ARIDES, ou l’archétype même du groupe qu’il faut connaître. Et ce, pour plusieurs raisons, reliées mais individuelles à la fois. D’abord, parce que ce groupe de Chalon-sur-Saône est excellent musicalement parlant, mais aussi, et c’est plus rare, parce qu’il ne se contente pas de prôner des valeurs anciennes bêtement et benoitement, mais parce qu’il apporte quelque chose à la cause, en l’occurrence, celle exigeante du Black Metal. Il est su et reconnu que le BM français est devenu une référence à l’international depuis l’émergence des Légions Noires dans les années 90, mais loin de s’asseoir sur leurs lauriers, les musiciens du cru ont continué d’explorer différentes pistes, de progresser, et de transcender leurs influences minimalistes pour parvenir à un stade de révérence que le monde nous envie. Et il est suffisamment rare qu’une de nos scènes nationales serve de mètre-étalon pour que l’on souligne la chose, et qu’on en arrive à cette conclusion inéluctable et introductive ; ARIDES, ou l’archétype même du groupe qu’il faut connaître. Un nom qui ne laisse aucune place au doute, un logo qui se déforme selon la plus pure tradition du nihilisme graphique, des compositions qui s’étirent en longueur mais ne font jamais bailler ou regarder sa montre, et un sens de la composition riche et dense, qui permet à des plans fantastiques de s’imposer et de rapprocher nos instrumentistes d’un BM progressif terriblement séduisant. Sans renoncer à leur côté le plus abrasif, les bourguignons insufflent à leurs morceaux épiques un souffle mélodique omniprésent, qui toutefois n’atténue pas leur personnalité crue. En mixant des références diverses, entre atmosphérique inspiré, Folk par touches fugaces, Black classique et Heavy presque traditionnel, Sur les Terres Oubliées se veut plus pièce musicale conséquente que simple album de BM à ajouter à une trop longue liste.

C’est donc à une forme très poussée d’esthétisme brutal que ce quatuor nous convie (H.V - guitare/chant, E.B - batterie, F.R - guitare et T.M - basse), et il est assez impressionnant de constater que ce premier jet n’en est qu’un, et non le résultat d’un cheminement logique ayant pris des années à se mettre en place. Car tout ici est professionnel, mais garde cette patine underground indispensable à toute réalisation crue. Sans abuser des poncifs, et sans édulcorer son propos, ARIDES est à même de séduire tous les amateurs de musique extrême qui n’ont cure des étiquettes, et ce constat est notable dès le premier titre, « Sur les Terres Oubliées ». On pense, inconsciemment, à l’écurie des Acteurs de l’Ombre, sans que nos amis du jour ne s’aventurent trop sur la terre Post, mais aussi à un mélange entre le BM canadien des jours de gloire, et celui tout aussi francophone des NIGHT, de PESTE NOIRE (en moins rebutant), et de cette scène française qui n’a de cesse de nous surprendre et de nous enthousiasmer de son allant et de sa créativité. Sur les Terres Oubliées, ce sont six morceaux dont une intro, et une moyenne de huit minutes par titre, ce qui au prime abord pourra déconcerter, mais qui finalement est un bienfait tant les idées développées rendent fascinantes ces explorations harmoniques. En combinant la fougue d’un BM tirant sur le Heavy (école IMMORTAL des années progressives, en moins pompeux), les alliances mélodiques incessantes, et les breaks multiples mais heureux, ARIDES parvient à dégager un consensus entre Black épique, atmosphérique et progressif, sans jamais se montrer vaniteux ni fat de vacuité. Difficile d’ailleurs de placer en avant un titre plutôt qu’un autre, puisqu’ils sont tous différents et complémentaires, même si « Paysage Solitaire » du haut de ses dix minutes fait un peu figure de modèle parfait.

Evitant l’évidence de riffs frontaux éculés jusqu’à la corde de mi, H.V. triture son instrument pour lui faire adopter des courbures en contrejour, tandis que sa voix, plus formellement ancrée dans la tradition se fixe sur un raclage de gorge typique, mais maîtrisé. D’ailleurs, les longs passages instrumentaux soulignent le caractère d’accompagnement de sa voix, plutôt que de celui de narrateur, et on se rappelle avec plaisir des moments les plus fertiles de la carrière de DISSECTION, spécialement lorsque la machine ralentit ou au contraire s’emballe, rapprochant Sur les Terres Oubliées de Storm of the Light’s Bane ou The Somberlain. Et si cette chronique s’apparente à un dithyrambe légèrement excessif, les louanges sont pourtant mérités, le genre étant plus qu’encombré par des travaux hautement dispensables…Mais en se basant sur les théories les plus évolutionnistes du créneau, les français nous donnent une leçon d’efficacité et de majesté, ne reculant devant aucun pont étiré pour imposer son point de vue, et taquinant de temps à autre le spectre du Post-Metal lorsque les guitares évoluent en circonvolutions mélodiques. Dans ces moments-là, la violence des lignes de chant et les harmonies instrumentales, loin de rentrer en conflit, créent un climat oppressant, délicat, suffocant, et dessinent des images de lande désolée, sous une pluie à verse, qui colle parfaitement à l’esthétique voulue. On retrouve alors le lien avec la pochette de l’album, et ses tons bleutés de nuit perdue, particulièrement lorsque résonnent les premières notes du final emphatique « Désolation ».

Car en plus de chapitres distincts et variés, Sur les Terres Oubliées semble respecter une logique de progression en descente aux enfers, nous entraînant vers le bas en nous tirant vers le haut. La dépression n’est pas loin, mais les harmonies amères évitent l’écueil du glauque gratuit et des étouffements Doom dispensables, même lorsque le tempo se veut économe sur les BPM. Un peu de PARADISE LOST des débuts en version plus sombre, un peu MY DYNING BRIDE pour cette mélancolie de fond, mais totalement ARIDES en définitive, ce premier LP vient donc sanctionner quatre années d’une carrière qui ont été mises à profit pour accoucher d’une œuvre pleine, qui se révèlera à vous au fur et à mesure des écoutes. Ce qui confirme donc en forme de boucle mon postulat de départ, à savoir qu’ARIDES est l’archétype même du groupe qu’il faut connaître.  

   

Titres de l’album :

                             1.  Sur les Terres Oubliées

                             2.  Traversée

                             3.  Forteresse Noire

                             4.  La Nostalgie de l'Être

                             5.  Paysage Solitaire

                             6.  Désolation

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/08/2019 à 18:11
85 %    260

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?