Para Dice

Jessica Wolff

19/06/2020

Metalapolis Records

Des nouvelles du front finlandais, avec l’accueil du troisième album d’une des artistes les plus attachantes de ce froid pays, Jessica WOLFF. Bien connue des fans d’un Rock délicatement alternatif, la blonde chanteuse nous en revient donc trois ans après son dernier cadeau avec dix nouveaux morceaux sous le bras, justifiant amplement son excellente réputation. Après Renegade (2013) et Grounded (2015), c’est donc Para Dice qui a la lourde tâche d’affronter l’écueil pointu du troisième chapitre, et sans faire durer le suspense plus longtemps, le défi est relevé haut la main et toutes guitares dehors. Loin d’édulcorer son propos pour s’ouvrir au grand public, Jessica WOLFF semble durcir le ton en s’appuyant sur son line-up solide, et nous livre une performance hargneuse et séduisante. Il est de notoriété publique que les suédois, norvégiens, finlandais, et islandais sont depuis des années les rois du Rock et du Metal, leurs représentants vintage envahissant les scènes du monde entier avec un panache hors-norme, mais même en acceptant ce constat, il est toujours hallucinant de s’apercevoir que les groupes nordiques sont devenus les rois du monde pour une simple et bonne raison : ils sont les meilleurs compositeurs, des interprètes incroyables, et semblent toujours savoir en amont ce que leur public a envie d’entendre. Comme les anglais dans les années 60, 70 et 90, les américains dans les années 80, ces musiciens aux pouvoirs illimités trouvent toujours le ton juste pour se renouveler progressivement sans se trahir, et c’est exactement la conclusion qu’on tire de Para Dice, sans même avoir à attendre la moitié de l’album.

Produit par Jonas Olsson, Para Dice se situe encore une fois à la croisée des chemins Pop, Rock et Alternatif, et fait la part belle aux couplets rageurs anticipant des refrains ravageurs. La recette est d’apparence simple, mais incroyablement difficile à maintenir sur la durée d’un album. Et même réduit à trente et quelques minutes, Para Dice n’en reste pas moins un méchant concentré d’énergie et de mélodie, susceptible de plaire à tous les publics. Reprenant peu ou prou les choses là où Grounded les avait laissées, Jessica accentue encore le potentiel de ses morceaux, qu’on imagine sans peine faire un massacre en live. Est-ce dû à la tournée que l’artiste a pu faire en compagnie de TREAT il y a deux ans qui lui a donné cette inspiration ? Possible, mais outre la composition, c’est l’interprétation qui laisse rêveur, avec un support de musiciens qui n’ont rien d’un backing band anonyme et interchangeable. L’osmose entre la chanteuse et ses acolytes est manifeste dès « Ella’s Song », qui en trois minutes et quatorze secondes donne une leçon de Hard-Rock moderne, décomplexé et euphorique. C’est un énorme riff moderne qui nous ouvre les portes, avant que la distorsion ne se mette en retrait pour laisser place aux vocalises, toujours aussi modulées et intelligentes. Certes, Jessica n’a pas la plus grande voix du monde, mais son timbre se rapproche parfois de celui d’Avril Lavigne, avec ce délicieux côté juvénile qui fait les plus grands tubes Pop-Rock. Pour autant, ne croyez pas avoir affaire à un produit manufacturé avec flair par une maison de disques opportuniste, puisque l’ambiance sent la sincérité d’une musique simple, jouée avec conviction. Pas de place ici aux grandes effusions, aux démonstrations d’ego, pas d’aria qui empiètent sur l’efficacité, juste de l’entrain, de la sueur musicale, et des hits à ne plus savoir qu’en faire. Avec un son parfaitement calibré, âpre juste ce qu’il faut, ce troisième LP commence sous les meilleurs auspices, et indique dès son entame que les débats ne vont pas se tasser.

D’ailleurs, « Perfect Kind Of Wrong » garde le même up tempo sautillant et euphorisant, et si les structures rappellent le Rock alternatif des nineties tout autant que le Pop-Punk de la décennie suivante, le tout est savamment agencé pour ne pas trop laisser transparaître ses influences, volontaires ou non. Sans chercher à se faire remarquer par son originalité, Jessica WOLFF joue l’immédiateté d’une musique énergique et sobre, avec quelques arrangements discrets (cocottes de guitare sur les couplets, reprise toute en explosion, chœurs simples mais efficaces, breaks qui redonnent l’impulsion). L’approche est classique, mais le résultat tout sauf générique, et se déguste comme la bande-son d’une adolescence heureuse à laquelle on repense avec tendresse. Para Dice est typiquement le genre d’album qui donne envie de repartir au lycée, le sac en bandoulière, avec les potes vous attendant dans la cour, en patientant jusqu’au vendredi soir, synonyme de sortie et de concert. Les premières amours, que « The Sunny Side Of The Bay » rappelle de sa souplesse et de son intimité, les crises d’anxiété et les problèmes existentiels insolubles mais découlant sur une souffrance intérieure bien tangible (« Kill Switch »), mais surtout, cet optimisme de croire que l’avenir vous appartient encore et que le meilleur reste à venir (« Fight Forever »). Un concentré de bonne humeur et de réalisme humain, pour des chansons qui se succèdent comme les jours de la semaine, avec des responsabilités encore limitées, mais l’ombre de l’âge adulte qui plane dangereusement au-dessus de la tête. Une subtile alternance d’atmosphères, pour des morceaux assez variés pour ne jamais lasser, et ce mid tempo survitaminé qui donne des fourmis dans les jambes et des rêves plein la tête (« Superhero »).

Il est fort probable que le public purement Metal se sente hermétique à ce genre de réalisation. Mais pour ceux qui n’ont pas oublié que le Hard se doit d’abord d’être Rock, bien dans son époque, et suffisamment léger pour ne pas sonner trop prétentieux, Para Dice sera un paradis de bonnes mélodies, d’accès de colère et de sentiments mélangés, comme un passage à travers une nouvelle puberté. Mais dites-moi comment résister à la contagion juvénile de « Demons », à la douceur apparente de « Take me Away », et comment rester de marbre face à la puissance finale de « Strangers » qui lâche en intro un riff maousse avant que la Pop ne reprenne ses droits. Un parfait équilibre donc, pour une artiste simple, aux ambitions honnêtes, et la confirmation du talent de Jessica WOLFF pour capter l’air du temps sans trahir sa personnalité. Une bouffée d’air frais dans une époque bien compliquée….               

                                              

Titres de l’album :

01. Ella’s Song

02. Perfect Kind Of Wrong

03. All The Right Things

04. The Sunny Side Of The Bay

05. Kill Switch

06. Fight Forever

07. Superhero

08. Demons

09. Take me Away

10. Strangers


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/01/2021 à 18:06
80 %    318

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Seigneur FRED

Un album généreux ! Seigneur Fred - METAL OBS

06/03/2021, 10:57

Arioch91

Killers fut mon premier Maiden aussi. Avec un pote, on était fan de leur zique autant que de leurs pochettes. Eddie dans les 80's, c'était une sacrée mascotte !J'ai découvert le premier un peu plus tard mais j'ai adoré aussi. En fait,(...)

06/03/2021, 10:21

Moshimosher

Je viens enfin de découvrir (et d'acheter cet album)... quelle tuerie ! Un pur chef-d’œuvre !!! Vraiment de très bonnes sorties sur ce label !

05/03/2021, 23:00

Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09