Mach II

Steelcity

20/03/2020

Perris Records

Il y avait fort longtemps que je n’avais pas écouté un groupe américain jouant du Hard-Rock américain. Je sais, l’assertion a de quoi surprendre et faire sourire, mais c’est pourtant la vérité. Les combos louchant outre-Atlantique sont depuis quelques années européens (suédois majoritairement, mais aussi grecs ou espagnols, norvégiens ou allemands même, comme quoi…), alors tomber sur les STEELCITY fait sacrément du bien. A la base, était Mike Floros, guitariste de son état, désirant lancer un projet solo, avant que le dit projet n’évolue et se transforme en quelque chose de plus collectif dans sa Californie chérie. C’est ainsi qu’il embarqua dans son concept le chanteur Bryan Cole, mais aussi Jason Cornwell à la basse, BJ Zampa à la batterie et Tony Stahl aux claviers, et c’est ainsi constituée que la bande lâcha sur le marché le plutôt bon Fortress en 2018. Depuis, le quintet a procédé à un petit ajustement, remplaçant son vocaliste d’origine par Roy Cathey, ex-COLD SWEAT, et c’est sous cette forme que STEELCITY nous en revient en 2020 avec onze nouveaux morceaux dans la musette. Mach II comme son nom l’indique est donc un passage à la vitesse supérieure, ce qui n’a rien d’étonnant de la part de musiciens ayant joué avec Eric Martin, ou dans d’autres collectifs comme HOUSE OF LORDS, MIKE LEPONDS SILENT ASSASSINS, DEADRISEN, IDORA ou COLD SWEAT, et à l’écoute de ces nouvelles chansons, on comprend que les californiens ont voulu délimiter leur terrain et affirmer leur allégeance au Hard Rock du Los Angeles de tradition, celui des années 80, qui trustait les plus hautes marches du Billboard et remplissait les stades, salles et club. On sent que le souci de l’authentique a décidé de chaque détail, des riffs symptomatiques au chant si particulier, en passant par des constructions formelles, couplet puissant et refrain collant. Mais la recette marche toujours aussi bien, et en tournant les pages du calendrier à l’envers, on s’y croirait.

Nouveau chanteur, méchamment capé, nouvelle maison de disques, Perris Records, pour un deuxième LP gonflé aux entournures et sévèrement burné. Bien sûr, nous parlons-là de Hard Rock à la californienne, pas de Heavy pur jus, et pourtant il y a de l’agressivité sur ce Mach II, qui sans décoller niveau vitesse a accentué les aspects les plus accrocheurs d’un groupe qui n’en manquait déjà pas. L’accueil de Roy Cathey au micro a apporté une plus-value à l’ensemble, qui peut désormais s’appuyer sur un vocaliste au timbre puissant et aux modulations actives, et la variété des titres s’en ressent. On passe sans vergogne d’un Hard bien saignant à du mélodique caressant, sans que les instrumentistes ne cèdent à la facilité d’une guimauve électrique fondue. D’ailleurs « Hearts On Fire » est là pour le prouver en intro, avec son riff relâché, sa basse bondissante et galopante, et ses envolées vocales enflammées. Seul léger reproche à adresser à l’album, sa production, un peu légère parfois, au mixage étrange reléguant les guitares au second plan et laissant le clavier et les chœurs empiéter. Mais si ce déséquilibre est assez étrange dans les faits, il accentue le côté nostalgique de l’entreprise, nous laissant croire à un album inédit de l’époque sorti des tiroirs. Pour ne pas perdre le fil ni le chaland sur le chemin de l’hésitation, STEELCITY dresse une liste d’influences qui ont le mérite de donner des repères, et KISS, STRYPER, VAN HALEN, EUROPE, WINGER, BOSTON, BAD COMPANY, FIREHOUSE, VINNIE VINCENT INVASION, FREHLEY'S COMET, SAIGON KICK, SKID ROW, HONEYMOON SUITE de se retrouver invités aux agapes du Hard US le plus classique et clinquant. Certes, beaucoup de noms sont utilisés pour le décorum, mais certains sont valides, notamment FIREHOUSE, KISS, STRYPER et même SKID ROW pourquoi pas, même si STEELCITY n’a pas la rage de la deuxième vague de Hard-Rock US. A l’écoute de « Dead Men », on pense plutôt à un mélange de BON JOVI et de DAMN YANKEES, ce qui est un compliment pas du tout déguisé, la chanson nous draguant d’une œillade de refrain assez appuyée.

