Sur les Terres Oubliées

Arides

08/06/2019

Asgard Hass

ARIDES, ou l’archétype même du groupe qu’il faut connaître. Et ce, pour plusieurs raisons, reliées mais individuelles à la fois. D’abord, parce que ce groupe de Chalon-sur-Saône est excellent musicalement parlant, mais aussi, et c’est plus rare, parce qu’il ne se contente pas de prôner des valeurs anciennes bêtement et benoitement, mais parce qu’il apporte quelque chose à la cause, en l’occurrence, celle exigeante du Black Metal. Il est su et reconnu que le BM français est devenu une référence à l’international depuis l’émergence des Légions Noires dans les années 90, mais loin de s’asseoir sur leurs lauriers, les musiciens du cru ont continué d’explorer différentes pistes, de progresser, et de transcender leurs influences minimalistes pour parvenir à un stade de révérence que le monde nous envie. Et il est suffisamment rare qu’une de nos scènes nationales serve de mètre-étalon pour que l’on souligne la chose, et qu’on en arrive à cette conclusion inéluctable et introductive ; ARIDES, ou l’archétype même du groupe qu’il faut connaître. Un nom qui ne laisse aucune place au doute, un logo qui se déforme selon la plus pure tradition du nihilisme graphique, des compositions qui s’étirent en longueur mais ne font jamais bailler ou regarder sa montre, et un sens de la composition riche et dense, qui permet à des plans fantastiques de s’imposer et de rapprocher nos instrumentistes d’un BM progressif terriblement séduisant. Sans renoncer à leur côté le plus abrasif, les bourguignons insufflent à leurs morceaux épiques un souffle mélodique omniprésent, qui toutefois n’atténue pas leur personnalité crue. En mixant des références diverses, entre atmosphérique inspiré, Folk par touches fugaces, Black classique et Heavy presque traditionnel, Sur les Terres Oubliées se veut plus pièce musicale conséquente que simple album de BM à ajouter à une trop longue liste.

C’est donc à une forme très poussée d’esthétisme brutal que ce quatuor nous convie (H.V - guitare/chant, E.B - batterie, F.R - guitare et T.M - basse), et il est assez impressionnant de constater que ce premier jet n’en est qu’un, et non le résultat d’un cheminement logique ayant pris des années à se mettre en place. Car tout ici est professionnel, mais garde cette patine underground indispensable à toute réalisation crue. Sans abuser des poncifs, et sans édulcorer son propos, ARIDES est à même de séduire tous les amateurs de musique extrême qui n’ont cure des étiquettes, et ce constat est notable dès le premier titre, « Sur les Terres Oubliées ». On pense, inconsciemment, à l’écurie des Acteurs de l’Ombre, sans que nos amis du jour ne s’aventurent trop sur la terre Post, mais aussi à un mélange entre le BM canadien des jours de gloire, et celui tout aussi francophone des NIGHT, de PESTE NOIRE (en moins rebutant), et de cette scène française qui n’a de cesse de nous surprendre et de nous enthousiasmer de son allant et de sa créativité. Sur les Terres Oubliées, ce sont six morceaux dont une intro, et une moyenne de huit minutes par titre, ce qui au prime abord pourra déconcerter, mais qui finalement est un bienfait tant les idées développées rendent fascinantes ces explorations harmoniques. En combinant la fougue d’un BM tirant sur le Heavy (école IMMORTAL des années progressives, en moins pompeux), les alliances mélodiques incessantes, et les breaks multiples mais heureux, ARIDES parvient à dégager un consensus entre Black épique, atmosphérique et progressif, sans jamais se montrer vaniteux ni fat de vacuité. Difficile d’ailleurs de placer en avant un titre plutôt qu’un autre, puisqu’ils sont tous différents et complémentaires, même si « Paysage Solitaire » du haut de ses dix minutes fait un peu figure de modèle parfait.

Evitant l’évidence de riffs frontaux éculés jusqu’à la corde de mi, H.V. triture son instrument pour lui faire adopter des courbures en contrejour, tandis que sa voix, plus formellement ancrée dans la tradition se fixe sur un raclage de gorge typique, mais maîtrisé. D’ailleurs, les longs passages instrumentaux soulignent le caractère d’accompagnement de sa voix, plutôt que de celui de narrateur, et on se rappelle avec plaisir des moments les plus fertiles de la carrière de DISSECTION, spécialement lorsque la machine ralentit ou au contraire s’emballe, rapprochant Sur les Terres Oubliées de Storm of the Light’s Bane ou The Somberlain. Et si cette chronique s’apparente à un dithyrambe légèrement excessif, les louanges sont pourtant mérités, le genre étant plus qu’encombré par des travaux hautement dispensables…Mais en se basant sur les théories les plus évolutionnistes du créneau, les français nous donnent une leçon d’efficacité et de majesté, ne reculant devant aucun pont étiré pour imposer son point de vue, et taquinant de temps à autre le spectre du Post-Metal lorsque les guitares évoluent en circonvolutions mélodiques. Dans ces moments-là, la violence des lignes de chant et les harmonies instrumentales, loin de rentrer en conflit, créent un climat oppressant, délicat, suffocant, et dessinent des images de lande désolée, sous une pluie à verse, qui colle parfaitement à l’esthétique voulue. On retrouve alors le lien avec la pochette de l’album, et ses tons bleutés de nuit perdue, particulièrement lorsque résonnent les premières notes du final emphatique « Désolation ».

