"We're called the lone kids, of our broken throats, tired of yelling, we've got no place to fall" (Nous sommes appelés les enfants seuls, de nos gorges brisées, fatigué de crier, nous n'avons pas d'endroit où tomber.)
Voici comment commençait le premier EP de BIRDS IN ROW il y a de ça bientôt 10 ans. Un EP qui  déjà à l'époque allait connaitre un succès fabuleux, permettant à ces 3 Lavallois dès leur premier Album You Me and The Violence, de faire partie du prestigieux label Deathwish.Inc.

Etant originaire de Laval, j'ai donc suivis le groupe avec attention durant toutes ces années. Après avoir effectué mes premiers concerts devant tous ces groupes de cette petite ville : les CALVAIIRE, THE BRUTAL DECEIVER, ou encore les AS WE DRAW... c'est donc avec une immense joie et nostalgie que j'écris cette chronique, pour un album qui s'avère être une fois de plus excellent. 

Les 3 kids n'ont perdu ni en puissance ni en férocité, et les valeurs qui ont porté le groupe jusque là n'ont jamais été aussi présentes. Il est donc remarquable de voir cette énergie et cette philosophie les hisser toujours plus haut, et parmi les groupes les plus remarquable de leur style . Il est clairement impossible aujourd'hui de parler de Post Hardcore sans évoquer BIRDS IN ROW, et ce dernier album ne vient que confirmer ce fait.

We Already Lost The World, est album qui redouble de subtilité. On voit que le groupe a gagné davantage en maturité, cela apparaît autant dans la construction des morceaux, que dans les paroles. La nouveauté étant bien sure l’apparition de chant claire qui vient apporté un second souffle à leur musique. Pourtant les BIRDS IN ROW des débuts sont bien là, avec leurs parties émotives poussées par un chant screamo qui n'a plus besoin de faire ses preuves. J'en profite pour préciser que Barth, le chanteur guitariste du groupe, possède l'une des voix les plus impressionnantes que j'ai jamais entendu, tout styles confondus. Maintenant rajouté une maîtrise parfaite de la logorrhée et vous obtenez des paroles qui témoigne d'une sensibilité profonde sur les problèmes de notre société. Une société qu'ils rejettent, et qu'ils souhaitent voir changer en éveillant les consciences, et c'est ainsi que les paroles "Hate me, love me, we already lost lhe world"  s'élève tel un mantra dans "15-38". Ces paroles témoignent d'ailleurs d'une sorte de résilience, le chant claire prend ainsi une dimension intéressante en montrant qu’effectivement ils sont fatigués de crier. 

Ce flot d'émotions que l'on peu entendre pendant ces 34 minutes et 9 morceaux, est servit d'une production sur mesure, grâce à Amaury Sauvé (The Apiary Studio) qui suit le groupe depuis ses débuts. Il est vraiment impressionnant de voir comment il a réussi à garder leur emprunte sonore tout en faisant évoluer la musique du groupe à un stade encore plus élevé. Les membres du groupes révéleront d'ailleurs dans une interview/concert à Audiotree, qu'ils le considéraient comme le 4ème membre du groupe. 

Il ne me reste plus qu'a vous dire d'aller écouter ce chef d'oeuvre, qui aura fait se réveiller en moi la claque qu'avait été You, Me and The Violence à l'époque du lycée, en se servant de la mélancolie comme d'une arme contre les maux de nos sociétés contemporaines.

Track listing :

1- We Count So We Don't Have To Listen
2- Love Is Political 
3- We vs Us
4- Rember Us Better Than We Are
5- I Don't Dance
6- 15-38
7- Triste Sire
8- Morning
9- Fossils

Facebook
Bandcamp

Et pour ce qui voudrait voir ce que le groupe donne en live et en savoir plus sur le groupe, voici un live/interview enregistré à Audiotree reprenant quelques titres de l'album :


par L'Apache le 17/08/2018 à 09:19
85 %    264

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)