Minds Awake/Hearts Alive

All For Nothing

07/04/2017

Redfield Records

Et si nous parlions un peu du Hardcore, le vrai. Celui qui métallise le Rock’n’roll pour le rendre encore plus puissant, pas le Beatdown, pas le Downtempo, non, le vrai Hardcore, adapté bien sûr aux exigences de puissance de 2017, mais qui n’oublie pas de citer ses sources, et presque dans le texte s’il vous plaît…

Pour ça, une solution simple. Rendez-vous à Rotterdam, Pays-Bas, pour y faire la connaissance d’un quintette (Cindy – chant, Ernst-Jan et Tim – guitares, Roel – batterie et Joost – basse), « sur les routes depuis les années 2000 », et qui peut se targuer d’une discographie très fournie.

Cinq LP (Can’t Kill What’s Inside, 2007, Miles And Memories 2009, To Live And Die For 2012, What Lies Within Us 2014 et donc ce petit dernier cette année), une poignée de simples, mais surtout une rage de jouer gigantesque, les rapprochant des modèles d’AGNOSTIC FRONT, de NO USE FOR A NAME ou même des fabuleux et radicaux EXPIRE, dont ils semblent partager les champs sémantiques musicaux.

Le leitmotiv des ALL FOR NOTHING est simple, et pourrait se résumer à un slogan du type « All or nothing », tant leur approche du Hardcore est simple, mais pas simpliste. Des morceaux courts et limpides, qui frappent fort, vite ou médium, et qui usent de refrains mémorisables, de chœurs collégiaux et de thématiques mélodiques fortes pour laisser une empreinte durable dans la conscience collective.

Une sorte d’adaptation du séminal NYHC teinté d’harmonies typiques du Hard’n’roll de Boston, le tout transposé à une lucidité de puissance moderne qui ne cache en rien un grand respect pour les codes initiaux.

D’ailleurs, en écoutant ce multiple Minds Awake/Hearts Alive, on n’a aucun mal à imaginer ces Hollandais on stage, tant leur musique en studio est jouée comme en live, sans artifices, et avec une rage directe qui prend au foie.

Dès lors, les riffs homériques s’accumulent, les rythmiques pulsent, et les paroles sont exhortées avec une colère non dissimulée, pour une grosse demi-heure de violence intelligente, mais primale dans le rendu.

Il semblerait donc que le quintette ait tout compris à la philosophie Core, et qu’il l’applique avec une fidélité toute personnelle, lui permettant de signer une pelletée d’hymnes instantanés pourtant beaucoup plus pensés qu’on ne le croit.

ALL FOR NOTHING, c’est no bullshit, just power, et les treize morceaux de ce cinquième LP le prouvent sans détour, mais avec beaucoup d’énergie et une production absolument parfaite pour le style. Son profond mais gardant cette sécheresse indispensable qui fait claquer la rythmique comme un fouet et garde l’abrasivité des guitares intacte, et qui permet aux passages en downtempo de ne pas sonner trop uniformisé et opportuniste.

Pouvant compter sur une paire de six-cordistes affutés et remontés, et sur une chanteuse au timbre rauque et écorché, ce nouvel album fait la part belle aux structures directes mais travaillées, qui multiplient les changements de tempo sans jamais nous perdre dans une complexité fort peu à-propos.

Dès lors, les moments de bravoure s’enchaînent, passant allégrement d’un mid tempo assassin à un up tempo virevoltant et malin (« One Spark », virulence et puissance, l’entame sans pitié de « Remain Defiant » et son assertion qui ne laisse planer aucun doute sur les intentions belligérantes du groupe), et l’ennui ne pointe jamais le bout de son nez puisque les ALL FOR NOTHING savent toujours placer au bon moment un segment plus mélodique que la moyenne pour maintenir notre attention en éveil.

Le mélange tourne d’ailleurs à plein régime comme le démontrent des hits de la rage tels « Minds Awake/Hearts Alive », qui juxtapose les idées et les empile de façon structurée mais spontanée, se permettant même des breaks d’une lourdeur suffoquée qui fera jumper les fans lors de prochaines tournées, ou « Yet To Come », l’un des plus longs du lot, et son accroche Metal qui place des saccades presque Rapcore sur le passage.

La voix de Cindy est vraiment de celles qui marquent les esprits, bien loin des hurlements stridents et juvéniles de bon nombre de ses consœurs qui parfois confondent hystérie et présence vocale de folie, mais l’indéniable talent d’Ernst-Jan et Tim pour tricoter des riffs imparables (« Weapon Of Mass Deception », archétype de cavalcade qui ne ronge pas son frein mais agit en trompe métronome en cassant les BPM d’un coup sec et net) est aussi un des atouts majeurs de ce quintette qui n’a peur de rien.

Du coup, Minds Awake/Hearts Alive se pose presque en best-of involontaire du Hardcore moderne et décomplexé, et « At First Sight » s’ajoute à la longue liste des titres qui capitalisent sur un son sec et nerveux pour effrayer les plus peureux, avec ses syncopes et son alternance de violence et d’harmonies un peu amères.

Comme un savant mélange de la rugosité des EXPIRE et du groove urbain des CRO-MAGS (même si la basse de Flanagan ne trouve pas la même tribune), ce cri de colère européen trouve un écho à l’intérieur même de son message, et propulse des morceaux vindicatifs comme « Dead Inside » au-delà des frontières de style, butinant les fleurs de violence Metal pour faire pousser une nouvelle floraison Core, un peu moins nihiliste que la moyenne, mais bien loin d’une quelconque niaiserie mélodique prémâchée.

Chacun piochera ses préférences au gré des treize chapitres, qui ne font jamais retomber la pression d’une quelconque redondance, puisque même les terminaux « Far From Home » et son refrain séduisant d’ire harmonique, « The End » et ses successions d’humeurs complémentaires presque Thrash, et « Hope Is My North » qui autorise enfin une grasse basse à s’incruster au premier-plan, gardent le cap et l’intensité en ligne de mire, sans pause ni reprise de souffle.

Un LP qui confirme donc l’énorme réputation de machine de guerre Hardcore que sont les ALL FOR NOTHING, toujours aptes à séduire les die-hard des origines comme les fans plus récents. Minds Awake/Hearts Alive annonce donc une future tuerie live, et si l’occasion vous est donnée de voir ces furieux sur scène, ne vous privez pas. Du vrai Hardcore on stage ne se refuse jamais.


Titres de l'album:

  1. Remain Defiant
  2. Minds Awake/Hearts Alive
  3. The Other Side
  4. Push Trough
  5. Never Follow
  6. Weapons Of Mass Deception
  7. At First Sight
  8. Dead Inside
  9. One Spark
  10. Yet To Come
  11. Far From Home
  12. The End
  13. Hope Is My North

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/04/2017 à 17:13
78 %    457

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57