Kreek

Kreek

12/02/2021

Frontiers Records

Le malheur des uns fait le bonheur des autres.

Certes, cet adage est d’un conformisme incroyable, et pourtant, il s’applique à merveille au premier album de KREEK, nouveau venu sur la scène anglaise. KREEK est né du départ d’Antony Ellis de BIGFOOT, valeur montante de la scène d’outre-manche, et dont le dernier album fut déjà distribué par les italiens de Frontiers. Après deux EP’s, et trois albums (dont le troisième sur le label de Serafino), le groupe dû affronter la désaffection de son frontman Ellis, et tenta pendant un temps de continuer avec Sean Seabrook au micro. Las, la magie n’était plus là, et le combo préféra solder ses comptes plutôt que de ramer dans le vide. Frontiers, conscient du potentiel de ce chanteur au timbre puissant s’intéressa de près à son cas après son escapade en solitaire, et lui proposa de monter un nouveau projet. C’est ainsi qu’Antony se retrouva flanqué d’une nouvelle équipe pour formaliser sa propre vision d’un Hard Rock moderne, vision assez proche de celle qu’il défendait déjà au sein de son ancien ensemble. Célébrons donc la naissance de ce nouveau concept en enterrant le corps encore chaud de BIGFOOT, et admettons qu’une fois encore, une mort entraîne une naissance, pour le meilleur et pour le pire.

Dans le cas de ce premier éponyme, c’est plutôt le meilleur qu’on soulignera, les dix morceaux de ce premier jet étant d’un professionnalisme à toute épreuve. Entouré d’un nouveau gang de jeunes loups (Nick Clarke - guitare,

Seb Sweet - batterie et Lee Andrews – basse), Ellis a pu laisser libre cours à son organe, et donner de sa personne pour offrir une dimension personnelle à cette musique générique. Toujours allusif à tous les courants du Hard Rock contemporain, le chanteur nous offre une véritable démonstration, aidé en cela par un backing band de première bourre. Avec ses inflexions inimitables nous renvoyant au meilleur des années 70 repris par la mode puissante des années 80, Ellis se sent à l’aise dans ce nouveau costume sur-mesure taillé par le label italien, et déroule les montées, les petits cris plantiens, les feulements sensuels, mais aussi les râles rauques de vrai male en rut. Le tout à évidemment des allures de classique déjà entendu, mais la facilité avec laquelle le quatuor interprète ces hymnes à la légèreté Rock a de quoi persuader les plus sceptiques, mais aussi les inconsolables de la perte de BIGFOOT, l’un des représentants les plus fiers de la scène anglaise.

Épaulé par le producteur Dan Rossall, KREEK a réussi à proposer une œuvre intemporelle, purement analogique, qui nous replonge dans les plus grandes légendes des seventies, mais aussi de la NWOBHM. Sans jouer la carte de la nostalgie trop évidente, le groupe roule sur du velours, et rappelle les CINDERELLA les plus efficaces, EXTREME, mais aussi DEAD DAISIES, GRETA VAN FLEET, et bien sûr, une poignée d’influences plus anciennes. On note un désir de ne pas s’éloigner des racines, et d’offrir à l’auditeur des chansons qui ne se compliquent pas la vie, mais qui ne rechignent pas à étaler le savoir-faire de musiciens au sommet de leur potentiel. C’est ainsi que KREEK démarre sous les auspices les plus ambitieux, via le titre le plus long et évolutif de l’album. Loin de se contenter d’un gros burner pour faire chauffer les turbines, le groupe affiche sa confiance, et digresse pendant les six minutes de l’impressionnant « At The Bottom Of Hell », afin de mettre les choses au clair dès le départ. KREEK n’est en effet pas qu’un simple support de transition pour Ellis, mais bien un véritable groupe, aux moyens considérables et à la foi affichée. Longue intro aux chœurs épiques, grosse basse ronde qui gronde, percussions incantatoires, on joue le luxe, et le résultat s’en ressent, plaçant immédiatement l’album à un niveau impressionnant. Antony n’a donc pas choisi la voie la plus facile ou la plus humble, et s’expose dès ce premier éponyme, pour bien prévenir la concurrence. KREEK ne sera donc pas un succédané de BIGFOOT, mais bien la nouvelle étape de sa carrière, différente, distincte et peut-être même encore plus probante.

Mais ne craignez rien, votre chanteur favori n’est pas tombé dans le piège de l’excès de morgue, et dès le bien-nommé « Missiles », le Hard-Rock traditionnel apparaît dans son costume de franchise, galvanisé par un up-tempo diabolique et trépidant. Désireux de faire le tour de toutes les questions éventuelles, le quatuor a élaboré un répertoire très varié, pour éviter la redite gênante ou les citations trop fermées. Immédiatement, on prend note de cette section rythmique à l’abattage conséquent, et le brio avec lequel Nick Clarke lâche des riffs hargneux mais mélodiques. L’équilibre et l’osmose entre les musiciens sont donc palpables, et les attaques s’enchaînent sans le moindre temps mort.

Les plus acerbes et fielleux argueront du fait que cette musique ne déclenchera pas de nouveau big-bang, se content            ant de reproduire à bon marché des recettes déjà éprouvées par les eighties avant d’être recyclées par la vague vintage. Mais en se montrant perméable à toutes les sous-couches du Hard des années 80/90, KREEK n’hésite pas à s’arrêter sur des cases dangereuses, comme celle encore souillée par le make-up des glammeurs (« Meet Your Maker »), avant de faire le grand écart pour poser la jambe sur celle d’un Hard plutôt Heavy et sombre (« One Voice »).

Condensé de tout ce que l’Angleterre a pu produire en termes de Rock dur, ce premier éponyme n’oublie pas le Blues en route, et salue le ZEP via « Stand Together ». On repense alors à des formations comme THE ALMIGHTY, THUNDER, et on savoure cette tranche de vie qui sait corser le propos pour enflammer le drapeau (« Down ‘N Dirty »). Sans chercher la complication, mais en écartant toute composition un peu faible, KREEK se présente sous un jour flatteur pour ce premier rendez-vous galant avec son public, qu’il risque de séduire d’un sourire Rock très prononcé sur les lèvres. Et lorsque le riff énorme de « Get Up » ramènera à la mémoire des demoiselles les traits de David Coverdale et les chœurs sexy de SLAUGHTER, l’opération séduction sera réussie haut la main.

Donc, dommage, mais tant mieux. Dommage pour BIGFOOT qui incarnait une valeur montante de la scène UK, mais tant mieux pour KREEK qui se pave là une voie royale. Le malheur des uns fait le bonheur des autres, bla, bla…            

        

                                                                                             

Titres de l’album:

01. At The Bottom Of Hell

02. Missiles

03. Meet Your Maker

04. Million Dollar Man

05. One Voice

06. Man On My Shoulder

07. Stand Together

08. Down ‘N Dirty

09. Get Up

10. On Your Own


Facebook officiel


par mortne2001 le 18/02/2021 à 14:06
80 %    39

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moshimosher

Je viens enfin de découvrir (et d'acheter cet album)... quelle tuerie ! Un pur chef-d’œuvre !!! Vraiment de très bonnes sorties sur ce label !

05/03/2021, 23:00

Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09

Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49