La reprise après la trêve des fêtes est plus ou moins longue selon les années. Cette fois, ce sera par une affiche purement française, assez homogène, que sera égayée ce dimanche soir froid et pluvieux dans cette bonne vieille Secret Place, aussi indémontable que son pilier central.


GEOSTYGMA avait déjà bien entamé son set quand j'arrivai. Avec un membre de la tête d'affiche comme co-guitariste, les cinq Yvelinois envoyaient sans timidité un Death brutal et groovy de niveau débutant plein d'envie, cherchant à varier les plans sans s'égarer et osant ainsi un riff final complexe syncopé et ralenti, totalement dans le premier style de Gojira, pour achever un titre. Hélas au-delà d'une production franchement basique desservant une interprétation acceptable dans l'ensemble le mixage mettait la basse trop en avant au détriment de l'une des guitares et peut-être aussi du growl, assez naturel. Un très vieux long titre de Dying Fetus était déterré pour se couler à l'aise dans l'ensemble, avant un titre final à eux. Il y a une bonne marge de progression pour un groupe qui a encore toute sa carrière devant lui et se place dans un style que j'apprécie particulièrement.


L'affluence moyenne était dans la fourchette prévisible, malgré un prix plus que raisonnable. Il y avait du merch', mais j'ai privilégié les retrouvailles avec les habitués pour échanger des dates et des souvenirs.


En s'installant, les Avignonais de CEILD, font un peu Black Indus à la Wheelfall avec leurs tenues noires sobres et leurs bannières tout aussi noires à lune blanche. Leur Metal strictement instrumental joué à quatre ne s'avérait pas si extrême, cependant. Il est plus accrocheur et atmosphérique, avec un son équilibré, propre où les toms roulent très fréquemment. Le groupe compensait l'absence d'expression vocale par une agitation sans simagrées, dans une froide lumière bleue. On pensait évidemment à feu leurs compatriotes comtadins de Mudbath dans la démarche, à un Psygnosis moins cérébral ou un Hypno5e plus lourd qui limiterait les notes claires à quelques breaks ou finaux cristallins. Malheureusement la tour d'enceintes à droite de la scène lâcha en cours de set, sans l'interrompre, gâchant le plaisir par une réparation un peu laborieuse. Comme toujours avec ce style de groupe instrumental ménageant le groove et l'atmosphérique, la sauce prit à mesure et emballa patiemment, titre après titre et plan après plan, le public resté au chaud. Là encore Ceild a encore tout un chantier devant eux pour se faire connaître, mais je pense qu'ils pourraient intéresser pas mal d'auditeurs aux profils différents.


Je connaissais déjà les Bordelais d'EXOCRINE qui évoluent dans mes terrains de prédilection et j'étais curieux de voir ce qu'ils donnaient sur scène. Les dégaines et le son ne laissent aucun doute aux innocents : il s'agit clairement de Death Metal, mais exactement dans le style technique et dans sa direction la plus moderne, avec beaucoup de ponts et solos en moulinets, de passages plus planants et de grosses syncopes brutales et parfois deux de ces éléments ensemble. Sagement, aucune concession hasardeuse au chant clair n'est tentée. Si l'ombre de Gorod recouvre fatalement ce collectif encore assez nouveau (cela doit être lourd par moments, en venant de la même ville), j'ai songé aussi à Beneath the Massacre ou the Faceless – référence certes soufflée par le t-shirt de l'un des guitaristes. Les solos de l'autre guitare, un drôle de petit modèle étêté, rappelaient Nocturnus ou Mithras, surtout quand ils étaient posés sur l'un de ces tempos plus planants avec parfois un petit sample vaguement cosmique comme faisait Mike Browning en son temps. Cependant le riffing penchait souvent vers des structures non euclidiennes. Mis bout à bout avec tout le reste, il devenait ainsi incontestable que s'ils ont clairement choisi de faire du Death technique, ils écoutent aussi beaucoup de Djent et cela déteint fortement sur l'écriture des morceaux les plus anciens du répertoire. Ils essayèrent bien de nous faire pogoter, mais le froid était trop dissuasif et je ne crois pas non plus que le style pousse tellement à plus qu'un gigotement partiellement headbangué en suivant des plans relativement complexes.


Longtemps j'ai considéré PITBULLS IN THE NURSERY comme les Coprofago français, leur mixture entre Death technique et influence de Meshuggah étant très apparentée. Pour autant, je n'avais encore jamais vu un groupe de Metal s'installer avec un sitar pour les morceaux du début de set. Ces premiers titres y prenaient évidemment une sonorité tout à fait particulière, le contrepoint de cet instrument indien sur les riffs de plomb déstructurés et le chant crié donnait un mélange tout à fait original, exotique peut-être mais surtout pionnier. Cela exige une interprétation carrée et malgré de multiples galères qui font que le groupe n'a pas – encore – eu la reconnaissance que son ancienneté justifierait, ils ont la maîtrise à la hauteur de leurs ambitions. Après quelques titres sous cette formation, le joueur de sitar rangea son jouet pour prendre une seconde guitare et ramener le débat à des termes plus classiques. Hélas là encore, le micro du chant lâcha peu après entraînant avec lui l'ensemble du dispositif, obligeant le groupe à meubler le temps de résoudre la panne par quelques mesures de bossa nova, trahissant au passage le type d'influences transgressives que l'on rencontre fréquemment chez beaucoup de projet de ce genre. Cette seconde partie de set déroula une suite de morceaux plus proches d'un Death technique aux influences Jazz à la Atheist ou Martyr, sur un chant façon vieux Voïvod. Mais les riffs brisés, l'accordage et le chant rappelaient bien assez les fous Suédois pour ne pas rompre les étiquettes. Comme on avait commencé assez tôt, le retard causé par les pannes n'interdirent pas un petit rappel d'un titre.


Les conditions climatiques ne poussaient pas à prolonger indéfiniment une soirée pourtant sympathique. Prochainement, il faudra se déplacer plus loin que ça.



par RBD le 25/01/2019 à 08:17
   265

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


ben
@5.51.198.62
01/02/2019 à 04:35:39
LE REPORT DU MEC QUI MANGE SA BITE

grinder92
membre enregistré
01/02/2019 à 09:54:16
Quel chanceux ! Mais il doit être très souple !

Ajouter un commentaire


Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Cruella

Metal Revenge

Northtale

Welcome To Paradise

Mutilate

Contagium

Volt

The Grand Deception

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes


1) ManOfShadows + 1 !
2) C'est quoi "la résidence" ?


Bonne nouvelle. Je n'attendais pas un nouvel album de leur part si tôt.


J'ai eu peur ! En lisant les deux premières lignes et en voyant la photo, c'est mon cœur qui a faillit s’arrêter de battre. Murphy est un vocaliste unique et légendaire. Bon courage et bon rétablissement à lui.


C’est pas trop tot


Pas un petit passage par chez nous, dommage...


A noter qu'il s'agit d'un EP (5 titres) et non du 3ème album des chiliens à proprement parler.


Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.


Ouch... je n'ai écouté qu'un seul morceau et pourtant je suis sur les rotules. C'est d'une intensité rare. Cathartique. Quand elle hurle, on a juste envie de hurler avec elle, encore plus fort pour... je ne sais pas vraiment en fait ! Tout bonnement impressionnant. Et éprouvant !
Merci mec(...)


Enjoy The Violence !