Oui je le sais, les fêtes approchent à grands pas, dans une semaine c’est Noël, mais que voulez-vous que je vous dise à part…et alors ? On est obligé d’être content c’est ça, sous prétexte que tata Jacqueline va nous offrir un pull à tête de renne, ou que la belle-sœur qu’on (n’)aime (pas) tant (que ça) va encore nous refourguer un truc acheté à la hâte au supermarché du coin ? Le sapin ? Le saumon ? Le foie gras ? Oui, sauf qu’entre temps, à l’extérieur, loin des bougies et des promesses de bonheur, rien ne va. Mais alors rien. Les sans-abris se pressent dans les rares centres aux places encore vacantes, le monde part toujours à vau-l’eau, et les inégalités sont croissantes, un peu comme ceux fourrés au fromage que vous vous apprêtez à disposer sur la table des mets. Parce que le repas de Noël global n’a pas vraiment des allures de fête de la nativité riche et illuminée. Non, le tableau est plutôt sombre, de plus en plus, comme ce monde à l’agonie qui fait semblant (pour la partie la plus riche et prospère en tout cas) de ne pas voir le précipice dans lequel il s’apprête à tomber. Alors, soyez vraiment heureux, parce que j’ai un cadeau sous la main qui va vous réveiller, sans vous empêcher (peut-être…) de réveillonner. Un cadeau fourni par un ensemble venu de Roumanie qui lui, ne se ballade pas avec un bandeau sur les yeux et des boules Quiès dans les oreilles. Mais peut-être avez-vous entendu parler d’eux à l’occasion de la sortie de leur premier effort. Leur nom ? UCIGAN. Et ils viennent de Bucarest, pas de Brest.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce quintette (Andrei Ionuț – basse, Bogdan Păvăloi – chant, Călin Răduță – guitare, Răzvan Răduță – batterie et Florin Alexandru – batterie) n’est pas gai, mais alors vraiment pas. Venant d’horizons et de formations divers (on trouve dans le line-up des membres ou ex de MEDIOCRACY, TRAGIC, CAP DE CRANIU, H8, HANG HIMSANATOCHIO, GRUI SANGER, entre autres), ces musiciens se sont donc fixé le but de nous proposer un concept album en rapport avec mon petit préambule (fêtes de Noël mises à part évidemment), qui, selon leur description « parle de l’autodestruction de la terre en tant que planète et concept global. Des Dieux et de ces personnes assez stupides pour chercher des réponses auprès de leurs fausses idoles, de l’hypocrisie et de la mort. » En gros, un tableau assez réaliste de la race humaine, de ses travers, déviances, et propension à se justifier d’un inéluctable comme argument en impasse de la crise dans laquelle notre espèce se plonge d’elle-même. Une issue que personne ne peut éviter ? Si, mais malheureusement, nous sommes trop volontiers concentrés sur notre propre mètre-carré de bien-être pour nous préoccuper du sort d’une planète qui vit peut-être ses derniers instants. Et quel meilleur choix comme bande-son pour illustrer cette catastrophe programmée, qu’un gigantesque Hardcore lourd et pesant, louchant sur un Sludgecore vraiment haineux, à tendance Crust, Doom, et tout ce que l’extrême peut proposer comme excroissances bâtardes et bruyantes ? Rien, j’en conviens, mais admettons quand même que les originaires de Bucarest n’ont pas fait les choses à moitié, et ne se sont pas contenté de reprendre des recettes déjà usées pour parvenir à leurs fins…

Doté d’une production signée Marius Costache (AVATAR, BLOODWAY, WHITE WALLS) aux studios 148, Ucigan, l’album, est beaucoup plus fin et nuancé que ce qu’il semble être au prime abord. Le quintette a eu l’intelligence de construire une véritable progression plaçant aux avant-postes les morceaux les plus cruels et épidermiques, pour mieux nous prendre à revers au fur et à mesure de l’avancée. Ainsi, dès l’imposant et écrasant « Spurcatul », l’ambiance change, devient de plus en plus épaisse et intrigante, et nous prend à la gorge de ses mélodies amères, et de sa construction en étagères. L’évidence Core ne l’est plus tant que ça, et les guitares deviennent plus biscornues, tandis que la rythmique adopte une assise de biais, pour une digression qui adopte alors des postures Post Metal assez proches d’un BM trituré et amalgamé dans un maelstrom de violence sourde, et proche des travaux d’AGALLOCH ou de CASTEVET, dans une moindre mesure. Mais ce revirement soudain ne les écarte pas forcément de la route bien tracée qu’ils avaient choisie de suivre, tout au plus représente-il une possibilité de traverse assez intéressante, aussitôt prise en défaut par un franc et massif « Pacatul », qui adapte les différentes visions dans un même contexte. On trouve alors une opposition assez fascinante entre vélocité crue et pesanteur drue, comme si le Sludge le plus maladif s’insinuait dans un organisme Post Black déjà bien anémié, filant comme un virus mutant dans des veines plantées d’aiguilles de riffs dissonants et déviants, alors même que le chant se veut de plus en plus scandé et grave. Une jolie dualité, pour une puissance non altérée, et une troisième voie pas forcément diplomatique qui pointe du doigt les fléaux de notre société. Jolie travail à souligner d’ailleurs de la part de Călin Răduță, qui extirpe des soli flamboyants et vicieux de son instrument, et qui permet à cette musique déjà farouchement personnelle d’accéder à un statut encore plus individuel.

En se plaçant en convergence de tout ce que l’underground recèle de plus abrasif, les UCIGAN agissent en poil à gratter de lucidité, et se jouent des querelles de clocher en grappillant des éléments de Crust, de Sludge, de Hardcore et de Black pour faire passer leur message, qui trouve une épiphanie de violence au travers du traumatique « Sfârșitu », qui relève le défi de la pertinence rythmique en incrustation d’originalité. Via des parties de guitares vraiment accrocheuses et une ambiance délétère, le quintette se permet de rester captivant et entraînant tout en se voulant malsain, et termine même parfois ses envolées par des passages vraiment effrayants, encore une fois emphatiques grâce aux interventions surréalistes d’un guitariste qui décidément, trouve toujours le son juste. C’est énorme, évidemment, épais, forcément, et pourtant propice à un headbanging tout à fait pertinent, ce qui n’est pas le moindre des paradoxes. Et comme tout se termine sur une dernière et gigantesque déflagration de Post Sludge encore plus massive que l’ensemble des explosions antérieures, on reste sur un sentiment de plénitude négative, un peu comme si on nous avait fait assimiler notre destin de force, en nous le plaquant sur les yeux. C’est douloureux, mais cathartique, et finalement, franc dans la démarche, comme vital dans le fond.

Avec ce second LP, les roumains d’UCIGAN frappent très fort du poing sur la table pour mettre les choses au point. Ils dénoncent une existence vouée à l’hédonisme et à l’inconscience au travers d’une œuvre aussi conséquente que différente, et portent l’extrême à ébullition, usant de motifs de guitare vraiment perturbants et envoutants, et de percussions tonitruantes. Un LP à réserver aux plus pointilleux des extrêmes, mais qui risque fort de faire date si la perfection est travaillée ultérieurement. On s’en approche de près toutefois, en restant dans un présent un peu moins sombre que nos lendemains.


Titres de l'album:

  1. Priveghiul
  2. Întunericul
  3. Blestemul
  4. Lumea Lui
  5. Spurcatul
  6. Păcatul
  7. Sfârșitu
  8. Deznodământul

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/12/2017 à 14:57
88 %    340

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.