Age Of Tomorrow

Warhead

18/11/2016

Within The Mind Records

Il est bon de constater que les groupe surfant sur la vague de la nostalgie Thrash 80’s ne squattent pas tous la même vague, et savent aussi se partager la houle pour ne pas tous proposer les mêmes figures imposées.

Si la plupart de réclament toujours des tuyaux enfournés par les TESTAMENT, KREATOR, DESTRUCTION, SEPULTURA ou EXODUS, d’autres préfèrent les glissés plus intimistes et dont les acrobaties ont été développées par des amateurs moins éclairés par les feux de l’actualité, mais à l’équilibre plus fin et stable.

La vitesse pour la vitesse, la brutalité en tant que telle ne sont pas des leitmotivs absolus en fin de compte, et les Américains de WARHEAD sont là pour nous le rappeler, en évoquant avec panache la transition s’étant effectuée entre un Speed mordant et un Thrash saignant, mais en soulignant aussi le travail accompli par certaines équipes épiques ayant refusé de se voir enfermées dans une case un peu trop hermétiquement fermée.

Ce quatuor (Nolan Castles – guitare lead et chant, Sam Bollard – basse, David Rodriguez – guitare et Joey Doddson – batterie) se revendique 100% Speed Metal, et nous vient donc de Phoenix, Arizona, comme leurs aînés de FLOTSAM & JETSAM, avec lesquels ils partagent certainement quelques conceptions d’un Metal sautillant et délicatement grinçant, sans pour autant se rapprocher de leurs théories mises en pratique.

En mai 2013, ces pourfendeurs de Metal faisandé ont sorti leur premier album, Death Row, qui posait déjà les bases de leur style avec fermeté, avant de publier un single, « Widowmaker », qui enfonçait encore un peu plus le clou Speed dans le cercueil du revival Thrash.

Il est d’ailleurs difficile de dire si les WARHEAD jouent un Thrash modéré ou un Speed effréné, même si quelques indices laissent à penser que la seconde solution est la bonne. On peut aussi penser à un Heavy intelligemment survitaminé, qui flirterait en plus d’une occasion avec un Speed de raison, mais en fait, comme seules comptent les sensations, nous pouvons abandonner toute analyse un peu trop poussée pour nous concentrer sur cette musique assez inspirée.

Autant être franc, si Age Of Tomorrow n’a rien d’un postulat Speed définitif, il déploie des qualités indéniables, tant au niveau des compositions que de l’interprétation. Il nous renvoie de facto à l’âge d’or de la scène Californienne des années 80, lorsque les EPIDEMIC, MORDRED, FORBIDDEN et autres LÄÄZ ROCKIT tentaient de se faire une place au soleil, de leur brutalité mâtinée de finesse de ton.

Pas vraiment le versant le plus radical pour aborder l’histoire de la brutalité made in USA, mais un joli survol de la vallée Heavy/Speed/Thrash d’il y a presque trente ans, pour une visite guidée des plaines les plus ensoleillées qui chauffaient de leur soleil nos frêles épaules de metalleux affamés de décibels et de riffs à la franchise rebelle.

Mais en écoutant les pistes de ce second album des Arizoniens, plusieurs références précises ont effleuré ma conscience, celle des DEATH ANGEL étant la plus patente. En plus d’une occasion, le métissage Heavy/Speed des WARHEAD m’a évoqué un savant panaché des finesses du quintette responsable des classiques Frolic Through The Park et Act III, auxquels il emprunte ses vocables si particuliers.

La voix de Nolan rappelle d’ailleurs beaucoup les intonations ironiques et sarcastiques de Mark Osegueda, tout comme sa guitare conjuguée à celle plus rythmique de David Rodriguez tranche dans les mêmes riffs syncopés que la paire Rob Cavestany/Gus Pepa.

Et si des morceaux versatiles et ouverts comme « Blood Money » valident cette comparaison de leur up tempo mouvant et catchy, d’autres au contraire se nourrissent d’une autre matrice, beaucoup plus pointue et alambiquée dans le rendu.

