Je vais la faire courte parce que ça me saoule. Si vous aimez votre Punk/Hardcore propre et bien repassé, labellisé par une major et qui ne sent pas des pieds, vous pouvez dégager. Par contre, si vous ne concevez aucune ballade sans votre chien rempli de puces, le ghetto-blaster à piles fatigué sur l’épaule dégageant des effluves malsaines de l’Angleterre des origines, alors restez, mais n’attendez pas de moi que je vous serve à bouffer ou bien que je vous propose une douche. Que vous refuserez de toute façon. Mais la soupe, je vais vous la servir, parce que j’ai un minimum d’éducation. Une soupe bien salée, consistante, qui colle au palais et vous détruit l’estomac pendant quelques heures passées à tenter de la digérer. Une soupe venue non de la perfide Albion, mais bien du Canada, ou presque, puisque les membres de ce groupe aiment bien déménager pour rendre l’organisation des répètes encore plus compliquée.

Mais après-tout, vous les connaissez. Sans doute. Parce qu’ils traînent leurs basques dans les rues avec leurs chiens depuis un bon bout de temps. Et que leur musique pue. Des pieds, évidemment, mais aussi des amplis, volontairement mal réglés, à fond si possible, abimés par une distorsion exagérée. Mais ça, les NAPALM RAID en sont fiers. Comme de leur discographie. Et ils ont raison, parce que tout ça, la société, les inégalités, ça nous file le bourdon. Et eux le chassent justement. A grands coups de Punk un peu brouillon.

Un Punk Hardcore transformé en Crust pour l’occasion, mais pas celui de Scandinavie, qui fait le malin avec sa production Death béton. Non, celui des origines, subtilement british dans ses inflexions, légèrement teinté d’exactions bruitistes de ses homologues nippons, pas plus condescendant et encore moins charmant. Et finalement, l’équation est simple, et ce, depuis la démo 2009 des NAPALM RAID. Car Wheel Of War est loin d’être une exception dans leur parcours de refourgueurs de charbon, et suit une ligne conductrice pas forcément rectiligne parce qu’ils s’en branlent de l’ordre et de la symétrie, mais la cohérence dans la démence est irréfutable, et ce nouvel LP/EP/12’’ (au choix, selon les versions, et il y en a) le prouve sans ambages. Alors, qu’attendre de ce nouvel effort qui leur aura quand même demandé un an de pseudo boulot ? Du Crust, de l’Anarcho-Core de tradition, tel qu’on en entend plus tellement, puisque noyé dans une production de faux-semblants et de création à l’avenant, histoire de coller à la mode. Mais avec un nom et des dégaines pareilles, impossible d’éviter les comparaisons. Avec NAPALM DEATH évidemment, celui des premiers instants, qui jouait encore cette musique écorchée à base de rythmiques lourdes/rapides et de vocaux insensés, celui de Hatred Surge et des premières maquettes mythiques. EXTREME NOISE TERROR, immanquablement, leur copains de grognements, qui sur le split avec FILTHKICK définissaient les règles du bordel moderne sans prendre de gants. Et puis les maîtres de DISCHARGE, à cause de cette gravité et de ce son bien étouffé. Et puis tant d’autres, les S.O.B, MISERY, SIEGE, LÄRM, la clique des HAKUCHI et suiveurs, et pas mal d’autres références, que je vous laisse dénicher à compte d’auteur. Du bon, du sévère, de l’old-school qu’on vénère, et rien d’autre. Un pur plaisir coupable qui fait rouiller les enceintes et hurler les saintes.

Bref.

