Wheel Of War

Napalm Raid

29/10/2017

Rawmantic Disasters

Je vais la faire courte parce que ça me saoule. Si vous aimez votre Punk/Hardcore propre et bien repassé, labellisé par une major et qui ne sent pas des pieds, vous pouvez dégager. Par contre, si vous ne concevez aucune ballade sans votre chien rempli de puces, le ghetto-blaster à piles fatigué sur l’épaule dégageant des effluves malsaines de l’Angleterre des origines, alors restez, mais n’attendez pas de moi que je vous serve à bouffer ou bien que je vous propose une douche. Que vous refuserez de toute façon. Mais la soupe, je vais vous la servir, parce que j’ai un minimum d’éducation. Une soupe bien salée, consistante, qui colle au palais et vous détruit l’estomac pendant quelques heures passées à tenter de la digérer. Une soupe venue non de la perfide Albion, mais bien du Canada, ou presque, puisque les membres de ce groupe aiment bien déménager pour rendre l’organisation des répètes encore plus compliquée.

Mais après-tout, vous les connaissez. Sans doute. Parce qu’ils traînent leurs basques dans les rues avec leurs chiens depuis un bon bout de temps. Et que leur musique pue. Des pieds, évidemment, mais aussi des amplis, volontairement mal réglés, à fond si possible, abimés par une distorsion exagérée. Mais ça, les NAPALM RAID en sont fiers. Comme de leur discographie. Et ils ont raison, parce que tout ça, la société, les inégalités, ça nous file le bourdon. Et eux le chassent justement. A grands coups de Punk un peu brouillon.

Un Punk Hardcore transformé en Crust pour l’occasion, mais pas celui de Scandinavie, qui fait le malin avec sa production Death béton. Non, celui des origines, subtilement british dans ses inflexions, légèrement teinté d’exactions bruitistes de ses homologues nippons, pas plus condescendant et encore moins charmant. Et finalement, l’équation est simple, et ce, depuis la démo 2009 des NAPALM RAID. Car Wheel Of War est loin d’être une exception dans leur parcours de refourgueurs de charbon, et suit une ligne conductrice pas forcément rectiligne parce qu’ils s’en branlent de l’ordre et de la symétrie, mais la cohérence dans la démence est irréfutable, et ce nouvel LP/EP/12’’ (au choix, selon les versions, et il y en a) le prouve sans ambages. Alors, qu’attendre de ce nouvel effort qui leur aura quand même demandé un an de pseudo boulot ? Du Crust, de l’Anarcho-Core de tradition, tel qu’on en entend plus tellement, puisque noyé dans une production de faux-semblants et de création à l’avenant, histoire de coller à la mode. Mais avec un nom et des dégaines pareilles, impossible d’éviter les comparaisons. Avec NAPALM DEATH évidemment, celui des premiers instants, qui jouait encore cette musique écorchée à base de rythmiques lourdes/rapides et de vocaux insensés, celui de Hatred Surge et des premières maquettes mythiques. EXTREME NOISE TERROR, immanquablement, leur copains de grognements, qui sur le split avec FILTHKICK définissaient les règles du bordel moderne sans prendre de gants. Et puis les maîtres de DISCHARGE, à cause de cette gravité et de ce son bien étouffé. Et puis tant d’autres, les S.O.B, MISERY, SIEGE, LÄRM, la clique des HAKUCHI et suiveurs, et pas mal d’autres références, que je vous laisse dénicher à compte d’auteur. Du bon, du sévère, de l’old-school qu’on vénère, et rien d’autre. Un pur plaisir coupable qui fait rouiller les enceintes et hurler les saintes.

Bref.