L’exemple le plus probant de ce parallèle pas encore énoncé reste « IG-88 », qui nous ramène avec beaucoup d’intelligence aux exactions technico-classiques tortueuses des premiers efforts des Suisses magiques de CORONER, sans toutefois abandonner ce parti-pris Speed qui finalement est vraiment leur philosophie de base de laquelle ils ne dévient que très rarement.

Cette alliance entre une technique affinée et une volonté d’aller de l’avant sans vraiment provoquer peut aussi rappeler l’âge d’or du Techno-Thrash Allemand, débarrassé de ses prétentions les plus superfétatoires, avec en exergue des influences comme The New Machine de HOLY MOSES ou encore Deception Ignored de DEATHROW.    

Mais c’est bien le DEATH ANGEL le plus déviant que l’on retrouve sur le fabuleux et inventif «Lost Souls », amalgamé à une structure virevoltante à la DESTRUCTION, pour une efficacité optimale et originale.

Original, Age Of Tomorrow l’est sans l’être, ou tout du moins, sans vraiment l’avouer. Il utilise des codes éprouvés (riffs francs et tournoyants, rythmique incisive, chant agressif mais modulé), symptomatiques du Speed le plus classique, mais s’amuse à les détourner à intervalles réguliers, en utilisant une basse à la Newsted de Doomsday For The Deceiver, ou des breaks plus familiers de l’univers Heavy Thrash de la fin des années 80 (« Widowmaker », sorte de hit ultime qu’EXODUS aurait pu composer à l’époque d’Impact Is Imminent).

On aime parfois à se dire que le spectre d’un MOTORHEAD dopé au kérosène DEATH ANGEL plane au-dessus de morceaux comme « Pit Viper », qui virevolte de plan en plan tout en gardant une cohérence diabolique dans le fond.

Le chant atypique de Castles n’aide pas vraiment à clairement étiqueter la bande, et c’est aussi ce qui rend ce LP si intéressant. Bénéficiant d’une technique pointue qu’ils mettent au service de compositions beaucoup moins simples qu’elles n’en ont l’air, les membres de WARHEAD passent en revue tous les aspects de la scène brutale Californienne de notre adolescence, et ne laissent jamais traîner de restes sur la table.

Il est d’ailleurs possible d’avoir un résumé très concis de leur démarche en se penchant sur le dernier titre « Sacrilege », qui s’il se rapproche du combo du même nom, propose une synthèse idéale pour mieux comprendre le groupe, avide d’accélérations tempérées dont la puissance est accentuée par une succession ininterrompue de riffs malins.

Finalement, et même s’ils préfèrent se voir en tant que groupe « pur Speed », les WARHEAD démontrent avec Age Of Tomorrow qu’ils voient beaucoup plus loin que le staccato de leur main droite. En mariant très finement les entrechats d’un Speed d’époque et les associations libres du Heavy et du Thrash de la fin des eighties, ils nous font respirer un air de liberté très rafraichissant, humble dans le fond, mais fier dans la forme.

 Pas de nostalgie bon marché, mais de la passion assumée. Du talent et de l’efficacité, un regard en arrière pour avancer. Pas facile, mais enrichissant, et juste assez long pour avoir envie d’y retourner.


Titres de l'album:

  1. Quicksand
  2. Blood Money
  3. Pit Viper
  4. Age Of Tomorrow
  5. Widowmaker
  6. IG-88
  7. Lost Souls
  8. Sacrilege

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/11/2016 à 12:57
80 %    658

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

Concerts à 7 jours
Freedom Call + Primal Fear 23/09 : Machine, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
metalrunner

C est clair du Incantation pur jus mais punaise que c est bon .J adore la pochette de kantor.

20/09/2020, 17:40

Buck Dancer

A l'époque, j'étais beaucoup plus focalisé sur la scène internationale que française ( préjugé etc...) mais, à sa sortie, j'avais acheté Abject Offerings (ainsi que le" Signs of the decline" de Massacra) (...)

