Oracle (latin, oraculum): réponse d’une divinité au fidèle qui la consultait (Larousse)

Oracle : personne pratiquant la divination (Wikipedia).

Que faire lorsque ces oracles se rassemblent entre eux pour prédire le futur de la musique extrême ? Pas grand-chose, à part deviser sur leurs prédictions, en assimilant leurs morceaux au travers d’un « premier » album qui ne recule devant aucun excès, en louchant vers le passé de chacun de ses membres pour en dessiner un genre de futur, qu’on ne sait pas encore stable ou éphémère.

Plus concrètement, ORACLES est en quelque sorte un pas si nouveau « supergroupe », à la brutalité prononcée et au casting fameux, pour peu que l’underground brutal soit votre labyrinthe de frayeur habituel.

On retrouve en effet aux commandes de ce projet relativement ambitieux quelques figures très connues de la scène Metal Européenne, dont pas moins de trois ABORTED, deux ex-SYSTEM DIVIDE, et un LOCULUS mais ex-SYSTEM DIVIDE aussi…Pas mal pour faire parler, efficace pour composer, et terrifiant pour interpréter, c’est sous cet angle qu’il faut donc aborder Miserycorde qui n’a rien d’une somme de travail de débutants désireux de se faire connaître en provoquant un séisme brutal, aussi focalisé sur la musique que sur son artwork.

Sous cette pochette parfaite au trait fin et au message grossier, se cache donc un genre de side-project aussi boursouflé que pertinent, qui de sa volonté avouée cherche à repousser quelques limites pour en imposer de nouvelles, et de faire cohabiter les mélodies les plus prononcées avec la violence la moins larvée.

Le résultat ?

Un Techno Death à tendance gothique et symphonique, qui mélange les influences de chacun de ses membres à des inspirations externes, pour un ballet de l’outrance qui ne semble admettre aucune entrave.

Pour autant, est ce que le mélange détonant fonctionne ?

Oui, puisque les artistes à l’origine de cette tentative ont du métier derrière eux, et qu’ils n’ont pas hésité à transcender leurs propres influences pour accoucher d’une entité aussi viable qu’effrayante.

Dans les faits, et pour faire simple, imaginez la puissance impitoyable du Death sauvage des ABORTED, incrusté dans un contexte grandiloquent et excessif à la SYSTEM DIVIDE, le tout agencé comme la loge d’une diva de l’enfer, qui partage le devant de la scène avec un grogneur sanglant et cornu. Vous avez l’image en tête ? Alors maintenant, adjoignez-y le son. Je vous promets que l’opéra va vous décoiffer la perruque jusqu’à la dernière barrette.

Miserycorde n’est pas le genre d’album intimiste qui joue profil bas pour ne pas trop se faire remarquer. Au contraire, tout semble fait ici pour attirer l’attention, avec de arguments valides ou factices selon l’inspiration. Un peu comme si les THE MURDER OF MY SWEET, WITHIN TEMPTATION, ABORTED, SCAR SYMMETRY, CRADLE OF FILTH, EMPEROR et autres ARCH ENEMY se retrouvaient embringués dans un bal orgiaque de pas chassés, de trépignements épileptiques, avant d’être dérangés dans leur gestuelle par une horde de zombies sortant de nulle part, prêt à les bouffer sur place.

Certes, n’attendez aucune forme de finesse dans ce déluge de cliquant made in Belgium, et si Miserycorde n’est pas à proprement parler le « premier album » du concept (le line-up a quelque peu changé notamment au niveau du chant puisque Sanna Salou remplace de ses cordes celles de Miri Milman), il signifie quand même un nouveau départ, où tout semble exagéré pour provoquer des réactions épidermiques.

Quelques guests assez fameux (Jeff Loomis de NEVERMORE, Ryan Knight ex-BLACK DAHLIA MURDER et Per Nilsson de SCAR SYMMETRY) pour compléter un tableau déjà assez chargé, et en guise de cerise sur la pièce montée dégoulinante de barbaque, une petite reprise du maître MANSON, via un « The Beautiful People », plutôt accrocheur et respectueux de l’œuvre du gentil dégingandé blafard aux dents brillantes. En gros, un agencement diablement intelligent pour attirer le chaland, avant de lui exploser les oreilles d’un Death technique tonitruant, ne cachant pas ses accointances Gothiques et BM sous des apparats de stuc et de strass.

