Sans qu’il ne représente mon style de prédilection, je n’ai foncièrement rien contre le Doom, du moment qu’il puisse rendre les gens heureux. J’y vois une certaine forme de monolithisme et de statisme qui nous renvoient aux premières tentatives de lourdeur d’un Heavy Metal naissant, même si je ne me reconnais que très difficilement dans cette accumulation de plans pachydermiques et de riffs plombés, qui semblent vouloir à tout prix faire office de gimmicks, et non d’une réelle volonté de faire progresser les choses. Le grief le plus valable et pertinent que je pourrais formuler à l’encontre des groupes s’incarnant dans ce créneau est que la plupart du temps, ils se contentent de reprendre des formules déjà largement éprouvées, sans chercher à réellement composer. Et c’est bien là que le bât blesse, puisque les fondateurs, au-delà de leur désir de mettre en forme des idées d’oppression, voulaient avant tout formaliser la puissance sans pour autant mettre l’intelligence musicale de côté. Il suffit pour cela d’écouter avec un peu plus d’attention que d’ordinaire les premiers efforts de BLACK SABBATH, de PENTAGRAM et de THE OBSESSED, et même de ST VITUS ou TROUBLE d’ailleurs, et constater alors que la pesanteur n’était qu’une conséquence et non un but, et résultait d’un son naturel que les auteurs ne cherchaient aucunement à imposer, mais qui se manifestait de lui-même. C’est ainsi que j’ai énormément apprécié le premier album des américains d’ALMS, qui avec Act One nous prouvent que cet art séculaire ne s’est pas perdu dans les limbes du temps, et que des instrumentistes sont toujours capables de faire revivre cet esprit initial sans avoir à accumuler les poncifs et développer des idées reçues.

Des chansons. Tout ça peut paraître lénifiant, puisqu’il symbolise la base même de toute création musicale, mais la problématique est plus importante qu’il n’y parait. Et celles qu’on trouve sur ce premier LP en sont, agencées comme telles, offrant des thèmes accrocheurs, des breaks intelligents, et surtout une variation, qui permet au quintette de s’éloigner des stigmates les plus prévisibles pour se concentrer sur une liberté artistique qui fait chaud au cœur et aux oreilles. Et au final, il devient difficile de rattacher le groupe a un mouvement particulier, tant il s’ingénie à ressusciter l’esprit originel du Heavy Rock du début des années 70, tout en multipliant les clins d’œil à la décennie suivante, via quelques allusions à la NWOBHM fort bien maîtrisées. Leurs références sont d’ailleurs plurielles, le SAB’ bien sûr, mais aussi WISHBONE ASH, DEEP PURPLE, les PAGAN ALTAR, et même le SCORPIONS le plus psychédélique de Lonesome Crow et des premiers délires dominés de la guitare magique d’Uli Jon Roth. Nous en venant de Baltimore, ce quintette (Andrew Harris: basse, Bob Sweeney: guitare/chant, Derrick Hans: batterie, Jess Kamen: claviers/chœurs, et Danny McDonald: guitare) s’est donc formé il y a quelques années, et s’est déjà fendu d’une démo vite repérée l’année dernière, qui a très justement attiré l’attention du label Shadow Kingdom Records. Pour l’occasion, l’écurie s’est même éloignée de ses obsessions habituelles, et nous offre donc cet Act One sous plusieurs formats, dont une splendide édition vinyle qui rend parfaitement justice au contenu qu’elle dissimule. En faisant la nique à bien des groupes revival, les américains signent donc la une entrée en matière hautement recommandable, qui use des tierces si chères à la scène anglaise de l’orée des années 80, pour mieux les intégrer à un contexte global que les THE OBSESSED se sont évertués à développer au début de leur carrière. Beaucoup de puissance évidemment, de la pesanteur, mais aussi la légèreté d’harmonies un peu amères sur les bords, parfaitement mises en valeur par le chant légèrement en retrait de Bob Sweeney, au timbre similaire à celui de Brian Ross des miraculeux SATAN, dont on retrouve ici une partie de l’inspiration, dans les plans les plus virevoltants. Une sorte de Crossover entre la magie Heavy des seventies et l’art de la repompe de la vague vintage suédoise, la sincérité en plus, le tout interprété avec une conviction qui force l’admiration, et qui retrouve même la flamboyance incandescente des échanges de soli sudistes des mid 70’s (« For Shame »).

