En m’attelant à la chronique de Permanent Exile il y a deux ans, je ne m’attendais pas à recevoir une telle charge dans la face. Bon, certes, je l’avais bien méritée, puisque je n’avais pris aucun gant pour en aborder le contenant, alors même que l’underground s’agitait déjà des soubresauts de cette bande de coreux bien vénères, qui finalement n’en étaient pas vraiment. J’avais même labellisé les RED DEATH « Punk Hardcore », dans un accès de facilité, alors même que le Crossover était leur tasse de thé. Pardonnez l’outrage, mais avec le nombre de combos que je vois défiler, l’erreur reste humaine et le skate décroché. Pourtant, les originaires de Washington D.C ne cachaient en rien leur jeu, assemblé des cartes maîtresses des GANG GREEN, des AGNOSTIC FRONT et autres MUNICIPAL WASTE, le tout dilué dans un vieux fut radioactif de terrain vague un peu oublié. Depuis, les petits malins ont fait leur chemin, abondamment tourné comme tout groupe de terrain qui se respecte et apprend à partager, et ils nous en reviennent donc avec un second LP, qui se permet de toiser le premier avec une morgue affichée.

Mieux ? Oui, parce que plus concis, plus métallique et rentre-dedans, mais toujours débordant de nuances et de riffs redondants. C’est même devenu leur spécialité, et lorsque mes oreilles médusées sont entrées en contact avec l’aplatissant « Usurped », j’ai failli en perdre mon dentier. Rendez-vous compte, un riff à rendre Rocky George mort de honte de ne pas y avoir pensé, et de ne pas avoir tricoté avec les MORTAL SIN pour épaissir ses idées, déjà bien fournies. La Mort Rouge avait donc encore frappé, un uppercut en plein pif, pour se replacer sous les tunnels de pipelines en détresse qui semblent appeler au secours sans vraiment le revendiquer. Les enfants de la génération X seraient-ils moins désabusés qu’on ne le pensait ?

Pour sûr, et pas vraiment enclins à baisser les armes pour prendre un boulot honnête, et promener le chien sous les arbres.

La recette pourtant, n’a pas vraiment changé. Le quintette (DHD – chant, Ace & Alfredo – guitares, Robin – basse et Connor – batterie) sont toujours adeptes de la radicalisation brève, et nous abreuvent de morceaux qui ne perdent pas de temps à convaincre de leurs rythmiques pilonnées et de leurs guitares inspirées. Tout ça joue vite, évidemment, mais contrôlé, pour ne pas tutoyer un Speedcore/Thrashcore hors contexte et pas assez fouillé. Ici, c’est le Thrash à tendance Hardcore qui se veut énervé, et qui l’est, tout en louchant vers une musicalité à rendre les EXCEL pas si excellents que ça dans leur domaine. A ce titre, Formidable Darkness est plutôt une formidable lumière qui met sous les étoiles la scène de Washington, toujours attachée à cet underground qu’elle ne semble pas vouloir quitter. Elle a pourtant les arguments pour faire chuter les cadors, ceux qui se reposent sur leurs lauriers, et qui risquent de s’en prendre une bonne en headbanguant sur des hits fatals comme « Archangel Void », ridiculisant tous les groupes Crust et D-beat, sans se départir de ses envies Crossover juxtaposant MOTORHEAD a VENOM, et LUDICHRIST à DISCHARGE. Ici, c’est le Metal qui fait loi, et le Hardcore qui fait foi, street aware comme toujours, et arpentant les rues la mine patibulaire, mais le sourire en coin.  

Et c’est évidemment jouissif, parce que c’est puissant, mais aussi parce que c’est intelligent. Au lieu de charger comme des éléphants, les américains jouent à l’avenant, et tergiversent sans hésiter entre Heavy flagrant, Thrash mordant, et Hardcore fulgurant. Et lorsque le duo de guitaristes plombe l’ambiance, c’est pour mieux la relever, comme en témoignent les trois minutes et vingt-six secondes de gloire de « Parasite’s Paradise », le tube que les SUICIDAL ne sont jamais parvenus à composer. Un thème qui prend à la gorge, et un beat un peu pataud mais costaud qui vous ramène dare-dare vers le paletot des héros d’années 80 en tripot, de ces clubs qui transpiraient une fois l’heure légale passée, et qui vous permettaient de reprendre votre souffle sur le béton d’un trottoir bondé. Et puis ces accélérations en chien de fusil qui vous laissent au tapis, K.O pour le compte, qui est bon, et qui transpire d’un Thrash vraiment canon (« Slashed To Bits »). En gros, la quintessence de la violence, mais celle qui est fun, rapide, et qui ne laisse pas orphelin pour tout compte de BMP un peu trop fournis. Ici, l’engagement est total, mais déraisonnable dans la raison, et même lorsque la montre ne compte plus les tours, le ton est Heavy et béton, à l’image de ce compact « Vagabond (Wondering & Roving) », qui démontre que le Metal et le Hardcore savent encore marcher poing dans la main, pour s’assurer de virils lendemains.

