Shells Will Fall

Decaying

29/05/2020

Fda Records

Cinquième LP pour les finlandais de DECAYING, et selon eux, « le plus percutant et puissant ». Il est d’usage de vanter les mérites de votre dernier-né, promotion oblige, et sans déjà savoir si ce constat interne est vrai, je ne peux que constater l’efficacité d’un album à la pochette qui en dit long sur le contenu. Formé en 2010 à Helsinki, DECAYING, la créature des ténèbres a publié deux démos coup sur coup, avant de lâcher son séminal Encirclement en 2012. Depuis, le groupe n’a jamais vraiment déçu, ce que confirment les indices de satisfaction sur les sites référentiels. Toutefois, le précédent To Cross the Line semblait marquer un peu le pas, et il revenait à Matias Nastolin, seul membre d’origine de redresser la barre. C’est ainsi que le leader a confié la réalisation de la pochette de Shells Will Fall à Toderico Art, qui s’en est acquitté avec un beau noir et blanc granuleux et old-school. Mais sans atteindre l’intensité de son graphisme, ce cinquième album nous permet d’apprécier une nouvelle tranche de mort venue du froid, résolument old-school, plurielle dans ses attaques, et digne d’intérêt. Focalisé sur la première guerre mondiale, ce longue-durée essaie d’en retranscrire la violence brute, et alterne donc les ambiances pour nous immerger dans la boue des tranchées et nous faire humer l’odeur du sang. On y retrouve toutes les caractéristiques d’un groupe attaché à sa nostalgie, ces longs passages glauques et lourds, presque Doom, ces attaques en mid-tempo aussi catchy qu’une pluie de balles un soir de novembre, ces accélérations qui évoquent un tir de barrage ininterrompu quelque part en Allemagne ou en France, et après quelques écoutes, l’œuvre se révèle dans toute sa grandeur vintage, redonnant ses lettres de noblesse au Death Metal cash et sans fioritures.

Tout en restant attaché à ses valeurs nordiques, DECAYING a intelligemment agencé son retour, après deux ans de silence, pour conférer à ces quarante minutes un parfum de variété prononcé. C’est ainsi que le line-up stabilisé (Matias Nastolin - guitare/chant, Henri Hirvonen - guitare, Sebastian Bergman - basse et Olli Törrönen - batterie) entame les hostilités en prenant ses marques, proposant une entrée en matière lourde et oppressante. Loin d’une mise en jambes supersonique dans la grande tradition, « Shells Will Fall », malgré son titre suggérant des douilles tombant à terre à bon rythme, prône une lourdeur suffocante, une épaisseur conséquente, avec en exergue des riffs pesants et mélodiques, une basse ronde grondante et roulante, et un chant grave et graveleux. Méthode risquée, mais qui fonctionne puisqu’elle nous plonge dans le décor sans attendre, suggérant la sueur perlant sur le front, les soldats tremblant au front, et la violence larvée ne demandant qu’à exploser à l’occasion d’une attaque surprise. On sent les riffs frôler la terre meuble, les harmonies acides siffler comme des balles près des oreilles, les nuages s’amonceler dans un ciel orageux, et la sensation est terriblement agréable dans son oppression. Bien sûr, le côté Heavy a toujours été prononcé chez les finlandais, mais pas seulement. Et c’est donc très logiquement que « Into The Straits » accélère le tempo pour fuir la guerre de position, sans renoncer à cette emphase de violence en mid-tempo qui accentue le malaise. La voix de Matias Nastolin nous ramène à l’époque bénie de MORGOTH et des débuts du Death Metal allemand, mais si la trademark reste clairement nordique, le Metal de DECAYING ne se montre pas fermé à des influences internationales. On apprécie toujours autant cette alternance de climats, cette succession de plans qui permettent aux guitares de ne pas répéter les mêmes leitmotivs jusqu’à l’écœurement, et surtout cette énorme basse presque crossover dans les faits qui permet au tout de rouler sur la pente de la violence sans en rajouter.

