Oracle (latin, oraculum): réponse d’une divinité au fidèle qui la consultait (Larousse)

Oracle : personne pratiquant la divination (Wikipedia).

Que faire lorsque ces oracles se rassemblent entre eux pour prédire le futur de la musique extrême ? Pas grand-chose, à part deviser sur leurs prédictions, en assimilant leurs morceaux au travers d’un « premier » album qui ne recule devant aucun excès, en louchant vers le passé de chacun de ses membres pour en dessiner un genre de futur, qu’on ne sait pas encore stable ou éphémère.

Plus concrètement, ORACLES est en quelque sorte un pas si nouveau « supergroupe », à la brutalité prononcée et au casting fameux, pour peu que l’underground brutal soit votre labyrinthe de frayeur habituel.

On retrouve en effet aux commandes de ce projet relativement ambitieux quelques figures très connues de la scène Metal Européenne, dont pas moins de trois ABORTED, deux ex-SYSTEM DIVIDE, et un LOCULUS mais ex-SYSTEM DIVIDE aussi…Pas mal pour faire parler, efficace pour composer, et terrifiant pour interpréter, c’est sous cet angle qu’il faut donc aborder Miserycorde qui n’a rien d’une somme de travail de débutants désireux de se faire connaître en provoquant un séisme brutal, aussi focalisé sur la musique que sur son artwork.

Sous cette pochette parfaite au trait fin et au message grossier, se cache donc un genre de side-project aussi boursouflé que pertinent, qui de sa volonté avouée cherche à repousser quelques limites pour en imposer de nouvelles, et de faire cohabiter les mélodies les plus prononcées avec la violence la moins larvée.

Le résultat ?

Un Techno Death à tendance gothique et symphonique, qui mélange les influences de chacun de ses membres à des inspirations externes, pour un ballet de l’outrance qui ne semble admettre aucune entrave.

Pour autant, est ce que le mélange détonant fonctionne ?

Oui, puisque les artistes à l’origine de cette tentative ont du métier derrière eux, et qu’ils n’ont pas hésité à transcender leurs propres influences pour accoucher d’une entité aussi viable qu’effrayante.

Dans les faits, et pour faire simple, imaginez la puissance impitoyable du Death sauvage des ABORTED, incrusté dans un contexte grandiloquent et excessif à la SYSTEM DIVIDE, le tout agencé comme la loge d’une diva de l’enfer, qui partage le devant de la scène avec un grogneur sanglant et cornu. Vous avez l’image en tête ? Alors maintenant, adjoignez-y le son. Je vous promets que l’opéra va vous décoiffer la perruque jusqu’à la dernière barrette.

Miserycorde n’est pas le genre d’album intimiste qui joue profil bas pour ne pas trop se faire remarquer. Au contraire, tout semble fait ici pour attirer l’attention, avec de arguments valides ou factices selon l’inspiration. Un peu comme si les THE MURDER OF MY SWEET, WITHIN TEMPTATION, ABORTED, SCAR SYMMETRY, CRADLE OF FILTH, EMPEROR et autres ARCH ENEMY se retrouvaient embringués dans un bal orgiaque de pas chassés, de trépignements épileptiques, avant d’être dérangés dans leur gestuelle par une horde de zombies sortant de nulle part, prêt à les bouffer sur place.

Certes, n’attendez aucune forme de finesse dans ce déluge de cliquant made in Belgium, et si Miserycorde n’est pas à proprement parler le « premier album » du concept (le line-up a quelque peu changé notamment au niveau du chant puisque Sanna Salou remplace de ses cordes celles de Miri Milman), il signifie quand même un nouveau départ, où tout semble exagéré pour provoquer des réactions épidermiques.

Quelques guests assez fameux (Jeff Loomis de NEVERMORE, Ryan Knight ex-BLACK DAHLIA MURDER et Per Nilsson de SCAR SYMMETRY) pour compléter un tableau déjà assez chargé, et en guise de cerise sur la pièce montée dégoulinante de barbaque, une petite reprise du maître MANSON, via un « The Beautiful People », plutôt accrocheur et respectueux de l’œuvre du gentil dégingandé blafard aux dents brillantes. En gros, un agencement diablement intelligent pour attirer le chaland, avant de lui exploser les oreilles d’un Death technique tonitruant, ne cachant pas ses accointances Gothiques et BM sous des apparats de stuc et de strass.

A partir de tous ces éléments en votre possession, deux options. Soit vous admettez que la musique, aussi violente et terrassante soit-elle reste de l’entertainment et peut refuser toute modération au profit d’une efficacité plutôt voyante et grognon, soit vous attendez d’un album qu’il provoque en vous des sentiments purs et intimistes, et qu’il stimule votre intellect pour que votre imagination se mette en fonction.