20/09/2020, 17:26

metalrunner

Perso ca me chier de dire cela.Mais en même temps quand tu joues a temps plein dans exodus tu es forcement influencé..Sinon pour le meilleur morceaux c est l instrumentale une tuerie(pas de chant pleurnichard et sans hargne.)Apres j ai quand même hâte de leur voir en live.

20/09/2020, 14:21

Simony

Pareil que Jus de cadavre. Découvert la scène avec NO RETURN et AGRESSOR pour ma part, LOUDBLAST dans un deuxième temps mais dans le lot, ceux qui bottent encore sérieusement des culs c'est quand même MERCYLESS. Je crois qu'on ne se rend pas bien compte de l'importance de ces mecs dans la(...)

20/09/2020, 13:47

Jus de cadavre

J'ai découvert Mercyless vraiment sur le tard de mon coté, trop jeune pour avoir connu la grande époque du Thrash Death français je ne m'étais pas vraiment intéressé à tout ça (à part Loudblast et Massacra...). Puis j'ai vu le groupe sur scène au Muscadeath il y a quelques années et la j(...)

20/09/2020, 11:47

Mandon Claude

Le dernier album est une tuerie ,merci à nos PIONNIERS du death metal made in France

20/09/2020, 11:23

La Gule

Power trip quel souvenir !

20/09/2020, 11:16

La Gule

Vivement le prochain !

20/09/2020, 11:14

La Gule

Report au top ! Merci de me transmettre ta passion depuis toutes ces années...

20/09/2020, 11:12

Arioch91

@metalrunner : "Heathen est devenu un sous Exodus." Je n'aurais pas mieux dis.

20/09/2020, 07:22

Humungus

Ton anecdote Living Monstrosity me parle drôlement : Pendant des décennies, je suis passé totalement à côté de ce groupe. A la sortie de leur première galette, j'étais pour ma part à fond dans le brutal et donc à mille lieux d'apprécier la lourdeur émotionnelle de l'album. De(...)

20/09/2020, 05:00

Zirz

Pourtant écoute après ré écoute je le trouve très bon ce 1 er dukes of the orient le rock dans les magasines on s'en tape

19/09/2020, 21:14

Gargan

Après le nautique, le doom tellurique. En plus avec une pochette qui montre un arbre et le ciel en contre plongée. M'enfin, tant que la musique est bonne, comme dirait l'autre.

19/09/2020, 20:31

Living MOnstrosity

Visionnage obligatoire ! Pour la petite anecdote : je tannais un collègue de taf récemment pour qu'il écoute ENFIN ce disque. Il était fan de Pantera dans les 90's mais était complètement passé à côté de Down. Il y a quelques jours il m'a incendié, les yeux en trous d'(...)

19/09/2020, 15:28

Simony

La photo est signée d'un Allemand, Marco Großmann, jamais entendu parlé jusque là et l'artwork est de Stephan Hünniger, le bassiste du groupe.

19/09/2020, 14:15

Buck Dancer

Joli report qui respire la passion. Dès que j'ai une heure devant moi, je me dois de regarder ce concert, je n'ai vu que deux extraits pour le moment.

19/09/2020, 13:55

RBD

Beau report, plein d'amour mais rendu consistant par une connaissance profonde du groupe, son histoire et son milieu. Il faut que je me dégage un moment pour le voir, avec tous les dvds de live que j'ai en retard aussi...

19/09/2020, 13:15

arty

Quel porridge insipide,,,

19/09/2020, 12:48

steelvore666

@saad : entièrement d'accord. Autant Surgical Steel, en dépit de deux ou trois morceaux dispensables, était très bon, autant l'inspiration semble s'être diluée depuis. Au moins, voilà un cd qui nous évite de choisir parmi la pléthore de sorties plus qu'intéressantes. A voir sur un prochain(...)

19/09/2020, 09:57

metalrunner

Le chanteur fait perdre la puissance aux morceaux .C est pour moi le gros point faible de cet album.; Dommage que lee altus ne ce soit pas impliqué plus dans l écriture vu qu il l âme du groupe..Les solos par contre sont bons mais le manque d agressivité du chant gâche souvent les morceaux..He(...)

19/09/2020, 09:57