Difficile de résister en tant que vieux de la vieille à cet assaut sonique qui ne montre aucun signe d’empathie ou de pitié pour nos ouïes, et qui donne le sentiment d’avoir traversé le temps sans s’en trouver marqué. Publié en tape par les bons services des puristes de Runstape Tapes, et en vinyle européen par les flingués allemands de Rawmantic Disasters (et le romantisme dans tout ça ? Dans ton cul, évidemment), Wheel Of War ne fait pas de quartier, et sonne comme il y a trente ans, comme si le Crust, le Hardcore et leurs dérivés bâtardisés n’avaient jamais évolué. Du cru, du sec, de l’abrupt, avec une norme instrumentale communautaire, qui met tout le monde au même niveau, au point de transformer la basse en ciment coincé entre la guitare et la batterie, pendant que le chant dégueule ses homélies, toute plus lucides les unes que les autres. Le genre de truc qu’on écoute pour se sentir encore un peu rebelle, qui fait shooter dans les poubelles et regarder les bourgeois comme des ennemis mortels. L’anarchie sonore, le chaos qui déborde, mais le plaisir, d’abord, celui de retrouver l’essence même d’un Crust viscéral, pas celui aseptisé et normalisé par les années, et qui commence à tourner en rond à force de vouloir se ranger. Les NAPALM RAID ne se rangeront jamais, et c’est tant mieux pour vous, parce qu’ils n’en ont rien à carrer. Mais autant vous prévenir de suite, dans le créneau du Core sauvage et abusé, vous ne trouverez pas plus authentique que ces onze titres balancés comme une pâtée, qui va attirer tous les corniauds du quartier. Oui, Halifax, nouvel Eldorado du Crust international, symbole d’un Canada pas si gentil que ça, qui sans complexe dame le pion à des anglais qui se vexent, et qui se demandent encore comment ils ont pu perdre la main si facilement.

Aussi simples que jouissif, aussi impulsifs que malsains, ces titres joués à la volée emportent notre adhésion, et rameutent les nuisibles aux environs pour une fête organisée à même les cartons, histoire de déménager plus vite si les flics débarquent à la maison. C’est crado, la production n’en a que de nom, mais Dieu que c’est bon de se retrouver bercé par les pulsions initiales d’un Anarcho-Crust plus vrai que nature, qui n’a cure des usages et qui se la joue pur. Si la plupart des tronçons sont évidemment d’une durée plus que raisonnable, certains osent les prolongations, pour le meilleur et pour le thon, à l’image de l’éponyme introduction qui nous met dans le bouillon. Gratte en sursaturation, chant en époumonation, comme un vieux Punk asthmatique qui peste contre les moustiques et ses articulations arthritiques, batterie qui sonne comme une caisse à savon captée par un radiocassette à deux doigts de l’extrême onction, et vogue la harangue, qui parfois ressemble quand même salement à une trempe à coups de chaine de vélo (« Ruling Hand », EXTREME NOISE TERROR qui déambule dans les rues de Tokyo en faisant les golios). De temps à autres, l’abomination se veut solide et de bon ton (« DMT », le genre de truc qui se met à la colle avec le légendaire « Abattoir » des ND pour mieux faire le trottoir), et surtout, d’une gaité folle dans les thèmes, qui s’accordent fort bien de ce tempo échevelé qu’on aime (« Untold Reality », pas là-dessus qu’on va emballer, mais les éboueurs vont adorer). En gros, le meilleur, pour le pire, et surtout, une petite demi-heure en compagnie de Corpse (guitare/vomi), Tom (basse, enfin, c’est ce qu’il dit) et Graham (barils et couvercles de fait-tout), qui nous réconcilie avec une époque si honnie.

Alors, comme je l’ai déjà dit il y a cent mots ou plus, ça me saoule. Ce nouvel EP des NAPALM RAID est un must pour tout réfractaire à un quelconque progrès. Ça joue vite, ça joue sale, ça dégobille et ça fait mal, mais ça fait du bien par où ça passe. A écouter après une longue journée de travail qui vous a fait méchamment transpirer. Et puer des pieds. Évidemment.


Titres de l'album:

  1. Wheel of War
  2. Think You're Free - Religion and Conflict
  3. No Law
  4. Shackled
  5. Ruling Hand
  6. DMT
  7. Dephts Of Hell
  8. Phobia
  9. Wounds
  10. Untold Reality
  11. Dead Cities

Site officiel


par mortne2001 le 05/12/2017 à 18:41
80 %    245

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)