On pouvait légitimement s’attendre à un essoufflement du mouvement revival Thrash, mais visiblement, une quelconque atténuation de la passion n’est toujours pas à craindre. Si l’on en croit le volume de la production, et l’intensité des sorties proposées, le mouvement n’est toujours pas dans le creux de la vague, et surfe toujours à son sommet. Il se permet même quelques figures de style assez intéressantes, permettant de s’éloigner quelque peu des pirouettes en mimétisme absolu qui avaient tendance à plomber le genre. Et si l’on en croit l’envie, le mordant, l’allant et l’énergie développés par les américains de BLOODLETTER, le Thrash d’avant-hier a encore un bel avenir devant lui, aujourd’hui et après-demain, puisque leur premier album « presque » longue durée fait partie des productions les plus remarquables depuis longtemps. Précisons en préambule que les originaires de Chicago, Illinois, malgré leur discographie vierge de tout LP n’en sont pas pour autant des débutants, puisque leurs origines remontent à 2013, et qu’ils nous ont déjà proposé la bagatelle de deux démos (Demo 2012 et A Different Kind Of Hell en 2013) et trois EP (Malignancy en 2014, Bloodletter en 2016 et The Darkest Reaches en 2017), ce qui leur a donc permis de se forger une solide identité sur la scène, au point d’en incarner aujourd’hui une référence incontournable. D’ailleurs, nombreux étaient les fans à attendre ce premier LP au tournant, puisque l’approche du quatuor est indubitablement personnelle et variable. Chaque chapitre de leur histoire est marqué par un affinement du style, et cet Under the Dark Mark en représente une certaine apothéose, en osant la synthèse parfaite des trois EP déjà mis sur le marché.

Under the Dark Mark, Under the Sign of the Black Mark, le parallèle était trop tentant pour ne pas être établi, mais pour autant, inutile de chercher des accointances entre les BLOODLETTER et BATHORY, puisque les quatre instrumentistes (Pat Armamentos - guitare, Pete Carparelli - guitare/chant, Tanner Hudson - basse et Zach Sutton - batterie) se sentent volontiers plus affiliés à des références plus modérées et modulées. C’est ainsi qu’ils se réclament de SKELETONWITCH, TOXIC HOLOCAUST, ENTOMBED, SLAYER, REVOCATION, THE BLACK DAHLIA MURDER, EXODUS, IMMORTAL, KING DIAMOND, BLOODBATH ou MANOWAR, sans que toutes ces entrées ne soient d’importance dans leur parcours. Si les parallèles avec TOXIC HOLOCAUST et EXODUS restent assez pertinents, il conviendrait d’ajouter à cette liste les immanquables SOILWORK, AT THE GATES, mais aussi la fine fleur du Thrash mélodique de la fin des années 80, les TOXIK, les CORONER, moins la complexité technique, mais avec une fluidité toute aussi prononcée. Car malgré un timing très resserré (à peine vingt-sept minutes pour dix morceaux, pas vraiment généreux comme cadeau), cet Under the Dark Mark se montre plutôt prolixe en termes de plans dispensés et de galipettes rythmiques prononcées. C’est donc un nouveau visage que les américains nous présentent, une multifacette qui prend en compte les traits de caractère présentés à l’occasion des trois sorties précédentes, puisque selon Pete Carparelli lui-même, cet album « est aussi agressif que Malignancy, aussi technique que Bloodletter, et aussi mélodique que The Darkest Reaches ». Et l’homme a parfaitement raison, puisque les dix morceaux se montrent d’une homogénéité parfaite, et restent dans un cadre très balisé, qui n’empêche toutefois pas les musiciens de développer de beaux arguments. Il est dès lors assez difficile de mettre un morceau en avant plus qu’un autre, puisqu’ils sont tous d’importance, et qu’ils forment une fois assemblés une jolie symphonie à la gloire du Thrash intelligent et nuançant, très, très loin des copies carbone auxquelles l’underground nous a habitué depuis une dizaine d’années.

A partir de là, nous avons droit à un festival de riffs en tout genre, qui empruntent à DESTRUCTION, TANKARD, SOILWORK et pourquoi pas à CHILDREN OF BODOM de quoi alimenter leur bestiaire, tout en gardant le cap sur une orientation mélodique prononcée, pour ne pas sombrer dans l’agression pure et simple. On atteint alors des sommets de violence mâtinée de décence, comme le prouve un hit fatal de la trempe de « Coimetromania », qui nous offre en bonus un solo d’anthologie que Waldemar Sorychta aurait pu placer du temps de la splendeur de GRIP INC. Mais ce morceau n’est pas le seul point d’ancrage d’un album qui multiplie les actes de bravoure, à l’instar du démarrage en trombe de « March To The End », blasts en avant pour un salut de loin au BM le plus enclin à accepter ses forces et faiblesses, avant qu’une rythmique plus typique ne nous tombe dessus. Le travail accompli par le batteur Zach Sutton est d’ailleurs parfaitement remarquable, puisque le percussionniste enquille les plans comme un Dave Lombardo sous acides ou un Chris Kontos moins placide, et donne une impulsion infernale à des compositions qui ne demandaient déjà qu’à décoller. Chacun est parfaitement à son aise à son poste, et le frontman Pete Carparelli domine de ses intonations sarcastiques un instrumental diabolique, transformant chaque segment en tourbillon qui nous fait valser la tête dans un headbanging ininterrompu. Tout ça fait rêver, et suggère même un niveau comparable au meilleur WARBRINGER, quoique moins juvénile dans son approche. Ca saccade à mort, ça syncope fort, ça mutile les enceintes et caresse nos oreilles, et parvient même à défigurer un mid tempo écrasant pour lui faire épouser les contours d’un Techno-Thrash incroyablement efficient (« Beyond Belief »).

