Raise To Ruin

Neist

01/04/2017

Autoproduction

Dans la série « débrouille-toi avec ce qu’on te donne c'est-à-dire pas grand-chose », le projet NEIST se pose là. Un Bandcamp avec le minimum d’infos (origine géographique, tags, production), un Soundcloud plus que sommaire, mais déjà, un maximum d’interrogations.

En cherchant des pistes via le titre du LP/EP en question, je me retrouve face au mur, puisque de What Doesn't Rape You Makes You Stronger, la sortie en question s’est transformée en Raise To Ruin.

Sur le Bandcamp, pochette, titre et date de sortie différents du Soundcloud. L’homme aurait-il jugé cette appellation un poil trop provocante et de mauvais goût pour la conserver ?

En absence de réponse, j’aime à penser que oui, et finalement, le nouvel intitulé sied bien mieux à sa musique que cette pochade cheap et vulgos qui n’aurait certainement pas satisfait ou comblé grand monde…

Mais en dépit de cette mutation patronymique, rien de spécial à se mettre sous la dent, hors identité du concepteur en question.

L’homme s’appelle donc Andy Beekman, vient de Johnstown, état de New-York, travaille donc en solo, et ce Raise To Ruin semble être sa première réalisation si j’en juge par sa page officielle.

Il a vraisemblablement travaillé avec un compère du nom de Damian Duross qui s’est chargé de la seconde guitare pour quelques titres (« Egotrip », « Breaking Bones », « Cuntempt »), mais il a assuré seul l’enregistrement et le mixage aux Stinkfat Studios.

Et sous une pochette qui rappelle bien des bootlegs de la glorieuse époque BM nordique de 93/95 (une église en train de brûler, un peu d’exotisme ne fait de mal à personne) se cache un album de Black/Death à tendance Core bien Crust sur les bords et au milieu, et heureusement pour nous, la musique est assez solide à défaut d’être originale.

Andy a donc fait le choix d’un Metal extrême par tous les pores, et signe neuf pistes assez convaincantes de violence et de brutalité, saupoudrées d’un chant bien grave comme il faut, mais tout à fait intelligible. En tant que compositeur, Andy est tout à fait capable, et trousse des morceaux sinon complexes, du moins pas totalement unidimensionnels, qui étalent un nombre conséquent de plans cohérents.

Les guitares se taillent la part du lion, disputant l’espace sonore à une rythmique écrasante qui avale goulument les fréquences, sans pour autant les digérer complètement. Mais si les thèmes sont récurrents, certains s’affirment avec un panache morbide, comme sur ce fascinant « Breaking Bones With Breath », qui justifie son titre d’une longue litanie de Death à tendance Crust/Black. Avec ses quatre minutes et trente-deux secondes, ce titre est le plus conséquent du lot, mais aussi le plus facilement mémorisable, tant sa puissance barbare vous broie les tympans de l’intérieur. Fantaisies rythmiques appréciables, ambiance délétère, on pense à une démarcation de 1349 renforcée par des accents à la GNAW THEIR TONGUES, sans pour autant tomber dans le chaos absolu.

Ce qui semble d’ailleurs être le leitmotiv de NEIST, qui tient à toujours garder une forme de musicalité, comme en témoigne le terrifiant « Amen And Goddamn » qui ose même une basse upfront du meilleur goût.

Mais ne nous leurrons pas, l’objectif est quand même de tester notre résistance à la violence musicale, ce qui semble réjouir Andy au plus haut point, et qui n’hésite pas à en rajouter dans le glauque et le sombre.

Et après une courte intro bien troussée (« The Builder »), l’homme fonce dans le tas et lâche avec aplomb un « We Are Legion » qui trompe le monde et brouille les pistes de sa cadence mesurée et de son atmosphère plutôt raisonnable.

« Egotrip » tranche plus dans le vif et se vautre dans un BM fatal à tendance Death létal, pour une efficacité maximale et des thèmes vocaux caverneux en rafale. Double grosse caisse ultra compressée, guitares lancinantes qui attendent le bon moment pour trancher, c’est efficace et se teinte d’un Death/BM à la patine légèrement Indus, renforçant le côté malsain de l’entreprise.

« Chemtrailertrash » place une longue intro samplée avant de balancer la purée (intense et sans grumeaux), tandis que « Cuntempt » et son jeu de mot borderline bouscule le statu quo pour imposer un Crust obscurci de BM assez bien farci.

« The Destroyer » joue l’hommage conjoint au ENTOMBED le plus chafouin et au NAILS le moins assassin, avec un mixage assez Dark Indus, tandis que la fermeture en forme de question « Do We Float ? » verse dans l’épilogue Dark Ambient assez envoutant avec ses arrangements flottant et son pattern rythmique décalant.

Diversité donc, et styles abordés avec aisance et créativité, c’est une constatation lucide et objective se basant sur neuf morceaux aussi compacts qu’ouverts.

Alors, nous n’en saurons pas plus sur ce changement de cap et ce nom de baptême perdu en route, mais à la rigueur, tout ça importe peu.

Il vaut mieux se focaliser sur les qualités de composition et d’interprétation d’Andy, qui démontre que les one-man band ne sont pas toujours des excuses pour justifier d’une pauvreté musicale manifeste.

Et le Raise To Ruin de son projet NEIST, n’a pas grand-chose à envier aux références du BM maculé de Death et joué avec une énergie Crust, mis à part un manque de moyens qui se sent parfois au niveau de la production un peu lâche.

Espérons qu’il parvienne à se faire connaître et qu’il puisse donner suite avec un peu plus de marge, pour nous conforter dans notre bonne opinion.

D’ici là, il a largement les moyens de ruiner votre audition.


Titres de l'album:

  1. The Builder (Intro)
  2. We Are Legion
  3. Egotrip
  4. Chemtrailertrash
  5. Cuntempt
  6. Breaking Bones with Breath
  7. Amen and Goddamn
  8. The Destroyer
  9. Do We Float?

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/05/2017 à 17:47
70 %    1127

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51