Avec toujours cette collaboration entre elle et son mari, et une masterisation signée par le gourou Mike Fraser (AC/DC, AEROSMITH, VAN HALEN), Radio On ! fait honneur à son point d’exclamation, et offre une suite plus que digne à Diamond Baby Blues, qui avait obtenu nombre de critiques positives amplement méritées. Son énorme, mais juste assez rêche pour évoquer le Rock, dame en voix pour son grand soir, compositions hétéroclites, tout est là pour faire plaisir à son public qui ne l’a jamais lâchée même dans ses moments les plus sombres.

Soutenue par une section rythmique à l’abattage conséquent (Dave Reimer - basse et John Cody - batterie), et par un guitariste volubile qui n’a pas les riffs dans son flight-case (Sean Kelly), Lee se sent à l’aise avec ce backing-band de luxe qui l’accompagne depuis de longues années, et le prouve en nous servant encore bouillant un « Vampin' », que les GRETA VAN FLEET des premiers temps auraient pu populariser à leur sauce. Les thèmes abordés par la chanteuse sont toujours aussi ouverts, avec des allusions aux problèmes de société, à l’indépendance, au matérialisme/consumérisme qui nous ronge, ou évidemment, à l’amour, l’un des sujets de prédilection des chanteurs/euses de Rock qui se respectent.

« Vampin' » est à ce titre l’entame dont on rêve lorsqu’on se branche sur les ondes de la FM qui ne se spécialise plus Funky depuis longtemps. Quatre minutes de Hard Rock de tradition, d’obédience seventies passé au prisme des années 2000, avec ce petit parfum ZEP dans la lourdeur, atténuée d’un refrain totalement craquant. Les voix mêlées, l’interprétation investie, l’ambiance sincère, tout contribue à faire de cette reprise de contact le salut qu’on attendait de la part d’une amie de longue date. En restant fidèle à une recette d’ouverture qui lui réussit depuis des années, Lee AARON nous offre encore un album impeccable, bien plus crédible que nombre de ses efforts les plus célèbres. En mid tempo, « Soul Breaker » nous touche en plein cœur de sa simplicité qui n’est pas sans évoquer un aménagement d’AC/DC nivelé par Bryan ADAMS, et de fait, toute la première partie de l’album est constellée de morceaux efficaces, punchy en diable, syncopés, en mid ou up, et surtout, drivés par une guitare qui n’a pas atténué les effets de sa distorsion pour passer aux heures de grande écoute (« Cmon »).

La maturité de la voix de Lee est assez surprenante, la vocaliste restant dans un registre mid et hargneux qui lui sied à merveille. Trouvant toujours le juste équilibre entre tradition et innovation dans le rétro, entre émotion et énergie, Lee sonne plus Rock que jamais, boogise comme une diablesse (« Mama Don't Remember »), avant de se souvenir que le Blues est à la base de tout, y compris sur les FM qui passent encore des classiques du patrimoine US (« Radio On »). Toujours soutenue par des chœurs efficaces et bien placés, qui n’en font pas trop mais qui transcendent des refrains fédérateurs, Lee joue avec ses humeurs, mais ne nous en impose jamais de mauvaises, laissant la pleurnicherie au placard pour en sortir sa sensibilité la plus pure.

Inutile donc de traquer la faute de goût, ou l’emphase prononcée sur les larmes, ici, c’est la spontanéité et l’envie qui dominent, et si parfois, certains morceaux sonnent un peu générique, ils sont toujours sauvés in extrémis par un gimmick entêtant ou une mélodie habile.

Nous nous voyons même gratifiés de suites plus progressives et nuancées que la moyenne, avec des lignes vocales de soie sur fond d’instrumental déchirant, et « Devil's Gold » de passer pour un leftover magnifique de BLACK COUNTRY COMMUNION, repris à la sauce Lee AARON. Quelques allusions plus jumpy et ZZ TOP permettent de faire le lien avec le patrimoine américain (« Russian Doll », que PRISTINE aurait pu entonner avec une euphorie certaine), tandis que le gospel se fait une place sur le poignant mais joyeux « Great Big Love ». Vous l’aurez compris, la dynamique de cet album est multiple, et allusive à bien des courants traditionnels. Agissant comme un best-of de la troisième partie de carrière de la canadienne, Radio On ! égrène les tubes comme la radio les singles, et pas une minute n’est perdue en atermoiements sur le passé ou autres regrets inutiles. Ce qui est logique, puisque les années 2000 sourient de toutes leurs dents à Lee, qui nous dévoile son âme sans en rajouter (« Wasted » sublime), et qui ose même terminer sa recherche des ondes en tombant sur le meilleur de Cristina Aguilera et Melissa Manchester (« Twenty One »).

Encore un excellent disque de la part de Lee, qui confirme donc que la maturité est sa meilleure alliée. Dur comme le Rock, sensible comme une femme qui a parcouru le monde et ses studios, et qui a trouvé la paix artistique en revenant aux sources du Rock.

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Vampin'

02. Soul Breaker

03. Cmon

04. Mama Don't Remember

05. Radio On

06. Soho Crawl

07. Devil's Gold

08. Russian Doll

09. Great Big Love

10. Wasted

11. Had Me at Hello

12. Twenty One


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/08/2021 à 18:15
85 %    493

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
metalrunner

Très  bon album une bonne claque vivement du live .

26/09/2021, 09:12

RBD

Cette prolongation de "Surgical Steel" va certes ramener dans le camp des déçus ceux qui espéraient que ce précédent n'était qu'un tour de chauffe avant un "Heartwork II" ou un "Symphony of Putrefac(...)

25/09/2021, 22:24

Sakura

transophobe black metal

25/09/2021, 14:15

Je te sodom à l\'agent orange

@Drift : tu préfères quoi haineux? haïsseurs? Je vois en quoi en utiliser un anglicisme comme haters rend nul le reste de son propos. En tout cas, pour toi, j'ai une expression bien française : sac à merde.

25/09/2021, 14:13

drift

Encore un gogo qui parle "haters"

25/09/2021, 12:34

araf

Il est grand temps qu'ils arretent les frais

25/09/2021, 12:32

Gargan

Très futé comme commentaire. Je ne crois pas qu’il faille forcer les choses à ce niveau, sinon c’est l’effet repoussoir assuré. Faire écouter les classiques du rock / hard / heavy en crescendo, c’est déjà pas mal. Quand ta p(...)

25/09/2021, 10:30

Pine de pute

@KerryKing : espèce de gros blaireau, n'oublie pas la bière dans le biberon. Si ce sont des gros nazes comme toi qui sont les porte-flambeaux de "notre héritage", pas étonnant qu'on ne soit que rareent pris au sérieux. Et franchement, va te f(...)

25/09/2021, 07:26

Ander

Pas trop mal ce titre. J'aime bien le son de basse qui se démène derrière.

24/09/2021, 08:37

Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50