Speak Not Of The Laudanum Quandary

Ashenspire

20/01/2017

Code666 Records

Il en va des disques comme des relations. On sait certaines difficiles, et des sentiments encore plus ardus à exprimer, sinon, à décrire…

Alors, la plupart du temps, on préfère jeter l’éponge et se contenter de les vivre, du mieux que l’on peut…le premier album des Anglais d’ASHENSPIRE est à l’image de ces relations complexes, il en a les sinuosités tortueuses, le lyrisme désespéré, et les tenants et aboutissants flous comme la vue d’un lendemain qu’on n’anticipe que dans la crainte.

Et pourtant, il est aussi lumineux qu’il n’est obscur. Des guitares, des cordes, des violons, une incarnation vocale théâtrale, une basse des seventies qui dénoue ses mystères devant vous sans que vous ne les compreniez, et pas mal de progressions qui finalement, nous ramènent au point de départ…qui n’existe pas.

Il est plus facile de ranger dans la catégorie faisandée « avant-garde » tout ce qu’on ne comprend pas ou qu’on ne peut pas caser dans une autre rubrique. Mais si un album mérite cette appellation sans prétention, c’est bien ce Speak Not Of The Laudanum Quandary, qu’on a vraiment beaucoup de mal à envisager comme premier effort tant il semble découler de nombreuses années de réflexion.

A la base, une histoire, celle de l’impérialisme Britannique, du comptoir des Indes, d’Horatio Herbert Kitchener, et ce thé pris at 5’O Clock, somewhere, in Dehli maybe…Cet impérialisme raconté par Messrs. Alasdair Dunn, Petri Simonen, Fraser Gordon et James Johnson, qui pour en illustrer le faux romantisme vraiment sanglant ont utilisé des instrumentations hors normes, piochant tour à tour dans le Black Metal, le Metal progressif, le Metal abstrait, et cette fameuse « avant-garde » dont on ne prononce le mot que du bout des lèvres.

Mais on ne peut que respecter un groupe qui en cite d’autres, comme les A FOREST OF STARS, DEVIL DOLL, DØDHEIMSGARD, VULTURE INDUSTRIES ou ALTAR OF PLAGUES pour placer les contours de sa démarche autour des légendes funestes de son propre pays. Mais précisons en amont quelques détails d’importance.

En choisissant un format très long d’une heure complète de musique pour seulement sept morceaux, les ASHENSPIRE ont pris un risque énorme, celui de se répéter à intervalles réguliers, surtout en osant des compositions dépassant en deux occurrences les dix minutes.

L’autre risque était de se fixer sur une éthique mélodique et rythmique, une philosophie d’arrangements, et de ne jamais en dévier, sous aucun prétexte. Et pourtant, aussi itératives et redondantes soient les idées étalées sur ce premier effort, aussi communs en soient les points, l’histoire se suit sans lassitude, malgré des tics d’interprétation qui envahissent l’imagination. A l’instar de ce chant d’Alasdair Dunn, qui n’en est pas un mais habitation d’un corps de théâtre, de spectacle, de bateleur de l’histoire, qui ne module que très rarement les mélodies mais les assomme de ses cris, de ses invectives et de sa phonétique martelée comme des ordres de l’armée.

Aucune gravité ni brutalité, juste des mots déclamés, des phrases parfois hurlées, comme un spectateur du passé qui exhorte ses troupes à faire des choix différents.

Ceux de Speak Not Of The Laudanum Quandary sont assumés, et juxtaposent des riffs en arrière-plan, souvent atones et hivernaux, des cordes subtiles qui de leur fragilité trouent la couche épaisse de ressentiment, une basse gigantesque et libre, des arpèges cristallins, et puis, ces couches de voix qui s’empilent dans les souvenirs…

Dès lors, me revient la tâche ardue de vous expliquer

Mais vous expliquer quoi au juste ? Dans quelle galaxie évoluent les ASHENSPIRE ? Je serais bien à mal de vous décrire quoi que ce soit puisque je ne la connais pas.