Difficile de résister en tant que vieux de la vieille à cet assaut sonique qui ne montre aucun signe d’empathie ou de pitié pour nos ouïes, et qui donne le sentiment d’avoir traversé le temps sans s’en trouver marqué. Publié en tape par les bons services des puristes de Runstape Tapes, et en vinyle européen par les flingués allemands de Rawmantic Disasters (et le romantisme dans tout ça ? Dans ton cul, évidemment), Wheel Of War ne fait pas de quartier, et sonne comme il y a trente ans, comme si le Crust, le Hardcore et leurs dérivés bâtardisés n’avaient jamais évolué. Du cru, du sec, de l’abrupt, avec une norme instrumentale communautaire, qui met tout le monde au même niveau, au point de transformer la basse en ciment coincé entre la guitare et la batterie, pendant que le chant dégueule ses homélies, toute plus lucides les unes que les autres. Le genre de truc qu’on écoute pour se sentir encore un peu rebelle, qui fait shooter dans les poubelles et regarder les bourgeois comme des ennemis mortels. L’anarchie sonore, le chaos qui déborde, mais le plaisir, d’abord, celui de retrouver l’essence même d’un Crust viscéral, pas celui aseptisé et normalisé par les années, et qui commence à tourner en rond à force de vouloir se ranger. Les NAPALM RAID ne se rangeront jamais, et c’est tant mieux pour vous, parce qu’ils n’en ont rien à carrer. Mais autant vous prévenir de suite, dans le créneau du Core sauvage et abusé, vous ne trouverez pas plus authentique que ces onze titres balancés comme une pâtée, qui va attirer tous les corniauds du quartier. Oui, Halifax, nouvel Eldorado du Crust international, symbole d’un Canada pas si gentil que ça, qui sans complexe dame le pion à des anglais qui se vexent, et qui se demandent encore comment ils ont pu perdre la main si facilement.

Aussi simples que jouissif, aussi impulsifs que malsains, ces titres joués à la volée emportent notre adhésion, et rameutent les nuisibles aux environs pour une fête organisée à même les cartons, histoire de déménager plus vite si les flics débarquent à la maison. C’est crado, la production n’en a que de nom, mais Dieu que c’est bon de se retrouver bercé par les pulsions initiales d’un Anarcho-Crust plus vrai que nature, qui n’a cure des usages et qui se la joue pur. Si la plupart des tronçons sont évidemment d’une durée plus que raisonnable, certains osent les prolongations, pour le meilleur et pour le thon, à l’image de l’éponyme introduction qui nous met dans le bouillon. Gratte en sursaturation, chant en époumonation, comme un vieux Punk asthmatique qui peste contre les moustiques et ses articulations arthritiques, batterie qui sonne comme une caisse à savon captée par un radiocassette à deux doigts de l’extrême onction, et vogue la harangue, qui parfois ressemble quand même salement à une trempe à coups de chaine de vélo (« Ruling Hand », EXTREME NOISE TERROR qui déambule dans les rues de Tokyo en faisant les golios). De temps à autres, l’abomination se veut solide et de bon ton (« DMT », le genre de truc qui se met à la colle avec le légendaire « Abattoir » des ND pour mieux faire le trottoir), et surtout, d’une gaité folle dans les thèmes, qui s’accordent fort bien de ce tempo échevelé qu’on aime (« Untold Reality », pas là-dessus qu’on va emballer, mais les éboueurs vont adorer). En gros, le meilleur, pour le pire, et surtout, une petite demi-heure en compagnie de Corpse (guitare/vomi), Tom (basse, enfin, c’est ce qu’il dit) et Graham (barils et couvercles de fait-tout), qui nous réconcilie avec une époque si honnie.

Alors, comme je l’ai déjà dit il y a cent mots ou plus, ça me saoule. Ce nouvel EP des NAPALM RAID est un must pour tout réfractaire à un quelconque progrès. Ça joue vite, ça joue sale, ça dégobille et ça fait mal, mais ça fait du bien par où ça passe. A écouter après une longue journée de travail qui vous a fait méchamment transpirer. Et puer des pieds. Évidemment.


