Raise To Ruin

Neist

01/04/2017

Autoproduction

Dans la série « débrouille-toi avec ce qu’on te donne c'est-à-dire pas grand-chose », le projet NEIST se pose là. Un Bandcamp avec le minimum d’infos (origine géographique, tags, production), un Soundcloud plus que sommaire, mais déjà, un maximum d’interrogations.

En cherchant des pistes via le titre du LP/EP en question, je me retrouve face au mur, puisque de What Doesn't Rape You Makes You Stronger, la sortie en question s’est transformée en Raise To Ruin.

Sur le Bandcamp, pochette, titre et date de sortie différents du Soundcloud. L’homme aurait-il jugé cette appellation un poil trop provocante et de mauvais goût pour la conserver ?

En absence de réponse, j’aime à penser que oui, et finalement, le nouvel intitulé sied bien mieux à sa musique que cette pochade cheap et vulgos qui n’aurait certainement pas satisfait ou comblé grand monde…

Mais en dépit de cette mutation patronymique, rien de spécial à se mettre sous la dent, hors identité du concepteur en question.

L’homme s’appelle donc Andy Beekman, vient de Johnstown, état de New-York, travaille donc en solo, et ce Raise To Ruin semble être sa première réalisation si j’en juge par sa page officielle.

Il a vraisemblablement travaillé avec un compère du nom de Damian Duross qui s’est chargé de la seconde guitare pour quelques titres (« Egotrip », « Breaking Bones », « Cuntempt »), mais il a assuré seul l’enregistrement et le mixage aux Stinkfat Studios.

Et sous une pochette qui rappelle bien des bootlegs de la glorieuse époque BM nordique de 93/95 (une église en train de brûler, un peu d’exotisme ne fait de mal à personne) se cache un album de Black/Death à tendance Core bien Crust sur les bords et au milieu, et heureusement pour nous, la musique est assez solide à défaut d’être originale.

Andy a donc fait le choix d’un Metal extrême par tous les pores, et signe neuf pistes assez convaincantes de violence et de brutalité, saupoudrées d’un chant bien grave comme il faut, mais tout à fait intelligible. En tant que compositeur, Andy est tout à fait capable, et trousse des morceaux sinon complexes, du moins pas totalement unidimensionnels, qui étalent un nombre conséquent de plans cohérents.

Les guitares se taillent la part du lion, disputant l’espace sonore à une rythmique écrasante qui avale goulument les fréquences, sans pour autant les digérer complètement. Mais si les thèmes sont récurrents, certains s’affirment avec un panache morbide, comme sur ce fascinant « Breaking Bones With Breath », qui justifie son titre d’une longue litanie de Death à tendance Crust/Black. Avec ses quatre minutes et trente-deux secondes, ce titre est le plus conséquent du lot, mais aussi le plus facilement mémorisable, tant sa puissance barbare vous broie les tympans de l’intérieur. Fantaisies rythmiques appréciables, ambiance délétère, on pense à une démarcation de 1349 renforcée par des accents à la GNAW THEIR TONGUES, sans pour autant tomber dans le chaos absolu.

Ce qui semble d’ailleurs être le leitmotiv de NEIST, qui tient à toujours garder une forme de musicalité, comme en témoigne le terrifiant « Amen And Goddamn » qui ose même une basse upfront du meilleur goût.

Mais ne nous leurrons pas, l’objectif est quand même de tester notre résistance à la violence musicale, ce qui semble réjouir Andy au plus haut point, et qui n’hésite pas à en rajouter dans le glauque et le sombre.

Et après une courte intro bien troussée (« The Builder »), l’homme fonce dans le tas et lâche avec aplomb un « We Are Legion » qui trompe le monde et brouille les pistes de sa cadence mesurée et de son atmosphère plutôt raisonnable.

« Egotrip » tranche plus dans le vif et se vautre dans un BM fatal à tendance Death létal, pour une efficacité maximale et des thèmes vocaux caverneux en rafale. Double grosse caisse ultra compressée, guitares lancinantes qui attendent le bon moment pour trancher, c’est efficace et se teinte d’un Death/BM à la patine légèrement Indus, renforçant le côté malsain de l’entreprise.

« Chemtrailertrash » place une longue intro samplée avant de balancer la purée (intense et sans grumeaux), tandis que « Cuntempt » et son jeu de mot borderline bouscule le statu quo pour imposer un Crust obscurci de BM assez bien farci.

« The Destroyer » joue l’hommage conjoint au ENTOMBED le plus chafouin et au NAILS le moins assassin, avec un mixage assez Dark Indus, tandis que la fermeture en forme de question « Do We Float ? » verse dans l’épilogue Dark Ambient assez envoutant avec ses arrangements flottant et son pattern rythmique décalant.