Certes, ils empruntent des éléments de Black, de Post Black, de Pagan, de Folk, d’Indus même parfois, mais aussi d’un Progressif qu’on ne pourrait pas dater même au carbone 14, et puis, si vous voulez vraiment vous faire une idée, il vous suffit d’écouter n’importe quel morceau, tiens, même les suites interminables de « Fever Sheds » qui abuse des ruptures rythmiques tout en restant stable, ou de «Speak Not of the Laudanum Quandary », peut-être une de charges les plus spectaculaires du lot, qui s’accorde d’une incarnation à la Diamanda Galas pour mieux laisser parler un piano d’une pureté absolue…De la subtilité évanescente et pourtant bien concrète, et encore un tapis de cordes sublimes qui l’espace de quelques secondes vous font oublier la crudité d’un chant toujours plus poussé…

Ou aborder le cas du transcendant « Grievous Bodily Harmonies », qui justifie son titre une fois de plus en truffant sa violence larvée de cordes de piano et de violons qui planent au-dessus d’une histoire qu’on ne réécrira pas…Alors oui, les références utilisées par le groupe sont pertinentes, mais transcendées, adaptées à une vision, et à ce moment-là, même le chant se pare d’une tragédie palpable en osant quelques modulations plus musicales…Et ça passe, bien sûr que ça passe…C’est déclamé/chanté d’un ton à la Scott Walker abandonnant sa gravité pour oser un personnage Dark Black impromptu, et puis finalement, tout cède sous les coups d’une ultraviolence aussi imprévisible qu’attendue…Blasts, cassures de tempo, riffs qui accélèrent et cordes qui vitupèrent, pour une approche inédite du Post Black libéré de toutes ses astreintes artistiques.

On pourrait aborder les MY DYING BRIDE par leur versant WORMFOOD, mais la comparaison serait trop restrictive…On pourrait placer le nom de PENSEES NOCTURNES, mais juste pour information…

Mais on peut aussi se délecter d’un intermède comme « A Beggar's Belief », qui en deux minutes valide l’attente suscitée par tout ce qui a précédé…

Mais tout ça n’expliquerait rien non plus…

Speak Not Of The Laudanum Quandary est un écho du passé qui trouve refuge dans un présent qui ne date pas d’aujourd’hui. C’est un album unique, dont la portée ne sera peut-être pas comprise à temps, comme les erreurs de l’histoire dont on paie toujours le prix aujourd’hui.

Un album qui répète, sans lasser, qui martèle un message sans être déplacé. Un message mis en relief par des compositeurs et des interprètes qui refusent la facilité, au risque de s’aliéner les moins tolérants…et qui n’en ont cure.

Un album qui n’est ni du Black, ni du Metal, ni du Rock, ni du Post, ni quoi que ce soit, juste de la musique, confrontant la préciosité de violons et de pianos romantiques et d’un duo guitare/chant grandiloquent. Puissant, mais nuancé, violent mais apaisé. Ailleurs, mais ici.

 Et que celui qui ose me parler d’avant-garde me jette le livret du premier concert de John Cale à l’âme.


Titres de l'album:

  1. Restless Giants
  2. The Wretched Mills
  3. Mariners at Perdition's Lighthouse
  4. Grievous Bodily Harmonies
  5. A Beggar's Belief
  6. Fever Sheds
  7. Speak Not of the Laudanum Quandary

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/02/2017 à 18:09
90 %    642

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

Concerts à 7 jours
Freedom Call + Primal Fear 23/09 : Machine, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
metalrunner

C est clair du Incantation pur jus mais punaise que c est bon .J adore la pochette de kantor.

20/09/2020, 17:40

Buck Dancer

A l'époque, j'étais beaucoup plus focalisé sur la scène internationale que française ( préjugé etc...) mais, à sa sortie, j'avais acheté Abject Offerings (ainsi que le" Signs of the decline" de Massacra) (...)