« Break the Stalemate » et son tempo Crust creuse encore l’écart avec les suiveurs bloqués sur une approche, et nous déroule le tapis d’un Death scandinave fortement marqué par sa culture Hardcore. On pense à MASTER reprenant les TOTALITAR, et on se remémore les débuts de la scène nordique et son appétit pour la froideur la plus rigide. Mais le Death des finlandais n’est pas qu’une congère venant vous crever les yeux ou une sépulture vide attendant d’être comblée d’un cadavre. Il est aussi rempli de vie, aussi étrange que cela puisse paraître. Il est en tout cas plein d’énergie, malgré la teinte monochrome de ses morceaux. S’il est encore trop tôt pour savoir si Shells Will Fall est l’album le plus concis et percutant du combo, il est en tout cas l’un de ceux qui varient le plus le propos, pour imposer de longues intros grinçantes et gravissimes (« Scattered Remains »), avec toujours en contrepoint de ces harmonies amères de grosses poussées rythmiques qui bousculent les oreilles. Toujours prompt à relancer la machine, les musiciens n’hésitent pas à insérer de courts moments de folie raisonnable, avec des titres qui privilégient la violence, mais jamais au détriment de l’efficacité. Ainsi, « Carnage », dans tout son classicisme ose les motifs Thrash pour se montrer plus catchy que la moyenne, sans trahir la caution Death. Avec seulement trente-sept minutes au compteur, ce cinquième tome garde son emprise jusqu’à la fin, et alterne les hymnes à la violence la plus sale et brute. « Submerged » reprend les grandes lignes en synthétisant les propos, et évoque encore une fois le début de carrière de MORGOTH, avec en petit plus cette science du plan qui tombe toujours à pic pour fluidifier l’ensemble. Production sans effets inutiles mais à la percussion indéniable, thématique proche du SODOM historique, et final orgiaque avec riff redondant et ambiance Heavy (« No Return »), DECAYING a soigné son retour sans vraiment chambouler ses habitudes. Mais il est toujours plaisant d’écouter un Death catchy et âpre, qui ne se contente pas d’enfiler les perles glacées autour du collier de la haine.          

        

Titres de l’album :

                      01. Shells Will Fall

                      02. Into the Straits

                      03. Break the Stalemate

                      04. Frontier

                      05. Scattered Remains

                      06. Carnage

                      07. Submerged

                      08. No Return

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/07/2021 à 18:24
78 %    59

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
metalrunner

Très  bon album une bonne claque vivement du live .

26/09/2021, 09:12

RBD

Cette prolongation de "Surgical Steel" va certes ramener dans le camp des déçus ceux qui espéraient que ce précédent n'était qu'un tour de chauffe avant un "Heartwork II" ou un "Symphony of Putrefac(...)

25/09/2021, 22:24

Sakura

transophobe black metal

25/09/2021, 14:15

Je te sodom à l\'agent orange

@Drift : tu préfères quoi haineux? haïsseurs? Je vois en quoi en utiliser un anglicisme comme haters rend nul le reste de son propos. En tout cas, pour toi, j'ai une expression bien française : sac à merde.

25/09/2021, 14:13

drift

Encore un gogo qui parle "haters"

25/09/2021, 12:34

araf

Il est grand temps qu'ils arretent les frais

25/09/2021, 12:32

Gargan

Très futé comme commentaire. Je ne crois pas qu’il faille forcer les choses à ce niveau, sinon c’est l’effet repoussoir assuré. Faire écouter les classiques du rock / hard / heavy en crescendo, c’est déjà pas mal. Quand ta p(...)

25/09/2021, 10:30

Pine de pute

@KerryKing : espèce de gros blaireau, n'oublie pas la bière dans le biberon. Si ce sont des gros nazes comme toi qui sont les porte-flambeaux de "notre héritage", pas étonnant qu'on ne soit que rareent pris au sérieux. Et franchement, va te f(...)

25/09/2021, 07:26

Ander

Pas trop mal ce titre. J'aime bien le son de basse qui se démène derrière.

24/09/2021, 08:37

Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50