Car en plus de chapitres distincts et variés, Sur les Terres Oubliées semble respecter une logique de progression en descente aux enfers, nous entraînant vers le bas en nous tirant vers le haut. La dépression n’est pas loin, mais les harmonies amères évitent l’écueil du glauque gratuit et des étouffements Doom dispensables, même lorsque le tempo se veut économe sur les BPM. Un peu de PARADISE LOST des débuts en version plus sombre, un peu MY DYNING BRIDE pour cette mélancolie de fond, mais totalement ARIDES en définitive, ce premier LP vient donc sanctionner quatre années d’une carrière qui ont été mises à profit pour accoucher d’une œuvre pleine, qui se révèlera à vous au fur et à mesure des écoutes. Ce qui confirme donc en forme de boucle mon postulat de départ, à savoir qu’ARIDES est l’archétype même du groupe qu’il faut connaître.  

   

Titres de l’album :

                             1.  Sur les Terres Oubliées

                             2.  Traversée

                             3.  Forteresse Noire

                             4.  La Nostalgie de l'Être

                             5.  Paysage Solitaire

                             6.  Désolation

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/08/2019 à 18:11
85 %    588

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

Acheté ce matin en version simple (le digibook propose en bonus un DVD live qui ne m'intéressait pas plus que ça - youtube regorge de ce genre de trucs, ça ne vaut plus vraiment le coup de casquer pour des captations vidéo). 2 premières &(...)

23/01/2021, 23:25

Satan

A Simony : Je suis bien d'accord concernant "Alpha Noir" (mais n'oublie pas "White Omega" qui lui est beaucoup plus intéressant je trouve, avec ce côté Type O hyper assumé) et "1755" qui sont de vrais ratages. Surtout ce dernier q(...)

23/01/2021, 21:54

totoro

De manière générale, j'aime beaucoup Moonspell. Et je rejoins tout à fait l'avis de Satan sur les albums "cultes" du groupe. Et Simony, on a le même parcours concernant les lisboètes. Découverts avec "Sin/Pecado" qui re(...)

23/01/2021, 20:18

Simony

Idem, j'ai tous les albums jusqu'à Extinct et je suis assez d'accord sur Darkness And Hope, The Antidote. J'aime beaucoup The Butterfly Effect par exemple, Memorial, Night Eternal, Extinct tous ces albums sont très bons pour moi, avec Alpha Noir c'est d&eacu(...)

23/01/2021, 18:47

PtiMich

Ca fait du bien de revoir des trombines de l'époque !Faut absolument faire une émission sur NYHC* de l'époque ! (NancY Heavy Clan*)

23/01/2021, 17:48

Buck Dancer

Toujours une bonne nouvelle la sortie d'un nouveau Memoriam!!! 

23/01/2021, 15:39

RBD

Ils avaient collaboré avec les Krupps, aussi. À défaut d'être parmi les meilleurs dans un pays où la concurrence était relevée, ils étaient assez passionnés pour se reformer quand le revival Thrash est arrivé.

23/01/2021, 14:57

Moshimosher

La lecture de ces runes ne me semble pas très orthodoxe... pas inintéressant mais ça ne me semble pas si folk que cela... même si ce n'est pas complètement hors-sujet non plus...

23/01/2021, 14:41

Moshimosher

Ah... la douceur d'occire ! Reposons En Guerre avec Memoriam ! \m/

23/01/2021, 14:05

Humungus

Hâte d'entendre tout l'album pour me faire un avis plus éclairé.Quoi qu'il en soit, la voix du Bobby me fout toujours les poils et si la galette est à l'instar de ce titre, achat obligatoire !

23/01/2021, 13:10

Humungus

!!! BOLT THROWER est mort !!!!!! !!! !!! Vive MEMORIAM !!! !!! !!!

23/01/2021, 13:02

Humungus

1) Pardon, en me relisant, je me rend compte que je me suis très mal exprimé :J'adore MOONSPELL jusqu'à "Irreligious" inclus."Sin peccado", quoi que encore écoutable, c'est pour moi le début de la fin.2) Sa(...)

23/01/2021, 13:01

Satan

L'essence même de Moonspell réside selon moi dans le triptyque "Sin/Pecado" / "Darkness and Hope" / "The Antidote", donc bien loin des codes inhérents au bon vieux metooool. Donc cette étrange nostalgie qui consiste à se limiter(...)

23/01/2021, 12:50

Gerggg

Bah c’est du tout bon ca, un bon mid tempo bien lourd

23/01/2021, 10:03

Simony

Ah je n'irais pas jusque là Humungus mais là c'est mon côté gothopouf, je le sais... J'adore Sin / Pecado, je sais que ça n'a plus rien à voir avec le MOONSPELL des débuts mais c'est avec cet album que j'ai décou(...)

23/01/2021, 09:31

metalrunner

Putain c est du bolthrower pur jus j adore  

23/01/2021, 09:28

Humungus

gars*(Hé hé hé... Jolie lapsus...)

23/01/2021, 05:22

Humungus

Je vous rejoins sur tout les gras :- MOONSPELL ne sert plus à rien depuis "Irreligious" (inclus).- APHRODITE'S CHILD est un putain de groupe fort injustement moqué.

23/01/2021, 05:21

Gargan

Demis a quand même sorti un album sobrement intitulé 666 avec les aphrodite's child, donc respect.

22/01/2021, 21:43

asar

Demis Roussos is back.

22/01/2021, 21:07