Intéressons-nous de plus près à l’underground je vous prie, puisque telle est la mission de webzines comme le nôtre. Il faut dire que celui-ci est toujours très actif, et que les possibilités de chroniques sont infinies, à tel point qu’il serait possible d’en écrire une bonne dizaine par jour.

Mais il arrive parfois que l’actualité nous ramène vers un passé pas si lointain que ça, et surtout diablement intéressant en l’état. C’est le cas aujourd’hui avec cette fausse compilation des slovaques de DEMENTOR, qui mine de rien font figure de légende dans leur est natal, puisqu’il faut remonter jusqu’en 1988 pour trouver trace de leur naissance.

DEMENTOR fait partie de ces groupes dont le nom évoque quelque chose de tangible, sans que l’on soit forcément capable de poser une musique sur leur patronyme. Mais une fois les premières secondes d’un morceau écoulé, la mémoire nous revient, et nous replonge dans une époque de mutation, lorsque le Thrash commençait à céder sa suprématie de l’extrême à un Death de plus en plus insistant.

Le point fort des DEMENTOR n’a jamais été la constance, que ce soit au niveau de leur formation ou de leur production. Il leur aura fallu attendre quelques années avant de proposer une sortie digne de ce nom, ce qui fut fait en 1994 avec la sortie de leur premier LP, The Church Dies, distribué alors en tape par le label local Immortal Souls Productions, qui s’occupera aussi du destin du suivant, Kill The Thought On Christ en 1997.

Entre 1988 et 1994, d’innombrables problèmes de line-up feront tanguer le navire slovaque, malgré une barre fermement tenue par le capitaine René Blahušiak à la guitare, depuis parti vers d’autres horizons.

Mais je vous conseille de lire la bio fournie par leur page Facebook, qui vous en dira bien plus que les quelques lignes que je pourrais caser ici, puisque le parcours du groupe ressemble à s’y méprendre à un casse-tête qui justement nous perd dans des considérations historiques assez anecdotiques.

Tout ce qu’il faut retenir de ce puzzle complexe est que le groupe existe toujours aujourd’hui, sous une forme une fois de plus remaniée, et qu’il vous est possible de goûter à une grosse tranche de leur passé via cette réédition de deux de leurs séminaux efforts, leur premier LP officiel et leur dernière démo datant de 1993, Morbid Infection, tous deux couplés dans un même CD, disponible à mille exemplaires d’ores et déjà cultes et très recherchés.

Outre son aspect « revival » vécu, cette sortie possède un attrait indéniable. Elle permet en effet de se replonger dans les affres de la scène de l’est de la fin des années 80, en découvrant un des groupes les plus emblématiques du cru, qui proposait alors un Death Metal très basique et influencé par le Metal de la mort scandinave, sans pour autant renoncer à ses propres racines.

Si depuis le quatuor à dérivé vers un Brutal Death beaucoup plus standardisé, il pratiquait à l’époque un mélange entre l’austérité malsaine d’un AUTOPSY et la dérive maladive d’un UNLEASHED. Des guitares tranchantes aux motifs morbides, un chant grave mais intelligible, une rythmique monolithique qui parfois s’emballait de quelques blasts à la NIHILIST, pour un rendu très compact et parfois même plus technique que la moyenne des groupes du style.

Pas mal de classicisme donc, mais aussi quelques idées leur permettant d’affirmer leur personnalité, encore sous influence des standards US et Européens.

Cette réédition vous permettra donc de retrouver deux sorties sur le même CD, puisque les titres 9 à 14 se trouvaient sur la seconde démo du groupe, Morbid Infection publiée en 1993, et les morceaux 1 à 8 sur le premier LP des slovaques, The Church Dies, uniquement disponible en cassette jusqu’à présent.

C’est donc un joli cadeau que nous offrent le groupe et le label, puisque le son a été légèrement retravaillé pour permettre un transfert sur galette assez honorable.

Mais l’atmosphère de l’époque n’a pas été trahie par des impératifs modernes, ce qui permet d’apprécier toute la sauvagerie froide de ce groupe assez décalé, qui se focalisait alors sur une musique pas si unidimensionnelle que bon nombre de ses collègues, et des lyrics emprunts de haine contre toute forme de religion organisée.

Il est assez intéressant d’avoir inversé les deux sorties pour plonger plus en arrière dans le temps, et il est certain que le si le style n’a que peu évolué entre les deux, le son s’est considérablement affiné ainsi que l’approche, devenue en un an beaucoup plus subtile.

Si la démo offre un joli catalogue d’interventions barbares et saignantes, on sent déjà un potentiel certain, même si le champ d’action reste en terrain dument balisé, avec un étalage de riffs juteux et typiques, et des structures plus grossières que la progression à venir (« Predestined Future », qui fait salement penser à un MASSACRE en plus bourrin)

Le son est bien évidemment moins équilibré et très proche d’une démo de bonne qualité (ce qu’était sans conteste Morbid Infection), mais cette brutalité primale n’est pas sans charme et permet de terminer l’écoute avec le sentiment d’avoir régressé. Mais l’efficacité est indéniable (le très GRAVE « Soul Insanity »), et on sent en arrière-plan que les DEMENTOR se dirigeaient vers un Death moins simpliste et plus « agencé » (« Fate Sealed By Fool »).

The Church Dies de son côté est comme je l’ai déjà dit plus sec et souvent à cheval entre un PESTILENCE plus sommaire et un SUFFOCATION pas encore étouffé par ses propre régurgitations (« The Law Of Karma »), et laisse des compos radicales mais bien fournies faire le job, tout en versant par moments dans un Death dégoulinant sur le Gore encore un peu timide (« Discoveries Of Catastrophe »).

L’ambiance d’outre-tombe est souvent bien présente (« Darkness », et ses accès de brutalité féroces), et finalement, le tout s’écoute avec un plaisir certain, pour peu que le Death de l’époque soit encore susceptible de vous satisfaire.

Une sortie qui en tout cas vous permettra de découvrir ou redécouvrir un des acteurs mineurs de la scène des années 90, qui poursuit son chemin aujourd’hui, avec toujours cette formation soumise à de fréquents changements.

Un trip dans le passé d’une musique qui semble aujourd’hui essayer de se réinventer, mais qui va toujours puiser dans ses racines le souffle lui permettant d’aller de l’avant.

A réserver aux nostalgiques d’une époque mythique, et à la jeune génération avide de références, mêmes obscures.      


Titres de l'album:

  1. Mortal Melody
  2. The Law of Karma
  3. The Church Dies
  4. Robbed After Death
  5. Rotting God
  6. Darkness
  7. Revived For Condemnation
  8. Discoveries Of Catastrophe
  9. Morbid Infection
  10. Predestined Future
  11. Soul Insanity
  12. Altars Of Death
  13. Birth Of The Messenger Of Death
  14. Fate Sealed By Fool

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/01/2017 à 17:59
70 %    361

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...