Il parait que les légendes ne meurent jamais. C’est probable, mais certaines sont comme les étoiles et pâlissent avec le temps, au point de ne plus représenter un jour qu’une faible lueur dans le passé du ciel…A qui d’entretenir la flamme dès lors ? Aux fans, nostalgiques d’un avant qui n’entraîne plus forcément d’après ? Aux légendes elles-mêmes qui se doivent de retrouver une brillance que le temps leur avait enlevée, avec des raisons valables ? Cette seconde option semble être la bonne, replacée dans son contexte et appliquée avec acuité dans un cas très précis. Et quelle autre légende que celle de TERRORIZER pour justifier d’un Death/Grind qui fut un temps, représentait un pinacle de création pour tous les amoureux d’abominations de la terre ? Avouez-le, World Downfall fut loin d’être une chute il y a trente ans, mais bien une montée en flèche vers les paradis de la brutalité, dont tous les fans de cruauté instrumentale eurent beaucoup de mal à se remettre. Après quelques démos et une mise en jambes, cet all-star-cast nous avait pondu un véritable manifeste de méchanceté underground, avec en son sein des figures essentielles de la scène extrême US, dont deux MORBID ANGEL, un NAUSEA et un NAPALM DEATH, alors en goguette, et tellement naïfs quant à la portée maximale de leur œuvre. Ce qui devait être considéré comme un one-shot avait plus ou moins emprunté les mêmes routes que la private joke S.O.D, et avait remis le couvert « quelques » années plus tard, pour un Darker Days Ahead de sinistre mémoire…Nul n’a pu oublier la monstruosité de cette trahison qui voyait Sandoval et Pintado se fourvoyer en compagnie d’Anthony Rezhawk et Tony Norman dans une parodie de leur propre culte, multipliant les erreurs d’appréciation, et signant l’un des manifestes de renonciation les plus atterrants de la création. En 2012, le très moyen Hordes of Zombies avait plus ou moins essayé de revenir à une musique foncièrement brutale, sinon créative, mais las, une fois encore, Pete s’emmêlait les pédales, lui qui les maniaient justement comme personne.

Dès lors, qu’attendre du quatrième LP d’un navire à la dérive, que rien ne semblait pouvoir faire échapper aux récifs de l’oubli sur lesquels il fonçait depuis sa remise à flot en 2006 ? Pas grand-chose, puisque tout semblait indiquer que le projet se condamnait de lui-même à un triste naufrage que ses musiciens ne méritaient pas forcément. Mais c’était sans compter sur la superbe du plus grand batteur du Metal extrême, qui enfin remis à neuf et débarrassé (définitivement ?) de son poids mort MORBID ANGEL allait enfin nous pondre une œuvre digne de son gigantesque talent de percussionniste, sans pour autant atteindre les cimes autrefois foulées des blasts de World Downfall ou Altars of Madness. Car le TERRORIZER de 2018 n’est pas celui d’il y a trente ans, encore moins le MORBID ANGEL de la même époque, mais il se présente via ce quatrième LP Caustic Attack sous un jour nouveau, et plus éclairé. En partageant le devant de la scène avec son propre génie, mais aussi en accordant à ses lieutenants fameux des pouvoirs presque illimités, Pete a enfin renoué avec la recette qui a fait son succès et établi son pedigree, et nous balance sans arrière-pensée un véritable album de Death Grind de première qualité. Libéré de ses obligations sataniques de son ancien combo, le batteur aux quatre bras peut enfin se concentrer sur ce side-project, qui à en croire ses dires n’en est plus un. En s’associant à deux autres faciès bien connus de la scène extrême, Sam Molina (basse/chant, MONSTROSITY) et Lee Harrison (guitare, MONSTROSITY mais aussi une démo avec les fabuleux MALEVOLENT CREATION ainsi qu’un projet partagé avec Midnight de CRIMSON GLORY, jusqu’à la mort de ce dernier), Sandoval a fait le bon choix et a libéré son potentiel créatif, permettant à ses deux seconds de hisser leur potentiel au niveau du sien, pour lui offrir l’écrin indispensable à son jeu stratosphérique. Mais il convient de présenter les choses en toute honnêteté, et affirmer avant de tromper que le TERRORIZER d’aujourd’hui est un TERRORIZER nouveau, presque à mi-chemin parfois des groupes qu’il incarne directement ou implicitement, adoptant la puissance du dernier MORBID pour l’insuffler dans des compositions où le Grind domine. Nous faisons donc face à un travail de longue haleine, beaucoup plus construit que n’ont pu l’être les anciens efforts du combo, et qui distille la violence comme théorie essentielle d’un carnage annoncé.