De là, une question me taraude, et demande un minimum de réflexion, même au vu du caractère anecdotique de sa réponse. Peut-on encore affilier les ALMS au Doom, alors même que leur musique va bien plus loin qu’une simple succession de leitmotivs lourds et usants ? Je pense, après écoute attentive et répétée de leur premier album qu’il est en effet possible de trouver des points communs, mais il est tout aussi impossible d’être catégorique dans le choix des rattachements. Dans le même ordre d’idées, je me refuse à accoler l’étiquette Ô combien réductrice de « Vintage Rock » à un album qui en refuse justement toutes les pirouettes, et qui préfère se concentrer sur le fond de la musique que sur sa forme. Si le son global se veut aussi analogique qu’une vieille Yamaha PM-430 PM 430, le rendu instrumental prend en compte les incarnations passées d’années 70 qui bénéficiaient encore d’une bonne longueur de terrain à défricher, et un morceau aussi casher que « Deuces Low » parvient mieux que la plupart des combos scandinaves à la mode à recréer cette effervescence créative qui transformait les albums de l’époque en véritables manifestes d’affranchissement. Il est évident que les fans de violence et de Heavy auront du mal à y reconnaître leurs mises en terre préférées, spécialement lorsque le beat adopte une démarche enlevée, et que l’atmosphère globale se rapproche des prémices de la nouvelle vague Heavy britannique. Mais pour autant, et là aussi se cache le défi relevé avec brio par cet album, on ne trouve que très peu de traces de cette scène émergente dans les six pistes de ce premier effort, qui préfère consacrer les siens au Rock à tendance Hard d’il y a quarante ans, tout en y apportant un éclairage plus contemporain. Ce melting-pot à largement de quoi faire fondre les grands anciens, mais aussi les petits jeunes désireux de découvrir un pan de l’histoire musicale qui nous concerne tous.

Et si « Dead Water » en intro, du haut de ses sept minutes est probablement ce qu’Act One peut revendiquer de plus Doom, « Hollowed » en clôture se propose d’en prendre un certain contre-pied, en ouvrant des perspectives moins restrictives. Tout aussi Rock qu’il n’est Heavy, tout aussi lourd qu’il n’est groovy, ce premier LP des originaires de Baltimore incarne avec panache une vision moins restrictive que d’ordinaire, et pioche dans l’histoire de quoi alimenter ses fantasmes présents, sans oser des références trop prononcées, mais en assumant le fait que depuis quarante ans, tout a déjà été dit en matière de Rock amplifié. Une bonne façon de détourner des codes pour sortir du moule, et plus simplement un album qui roule et rocke, sans se poser de question, et qui transforme notre aujourd’hui en hier, avec de bonnes raisons. Et la manière.


Titres de l'album:

  1. Dead Water
  2. The Toll
  3. For Shame
  4. The Offering
  5. Deuces Low
  6. Hollowed

Facebook officiel



par mortne2001 le 23/05/2018 à 18:35
85 %    124

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Cultural Warfare

Warmageddon

Satan

Cruel Magic

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Bloodshed Festival - Jour 1

Mold_Putrefaction / 01/10/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Elder + Wo Fat + Sasquatch

18/10 : Le Glazart, Paris (75)

+ Moonreich + Schammasch

19/10 : Cellier De Clairvaux, Dijon (21)

Photo Stream

Derniers coms

Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)


J'ai l'impression que Jaime Gomez Arellano à juste trouvé le potard des médiums...


Je me souviens qu'en 2007 les mauvaises langues disaient "ça ne marchera jamais, ce sont des amateurs". Et aujourd'hui on entend (peut-être) ces mêmes mauvaises langues critiquant le fait que ça marche trop bien. Donc j'aimerais juste comprendre quel pourrait être le bon positionnement du HF al(...)


Surprenant, ce titre, j'avais gardé le souvenir d'un premier album beaucoup plus étouffant...


@La fuite de l'enfer : j'espère VRAIMENT que le Fall Of va se relever cette année, ma première visite en 2017 m'a clairement donné envie d'y retourner ! Sinon, bah c'est cool pour le HF, même si le marché noir est déjà en pleine bourre.