Violent Death Rituals

Thanatos

20/03/2020

Listenable Records

Il y a des groupes comme ça qui ne peuvent pas décevoir. Oh, il n’y en a pas des tonnes, spécialement lorsque le créneau occupé est extrême. Même les cadors du genre ont parfois connu des baisses de régime, et à l’exception de DEATH et éventuellement de CARCASS (quoique sur ce point-là, les avis divergent), voire CANNIBAL CORPSE en faisant preuve de mansuétude, les carrières en ligne droite ou en trajectoire ascendante ne sont pas légion. Pourtant, les hollandais de THANATOS peuvent se targuer d’une carrière exemplaire, eux qui ont connu les prémices du style avec une première démo publiée en 1984 et très justement intitulée Speed Kills. Mais c’est évidemment le premier long du combo qui attira le plus l’attention, ce fameux Emerging from the Netherworlds depuis intronisé classique par les nostalgiques n’étant pas passé à côté de sa publication en 1990. A l’époque, le groupe était différent, évoluait dans une configuration autre, et se complaisait dans une mixture de Death et de Thrash à l’instar d’INCUBUS dont ils partageaient quelques points de vue. Sauf qu’à la différence de bon nombre de leurs concurrents, les originaires de Rotterdam n’ont jamais vraiment baissé les bras et regardé pousser les tulipes, mis à part durant ce hiatus de sept ans entre 1992 et 1999. Depuis leur comeback, les musiciens ont évidemment changé, et seul reste aujourd’hui fidèle au poste Stephan Gebédi, accroché à sa guitare et à son micro depuis la première démo de 1984. En 2020 toutefois, le vociférant gratteur se voit toujours flanqué de son fidèle lieutenant/guitariste Paul Baayens, vaillant depuis le retour de 1999, de Martin Ooms à la batterie depuis trois ans, et de Mous Mirer à la basse depuis l’année dernière. Le tandem rythmique a d’ailleurs largement eu le temps de travailler sa cohésion au sein de LIAR OF GOLGOTHA, et c’est donc un groupe aux deux factions très soudées qui se présente aujourd’hui, sous son jour le plus pugnace et belliqueux.

Admettons-le, malgré l’absence flagrante de surprise causée par une longue carrière et la parution de pas moins de six LPs, Violent Death Rituals est une gigantesque claque de Death/Thrash de première bourre, et nous met une fois de plus à genoux sans avoir à piocher dans la nostalgie ou synthétiser son approche à outrance. THANATOS se permet même avec ce septième effort de damer le pion à bien des jeunes formations, reprenant à son propre compte ses recettes de l’orée des nineties, en trouvant toujours le juste équilibre entre Death à l’américaine et Thrash à l’européenne. C’est donc une nouvelle boucherie qui vous attend avec ces neuf (version digitale) ou dix (version CD) morceaux, et dès l’entame franche et radicale de « Violent Death Rituals », tout est dit ou presque. La production, assurée par le groupe lui-même a méchamment préparé le terrain au superbe mixage du gourou Dan Swanö, et le tout s’avère d’une clarté et d’une densité exceptionnelles. On peut dès lors savourer ces diverses tranches de violence que le groupe a découpé finement, en appréciant les changements de rythme, les guitares toujours aussi précises et aiguisées, mais aussi ce chant si caractéristique de l’ancienne Hollande, rappelant parfois les inflexions barbares du légendaire et irascible Martin Van Drunen. Cette similitude est encore plus flagrante sur les morceaux les plus nuancés et ambiancés (si tant est que ces termes puissent s’appliquer), comme sur le terrible et terrifiant « Corporate Indoctrination », qui nous ramène à la grande époque de Consuming Impulse. Ceci n’est pas un mince compliment, d’autant plus que le quatuor n’appuie jamais trop sur la corde sensible de la nostalgie, en gardant son inspiration intacte et ses respirations contemporaines. Le mélange est donc détonnant à défaut d’être étonnant, et le résultat compact, à l’impact maousse, comme une gigantesque enclume qui vous tombe sur le coin de la tronche.

Du Death Thrash barbare, ou l’inverse, mais pas si grossier que la plèbe pourrait le penser. Les capacités de chaque instrumentiste permettent des fantaisies non négligeables, et tous les titres possèdent au moins une idée brillante qui pourrait combler tout un album de combos moins regardant sur la variété. Ainsi, l’entame décidée et implacable de « The Silent War » n’est pas sans évoquer un MASTER plus discipliné et moins chafouin, tandis que la rigueur saccadée de « The Outer Darkness » nous ramène directement à la philosophie d’origine du genre, avec une fois de plus en exergue cette analogie nationale avec PESTILENCE, mais aussi quelques clins d’œil à la scène Thrash US de la fin des années 80. L’atmosphère, évidemment sombre reste toutefois la tête hors de l’eau du marigot le plus morbide, et les accélérations soudaines donnent toujours un coup de fouet Thrash au cul d’une inspiration Death ne se démentant pas avec les années. On pense aussi à un CANCER moins brouillon et lapidaire, mais avec tant d’années de carrière derrière-lui (la bagatelle de trente-six en 2020, pas banal pour un ensemble Death Metal), THANATOS se dispense très bien de parallèles avec certains de ses contemporains ; Pourtant, les fans d’ASPHYX se reconnaîtront très bien dans le miroir tendu par Violent Death Rituals, mais les accros au Thrash le plus groovy et efficace ne cracheront pas non plus sur une tuerie intégrale comme « Burn the Books of Hate », qui se débrouille encore pour nous déglutir un gros lick gluant qui colle aux tympans.

