Ephemeral

The Lylat Continuum

19/02/2021

Autoproduction

Lorsque quatre musiciens de Denver dans le Colorado joignent leurs forces, c’est pour produire un Death Metal progressif de qualité tirant sur le Technical Death le plus pointu. Le plus pointu mais aussi le plus libre, le plus aventureux, ce qui était la philosophie de base de Chrys Robb, Chris Garza, Ian Turner, et Mike Caramazza. En 2016, certainement conscients de leurs qualités individuelles fondues dans un effort collectif, les quatre hommes ont fondé THE LYLAT CONTINUUM, qui en février de cette année nous livre enfin les fruits de sa profonde réflexion à base de violence instrumentale et d’intelligence harmonique. C’est ainsi que l’énorme pavé Ephemeral se retrouve sur le marché d’un créneau déjà pas mal occupé par des pointures indiscutables, mais à l’écoute de ce premier LP, on se dit sans hésiter que les américains y ont largement leur place. Il faut dire que ce premier chapitre de la saga a bénéficié de trois années d’écriture, ce qui a permis à ses concepteurs d’en gommer toute aspérité et d’en éliminer tout défaut, perfection recherchée qui ressort d’une écoute même distraite de l’objet en question. Pourtant, en se plaçant sous l’égide de monstres comme BETWEEN THE BURIED AND ME, THE CONTORTIONIST, CYNIC, PINK FLOYD, THE FACELESS, ou JOJI KONDO, THE LYLAT CONTINUUM n’a pas choisi les comparaisons les plus faciles, et quelques noms peuvent même se rajouter à cette liste. NOCTURNUS bien sûr, pour ces errances cosmiques Ambient, ou GOJIRA pour cette précision rythmique imparable, mais il est inutile de vouloir dresser un tableau exhaustif des parrainages indirects dont Ephemeral bénéficie : sa musique se suffit en effet à elle-même.

Ephemeral is a progressive metal concept album blending proggy death metal with psychedelic ambient breaks. This space epic flows seamlessly from track to track encompassing moments of sheer brutality with sections of pure euphoria. Lyrically, the album is about a mobile suit pilot who wakes up to a battlefield of dead enemies and allies. Our pilot has been left stranded and appears to be fatally wounded resulting in hallucinations and introspective thought. During this psychedelic trip, an epiphany occurs and action is taken to right the wrongs of the past before his inevitable demise.

 

C’est ainsi que le groupe de Denver présente son concept, concept amené de la façon la plus franche qui soit. Car après une courte intro baignant dans les limbes de l’espace, ce sont deux énormes segments qui nous attendent de croches fermes, et qui à eux deux totalisent plus de vingt minutes de musique. « Zero » entame les débats sans prendre de précautions, et nous noie sous les informations, dès ses premières mesures. Les riffs sont tendus, le chant raclé à la MESHUGGAH, la technique évidemment affutée, et le quintet (Chrys Robb - chant/claviers, Chris Garza - guitare, programmation, Ian Turner - guitare, Evan Sammons (LAST CHANCE TO REASON) - batterie, et Jordan Eberhardt (THE CONTORTIONIST, ex- SCALE THE SUMMIT) - basse) se lance directement dans une longue digression aussi technique que progressive pour bien affirmer ses positions. S’il est évident qu’en dix minutes le collectif a largement de quoi caser un maximum d’idées, ces mêmes idées ne servent pas de prétexte à une divagation interminable, et l’atmosphère s’impose entre voyage céleste et brutale confrontation à la réalité. Alternant les passages rythmiques au biseau soulignés de guitares précises et affamées, et les intermèdes harmoniques qu’une basse en circonvolution vient enrichir, ce premier vrai morceau en est un fameux, et laisse exploser des capacités de composition assez manifestes. Le groupe a beau évoluer dans univers déjà exploré par des aventuriers plus capables et téméraires, il n’en désire pas moins laisser sa trace sur des planètes lointaines, et planter son drapeau sur un nouveau satellite.

« Epyon » continue le voyage sans dévier de la trajectoire expérimentale, et l’orchestration s’enrichit de nouvelles sonorités, pour ne pas bêtement répéter le vol précédent. Certes, la voix de Chrys Robb, toujours hurlée au maximum pourra sans doute rebuter quelques oreilles fragiles, mais l’art de Chris Garza et Ian Turner pour alterner riffs graves et létaux et arpèges délicats, insérant au chausse-pied entre les deux quelques dissonances bien senties permet de varier les plaisirs et de ne jamais se lasser de ces attaques presque incessantes. Le quintet connaît bien le style qu’il pratique, et le respecte, suffisamment pour ne pas en répéter les tics les plus faciles et irritants. Fondamentalement classique dans sa structure et son agencement, Ephemeral n’en reste pas moins un trip assez fascinant dans les arcanes spatiaux d’un Death Metal certes très pointu, mais encore assez sensible pour toucher les plus attachés à une musique intelligible. Et en amenant des décors aussi grandiloquents et chamarrés que « Level 5 », le groupe de Denver prouve qu’il a parfaitement compris que la démonstration pure ne servirait pas sa cause. C’est ainsi que les digressions plus harmoniques trouvent souvent leur place, et pas seulement lors d’une transition comme « Sector Y ».

« Meta », l’autre numéro conséquent des funambules de l’espace ose ainsi des percussions à l’écho intergalactique, de longues progressions rythmiques hypnotiques, tandis que « Libra » se réfugie dans les limbes d’un Death progressif moins violent et plus déconstruit.

De fait, l’écoute de ce premier album est d’une richesse conséquente, et les cinquante-cinq minutes du métrage s’apparentent plus à une fuite en avant de la dernière chance à la Sunshine de Danny Boyle qu’à un exercice de style à la 2001 de Kubrick. Plus de réalisme technique que de contemplation ésotérique, même si le final « Ephemeral », d’une beauté incroyable nous entraîne aux confins d’un univers inconnu de sa douceur de ton.

Belle réussite donc que ce premier chapitre de la saga THE LYLAT CONTINUUM, groupe encore classique mais qui intrigue de ses idées, et qui pourrait représenter un certain avenir de la cause Death progressive, pour peu que ses tendances les plus déviantes ou au contraire pures prennent le pas sur son classicisme de violence.  

        

             

Titres de l’album:

01. Into the Vast

02. Zero

03. Epyon

04. Level 5

05. Meta

06. Sector Y

07. Libra

08. Ephemeral


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/02/2021 à 18:00
80 %    297

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09

Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49

Satan

@ Orphan : Ce n'est pas du tout ce qu'a dit Yolo, là tu t'en fais le ventriloque. Après, sur le courage ou non de Nergal ça se discute en effet, mais dans ce cas-là il convient de mettre dans le lot 99% des artistes dits "blasphématoires"(...)

01/03/2021, 14:10