Diversité donc, et styles abordés avec aisance et créativité, c’est une constatation lucide et objective se basant sur neuf morceaux aussi compacts qu’ouverts.

Alors, nous n’en saurons pas plus sur ce changement de cap et ce nom de baptême perdu en route, mais à la rigueur, tout ça importe peu.

Il vaut mieux se focaliser sur les qualités de composition et d’interprétation d’Andy, qui démontre que les one-man band ne sont pas toujours des excuses pour justifier d’une pauvreté musicale manifeste.

Et le Raise To Ruin de son projet NEIST, n’a pas grand-chose à envier aux références du BM maculé de Death et joué avec une énergie Crust, mis à part un manque de moyens qui se sent parfois au niveau de la production un peu lâche.

Espérons qu’il parvienne à se faire connaître et qu’il puisse donner suite avec un peu plus de marge, pour nous conforter dans notre bonne opinion.

D’ici là, il a largement les moyens de ruiner votre audition.


Titres de l'album:

  1. The Builder (Intro)
  2. We Are Legion
  3. Egotrip
  4. Chemtrailertrash
  5. Cuntempt
  6. Breaking Bones with Breath
  7. Amen and Goddamn
  8. The Destroyer
  9. Do We Float?

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/05/2017 à 17:47
70 %    864

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
otagrosse

C'est de la merde

14/04/2021, 10:56

Emile Louis

Il va crever comme une merde!

14/04/2021, 10:54

metalrunner

Un putain de batteur doublé d un mec sympa et dispo go Tom

14/04/2021, 08:24

KaneIsBack

Aïe, ce n'est clairement pas un bonne nouvelle...   Mais bon, il va se battre, donc croisons les doigts !

14/04/2021, 08:13

RBD

Alors ça ! Je suis très peu consommateur de Black et moins encore quand c'est expérimental, mais par contre grand lecteur de Dan Simmons dont le cycle "Hyperion" est probablement l'oeuvre la plus culte. Il faut être ambitieux pour s'attaquer &ag(...)

13/04/2021, 21:37

totoro

Un peu de mal à entendre le côté dope et décadence dans la musique du groupe, même si je trouve le disque particulièrement emballant et entraînant ! Ca me rappelle un peu le groupe norvégien Red Harvest ! Merci pour la découverte ! En pl(...)

13/04/2021, 13:30

RBD

Cela rappelle les heures grises de l'"Enfant sauvage", en effet. Après deux bons premiers extraits, c'est pas si grave. Nous verrons bientôt ce que vaudra l'oeuvre complète.

13/04/2021, 11:47

Deathcotheque

Pas de sortie physique ? C'est vraiment dommage. Je ne pourrai pas les soutenir sur ce coup là !

13/04/2021, 11:24

Buck Dancer

Après une écoute, un peu moins convaincu aussi par ce morceau que les précédents, mais c'est le genre de chanson qui peu se révèler avec le temps.... ou pas. 

12/04/2021, 22:31

Moski

Hmmmmmmmmmmmmmmmmm mouais... Pas convaincu par ce titre. Je trouve les paroles un peu bateau, sur un tapis de triolets... Mouais... 

12/04/2021, 20:45

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Humungus

"Et Fear Factory a joué le 17 décembre 2004 en 1° partie de Fear Factory à l'Elysée Montmartre"Et après on s'étonne que le pauv' Burton n'ait plus de voix durant les shows...(sic)

12/04/2021, 20:25

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 18:42

Jus de cadavre

Je plussoie ! C'est excellent oui ! 

12/04/2021, 18:09

RBD

Pour préciser : il me semble très difficile d'empêcher l'utilisation des vocaux déjà enregistrés si Burton a effectivement signifié son départ après. Sur les suggestions, Guillaume Bideau pourrait êtr(...)

12/04/2021, 17:41

Florian coquerelle

ouais. Steeve. Petit. Nouveau chanteur. De fear. Factory. Ce. Serait. Bien. Non?

12/04/2021, 15:07

RBD

Essayé sur la foi d'une description qui s'est révélée parfaitement exacte. Cela faisait un petit moment que je n'avais pas croisé un jeune groupe mettant les solos de guitare autant en avant. L'allusion à Demolition Hammer est parlante(...)

12/04/2021, 13:42

LeMoustre

No les influences. Seule la voix, peu naturelle et monocorde, me gêne. 

12/04/2021, 12:40

Orphan

"sont" <- putain mes propres yeux saignent

12/04/2021, 10:10