Voilà encore une sortie de taille qui va diviser. Diviser profondément même, puisque deux camps vont s’affronter, les pros et les antis, qui crieront d’un côté à l’imposture flagrante et qui hurleront de l’autre au génie de l’usurpation légère et sans conséquence. Mais finalement, que peut-on reprocher à JOHN DIVA & THE ROCKETS OF LOVE ? De jouer le Hard-Rock comme si leur dernier calendrier avait été acheté au facteur de Los Angeles en 1987 ? De donner des concerts hauts en couleurs et agrémentés de quelques astuces sexy faciles ? De pomper sans vergogne les groupes des années 80 en laissant croire qu’ils auraient pu faire la même chose en temps et en heure ? Ou de signer d’excellentes chansons, sans prétention, mais avec un sens affirmé de la mélodie et du gimmick qui tue ? Si tel est le cas, autant blâmer cinquante pour cent des groupes actuels de faire la même chose, avec beaucoup moins de flair et de talent…Alors mettons les choses au point une bonne fois pour toutes. Non, JOHN DIVA & THE ROCKETS OF LOVE n’est pas ZIGUE-ZIGUE SPUTNIK, il n’a rien d’un coup publicitaire ni d’un pastiche graveleux dans la lignée des STEEL PANTHER, mais est bien un véritable groupe mené par une véritable diva, qui a tout compris au marketing, mais surtout au Sleaze légèrement plus agressif que la moyenne, au point de signer douze tubes sur douze morceaux, habileté qui n’est pas donnée à tout le monde…Après, la légende, la bio subtilement orientée, le look, et les plumes de paon sont à prendre comme un habile décorum qui ne fait qu’ajouter au charme à ce premier album qui a plus que du chien, et qui aboie aussi fort qu’il ne se roule sur le dos avec sensualité.

Facile ? Pas tant que ça, car peu nombreux sont les groupes capables de synthétiser tout l’hédonisme d’une décade en moins d’une heure, sans commettre le moindre faux pas. Et sur cet introductif Mama Said Rock is Dead, tout y est, sans manquement et sans faute de goût. Peu importent les vôtres, puisque même en faisant preuve de la mauvaise foi la plus crasse, vous ne parviendrez pas à reprocher quoi que ce soit d’objectif à ce collectif, qui joue le Hard comme on le jouait il y a trente ans, avec la même insouciance touchante, le même professionnalisme admirable, et la même fantaisie ludique. Mais finalement, qu’attendre de cette douzaine de chansons aux titres si évocateurs qu’on a le sentiment d’apercevoir le reflet de Vince Neil dans l’inox de la théière ? Du plaisir, de l’exubérance, de la tendresse, de la rage, de la turgescence purement adolescente, beaucoup de fun, mais surtout des harmonies à tomber, des riffs qui font mouche, une rythmique simple mais solide, et des nappes vocales veloutées, exaltées, romancées, endurcies ou attendries…Et pourtant, l’affaire était mal partie avec cette pochette tape-à-l’œil nous jetant en pâture le fils illégitime d’Anthony Kiedis et Jaime St. James retrouvé dans un zoo de Californie. Mais là aussi se cache l’ADN d’un artiste qui a décidé de n’en faire qu’à sa tête et de la montrer, sans jouer la fausse modestie ou l’humilité de surface, et autant accepter l’image avec le son, car les deux sont indissociables. Et si vous avez vu les vidéos tournées par le groupe, vous savez exactement de quoi je veux parler.

Sound & vision donc, comme dirait le regretté David Bowie, pour un combo qui n’a pas oublié les théories américaines des sacro-saintes 80’s, décade qui devait pas mal de choses à sa grande sœur seventies. Quintette qui n’a froid ni aux yeux ni au reste (John Diva - chant, Snake Rocket & J.J. Love - guitares, Remmie

Martin - basse et Lee Stingray jr - batterie), JOHN DIVA & THE ROCKETS OF LOVE est plus qu’un groupe, c’est une rumeur qui se confirme, c’est une file d’attente sur le Sunset, c’est un bruit qui s’échappe des portes mal calfeutrées du Roxy, de l’Amour ou du Troubadour, c’est un samedi soir face à la scène, admirant des musiciens aux frusques colorées et mal assorties, multipliant les moues lippues et les gestes obscènes, et plus concrètement, une synthèse diablement intelligente de la scène Glam/Hair Metal/Sleaze du Los Angeles de l’axe 86/89, la crédibilité du temps en moins, mais le talent égal. Et finalement qu’importe de savoir si la mère de John était vraiment une femme travailleuse et méchamment rockeuse, peu importe qu’elle l’ait baladé de salle en salle pour faire son éducation, car au-delà de la quatrième de couverture, il y a un livre grand ouvert, qui nous raconte mieux que quiconque l’épopée des MÖTLEY CRÜE, de SLAUGHTER, de POISON, BLACK N’BLUE, BON JOVI, WHITESNAKE, GUNS N’ROSES, L.A GUNS et tous les fardés de la paupière. Et c’est bien à cause de ça que ci, et les détracteurs d’arguer du caractère hautement plagiaire d’une œuvre, qui finalement, n’apporte pas grand-chose à l’actualité contemporaine. Sauf que l’actualité, ce groupe et cet album s’en cognent comme du string d’une groupie oublié dans le tour-bus, puisque la seule chose qui compte, c’est cette qualité de songwriting, ce son diabolique concocté par le vétéran Michael Voss (MAD MAX, Michael SCHENKER, Tony CAREY), et cette voix,  aigue, gouailleuse, sexy sur les bords mais touchante dans le fond, qui n’hésite pas à abuser des poncifs pour faire gonfler votre calcif.