Et autant le dire, Pete joue comme jamais, à tel point qu’on en vient à se demander si son opération globale du dos n’a pas donné naissance à un double maléfique, genre Alien meets Doppelgänger, tant le batteur fou l’est encore plus, et démontre une fois pour toutes qu’il domine de la tête et des épaules la caste des frappeurs historiques et surnaturels. Multipliant les attaques de toms, accumulant les petites trouvailles d’arrangements tout en finesse, cavalant à une vitesse hallucinante, Pete redore son blason et récupère sa couronne, semblant même n’avoir jamais connu le moindre petit problème de santé. Mais au sein d’un groupe ultime, un batteur n’est rien sans une solide équipe pour lui dérouler un tapis de riffs lui laissant toute latitude d’expression, et saluons donc le travail incroyable fourni par Lee Harrison qui accumule les déliés, les syncopes, traquant la gravité pour débusquer la mélodie, et réfutant tout précepte d’envolée solo pour respecter l’esprit originel de son groupe d’adoption. Inutile donc d’espérer autre chose qu’un Grind épais à tendance mortifère ici, et si l’absence de surprise stylistique pourra choquer, elle sera vite atténuée par une qualité d’ensemble qui laisse songeur, même si quelques erreurs atténueront l’appréciation globale. Car si Sam assure en tentant de suivre le rythme infernal imposé par son leader, il manque encore un peu de versatilité vocale, ayant tendance à racler sa gorge plus que de raison, sombrant parfois dans la linéarité d’un Death US un peu trop connoté. Mais après avoir encaissé le choc frontal de l’ouverture « Turbulence », inutile de tourner autour du pot. TERRORIZER est de retour des enfers, avec quelques comptes à régler.

De là, tout déroule, méchamment, et comme pour bien mettre les poings sur les gueules, le trio emballe l’entame de l’album de trois compos lapidaires, que la production de Jason Suecof (DEICIDE, ALL THAT REMAINS, KATAKLYSM, BATTLECROSS) met admirablement bien en relief. Son profond mais clair, batterie évidemment mise en avant mais pas au détriment d’une basse dont on peut saisir les boucles, guitare tranchante qui découpe tous azimuts, le massacre est effectif, et surtout, très intelligent. Car le groupe réunifié a pris grand soin de ne pas chercher à coller à la réalité d’un premier LP trop culte pour être égalé, et a parsemé son boulot de morceaux plus conséquents et plus Death, à l’instar du déjà fameux « Crisis », que MONSTROSITY et MORBID ANGEL auraient pu placer sur leur propre CV. Mid tempo agressif, à l’ambiance plombée, et véritable métaphore sur le regain d’appétit de Sandoval, ce titre est un modèle du genre, et certainement un signe avant-coureur de la nouvelle direction à suivre. Mais il est loin d’être un cas isolé, puisque la suite « Infiltration » (Crust en diable), « The Downtrodden » (glauque) et « Trench of Corruption » assure une assise putride à l’ensemble, et achève de transformer ce Caustic Attack en attaque létale. Pas de baisse de régime, une ouverture assez peu coutumière, et une déflagration énorme qui si elle ne parvient pas à redonner à TERRORIZER son envergure d’antan, lui permet d’occuper un avant-poste depuis longtemps abandonné. Et « Wasteland » en clôture d’observer le champ de ruines laissé par un Sandoval au sommet de son art, enfin conscient de son propre potentiel, mais suffisamment lucide pour comprendre qu’il lui reste des choses à prouver. Alors non, les légendes ne meurent jamais vraiment. Elles restent tapies dans l’ombre, pansant leurs plaies, pour mieux bondir au moment où on les pense à l’agonie. Et nous terroriser de nouveau, plus féroces que jamais.       


Titres de l'album :

                         1.Turbulence

                         2.Invasion     

                         3.Conflict and Despair        

                         4.Devastate   

                         5.Crisis          

                         6.Infiltration 

                         7.The Downtrodden

                         8.Trench of Corruption      

                         9.Sharp Knives        

                         10.Failed Assassin    

                         11.Caustic Attack     

                         12.Poison Gas Tsunami       

                         13.Terror Cycles      

                         14.Wasteland

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 28/10/2018 à 14:44
80 %    446

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Nubowsky
@77.136.16.57
29/10/2018 à 23:25:16
Une « merveille « ...

RBD
membre enregistré
31/10/2018 à 23:29:33
Dès la première écoute on comprend que c'est le petit miracle auquel, moi, je ne croyais plus. Terrorizer retrouve enfin un son présentable, une guitare propre et un mixage équilibré. Cela suffit pour en faire le meilleur depuis.... "World Downfall" donc. On va y revenir avec plaisir, c'est inespéré.

Ajouter un commentaire


Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?


Je suis fan de ce mag' pour plusieurs raisons, même si je reconnais le côté soft de bien des groupes et un certain penchant virant parfois à l'obsession pour AC/DC (que je n'aime pas particulièrement).

Mais pour peu qu'on ne soit pas un die hard de Metal Extrême (y a Metallian pou(...)