Ah ben tiens, voilà du bourrin ! Oui, je sais, c’est au moins la cinquième fois que j’utilise cette lénifiante accroche, mais à l’écoute du premier longue-durée du projet polonais TEMPLE DESECRATION, je ne vois pas quoi dire d’autre, sinon que le mystère semble planer sur ce groupe peu disert en informations. Pas de page officielle, même pas de Facebook, rien de rien, des photos promo en contrejour, histoire d’appuyer un peu plus sur le côté occulte de la chose, pour une musique finalement pas si déconstruite que ça, et assez efficace pourvu que la violence underground ne vous rebute pas. Les informations prodiguées par leur label Iron Bonehead ne permettant pas d’en savoir plus sur eux, je me garderai bien d’affirmer quoi que ce soit à leur égard, me contentant alors d’utiliser la musique pour tenter de vous en apprendre un peu plus. Fondé en 2011 du côté de Tychy, Pologne, les TEMPLE DESECRATION semblent affectionner une sorte de Crossover très cruel entre un Death viscéral et un Black des abysses, pour parvenir à susciter des émotions vraiment violentes qu’ils agencent de façon assez pertinente et intelligente. Peu diserts donc, mais aussi, peu productifs. En sept années d’existence, les trois musiciens (si j’en juge par les photos noir et blanc volontairement opaques et floutées) n’ont pris la peine de publier qu’une démo (Abhorrent Rites en 2012) et un EP (Communion Perished en 2014), avant d’enfin se lancer dans le grand bain du LP via ce terrifiant et grondant Whirlwinds of Fathomless Chaos, qui effectivement, s’ingénie à explorer les bas-fonds de l’underground de l’est, en tenant à distance bruitiste respectable ses plus immédiats suiveurs. Mais de là à pouvoir vraiment labelliser leur musique, il y a un abime que je ne franchirai pas, tant la brutalité et la gravité semblent être les deux seules composantes qu’ils acceptent et utilisent.

En se basant sur les quelques indices et comparaisons établies et disséminées par quelques sites référentiels, on pourrait comparer leur ignominie musicale à celle produite par des ensembles comme MALTHUSIAN, PROCLAMATION, TEITANBLOOD, ARKHON INFAUSTUS ou DEMONOMANCY, sans que ces balises ne soient vraiment précises. En privilégiant une approche gratuitement monolithique, les polonais choisissent de bousculer sans vraiment surprendre, et le caractère uniforme de leur première réalisation aura de quoi rebuter les plus impatients et pointilleux. Trop graves pour être rapprochés de la scène canadienne, trop méticuleux et techniques pour être apparentés à un succédané de GNAW THEIR TONGUES ou REVENGE, les TEMPLE DESECRATION semblent constamment évoluer sur la corde raide séparant le Black et le Death les plus frondeurs, et se calent sur le parti d’une rythmique inamovible, qui transforme les trois premiers morceaux en triptyque cohérent mais gluant. On se dit alors que cet amalgame putride de sonorités abyssales a trouvé sa vitesse de croisière, jusqu’à ce que l’infâme mais cathartique « Covenant » ne vienne nous extirper de notre torpeur de sa lenteur suffocante et de ses riffs putrides. Plongeant à ce moment-là dans les eaux boueuses du Death Doom à tendance processionnelle, les polonais parviennent à repousser les limites de l’horreur, en développant plus de onze minutes de torture auditive, menées de voix de démon par un vocaliste au timbre caverneux et au grain abrasif, parfait dans son rôle de maître de cérémonie. C’est évidemment repoussant, autant qu’une litanie lourde et lente peut l’être lorsqu’elle dépasse un timing raisonnable, mais il y a quelque chose de vraiment hypnotique dans cette lancinance qui séduit autant qu’elle ne révulse, un peu comme une mise en scène macabre dont on connaît l’issue, mais qui nous glace les sangs de son inéluctabilité.

Le final « Blood Offering », en dépit d’une intro parlée retombe dans les mêmes travers marqués du début de l’album, mais fait montre d’un léger désir d’évolution, à défaut de progression, en ralentissant quelque peu la cadence pour mettre l’emphase sur une ambiance délétère gentiment morbide. Les blasts reprennent finalement leurs droits, mais on sent à l’occasion de ce titre que le trio est capable de fournir les efforts nécessaires pour s’extirper de son bourrier, qui risque de le condamner à court terme à un statisme assez rebutant. Mais en se posant en trait d’union prononcé entre les origines du Death scandinave le plus froid, et une forme très larvée de BM de l’est qui paie son tribut à son homologue ricain, Whirlwinds of Fathomless Chaos n’est finalement pas un chaos si inintéressant que ça dans son absolutisme, et concrétise très bien de sa musique son intitulé. Un tourbillon de haine et de brutalité qui ne prend fin qu’avec les dernières notes évaporées, et qui sur ses dernières minutes parvient à nous entraîner dans sa spirale, en plaçant au premier plan un discours scandé d’une voix affirmée et une basse à rendre les MORTICIAN fous de jalousie, et qui nous laisse plus ou moins interrogateurs, incapables de savoir si oui ou non toute cette cruauté à une signification, ou si elle est purement gratuite. Doté d’une production qui en outre met l’accent sur les tonalités les plus sombres, ce premier LP, à défaut d’être une totale réussite est une énigme en soi, qui nous donne envie d’en savoir un peu plus, sans être vraiment certain de le vouloir vraiment. Un exutoire, une Némésis, une catharsis, à vous de voir, mais un disque qui ne laissera pas grand monde indifférent.


Titres de l'album:

  1. Nameless Hordes
  2. Entering the Void
  3. Dominion of Darkness
  4. Covenant
  5. Blood Offering

Soundcloud album


par mortne2001 le 05/07/2018 à 18:13
72 %    283

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Gutalax + Spasm + Guineapig

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)