Titres de l'album:

  1. Wheel of War
  2. Think You're Free - Religion and Conflict
  3. No Law
  4. Shackled
  5. Ruling Hand
  6. DMT
  7. Dephts Of Hell
  8. Phobia
  9. Wounds
  10. Untold Reality
  11. Dead Cities

Site officiel


par mortne2001 le 05/12/2017 à 18:41
80 %    433

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Oliv

C’est reparti comme en quarante ! 

29/09/2020, 19:05

mortne2001

@Humungus : Il y a toujours un historien qui connaît le fils du neveu du facteur du biographe d'EXODUS et qui SAIT. Honorons leur présence sur ce site. ;)

29/09/2020, 17:42

Buck Dancer

Ce groupe n'en est plus un depuis bien trop longtemps (le retour de Cazares?) et pourtant comme RBD, j'ai jamais lâché. Même si les deux derniers albums m'ont déçu je voulais continuer a y croire. Cazares va t'il continuer à (...)

29/09/2020, 15:31

Bones

"There is a Fric Factor in the system"  

29/09/2020, 15:23

RBD

Burton ayant été de toutes les incarnations du groupe au fil des intrigues, j'imagine mal que FF puisse continuer maintenant avec les uns ou les autres. La réconciliation avec Christian et Raymond ne me paraît pas possible, d'autant qu'eux aussi sont pass(...)

29/09/2020, 12:57

licks0re

Santa barbara...

29/09/2020, 11:51

Baxter

Le mec n'est pas blanc non plus c'est encore une crise comme en 2002 ou son détachement en 2008. D'ailleurs Burton avait en 2008 vendu des parts à Raymond et Christian (puis virant la femme de ce dernier étant manageuse de F.F à ce moment) puis suite &ag(...)

29/09/2020, 10:46

Raumsog

Y a une bonne petite ambiance Deströyer 666 dans le son et les riffs! 

29/09/2020, 10:38

jean mounier

Quel foutoir ce groupe depuis une bonne dizaine d'années quand même, niveau musical comme niveau humain. Je ne vois pas Fear Factory sans Burton, mais je ne voyais pas Suffocation sans Frank Mullen également...

29/09/2020, 09:58

Humungus

Aaaaaaahhh !!!Les commentaires de 78.192.38.132... ... ...

29/09/2020, 09:00

Humungus

Bah putain...Devait y avoir une sacrée ambiance depuis un sacré bout de temps dans le groupe hein...Je ne savais pas du tout que Burton avait un projet annexe.Je m'écoute ça en ce moment là : Rien de Metal là-dedans.

29/09/2020, 08:53

Arioch91

Slamming Beatdown...La lutte contre le tabassage...  

29/09/2020, 08:08

Arioch91

@NecroKosmos : alors, tu l'as écouté finalement ? T'en as pensé kwa ?

29/09/2020, 08:04

Xoen

Chronique montrant une méconnaissance flagrante de l'histoire de Blasphemy et des groupes cités...

29/09/2020, 08:03

Bones

Kézako ??? Slamming Beatdown ??Ca y est, je suis officiellement devenu un vieux con.

28/09/2020, 17:52

LeMoustre

Excellent, lui, il a la palme, en effet.

28/09/2020, 17:12

LeMoustre

En plus le clip est sympa, et le morcif, avec es leads finaux amène une ambiance plus typée black, hâte de le commander, ce disque.

28/09/2020, 11:21

Gargan

 Le chant et le mixage de la batterie, whaa, faut pas écouter ça après ta journée de travail...

28/09/2020, 09:42

LeMoustre

Le dernier EP est super, voilà une sortie qu'elle devrait être bonne en deathmetal.

28/09/2020, 09:41

grinder92

Sur le clip de Belphegor, perso, je trouve que la langue serpent fait son petit effet... mais effectivement, un peu de sang et un crucifix... ils auraient pu se fouler.... et les roubignolles du bouc en gros plan à la fin, c'est rigolo 

27/09/2020, 21:50