Ah ben tiens, voilà du bourrin ! Oui, je sais, c’est au moins la cinquième fois que j’utilise cette lénifiante accroche, mais à l’écoute du premier longue-durée du projet polonais TEMPLE DESECRATION, je ne vois pas quoi dire d’autre, sinon que le mystère semble planer sur ce groupe peu disert en informations. Pas de page officielle, même pas de Facebook, rien de rien, des photos promo en contrejour, histoire d’appuyer un peu plus sur le côté occulte de la chose, pour une musique finalement pas si déconstruite que ça, et assez efficace pourvu que la violence underground ne vous rebute pas. Les informations prodiguées par leur label Iron Bonehead ne permettant pas d’en savoir plus sur eux, je me garderai bien d’affirmer quoi que ce soit à leur égard, me contentant alors d’utiliser la musique pour tenter de vous en apprendre un peu plus. Fondé en 2011 du côté de Tychy, Pologne, les TEMPLE DESECRATION semblent affectionner une sorte de Crossover très cruel entre un Death viscéral et un Black des abysses, pour parvenir à susciter des émotions vraiment violentes qu’ils agencent de façon assez pertinente et intelligente. Peu diserts donc, mais aussi, peu productifs. En sept années d’existence, les trois musiciens (si j’en juge par les photos noir et blanc volontairement opaques et floutées) n’ont pris la peine de publier qu’une démo (Abhorrent Rites en 2012) et un EP (Communion Perished en 2014), avant d’enfin se lancer dans le grand bain du LP via ce terrifiant et grondant Whirlwinds of Fathomless Chaos, qui effectivement, s’ingénie à explorer les bas-fonds de l’underground de l’est, en tenant à distance bruitiste respectable ses plus immédiats suiveurs. Mais de là à pouvoir vraiment labelliser leur musique, il y a un abime que je ne franchirai pas, tant la brutalité et la gravité semblent être les deux seules composantes qu’ils acceptent et utilisent.

En se basant sur les quelques indices et comparaisons établies et disséminées par quelques sites référentiels, on pourrait comparer leur ignominie musicale à celle produite par des ensembles comme MALTHUSIAN, PROCLAMATION, TEITANBLOOD, ARKHON INFAUSTUS ou DEMONOMANCY, sans que ces balises ne soient vraiment précises. En privilégiant une approche gratuitement monolithique, les polonais choisissent de bousculer sans vraiment surprendre, et le caractère uniforme de leur première réalisation aura de quoi rebuter les plus impatients et pointilleux. Trop graves pour être rapprochés de la scène canadienne, trop méticuleux et techniques pour être apparentés à un succédané de GNAW THEIR TONGUES ou REVENGE, les TEMPLE DESECRATION semblent constamment évoluer sur la corde raide séparant le Black et le Death les plus frondeurs, et se calent sur le parti d’une rythmique inamovible, qui transforme les trois premiers morceaux en triptyque cohérent mais gluant. On se dit alors que cet amalgame putride de sonorités abyssales a trouvé sa vitesse de croisière, jusqu’à ce que l’infâme mais cathartique « Covenant » ne vienne nous extirper de notre torpeur de sa lenteur suffocante et de ses riffs putrides. Plongeant à ce moment-là dans les eaux boueuses du Death Doom à tendance processionnelle, les polonais parviennent à repousser les limites de l’horreur, en développant plus de onze minutes de torture auditive, menées de voix de démon par un vocaliste au timbre caverneux et au grain abrasif, parfait dans son rôle de maître de cérémonie. C’est évidemment repoussant, autant qu’une litanie lourde et lente peut l’être lorsqu’elle dépasse un timing raisonnable, mais il y a quelque chose de vraiment hypnotique dans cette lancinance qui séduit autant qu’elle ne révulse, un peu comme une mise en scène macabre dont on connaît l’issue, mais qui nous glace les sangs de son inéluctabilité.

