Je vais la faire courte parce que ça me saoule. Si vous aimez votre Punk/Hardcore propre et bien repassé, labellisé par une major et qui ne sent pas des pieds, vous pouvez dégager. Par contre, si vous ne concevez aucune ballade sans votre chien rempli de puces, le ghetto-blaster à piles fatigué sur l’épaule dégageant des effluves malsaines de l’Angleterre des origines, alors restez, mais n’attendez pas de moi que je vous serve à bouffer ou bien que je vous propose une douche. Que vous refuserez de toute façon. Mais la soupe, je vais vous la servir, parce que j’ai un minimum d’éducation. Une soupe bien salée, consistante, qui colle au palais et vous détruit l’estomac pendant quelques heures passées à tenter de la digérer. Une soupe venue non de la perfide Albion, mais bien du Canada, ou presque, puisque les membres de ce groupe aiment bien déménager pour rendre l’organisation des répètes encore plus compliquée.

Mais après-tout, vous les connaissez. Sans doute. Parce qu’ils traînent leurs basques dans les rues avec leurs chiens depuis un bon bout de temps. Et que leur musique pue. Des pieds, évidemment, mais aussi des amplis, volontairement mal réglés, à fond si possible, abimés par une distorsion exagérée. Mais ça, les NAPALM RAID en sont fiers. Comme de leur discographie. Et ils ont raison, parce que tout ça, la société, les inégalités, ça nous file le bourdon. Et eux le chassent justement. A grands coups de Punk un peu brouillon.

Un Punk Hardcore transformé en Crust pour l’occasion, mais pas celui de Scandinavie, qui fait le malin avec sa production Death béton. Non, celui des origines, subtilement british dans ses inflexions, légèrement teinté d’exactions bruitistes de ses homologues nippons, pas plus condescendant et encore moins charmant. Et finalement, l’équation est simple, et ce, depuis la démo 2009 des NAPALM RAID. Car Wheel Of War est loin d’être une exception dans leur parcours de refourgueurs de charbon, et suit une ligne conductrice pas forcément rectiligne parce qu’ils s’en branlent de l’ordre et de la symétrie, mais la cohérence dans la démence est irréfutable, et ce nouvel LP/EP/12’’ (au choix, selon les versions, et il y en a) le prouve sans ambages. Alors, qu’attendre de ce nouvel effort qui leur aura quand même demandé un an de pseudo boulot ? Du Crust, de l’Anarcho-Core de tradition, tel qu’on en entend plus tellement, puisque noyé dans une production de faux-semblants et de création à l’avenant, histoire de coller à la mode. Mais avec un nom et des dégaines pareilles, impossible d’éviter les comparaisons. Avec NAPALM DEATH évidemment, celui des premiers instants, qui jouait encore cette musique écorchée à base de rythmiques lourdes/rapides et de vocaux insensés, celui de Hatred Surge et des premières maquettes mythiques. EXTREME NOISE TERROR, immanquablement, leur copains de grognements, qui sur le split avec FILTHKICK définissaient les règles du bordel moderne sans prendre de gants. Et puis les maîtres de DISCHARGE, à cause de cette gravité et de ce son bien étouffé. Et puis tant d’autres, les S.O.B, MISERY, SIEGE, LÄRM, la clique des HAKUCHI et suiveurs, et pas mal d’autres références, que je vous laisse dénicher à compte d’auteur. Du bon, du sévère, de l’old-school qu’on vénère, et rien d’autre. Un pur plaisir coupable qui fait rouiller les enceintes et hurler les saintes.

Bref.

