Je vous le rappelle une nouvelle fois, les groupes de Hardcore à chanteuse, c’est ma came. Plus encore. Les groupes de Crust, Darkcore, ou D-beat à chanteuse, c’est mon Walhalla à moi. Mon paradis guerrier, là où je peux admirer ces combattantes de l’extrême livrer bataille contre la médiocrité ambiante à grand renfort de hurlements stridents ou caverneux, le regard brillant et le geste précis.

Alors, lorsque je tombe sur une nouvelle livraison de Core à chant féminin, je me sens plein d’entrain. Tout comme ces musiciens que j’ai croisés cet après-midi, et qui m’ont séduit de leur Hardcore vraiment sombre, qu’ils se plaisent à situer dans un créneau Emocrust, mais que je place tout à fait librement dans la catégorie assez large du Crustcore à tendance Dark.

Car oui, parfois, j’aime les étiquettes un peu free.

Mais soyons plus clair.

Les HYENA nous en viennent donc de Madrid, Espagne, et se placent dans la directe continuité de la nouvelle génération de combos Crust ibères, qui dégagent une énergie noire assez irrésistible.

Formés par des membres d’URA, WILD ANIMALS, ENOCH ARDON, EQUILIBRIO ou ORCHIS SIMIA, on les sait volontiers rodés à l’exercice des rythmiques en chien de fusil et des riffs débridés et débraillés. Mais une fois ingurgité leur premier EP/LP, on comprend que leur association impromptue est tout sauf un caprice, mais plutôt une urgence qu’il convient de traiter comme telle.

Et sous cet aspect-là, Hyena est un pur concentré de colère et de ressentiment, décidément très à son malaise dans son époque.

A l’image de la scène de l’est, le mouvement Hardcore/Darkcore ibère est d’une violence rare et sourde, un peu comme si son rejet de la société et de la bienséance musicale se faisait l’écho des années Franco. Cru et direct, ce Crust l’est sans conteste, mais il possède en trame sous-jacente un traitement de filigrane de la mélodie très particulier, ce qui permet sans doute de le rattacher au courant Emo, sans vraiment tomber dans la niaiserie à mèche de corbeau et air blasé.

Et les HYENA savent manipuler ces harmonies amères comme personne, sans perdre de leur impact instrumental, qui parfois tend à verser dans un Chaotic Core gardé sous contrôle, comme le démontre un morceau aussi démoniaque que « Avanzamos Juntxs ». Une batterie qui se permet quelques exercices d’équilibre soutenus par une basse très plaquée, pendant que les guitares tissent une toile épaisse, qu’un chant absolument déroutant de véhémence vient renforcer histoire de bien engluer ses proies.

Mais les madrilènes savent aussi se montrer sous un jour Rock assez séduisant, quoique toujours aussi abrasif sur la conclusion « Algo Que Cambiar », qui semble en effet exhorter la population à se bouger le cul pour apporter le changement dans les mentalités et les actes.

Mais dès l’entame ambivalente de « Aquellos Momentos », le ton est donné, et l’ambiance plombée. En choisissant de débuter son premier effort par un titre à la lourdeur suffocante prononcée, les espagnols se décalent d’eux-mêmes, et choisissent de nous aiguiller sur une fausse voie de Hardcore lourd et moite, avant de tout envoyer valdinguer au bout d’une minute et quelques secondes d’une bourrasque Crust violente et soudaine. Nous voilà donc en plein dans le bain d’acide, pour une cavalcade étourdissante, mais qui sait conserver ses accents les plus ténébreux, histoire de ne pas devenir trop joyeux.

« El Silencio » n’en offre justement pas beaucoup, et opte dès ses premières mesures pour un D-beat affolé qui n’a rien à envier à la scène scandinave ni à ses représentants les plus caractéristiquement déviants. Le chant de Victoria, très rauque et époumoné épouse justement les contours des guitares de Gonzalo et Dani, qui se contentent de la jouer efficace et simple en union, tandis que la rythmique en osmose de Fon et Raul bastonne sans trop se poser de questions, d’une frappe de cordes et de peau puissante et cassante.

« My Worst Enemy » suit la même ligne de conduite, en offrant toutefois quelques variations de vitesse et quelques circonvolutions de basse assez intéressantes. Un break concentré permet non de reprendre son souffle, mais de se demander à quelle sauce immédiate on va être bouffé, alors même que quelques notes de guitare acide sont distillées sur fond d’apoplexie vocale. Fin progressive en crescendo, qui se laisse plomber par un downtempo résigné, puis passage à « Guerras », qui joue les contretemps histoire de modifier les pas de la valse enragée.

On pense à FISSURE, mais aussi à pas mal d’autres références, sans que HYENA n’en perde son identité, et lorsque le Crust revient au galop, on n’a guère le temps de se poser trop de questions.

« Ahi Estaré » débute sur une grosse basse distordue qui chaloupe sur une caisse claire effleurée, alors que les guitares s’immiscent doucement dans le ballet, pour une fois de plus laisser les bas instincts Crust parler, et nous en coller une bonne dans le beignet.

Intelligence, variations de ton, nuances de brutalité, tout est en place et on sent que les musiciens en ont dans le paletot, et qu’ils ne traînent pas leurs basques dans le Hardcore pour faire tendance.

Encore une très jolie preuve de la vitalité de la scène madrilène qui se place depuis quelques années à la même hauteur que celles de Boston, Stockholm ou Londres. Les HYENA, sans non plus chercher l’originalité à tout prix, jouent crânement leurs cartes, et abattent leur flush royal/Crust sur la table en faisant résonner leur poings serrés.

Une belle façon de démontrer que le Crust a encore de beaux jours de révolte devant lui, et que le Crossover sombre peut se révéler aussi pertinent qu’un simple Punk Hardcore, tout en étant aussi crédible.

J’imagine d’ici les hyènes se marrer en écoutant ce quintette brailler. M’est d’avis qu’avec un casque sur les oreilles, et ces sept titres en bande-son, elles feraient moins les malignes…


Titres de l'album:

  1. Aquellos Momentos
  2. El Silencio
  3. My Worst Enemy
  4. Guerras
  5. Ahi Estaré
  6. Avanzamos Juntxs
  7. Algo Que Cambiar

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/06/2017 à 14:10
78 %    296

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)