A partir de tous ces éléments en votre possession, deux options. Soit vous admettez que la musique, aussi violente et terrassante soit-elle reste de l’entertainment et peut refuser toute modération au profit d’une efficacité plutôt voyante et grognon, soit vous attendez d’un album qu’il provoque en vous des sentiments purs et intimistes, et qu’il stimule votre intellect pour que votre imagination se mette en fonction.

Si la première interprétation vous concerne, et que vous êtes sujet à une passion sans borne pour la vélocité et la férocité, alors Miserycorde représentera sans nul doute la quintessence de votre quête en incarnant un des meilleurs albums jamais composé.

De rythmiques puissantes en riffs tranchants, de hurlements gravissimes en volutes féminines, d’arrangements grandiloquents en breaks surpuissants, tout est fait ici pour vous entraîner sur la piste d’un cirque de l’étrange, un peu tape à l’œil sur les bords, mais suffisamment convaincant pour qu’on ne fasse pas attention aux détails. Enrobé dans une des productions les plus efficaces que j’ai pu entendre depuis très longtemps, signée Jacob Hansen (VOLBEAT, AMARANTHE, EPICA et ABORTED), Miserycorde est une – pas très subtile certes – alternance de Technical Death poussé à l’extrême et de Metal symphonique et gothique, qui superpose les bourrasques tempétueuses (l’ouverture écrasante de «The Tribulation of Man » avec Per Nilsson), et les accalmies faussement romantiques (« Remnants Echo », et ses claviers envahissants doublant son thème légèrement redondant).

Le groupe/concept a eu la clairvoyance de ne pas laisser s’étirer des compositions déjà trop chargées, et reste en timing mesuré, qui convient à merveille à ces quelques accès de fureur maîtrisée qui parfois se montrent d’une efficacité redoutable (« Canvas of Me », sorte de raccourci entre les DIMMU,  SCAR SYMMETRY et LACUNA COIL). Bien évidemment, quelquefois, la prétention prend le pas sur la raison, comme sur ce « S(k)in » qui dépasse les six minutes, mais l’exagération dont il fait preuve finit par remporter l’adhésion, par manque de souffle ou par simple admiration pour un combo qui ne recule devant rien pour nous mettre au diapason de sa déraison.          

Mais tout, des arrangements à la production, en passant par la schizophrénie vocale et la rythmique en béton (double grosse caisse triggée de rigueur) suggère un blockbuster musical pensé comme tel, même si parfois les passages Thrash à la SOILWORK/AT THE GATES nous ramènent à plus de modération et de classicisme (« Catabolic (I Am) »). Toutes proportions gardées évidemment.

 Mais si la deuxième interprétation influe sur votre réaction, il est évident que ce Miserycorde représentera une sorte de Némésis, tant tout ici est fait pour époustoufler sans vraiment chercher à impressionner en profondeur. Si ORACLES est plus grand que la somme des groupes le représentant, il peut justement se montrer trop grand, comme un larger than life un poil excessif qui donne le tournis, et finit par tourner en rond. Mais je ne peux m’empêcher d’être admiratif face à cette débauche de moyens qui la plupart du temps, servent des compositions hallucinantes de dextérité et d’uberviolence, tel un tsunami de Death technique et de Gothique virtuel déferlant sur les côtes d’une objectivité qui finit par être submergée. Et sans savoir de quelle divinité ces oracles se veulent le relais, je ne peux que prévoir un avenir funeste pour les adorateurs de musique ascétique, mais surtout, un futur haut en couleurs pour les fanatiques de grandiloquence sans limites.


Titres de l'album:

  1. An Adagio for the Callous
  2. The Tribulation of Man (feat. Per Nilsson)
  3. Catabolic (I Am)
  4. Quandaries Obsolete (feat. Ryan Knight)
  5. Scorn
  6. Body of Ineptitude (feat. Jeff Loomis)
  7. Remnants Echo
  8. Canvas Of Me
  9. S(k)in
  10. The Beautiful People
  11. We, The Indifferent

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/02/2017 à 16:20
75 %    552

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...