Difficile de résister en tant que vieux de la vieille à cet assaut sonique qui ne montre aucun signe d’empathie ou de pitié pour nos ouïes, et qui donne le sentiment d’avoir traversé le temps sans s’en trouver marqué. Publié en tape par les bons services des puristes de Runstape Tapes, et en vinyle européen par les flingués allemands de Rawmantic Disasters (et le romantisme dans tout ça ? Dans ton cul, évidemment), Wheel Of War ne fait pas de quartier, et sonne comme il y a trente ans, comme si le Crust, le Hardcore et leurs dérivés bâtardisés n’avaient jamais évolué. Du cru, du sec, de l’abrupt, avec une norme instrumentale communautaire, qui met tout le monde au même niveau, au point de transformer la basse en ciment coincé entre la guitare et la batterie, pendant que le chant dégueule ses homélies, toute plus lucides les unes que les autres. Le genre de truc qu’on écoute pour se sentir encore un peu rebelle, qui fait shooter dans les poubelles et regarder les bourgeois comme des ennemis mortels. L’anarchie sonore, le chaos qui déborde, mais le plaisir, d’abord, celui de retrouver l’essence même d’un Crust viscéral, pas celui aseptisé et normalisé par les années, et qui commence à tourner en rond à force de vouloir se ranger. Les NAPALM RAID ne se rangeront jamais, et c’est tant mieux pour vous, parce qu’ils n’en ont rien à carrer. Mais autant vous prévenir de suite, dans le créneau du Core sauvage et abusé, vous ne trouverez pas plus authentique que ces onze titres balancés comme une pâtée, qui va attirer tous les corniauds du quartier. Oui, Halifax, nouvel Eldorado du Crust international, symbole d’un Canada pas si gentil que ça, qui sans complexe dame le pion à des anglais qui se vexent, et qui se demandent encore comment ils ont pu perdre la main si facilement.

Aussi simples que jouissif, aussi impulsifs que malsains, ces titres joués à la volée emportent notre adhésion, et rameutent les nuisibles aux environs pour une fête organisée à même les cartons, histoire de déménager plus vite si les flics débarquent à la maison. C’est crado, la production n’en a que de nom, mais Dieu que c’est bon de se retrouver bercé par les pulsions initiales d’un Anarcho-Crust plus vrai que nature, qui n’a cure des usages et qui se la joue pur. Si la plupart des tronçons sont évidemment d’une durée plus que raisonnable, certains osent les prolongations, pour le meilleur et pour le thon, à l’image de l’éponyme introduction qui nous met dans le bouillon. Gratte en sursaturation, chant en époumonation, comme un vieux Punk asthmatique qui peste contre les moustiques et ses articulations arthritiques, batterie qui sonne comme une caisse à savon captée par un radiocassette à deux doigts de l’extrême onction, et vogue la harangue, qui parfois ressemble quand même salement à une trempe à coups de chaine de vélo (« Ruling Hand », EXTREME NOISE TERROR qui déambule dans les rues de Tokyo en faisant les golios). De temps à autres, l’abomination se veut solide et de bon ton (« DMT », le genre de truc qui se met à la colle avec le légendaire « Abattoir » des ND pour mieux faire le trottoir), et surtout, d’une gaité folle dans les thèmes, qui s’accordent fort bien de ce tempo échevelé qu’on aime (« Untold Reality », pas là-dessus qu’on va emballer, mais les éboueurs vont adorer). En gros, le meilleur, pour le pire, et surtout, une petite demi-heure en compagnie de Corpse (guitare/vomi), Tom (basse, enfin, c’est ce qu’il dit) et Graham (barils et couvercles de fait-tout), qui nous réconcilie avec une époque si honnie.

Alors, comme je l’ai déjà dit il y a cent mots ou plus, ça me saoule. Ce nouvel EP des NAPALM RAID est un must pour tout réfractaire à un quelconque progrès. Ça joue vite, ça joue sale, ça dégobille et ça fait mal, mais ça fait du bien par où ça passe. A écouter après une longue journée de travail qui vous a fait méchamment transpirer. Et puer des pieds. Évidemment.


Titres de l'album:

  1. Wheel of War
  2. Think You're Free - Religion and Conflict
  3. No Law
  4. Shackled
  5. Ruling Hand
  6. DMT
  7. Dephts Of Hell
  8. Phobia
  9. Wounds
  10. Untold Reality
  11. Dead Cities

Site officiel


par mortne2001 le 05/12/2017 à 18:41
80 %    341

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.