Vu de l’extérieur, tout ça n’augure rien de bon. Pochette dessinée par le petit Jayson, élève de sixième dont les parents vénèrent les Anges de la Télé-réalité, AOC allemande de bon ton, Heavy pur et non traité, tout sent la nostalgie graphique et musicale à plein nez et nous replonge dans le pire de la production des années 84/85. On s’attend presque à sentir les poils de moustache crever les pavillons du casque et à renifler le spandex en léopard en ouvrant le placard. Mais les apparences sont souvent trompeuses, et pas seulement dans le cas des biscuits à la noix de cajou, délicieux sur le papier, mais insupportablement secs en bouche. Car STARCHILD est bien plus, beaucoup plus même que cette première et fausse impression, et pour ceux ne connaissant pas le projet, fiez-vous à moi. Il vaut largement le coup d’être connu. Et pour cause, puisqu’on y trouve des musiciens au sacrée pedigree, qui une fois associés, produisent une musique racée, lyrique, inoxydable, et trempée dans le Heavy et le Power bien au-delà des doigts de pieds. Gagné, nous avons encore entre les mains un solide dossier germain, et ce Killerrobots malgré ce nom qui prête à sourire et rappelle les pires heures de productions de la Cannon n’est rien de moins que l’un des meilleurs albums Heavy de ce début d’année, pour peu que le classicisme soit votre tasse de thé. Fondé par le fantasque et omnipotent Sandro Giampietro, originaire de Brême, et ayant bénéficié des soins vocaux particulier de Mickael Kiske sur un premier single aux fonds reversés à une association de lutte contre le cancer, STARCHILD est un pur enfant des enfants de la balle, et nous offre aujourd’hui la primeur de son second LP, qui présente une fois de plus - originalité oblige - un futur dystopien dans lequel les robots tueurs ont pris le pouvoir. Vous avez dit Terminator ? Vous aurez raison, et les morceaux qui constellent cette épopée en avenir sombre majeur auraient d’ailleurs pu illustrer les scènes les plus musclées du second volet des aventures du Terminatueur.

Musicalement, la machine ne cherche pas non plus le grain de sable qui va faire gripper les rouages, et se concentre sur un Power Metal des années 90 plus ou moins remis au goût d’un jour ténébreux. Toujours fermement accroché à sa guitare et son micro, Giampietro mène ce projet de main de maître, et s’est entouré de pointures, dont Kai Stringer à la guitare, Benedikt Zimniak à la basse (ex-MEKONG DELTA, DAWN OF AMBER) et Alexander Landenburg à la batterie (KAMELOT, CYHRA, RHAPSODY, ex-MEKONG DELTA) pour mener à bien sa mission de sauvetage. Et le moins que l’on puisse dire est que nos quatre chevaliers se donnent du mal pour nous convaincre du bien-fondé de leur démarche, multipliant les figures héroïques, les actes de bravoures uniques, et les avancées en mode percée des lignes ennemies, qui avec leurs robots/soldats/milices menacent une liberté si chèrement acquise. En écoutant ce Killerrobots il n’est pas difficile de comprendre pourquoi et comment les STARCHILD ont réussi à accompagner les EDGUY en tournée, puisque les deux groupes partagent bien des points communs dans le traitement de la mélodie renforcée de puissance métallique incendiaire. On retrouve ce même goût pour les couplets renforcés, les soli enflammés, et les refrains hautement mélodisés, le tout agité d’une conviction sans bornes pour un Metal sans failles, ni édulcoré ni refroidi pour plaire aux masses qui braillent. C’est évidemment très classique, à peu près autant qu’un best-of de STRATOVARIUS, mais c’est sacrément convaincant, entraînant, entêtant, et chaque morceau repose sur suffisamment d’idées pour devenir un classique instantané, même si le piège du « j’ai déjà entendu ça quelque part », pointe régulièrement le bout de son nez.

Mais qui dit classique et utile ne dit pas anecdotique et futile, et les dix véritables morceaux électriques de ce second LP le prouvent avec beaucoup d’intelligence. D’abord, en se reposant sur des riffs vraiment percutants et performants, toujours transcendés par de petits gimmicks, glissandos et bends qui rendent l’ambiance encore plus surchauffée. Le talent de Sandro est toujours aussi évident, et l’homme ne s’est pas gêné pour le mettre en avant en incrustant en fin de parcours trois inserts acoustiques qui prouvent que son imagination fertile ne doit rien à la distorsion et l’électricité. Pas d’effets de manche, ou alors uniquement celui des guitares, une section rythmique qui à défaut d’être inventive se montre solide comme le Rock, des agencements aérés, et surtout, une tendance à éviter le larmoiement de titres se vautrant un peu trop dans le sentimentalisme. En tirant sa musique entre Heavy de la grande époque et Power Metal des années 90, STARCHILD nous offre un festival de vivacité et de plaisir de jouer, sentiment palpable dès l’ouverture tonitruante de « Ghostbridge ». Atmosphère délicatement Indus sur l’intro, turbocompresseur d’une double grosse caisse qui met les points sur les I, et on s’envole soudain au vent d’un couplet aussi grandiloquent qu’efficace, à la frontière du Hard Rock et du Power Metal scandinave, avant d’exploser en plein vol d’un refrain que les STRATOVARIUS auraient pu nous imposer à la fin des nineties. C’est évidemment hautement puissant, subtilement respectueux, mais surtout, efficace en diable, et intelligemment amené, puisque loin de se contenter d’une pâle resucée de plans classiques, les quatre musiciens ont pris le temps d’aménager des espaces de respiration dans leurs progressions rappelant étrangement les grands hits d’IRON MAIDEN. De sérieuses références donc, que « Spine » entérine, acceptant le surplus de méchanceté d’un Thrash dilué se cachant dans les recoins de parties plus féroces que la moyenne.

Sans se baser sur des astuces de m’as-tu-vu, Killerrobots progresse sans se poser de question, tâtant même du pointillisme de l’extrême le plus véhément pendant quelques secondes pour nous convaincre de sa furie (« One Inch Away » et son intro en mode MESHUGGAH). Accumulant les tubes, le quatuor en jette, et reste toujours dans des balises de composition raisonnables, qui ne dépassent les quatre minutes que lorsqu’il le faut. Mine de chansons qui s’incrustent dans la tête (« Swipe »), qui parfois se calment quelques instants en mode arpèges acoustiques Folk et dramatiques (« Another Way Round »), avant de jouer le jeu d’un Hard Rock vraiment nerveux et tempétueux (« Killer Robots », modèle de construction en concassage harmonique), Killerrobots est un quasi sans-fautes qui alterne, module, pour ne pas lasser, quitte à verser parfois dans le pathos à la DIO pour se montrer plus emphatique (« Haze »). On admirera évidemment le travail accompli par le compositeur, qui sait toujours rebondir sans tomber (« Fading Out (If 6 was 9) », un peu Jorn Lande, un peu Hard scandinave, mais totalement addictif), et terminer le boulot officiel sur une dernière procession noble et impérieuse (« Fortunewheeler », presque taillé pour l’Eurovision). Chacun jugera de la pertinence des trois derniers morceaux en mode repos du guerrier, mais en tant que dernière friandise avant la nuit, ils ont parfaitement leur place sur ce déluge de plomb. Sans casser les codes mais sans les suivre bêtement, STARCHILD s’impose comme une nouvelle valeur sûre de la scène européenne et une fierté allemande de plus, malgré une pochette d’une laideur incontestable. Comme quoi, il ne faut jamais faire confiance aux premières impressions, ni au regard extérieur. Mais on ne juge pas un livre sur sa couverture n’est-ce-pas ?   


Titres de l'album :

                          01. Ghostbridge

                          02. Spine

                          03. One Inch Away

                          04. Swipe

                          05. Another Way Round

                          06. Killer Robots

                          07. Haze

                          08. Fading Out (If 6 was 9)

                          09. Valkyriesong

                         10. Fortunewheeler

                         11. Ghostbridge (acoustic)

                         12. Still My Planet (acoustic)

                         13. Eyes of History (acoustic)

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/05/2019 à 14:37
80 %    81

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)