The Cult

Crystal Viper

29/01/2021

Listenable Records

C’est en 2018 que j’ai fait connaissance avec les polonais de CRYSTAL VIPER, via leur EP At the Edge of Time. Ma prise de contact fut donc plutôt tardive, puisque le groupe de Katowice était déjà en activité depuis 2003, et avait déjà publié la bagatelle de six longue-durée aux fortunes diverses. Depuis son émergence, le combo a connu de sérieux problèmes de stabilité, puisque le line-up actuel n’est en place que depuis 2016 et l’album Queen of the Witches, la chanteuse/guitariste Marta Gabriel étant le seule membre d’origine encore aux commandes du navire. Mais il faut avouer qu’avec une telle frontwoman, la formation a de quoi voir venir depuis le début, et peu importe que ses sidekicks défilent sans interruption, puisque la chanteuse domine depuis toujours de son organe puissant la musique de son groupe. Un groupe fidèle à ses principes, qui depuis ses débuts propose une digression sur un Heavy classique et formel, tout en d’autorisant une petite touche de modernité pas forcément désagréable. Je l’avoue sans honte, At the Edge of Time ne m’avait laissé qu’une impression très mitigée, et si j’avais reconnu les qualités d’un quatuor bien en place, je regrettais d’autant plus son formalisme et son absence totale de culot. Mais depuis ces présentations, le groupe a publié un plutôt bon Tales of Fire and Ice, et c’est donc en pleine forme que nous retrouvons le quintet aujourd’hui.

The Cult allait-il me faire changer d’avis sur le caractère anecdotique de la formation polonaise ? Il semblait en avoir les armes en tout cas, et la pochette, mais encore fallait-il l’écouter plusieurs fois avant d’en être persuadé. Immédiatement, on constate que le groupe n‘a toujours pas changé son fusil d’épaule, et qu’il s’épanouit encore dans un Heavy à tendance Power des plus classiques suivant les traces de STRATOVARIUS, POWERWOLF, IRON MAIDEN et évidemment JUDAS PRIEST. Assez proche des derniers efforts studio du combo, ce huitième album fait donc la part belle à des rythmiques incisives, des riffs ne l’étant pas moins, des mélodies classiques, et des intermèdes plus nuancés incorporant même des harmonies légèrement Folk.

Ced (batterie, BLAZON STONE, CLOVEN ALTAR, LECTOR, MORTYR, PALANTIR, RUNELORD, STARBLIND (live), BREITENHOLD, ROCKA ROLLAS, ex-THE STORYTELLER, ex-STEELWING (live), ex-ANGER BURNING, ex-ÅTERFALL), Eric Juris (guitare), Błażej Grygiel (basse, ex-HEKATOMBA, ex-HELLECTRICITY, ex-JOY MACHINE, ex-EXLIBRIS, ex-SETHEIST), Andy Wave (guitare) soutiennent donc le chant de Marta Gabriel de toutes leurs forces, ce qui donne lieu à un festival de classicisme assez appréciable dans les faits. Réfutant toujours toute théorie d’évolution, CRYSTAL VIPER joue le Metal tel qu’il est pratiqué en Europe depuis les années 80, et continue son opération de séduction des masses nostalgiques. Une opération séduction de plus en plus perfectionnée, ne laissant plus place aux hésitations, et qui aujourd’hui, trouve son acmé avec ce nouvel album qui frise la perfection dans le style.

Si les fans hardcore de la première heure s’accrocheront toujours comme des tiques à la voix incroyable de Marta, les néophytes sauront reconnaître le talent de son backing band qui ne se contente pas de mouliner dans le vide. Entre le lyrisme d’un Heavy à la MAIDEN et la puissance d’un Metal à la JUDAS, le tout agrémenté d’un peu de légèreté Hard Rock, The Cult fait preuve d’un certain flair dans la versatilité, sans trahir son crédo d’origine. Passé maître dans l’art de composer des hymnes immédiats, le groupe sait mettre ses nombreuses qualités en avant, et nous pondre un standard de l’envergure de « Forgotten Land », que le MAIDEN et l’ACCEPT les plus récents auraient bien aimé accrocher à leur tableau de chasse. Si l‘instrumental ne s’aventure que très rarement hors des sentiers battus (allant jusqu’à pomper Steve Harris sur l’intro de « Asenath Waite »), le tout reste très digeste justement grâce à cette diversité de ton qui passe en revue toutes les fragrances du Metal classique des années 80. Et lorsque Marta se décide à pousser sa voix dans ses derniers retranchements, elle peut aisément rivaliser avec les Dickinson et Halford, nous remontant les burnes jusqu’aux naseaux lorsqu’elle s’envole dans les aigus.

Sans chambouler la donne, mais en se reposant sur leurs qualités naturelles, les polonais capitalisent donc sur leurs années d’expérience pour nous livrer un exercice de style ciselé mais encore assez sauvage pour impressionner. Certes, quelques morceaux traînent encore la patte, mais marchent encore sur les trois qui restent en utilisant Marta comme béquille (« The Calling », du sous-DIO un peu réchauffé), et la machine redémarre juste quand il faut pour relancer l’intérêt à la fin de l’album.

« Flaring Madness » balance donc une bonne pelletée de charbon dans la chaudière, et décolle d’un Power Metal de toute beauté, avec lyrisme exacerbé et parties vocales doublées. Avec deux guitaristes qui ne s’en laissent pas conter, et qui accumulent les tierces, les riffs velus et les soli charnus, une section rythmique à l’abattage impressionnant, et une vocaliste en pleine démonstration, CRYSTAL VIPER prouve qu’après presque vingt ans de carrière, l’envie est toujours là. Hargneux comme du RIOT, « Lost In The Dark » nous fait décoller et encaisser 3G comme à la grande époque des STRATOVARIUS et autres ANGRA, tandis que la reprise finale de KING DIAMOND, très fidèle à l’originale (et avec un featuring d’Andy LaRocque lui-même), permet à Marta de se lancer dans une imitation très crédible de la diva macabre.

The Cult va donc permettre aux polonais de grappiller quelques milliers de fans supplémentaires, et d’enfin se faire un véritable nom sur la scène européenne. J’ai retrouvé sur cet album un groupe transcendé, survolté, qui m’a enchanté, et qui peut maintenant compter sur mon soutien pour peu qu’il continue sur cette brillante lancée.

    

                                                                                          

Titres de l’album:

01. The Cult

02. Whispers From Beyond

03. Down In The Crypt

04. Sleeping Giants

05. Forgotten Land

06. Asenath Waite

07. The Calling

08. Flaring Madness

09. Lost In The Dark

10. Welcome Home (KING DIAMOND cover, ft. Andy LaRocque)


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/03/2021 à 18:08
82 %    81

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51