Inutile donc de cacher son plaisir et bouder son admiration, et autant reconnaître l’incroyable affiliation des BLOODLETTER aux plus grands groupes du style. En faisant preuve de respect des codes tout autant que d’un sens de l’aventure mélodico-thrashisant, les originaires de Chicago signent un manifeste de passion en tempête de furie, dévastant tout sur son passage. Et de « Beast In Black » estampillé 1988’ à « Possession » et son intro de guitares acoustiques vicieuses préfigurant une boucherie insidieuse, le résultat se travestit en tour de force, ouvrant un boulevard aux américains pour s’imposer sur le territoire européen. Un premier jet qui sent les années passées à peaufiner un répertoire, et qui confirme toute l’importance d’un quatuor qui sait manier la lame de rasoir.


Titres de l'album:

  1. Nocturne
  2. March to the End
  3. Beyond Belief
  4. Beast in Black
  5. The Seance
  6. Possession
  7. Phantasmal Killer
  8. Coimetromania
  9. Rise and Fight Again
  10. Under the Dark Mark

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/05/2018 à 13:43
90 %    367

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Pete Carparelli
@104.129.196.177
11/05/2018 à 19:41:49
Merci beaucoup! Nous sommes tellement reconnaissants pour votre soutien et une telle merveilleuse critique! Nous espérons jouer en France quelquefois!

Ajouter un commentaire


Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Abbygail

Gun Control

Mötley Crüe

Dr. Feelgood

Tool

Fear Inoculum

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 4 + Bilan

L'Apache / 05/09/2019
Brutal Assault

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 3

L'Apache / 04/09/2019
2019

Concerts à 7 jours

Uneven Structure + Mobius

18/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ Valley Of The Sun + Dirty Raven

18/09 : Supersonic, Paris (75)

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Photo Stream

Derniers coms

Un français dans Kreator, la grande classe ! Bravo à lui !


Malheureusement KRASSIER doit annuler sa participation à cette date pour cause de blessure d'un de ses membres. Mais vous aurez droit à des sets rallongés de CONQUERORS et FREKKR.


Yesss ! Il va falloir réviser les classiques ^^


Très chouette Chronique encore une fois ! J'attends plus rien de Korn depuis des années et j'ai l'impression que le groupe n'a plus rien à proposer depuis très longtemps. Chaque nouvel album s'essouflant à peine l'écoute terminé. Mais je vais donner sa chance a celui-ci. Le morceau "Cold" est(...)


Absolument excellent !! Vivement l'album.


Nul n'est parfait mon bon...


Bien vu ! Razor que j'ai découvert honteusement il y a peu seulement. Verdict sans appel : la grosse volée !


On devrait reparler de tout ça prochainement.


Avec une pochette hommage à RAZOR...


https://youtu.be/fgNl-aD64F8


Excellent xD ! Un groupe qui fait les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.. Et le morceau est bien cool !


Un bel objet à n'en pas douter ;-)


Ouuuh qu'il me le faut ce coffret !
J'étais au Hammer Of Doom cette année là…
Super show…
Raison de plus donc pour me l'acheter.


Pareil, billet en poche, ça peut pas se louper, ça.
Quel dommage, ce festival où j'ai pu aller le mois dernier est en effet très bien organisé, avec une sélection cohérente d'artistes et une jauge parfaite tant en nombre qu'en structure.
En espérant que ce festival perdurera au d(...)


1) J'étais malheureusement déjà au jus de cette trèèès mauvaise nouvelle.
Le big boss de l'orga m'a laissé sous-entendre que le flambeau serait ensuite repris par d'autres...
Intox ?
Quoi qu'il en soit, je croise vraiment les doigts pour que cela soit vrai.
2) N'oublie(...)


Si tu n'y est jamais allé, ^profites de l dernière édition, c'est vraiment un beau petit fest bien champêtre et chaleureux, avec une prog diabolique pour un coup très, très honnête. J'y suis allé trois ou quatre fois et chaque édition était superbe.


Nile est malheureusement en mode pilotage automatique depuis une bonne dizaine d'années maintenant. Ce n'est pas forcément mal en soi, mais dans ce cas présent, les américains sont vraiment en panne d'inspiration pour ce nouveau morceau. Rien de bien captivant. A voir sur l'album entier.


Jamais été à ce fest, mais toujours entendu de bonnes critiques. Bravo à l'équipe, et c'est classe de partir comme ça sur une dernière édition !


"Pas très bon", ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


En effet, ce n'est vraiment rien de transcendant pour du Nile. Mais le groupe est tellement au-dessus de la mêlée pour moi que même avec un titre passable ils restent en lévitation.