Sur une trame ultra classique, Mama Said Rock is Dead brode des thèmes convenus, mais si bien retranscris et adaptés qu’on se laisse prendre au jeu. Parce qu’on se fait avoir par des couplets débordant de stupre, parce qu’on se fait délicatement enfler par des refrains anthémiques dignes d’une tournée des stades, et parce que les soli sont au moins dix fois plus performants que la plupart des fausses gâchettes molles de l’époque. Parce que dès « Whiplash », la fête est plus folle avec de l’alcool, et que tout est en place pour voyager ans le temps sans défier l’espace. Parce que le simple « Lolita » est à peu près aussi crétin qu’un hymne des RAMONES adapté par les DEF LEPPARD et TRIXTER, et que le texte donnera des vapeurs à tous les vieux pervers qui n’avaient jamais vu des cheerleaders d’aussi près en concert. Parce que « Rock N' Roll Heaven » est plus crédible qu’un remix de WARRANT avec SKID ROW aux platines, parce que « Wild Life » raconte mieux la vie sauvage qu’une biographie de Mark Slaughter, parce que le piano de « Just A Night Away » fera chialer de nostalgie les fans de WINGER et KISS, et puis surtout, parce que plus les chansons s’effeuillent, plus le palpitant gueule de tant de joie difficile à gérer lorsqu’on pensait cette époque morte et enterrée. Certes, et contrairement à ce que son titre affirme, Mama Said Rock is Dead est tout sauf du Rock, et reste du Glam Rock chatoyant aux chromes brillants, et ne tient pas la comparaison avec la légende des artistes les plus impliqués. Mais qui a besoin de comparaison lorsqu’il peut avoir l’antidote au poison de la routine musicale quotidienne, et remettre son perfecto à franges sans faire peur aux voisins ? Alors, le Rock voyez-vous…laissons ça aux tristos qui s’extasient encore devant les STONES sur scène. Parce qu’en échange, on se tape l’euphorie d’un « Rocket Of Love » que les KIX et JACKYL auraient pu piquer au BON JOVI de Slippery When Wet, et parce que le Rock de toute façon, à tout dit depuis Chuck Berry.

Alors, album de l’année ? Si la vôtre est 1988, alors oui, on peut l’affirmer. Et le compliment n’est pas si anodin qu’il n’en a l’air.  


Titres de l'album :

                          01. Whiplash

                          02. Lolita

                          03. Rock N' Roll Heaven

                          04. Wild Life

                          05. Blinded

                          06. Dance Dirty

                          07. Just A Night Away

                          08. Fire Eyes

                          09. Get It On

                          10. Long Legs

                          11. Toxic

                          12. Rocket Of Love

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/03/2019 à 16:53
90 %    209

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Maïeutiste

Veritas

Alunah

Violet Hour

Sacrilege

The Court Of The Insane

Thicket

Descend into Darkness

Leaving Eden

The Agony of Affliction

Refused

War Music

Violentor

Putrid Stench

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

The Sisters of Mercy + A.A. Williams

RBD / 27/10/2019
Folk

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + All In The Small

16/11 : L'appart Café, Reims (51)

Father Merrin + Clegane + Nornes

17/11 : Le Do It Yourself, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

@stench: Je fais encore un paquet d'échanges à l'étranger, l'underground s'arrête pas à ta région, voir à la France :)
Tu parles de split tapes de VACARME?


Le premier extrait est vraiment intéressant, Kirk en a encore dans le ventre !


La date prévue à Barcelone dans la première version de cette tournée a carrément sauté. Ils doivent être dégoûtés.


"Pas de date pour la France".....


Putain "Noose" sur la compile Metallian n°3 je crois... outch le flashback fait mal là...


NecroKosmos, pareil pour moi. Même si, de mémoire, il y avait deux ou trois bons morceaux sur Amok. Mais le style de plus en plus heavy me convenait moins.


'North from here' est un de mes albums cultes !! Mais c'est le seul de Sentenced que j'aime.


Oui c'est bien les français !


Sortilège, c’est les français?
Si oui c’est cool pour eux


A l'époque, j'avais acheté l'album "North from here" de Sentenced et j'aimais beaucoup. Je ne connais pas KYPCK par contre et je vais écouter ça.

Le morceau de Sepult' a l'air sympa.


Toujours aussi mou du genou dans son choix éditorial.


Leur nouvel album est une bombe !! Dans mon top 5 de l'année !!


Effectivement...
Mais ce "plagiat" me va très, très bien à moi.


Bah merde...
Je ne connais que de très, très loin SENTENCED (je vais d'ailleurs remédier à ça d'ici peu je pense...), mais je ne savais absolument pas que deux de ses membres étaient les instigateurs de KYPCK.
Groupe effectivement exceptionnel dont le premier album (surtout !) m'av(...)


Carrément.


D'autant qu'il est très bien ce nouvel album, plus varié mais toujours intense. Les Vader Français !


Tant que ça Humungus ?


Dans la oï, il y a plein de trucs excellents. Et ce groupe en faisait partie.


Merci Gab pour ton travail. Je trouve encore des cassettes que tu as produites un peu partout à l'étranger, c'est un sacré boulot. Et merci de m'avoir fait découvrir Warning Fog il y a peu, devenu un des mes groupes de pur grind préféré.
Pour avoir très largement fréquenté cet underg(...)


Dans ma liste des meilleurs albums de l'année...