20/09/2020, 17:26

metalrunner

Perso ca me chier de dire cela.Mais en même temps quand tu joues a temps plein dans exodus tu es forcement influencé..Sinon pour le meilleur morceaux c est l instrumentale une tuerie(pas de chant pleurnichard et sans hargne.)Apres j ai quand même hâte de leur voir en live.

20/09/2020, 14:21

Simony

Pareil que Jus de cadavre. Découvert la scène avec NO RETURN et AGRESSOR pour ma part, LOUDBLAST dans un deuxième temps mais dans le lot, ceux qui bottent encore sérieusement des culs c'est quand même MERCYLESS. Je crois qu'on ne se rend pas bien compte de l'importance de ces mecs dans la(...)

20/09/2020, 13:47

Jus de cadavre

J'ai découvert Mercyless vraiment sur le tard de mon coté, trop jeune pour avoir connu la grande époque du Thrash Death français je ne m'étais pas vraiment intéressé à tout ça (à part Loudblast et Massacra...). Puis j'ai vu le groupe sur scène au Muscadeath il y a quelques années et la j(...)

20/09/2020, 11:47

Mandon Claude

Le dernier album est une tuerie ,merci à nos PIONNIERS du death metal made in France

20/09/2020, 11:23

La Gule

Power trip quel souvenir !

20/09/2020, 11:16

La Gule

Vivement le prochain !

20/09/2020, 11:14

La Gule

Report au top ! Merci de me transmettre ta passion depuis toutes ces années...

20/09/2020, 11:12

Arioch91

@metalrunner : "Heathen est devenu un sous Exodus." Je n'aurais pas mieux dis.

20/09/2020, 07:22

Humungus

Ton anecdote Living Monstrosity me parle drôlement : Pendant des décennies, je suis passé totalement à côté de ce groupe. A la sortie de leur première galette, j'étais pour ma part à fond dans le brutal et donc à mille lieux d'apprécier la lourdeur émotionnelle de l'album. De(...)

20/09/2020, 05:00

Zirz

Pourtant écoute après ré écoute je le trouve très bon ce 1 er dukes of the orient le rock dans les magasines on s'en tape

19/09/2020, 21:14

Gargan

Après le nautique, le doom tellurique. En plus avec une pochette qui montre un arbre et le ciel en contre plongée. M'enfin, tant que la musique est bonne, comme dirait l'autre.

19/09/2020, 20:31

Living MOnstrosity

Visionnage obligatoire ! Pour la petite anecdote : je tannais un collègue de taf récemment pour qu'il écoute ENFIN ce disque. Il était fan de Pantera dans les 90's mais était complètement passé à côté de Down. Il y a quelques jours il m'a incendié, les yeux en trous d'(...)

19/09/2020, 15:28

Simony

La photo est signée d'un Allemand, Marco Großmann, jamais entendu parlé jusque là et l'artwork est de Stephan Hünniger, le bassiste du groupe.

19/09/2020, 14:15

Buck Dancer

Joli report qui respire la passion. Dès que j'ai une heure devant moi, je me dois de regarder ce concert, je n'ai vu que deux extraits pour le moment.

19/09/2020, 13:55

RBD

Beau report, plein d'amour mais rendu consistant par une connaissance profonde du groupe, son histoire et son milieu. Il faut que je me dégage un moment pour le voir, avec tous les dvds de live que j'ai en retard aussi...

19/09/2020, 13:15

arty

Quel porridge insipide,,,

19/09/2020, 12:48

steelvore666

@saad : entièrement d'accord. Autant Surgical Steel, en dépit de deux ou trois morceaux dispensables, était très bon, autant l'inspiration semble s'être diluée depuis. Au moins, voilà un cd qui nous évite de choisir parmi la pléthore de sorties plus qu'intéressantes. A voir sur un prochain(...)

19/09/2020, 09:57

metalrunner

Le chanteur fait perdre la puissance aux morceaux .C est pour moi le gros point faible de cet album.; Dommage que lee altus ne ce soit pas impliqué plus dans l écriture vu qu il l âme du groupe..Les solos par contre sont bons mais le manque d agressivité du chant gâche souvent les morceaux..He(...)

19/09/2020, 09:57