Le final « Blood Offering », en dépit d’une intro parlée retombe dans les mêmes travers marqués du début de l’album, mais fait montre d’un léger désir d’évolution, à défaut de progression, en ralentissant quelque peu la cadence pour mettre l’emphase sur une ambiance délétère gentiment morbide. Les blasts reprennent finalement leurs droits, mais on sent à l’occasion de ce titre que le trio est capable de fournir les efforts nécessaires pour s’extirper de son bourrier, qui risque de le condamner à court terme à un statisme assez rebutant. Mais en se posant en trait d’union prononcé entre les origines du Death scandinave le plus froid, et une forme très larvée de BM de l’est qui paie son tribut à son homologue ricain, Whirlwinds of Fathomless Chaos n’est finalement pas un chaos si inintéressant que ça dans son absolutisme, et concrétise très bien de sa musique son intitulé. Un tourbillon de haine et de brutalité qui ne prend fin qu’avec les dernières notes évaporées, et qui sur ses dernières minutes parvient à nous entraîner dans sa spirale, en plaçant au premier plan un discours scandé d’une voix affirmée et une basse à rendre les MORTICIAN fous de jalousie, et qui nous laisse plus ou moins interrogateurs, incapables de savoir si oui ou non toute cette cruauté à une signification, ou si elle est purement gratuite. Doté d’une production qui en outre met l’accent sur les tonalités les plus sombres, ce premier LP, à défaut d’être une totale réussite est une énigme en soi, qui nous donne envie d’en savoir un peu plus, sans être vraiment certain de le vouloir vraiment. Un exutoire, une Némésis, une catharsis, à vous de voir, mais un disque qui ne laissera pas grand monde indifférent.


Titres de l'album:

  1. Nameless Hordes
  2. Entering the Void
  3. Dominion of Darkness
  4. Covenant
  5. Blood Offering

Soundcloud album


par mortne2001 le 05/07/2018 à 18:13
72 %    159

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Moi qui pensais que ça s'appelait le "Glam" ce truc...


Quand est-ce que toutes ces minorités vont arrêter d'emmerder la majorité ?...


C'est exactement ça, Jus : on a le droit de ne pas être d'accord avec cette pratique, mais annuler un concert de metal n'empêchera rien. Heureux de voir que les lyonnais ont leur date maintenue, nous n'avons pas eu cette chance à Marseille.


Annuler ce concert n’arrêtera jamais cette pratique. Je ne défends pas ce massacre hein, mais voila, un concert de TYR en moins ne changerait rien à ça.
Et puis comme sous entendu au dessus je ne supporte pas la "censure", ce n'est jamais une solution valable. Ce n'est pas parce que tu (...)


@MorbidOM :
Les arguments se valent, le problème vient surtout en mon sens du fait de la contradiction formelle de tout ce qui est avancé (cf. ma vanne) et qu'en définitive, toute la dialectique employée ici pour justifier du maintien du concert est celle d'un omnivore pur et dur.
Et(...)


Je suis assez surpris que cette réponse puisse être considérée "intelligente, mesurée et qui prend du recul".

Pour moi c'est un mélange de déculpabilisation sur fond de moralisme bon marché (mais nous on est vegans) de relativisme adolescent (nos bœufs abattus "dans des conditi(...)


1) Malgré tout le désamour que je puisse avoir pour le nouveau diktat vegan, je confirme totalement ce que disent mes deux coreligionnaires du dessus.
2) Je ne savais pas que l'abréviation de ce bazar était "le Grind"...
Que dire de plus hé hé hé !
3) Et juste parce que je s(...)


réponse bien argumentée, +1 jus...


Une réponse intelligente, mesurée et qui prend du recul. Ça fait pas de mal par les temps qui courent...


Je ne peux que confirmer ce que tu nous contes là mon bon Simony :
- DISFUNERAL = AUTOPSY.
- Jamais vu le No Man's Land aussi échaudé.
- Moi aussi j'ai craint un peu pour notre sécurité quand ils ont voulu se la jouer RAMMSTEIN.

PS : Point de détail : DESTRUKT e(...)


Tant mieux alors !!!


Ouais franchement j'ai pris une bonne claque avec ce groupe !


Indian Nightmare c'est juste terrible. C'est exactement ce que j'ai en tête quand on me dit Metal Old-school. Ça sent Satan, la liche et la crasse. Excellent ce groupe.


Le Entombed classique ! Pas le AD !


Entombed ou Entombed AD ???


Super nom.
Super groupe.
Superbes albums.
Superbes covers.
Rien à redire quoi...


Intéressant à lire et bonne découverte de label


vivement les autres interviews! chouette idée!


"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des me(...)


kingdoms est pourtqnt excellent