Instrumentalement, les mecs sont évidemment capables, avec des soli bien troussés et de petites trouvailles rythmiques bien amenées, mais ce sont surtout les harmonies qui nous font comprendre que les vieux briscards n’ont pas perdu le sens de la recette, ces mélodies amenées par des guitares amplifiées raisonnables et des concessions Pop tout sauf honteuses. L’album en lui-même est d’ailleurs un festival de hits qui ne se gênent pas pour piocher dans le réservoir AOR, à l’image du très scandinave « Steal Your Heart », et son intro Pomp que les nostalgiques actuels utilisent plus que de raison. Mais avec un chanteur de la trempe de Roy Cathey, tout passe, y compris les accents les plus soft, d’autant que l’arrière-plan ne s’englue jamais dans la mélasse. Alors, ça déroule comme à la parade, et les chansons, toutes des hits en puissance font admirablement bien le job, entre allusions marquées et citations à peine déguisées, et inspiration pas du tout remise au goût du jour. Mais étrangement, l’album ne sonne pas foncièrement passéiste, et ressemble plutôt à une œuvre passionnée, et à une immersion dans un style que personne n’a pu oublier, comme le démontre de façon très punchy « I Cry ». La variation du tempo permet d’apprécier des titres qui sonnent frais et gardent la pêche, et qui aurait fait un carton entre 87 et 89, à l’instar du bondissant « A Little Love ». Et s’il est certain que la voix de Roy Cathey nous aiguille parfois sur la piste de Mark Slaughter, les analogies avec le groupe du même nom sont assez présentes et nombreuses.

Accentuant parfois leurs côtés les plus soft (« Still Close to My Heart »), les membres de STEELCITY jouent donc sur tous les tableaux, et possèdent même une légère facette POISON de la fin des eighties pas forcément désagréable. Mais ils savent aussi se montrer plus incisifs, et taper dans le groove si cher à AEROSMITH et DANGEROUS TOYS (« Give It Back »), tout en laissant quelques respirations en insert (« Prayer for Love », transition courte mais mélancolique à souhait). Et même lorsque l’ambiance se tamise, l’atmosphère n’en devient pas excessivement sentimentale pour autant (« Down to One »), ce qui laisse au final une agréable impression de puissance modulée, mais effective. Belle opération donc pour STEELCITY qui avec ce second long consolide ses positions et s’assure un futur heureux dans une époque vouée à la nostalgie. Pour peu qu’elle soit pratiquée avec talent et mesure.            

                                                     

Titres de l’album :

                         01. Hearts On Fire

                         02. Dead Men

                         03. Steal Your Heart

                         04. Wasted Time

                         05. I Cry

                         06. A Little Love

                         07. Still Close to My Heart

                         08. Give It Back

                         09. Spotlight

                         10. Prayer for Love

                         11. Down to One

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/08/2020 à 18:46
80 %    412

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09

Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49

Satan

@ Orphan : Ce n'est pas du tout ce qu'a dit Yolo, là tu t'en fais le ventriloque. Après, sur le courage ou non de Nergal ça se discute en effet, mais dans ce cas-là il convient de mettre dans le lot 99% des artistes dits "blasphématoires"(...)

01/03/2021, 14:10

Simony

Ben d'ailleurs, à part de la bière et des T-Shirts, il n'y a même pas l'album en vente sur leur shop ? C'est quand même bizarre !

01/03/2021, 14:00

Orphan

@Yolo : Je te rejoins à 200%Il est facile de pietiner le christ et le catholicisme ...... pas sur qu'il ferais la même pour d'autre.A partir de la pour moi fin du débat.

01/03/2021, 12:12

Gargan

Vu aussi ce live de King Diamond sorti il y a quelques jours par Metal Blade : Songs for the Dead Live - The Fillmore in Philadelphia

28/02/2021, 19:16

Stench

Du coup, on peut écouter où, ce truc ? Même sur leur site il n'y a rien alors que moi, quand je vois qu'on parle de Gus, ça m'intéresse...

28/02/2021, 17:24

Bones

Pour les amateurs de PENTAGRAM, il existe un docu assez dur sur la vie chaotique de son leader. Il donne plutôt envie de se mettre à la camomille et aux cigarettes russes.

28/02/2021, 13:54

Satan

@ Yolo : Soit c'est de l'ignorance, soit de la bêtise... ou de l'humour sacrément mal formulé. Un petit peu comme ton orthographe en somme.

28/02/2021, 12:37

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28

Yolo

La Polognes est l'un des seuls pays respectables en Europe actuellement par ses prises de position. Point barre.

28/02/2021, 10:16

MorbidOM

Complétement d'accord avec Gargan.Simony, je te conseille la lecture de Jean-Claude Michéa (si tu as la flemme ou peu de temps on peut facilement trouver des conférences qu'il a données sur internet)Christopher Lasch ça marche aussi ma(...)

27/02/2021, 19:42