Permanent Exile n’était donc qu’un premier jet, certes presque parfait, mais qui recelait encore de petites erreurs de jeunesse, qu’on assimilait à de la naïveté pas forcément mal placée. Cette naïveté a laissé la place à des certitudes Core, qui nous emballent encore et encore, via des mises en place comme « Formidable Darkness », cette intro preste, qui roule une pelle au Punk le plus basse en avant d’un Lemmy/Cronos en grands-parents qui regardent avec fierté leur engeance s’exciter et assurer. Le chant de DHD, l’un des plus convaincants du créneau survole des compositions vraiment fouillées et remuées, qui ne crachent pas sur un brin de Heavy, sans trahir la cause crossover par un coup de génie. Il suffit d’ailleurs de se pencher (mais pas trop, parce que c’est haut) sur les « Iron Willed » et « Restless Acts Of Madness » pour comprendre que le FLOTSAM de Doomsday For The Deceiver et le GANG GREEN de Older…Budweiser forment un couple pas si dépareillé que ça, puisque cette putain de rythmique en basse à la Newsted et ces guitares en maîtresses d’un Hardcore en détresse les unissent avant la messe. Une messe en mosh majeur, mais pas le mosh de crétins en bermuda à fleurs, non, celui des origines de D.C et de Venice, celui qui faisait encore peur à dévaler les rues à pas d’heure. Les heurts, se multiplient, mais la joie aussi, et on ressort de Formidable Darkness pas forcément grandi ou muri, mais heureux d’avoir connu ça encore une fois, même un âge respectable atteint depuis de longues nuits.

RED DEATH, c’est ni plus ni moins que l’AOC de Washington D.C, comme si le temps s’était arrêté pour quelques journées. Une tradition qui valse entre Thrash, Hardcore, Crossover et qui finalement, appartient à toutes les écoles, mais surtout, diplômé de celle de la rage et du talent en nage. Une bombe qui vous explose entre les oreilles, et qui tape dans le timing parfait pour dézinguer sans pareil. Une confirmation, d’un truc qu’on savait déjà. Qu’un grand groupe est déjà là. Et qu’il compte bien rester, sans s’essuyer les pieds.


Titres de l'album:

  1. Formidable Darkness
  2. Usurped
  3. Iron Willed
  4. Archangel Void
  5. Parasite's Paradise
  6. Slahed To Bits
  7. Vagabond (Wondering & Roving)
  8. Restless Acts of Madness

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/12/2017 à 14:53
90 %    199

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Snake Bite Whisky

This Side of Hell

Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Brutality Over Belgium - South Edition III

Mold_Putrefaction / 23/03/2019
Brutal Death Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

L'un des meilleur album de Black Metal de l'histoire au coté de Bathory "Under the sign of the Black Mark", des deux premiers Emperor et de "A Blaze in the Nothern sky" de Darkthrone.


Quelqu'un sait quand le film sortira en France ?


En effet c'est sur amazon que j'avais trouvé ça.


@LeMoustre
https://www.amazon.com/Murder-Front-Row-Thrash-Epicenter/dp/1935950037


Les gars, vous savez où il se trouve encore, ce bouquin ?


Hellhammer et Manowar en même temps, la blague... N'importe quoi !


A savoir jeunes impatients que le running order du samedi sera visible demain.
Et celui de dimanche...
Bah dimanche prochain pardi.


J'avais peur que MANOWAR et KING DIAMOND se chevauche...
Bah heureusement non... ... ...
Mais c'est MANOWAR et HELLHAMMER qui jouent en même temps bordel de dieu !
Fait chier ce HELLFEST merde ! (sic)
Sinon, à partir de 17 h, la TEMPLE c'est vraiment "The place to be"...


ca a toujours été un groupe de pur black metal et aujourd'hui plus que jamais


merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)