Et si nous parlions un peu du Hardcore, le vrai. Celui qui métallise le Rock’n’roll pour le rendre encore plus puissant, pas le Beatdown, pas le Downtempo, non, le vrai Hardcore, adapté bien sûr aux exigences de puissance de 2017, mais qui n’oublie pas de citer ses sources, et presque dans le texte s’il vous plaît…

Pour ça, une solution simple. Rendez-vous à Rotterdam, Pays-Bas, pour y faire la connaissance d’un quintette (Cindy – chant, Ernst-Jan et Tim – guitares, Roel – batterie et Joost – basse), « sur les routes depuis les années 2000 », et qui peut se targuer d’une discographie très fournie.

Cinq LP (Can’t Kill What’s Inside, 2007, Miles And Memories 2009, To Live And Die For 2012, What Lies Within Us 2014 et donc ce petit dernier cette année), une poignée de simples, mais surtout une rage de jouer gigantesque, les rapprochant des modèles d’AGNOSTIC FRONT, de NO USE FOR A NAME ou même des fabuleux et radicaux EXPIRE, dont ils semblent partager les champs sémantiques musicaux.

Le leitmotiv des ALL FOR NOTHING est simple, et pourrait se résumer à un slogan du type « All or nothing », tant leur approche du Hardcore est simple, mais pas simpliste. Des morceaux courts et limpides, qui frappent fort, vite ou médium, et qui usent de refrains mémorisables, de chœurs collégiaux et de thématiques mélodiques fortes pour laisser une empreinte durable dans la conscience collective.

Une sorte d’adaptation du séminal NYHC teinté d’harmonies typiques du Hard’n’roll de Boston, le tout transposé à une lucidité de puissance moderne qui ne cache en rien un grand respect pour les codes initiaux.

D’ailleurs, en écoutant ce multiple Minds Awake/Hearts Alive, on n’a aucun mal à imaginer ces Hollandais on stage, tant leur musique en studio est jouée comme en live, sans artifices, et avec une rage directe qui prend au foie.

Dès lors, les riffs homériques s’accumulent, les rythmiques pulsent, et les paroles sont exhortées avec une colère non dissimulée, pour une grosse demi-heure de violence intelligente, mais primale dans le rendu.

Il semblerait donc que le quintette ait tout compris à la philosophie Core, et qu’il l’applique avec une fidélité toute personnelle, lui permettant de signer une pelletée d’hymnes instantanés pourtant beaucoup plus pensés qu’on ne le croit.

ALL FOR NOTHING, c’est no bullshit, just power, et les treize morceaux de ce cinquième LP le prouvent sans détour, mais avec beaucoup d’énergie et une production absolument parfaite pour le style. Son profond mais gardant cette sécheresse indispensable qui fait claquer la rythmique comme un fouet et garde l’abrasivité des guitares intacte, et qui permet aux passages en downtempo de ne pas sonner trop uniformisé et opportuniste.

Pouvant compter sur une paire de six-cordistes affutés et remontés, et sur une chanteuse au timbre rauque et écorché, ce nouvel album fait la part belle aux structures directes mais travaillées, qui multiplient les changements de tempo sans jamais nous perdre dans une complexité fort peu à-propos.

Dès lors, les moments de bravoure s’enchaînent, passant allégrement d’un mid tempo assassin à un up tempo virevoltant et malin (« One Spark », virulence et puissance, l’entame sans pitié de « Remain Defiant » et son assertion qui ne laisse planer aucun doute sur les intentions belligérantes du groupe), et l’ennui ne pointe jamais le bout de son nez puisque les ALL FOR NOTHING savent toujours placer au bon moment un segment plus mélodique que la moyenne pour maintenir notre attention en éveil.

Le mélange tourne d’ailleurs à plein régime comme le démontrent des hits de la rage tels « Minds Awake/Hearts Alive », qui juxtapose les idées et les empile de façon structurée mais spontanée, se permettant même des breaks d’une lourdeur suffoquée qui fera jumper les fans lors de prochaines tournées, ou « Yet To Come », l’un des plus longs du lot, et son accroche Metal qui place des saccades presque Rapcore sur le passage.

La voix de Cindy est vraiment de celles qui marquent les esprits, bien loin des hurlements stridents et juvéniles de bon nombre de ses consœurs qui parfois confondent hystérie et présence vocale de folie, mais l’indéniable talent d’Ernst-Jan et Tim pour tricoter des riffs imparables (« Weapon Of Mass Deception », archétype de cavalcade qui ne ronge pas son frein mais agit en trompe métronome en cassant les BPM d’un coup sec et net) est aussi un des atouts majeurs de ce quintette qui n’a peur de rien.

Du coup, Minds Awake/Hearts Alive se pose presque en best-of involontaire du Hardcore moderne et décomplexé, et « At First Sight » s’ajoute à la longue liste des titres qui capitalisent sur un son sec et nerveux pour effrayer les plus peureux, avec ses syncopes et son alternance de violence et d’harmonies un peu amères.

Comme un savant mélange de la rugosité des EXPIRE et du groove urbain des CRO-MAGS (même si la basse de Flanagan ne trouve pas la même tribune), ce cri de colère européen trouve un écho à l’intérieur même de son message, et propulse des morceaux vindicatifs comme « Dead Inside » au-delà des frontières de style, butinant les fleurs de violence Metal pour faire pousser une nouvelle floraison Core, un peu moins nihiliste que la moyenne, mais bien loin d’une quelconque niaiserie mélodique prémâchée.

Chacun piochera ses préférences au gré des treize chapitres, qui ne font jamais retomber la pression d’une quelconque redondance, puisque même les terminaux « Far From Home » et son refrain séduisant d’ire harmonique, « The End » et ses successions d’humeurs complémentaires presque Thrash, et « Hope Is My North » qui autorise enfin une grasse basse à s’incruster au premier-plan, gardent le cap et l’intensité en ligne de mire, sans pause ni reprise de souffle.

Un LP qui confirme donc l’énorme réputation de machine de guerre Hardcore que sont les ALL FOR NOTHING, toujours aptes à séduire les die-hard des origines comme les fans plus récents. Minds Awake/Hearts Alive annonce donc une future tuerie live, et si l’occasion vous est donnée de voir ces furieux sur scène, ne vous privez pas. Du vrai Hardcore on stage ne se refuse jamais.


Titres de l'album:

  1. Remain Defiant
  2. Minds Awake/Hearts Alive
  3. The Other Side
  4. Push Trough
  5. Never Follow
  6. Weapons Of Mass Deception
  7. At First Sight
  8. Dead Inside
  9. One Spark
  10. Yet To Come
  11. Far From Home
  12. The End
  13. Hope Is My North

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/04/2017 à 17:13
78 %    362

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.