Je le disais en préambule, rares sont les groupes extrêmes qui ne déçoivent jamais. Pourtant, avec son septième LP, THANATOS s’arrange encore pour éviter la moindre bévue, et pose des questions quant à son statut underground dont il peine à s’extirper. Mais les plus grandes légendes ne sont pas toujours les plus reconnues, et il est toujours bon de louer les qualités d’une œuvre globale que seule une poignée de fans hardcore connaissent déjà par cœur et par tripes.        

                                                

Titres de l’album :

                         01. Violent Death Rituals 

                         02. The Silent War 

                         03. Unholy Predators 

                         04. The Outer Darkness 

                         05. Burn the Books of Hate 

                         06. It Always Ends in Blood 

                         07. Corporate Indoctrination 

Facebook officiel

Bandcamp officiel


08. Sent from Hell (I Infidel) 

 09. As the Cannons Fade

par mortne2001 le 01/08/2020 à 14:15
85 %    107

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Par contre, quand même fort de voir que la sortie d'un morceau de Gojira est devenue un évènement mondial dans la scène metal.
Les mecs sont vraiment au sommet.

07/08/2020, 18:44

RBD

Ça fait rebut retravaillé des sessions de "Magma". Le clip cartoon à base de prêche écolo dans l'air du temps avec références ciné évidentes peut agacer ceux qui préfèrent un Metal plus obscur et rebelle, c'est sûr. Mais ces thèmes ne sont pas nouveaux du tout chez Gojira. La référenc(...)

07/08/2020, 12:24

Satan

A Kairos : Exactement. Il est l'homme de l'ombre, une sorte de fil-rouge. D'ailleurs souvenons-nous comment Abbath galérait à la guitare sur la tournée de "Blizzard Beasts" (si mes souvenirs sont bons).

07/08/2020, 12:20

David Martin

Mortuary mérite vraiment , pour leur 30 ans, de sortir leur meilleur album !! Les connaissant depuis 1989 (Leurs premiers gigs furent les premières parties d'Asshole à Nancy dont j'étais le chanteur) et les ayant suivis depuis tout ce temps, je me réjouis de voir qu'enfin, ils ont un label qui (...)

07/08/2020, 12:19

LeMoustre

C'est a cause de l'argent comme dirait Popeye

07/08/2020, 07:15

Kairos

Kerry king, demonaz a toujours été impliqué dans le groupe, au niveau compo et textes, mais il était dans l’incapacité de tenir la guitare pour raisons de santé.

07/08/2020, 06:59

adrtq

on s'en cogne, les 2 projets sont merdiques,

07/08/2020, 06:46

adrtq

rien de vraiment clack metal ici. Un black thrash bien boring

07/08/2020, 06:45

Satan

Immortal a réussi l'exploit d'être encore plus ridicule que les anciens démêlés de Gorgoroth. Chapeau bas!

06/08/2020, 22:24

Kerry King

Deja Horgh est arrivé tard dans le groupe je crois ?

Mais en soit seul Abbath était sur tout les albums et depuis le début, Demonaz a quitté le groupe pendant une dizaine d'année je crois...

Bref n'y queue n'y tête...

06/08/2020, 21:48

Buck Dancer

C'est vraiment triste et pathétique à lire ce genre de news.

06/08/2020, 21:25

Vincent

C’est PAS BATUSHKA bordel c’est le mec qui a volé le nom et qui a fait Hospodi. Vous le faites exprès c’est pas possible ? Vous voyez bien que la musique n’a rien à voir avec Litourgiya et Panihida.

06/08/2020, 17:53

Humungus

Il est loin le temps ou le Black se voulait aussi le garant d'une certaine spiritualité et intégrité... ... ...

06/08/2020, 17:14

JTDP

En attendant, il y en a un qui doit bien se marrer...

06/08/2020, 14:48

Tranbert

Le R'n'B metal à retenu mon attention donc j'ai ecouté...Ah oui quand même. Faut de tout pour faire un monde. Je dois être trop vieux. Les instrus passent encore, mais la façon de chanter... !NON!

06/08/2020, 12:43

Tranbert

Je l'aime bien aussi ce morceau, et le clip est vachement bien foutu. Rien de très original dans le son et le visuel mais ça le fait bien

06/08/2020, 12:39

Invité

Interstellar 666.6

06/08/2020, 09:32

Gargan

Comme le climat, mouarf.

05/08/2020, 21:55

Oliv

Réchauffé

05/08/2020, 18:54

JTDP

Oui d'accord avec toi Buck Dancer, c'est dans la droite ligne de "magma". Et je le trouve aussi plutôt bon, envoûtant ce morceau. Et le clip est franchement bien foutu !

05/08/2020, 17:29