Si la première interprétation vous concerne, et que vous êtes sujet à une passion sans borne pour la vélocité et la férocité, alors Miserycorde représentera sans nul doute la quintessence de votre quête en incarnant un des meilleurs albums jamais composé.

De rythmiques puissantes en riffs tranchants, de hurlements gravissimes en volutes féminines, d’arrangements grandiloquents en breaks surpuissants, tout est fait ici pour vous entraîner sur la piste d’un cirque de l’étrange, un peu tape à l’œil sur les bords, mais suffisamment convaincant pour qu’on ne fasse pas attention aux détails. Enrobé dans une des productions les plus efficaces que j’ai pu entendre depuis très longtemps, signée Jacob Hansen (VOLBEAT, AMARANTHE, EPICA et ABORTED), Miserycorde est une – pas très subtile certes – alternance de Technical Death poussé à l’extrême et de Metal symphonique et gothique, qui superpose les bourrasques tempétueuses (l’ouverture écrasante de «The Tribulation of Man » avec Per Nilsson), et les accalmies faussement romantiques (« Remnants Echo », et ses claviers envahissants doublant son thème légèrement redondant).

Le groupe/concept a eu la clairvoyance de ne pas laisser s’étirer des compositions déjà trop chargées, et reste en timing mesuré, qui convient à merveille à ces quelques accès de fureur maîtrisée qui parfois se montrent d’une efficacité redoutable (« Canvas of Me », sorte de raccourci entre les DIMMU,  SCAR SYMMETRY et LACUNA COIL). Bien évidemment, quelquefois, la prétention prend le pas sur la raison, comme sur ce « S(k)in » qui dépasse les six minutes, mais l’exagération dont il fait preuve finit par remporter l’adhésion, par manque de souffle ou par simple admiration pour un combo qui ne recule devant rien pour nous mettre au diapason de sa déraison.          

Mais tout, des arrangements à la production, en passant par la schizophrénie vocale et la rythmique en béton (double grosse caisse triggée de rigueur) suggère un blockbuster musical pensé comme tel, même si parfois les passages Thrash à la SOILWORK/AT THE GATES nous ramènent à plus de modération et de classicisme (« Catabolic (I Am) »). Toutes proportions gardées évidemment.

 Mais si la deuxième interprétation influe sur votre réaction, il est évident que ce Miserycorde représentera une sorte de Némésis, tant tout ici est fait pour époustoufler sans vraiment chercher à impressionner en profondeur. Si ORACLES est plus grand que la somme des groupes le représentant, il peut justement se montrer trop grand, comme un larger than life un poil excessif qui donne le tournis, et finit par tourner en rond. Mais je ne peux m’empêcher d’être admiratif face à cette débauche de moyens qui la plupart du temps, servent des compositions hallucinantes de dextérité et d’uberviolence, tel un tsunami de Death technique et de Gothique virtuel déferlant sur les côtes d’une objectivité qui finit par être submergée. Et sans savoir de quelle divinité ces oracles se veulent le relais, je ne peux que prévoir un avenir funeste pour les adorateurs de musique ascétique, mais surtout, un futur haut en couleurs pour les fanatiques de grandiloquence sans limites.


Titres de l'album:

  1. An Adagio for the Callous
  2. The Tribulation of Man (feat. Per Nilsson)
  3. Catabolic (I Am)
  4. Quandaries Obsolete (feat. Ryan Knight)
  5. Scorn
  6. Body of Ineptitude (feat. Jeff Loomis)
  7. Remnants Echo
  8. Canvas Of Me
  9. S(k)in
  10. The Beautiful People
  11. We, The Indifferent

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/02/2017 à 16:20
75 %    428

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Septic Tank

Sturmpanzer

Devil Worshipper

Music For The Endtimes

Jt Ripper

Gathering of the Insane

Nyu.

Flux

Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Grave Digger + Burning Witches

28/01 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

@ Humungus, oui lors de leur interview, ils disaient vouloir battre le record de commentaires, et l'objectif était largement atteint !


145 vues.


Qu'est-ce que je ne donnerais pas pour pouvoir assister à ça...


Si je ne me trompe pas, y'avait eu la même chose sur VS à l'époque pour ULTRA VOMIT non ?
(+1)


Oui moi qui n'aime pas du tout aller à Paris, ça me tente énormément...


Oooh je pense qu'on peut faire mieux.... et +1 com !


Les histoires de meurtre et d'incendie d'église ça c'est vrai on le sait.

Le mystere reste autour du suicide de Dead et de la mort de Euronymous.

Le depart du groupe de Necrobutcher au moment du suicide de Dead est assez étrange aussi.


L’affiche qui fait (très) mal...


Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !