ARIDES, ou l’archétype même du groupe qu’il faut connaître. Et ce, pour plusieurs raisons, reliées mais individuelles à la fois. D’abord, parce que ce groupe de Chalon-sur-Saône est excellent musicalement parlant, mais aussi, et c’est plus rare, parce qu’il ne se contente pas de prôner des valeurs anciennes bêtement et benoitement, mais parce qu’il apporte quelque chose à la cause, en l’occurrence, celle exigeante du Black Metal. Il est su et reconnu que le BM français est devenu une référence à l’international depuis l’émergence des Légions Noires dans les années 90, mais loin de s’asseoir sur leurs lauriers, les musiciens du cru ont continué d’explorer différentes pistes, de progresser, et de transcender leurs influences minimalistes pour parvenir à un stade de révérence que le monde nous envie. Et il est suffisamment rare qu’une de nos scènes nationales serve de mètre-étalon pour que l’on souligne la chose, et qu’on en arrive à cette conclusion inéluctable et introductive ; ARIDES, ou l’archétype même du groupe qu’il faut connaître. Un nom qui ne laisse aucune place au doute, un logo qui se déforme selon la plus pure tradition du nihilisme graphique, des compositions qui s’étirent en longueur mais ne font jamais bailler ou regarder sa montre, et un sens de la composition riche et dense, qui permet à des plans fantastiques de s’imposer et de rapprocher nos instrumentistes d’un BM progressif terriblement séduisant. Sans renoncer à leur côté le plus abrasif, les bourguignons insufflent à leurs morceaux épiques un souffle mélodique omniprésent, qui toutefois n’atténue pas leur personnalité crue. En mixant des références diverses, entre atmosphérique inspiré, Folk par touches fugaces, Black classique et Heavy presque traditionnel, Sur les Terres Oubliées se veut plus pièce musicale conséquente que simple album de BM à ajouter à une trop longue liste.

C’est donc à une forme très poussée d’esthétisme brutal que ce quatuor nous convie (H.V - guitare/chant, E.B - batterie, F.R - guitare et T.M - basse), et il est assez impressionnant de constater que ce premier jet n’en est qu’un, et non le résultat d’un cheminement logique ayant pris des années à se mettre en place. Car tout ici est professionnel, mais garde cette patine underground indispensable à toute réalisation crue. Sans abuser des poncifs, et sans édulcorer son propos, ARIDES est à même de séduire tous les amateurs de musique extrême qui n’ont cure des étiquettes, et ce constat est notable dès le premier titre, « Sur les Terres Oubliées ». On pense, inconsciemment, à l’écurie des Acteurs de l’Ombre, sans que nos amis du jour ne s’aventurent trop sur la terre Post, mais aussi à un mélange entre le BM canadien des jours de gloire, et celui tout aussi francophone des NIGHT, de PESTE NOIRE (en moins rebutant), et de cette scène française qui n’a de cesse de nous surprendre et de nous enthousiasmer de son allant et de sa créativité. Sur les Terres Oubliées, ce sont six morceaux dont une intro, et une moyenne de huit minutes par titre, ce qui au prime abord pourra déconcerter, mais qui finalement est un bienfait tant les idées développées rendent fascinantes ces explorations harmoniques. En combinant la fougue d’un BM tirant sur le Heavy (école IMMORTAL des années progressives, en moins pompeux), les alliances mélodiques incessantes, et les breaks multiples mais heureux, ARIDES parvient à dégager un consensus entre Black épique, atmosphérique et progressif, sans jamais se montrer vaniteux ni fat de vacuité. Difficile d’ailleurs de placer en avant un titre plutôt qu’un autre, puisqu’ils sont tous différents et complémentaires, même si « Paysage Solitaire » du haut de ses dix minutes fait un peu figure de modèle parfait.

Evitant l’évidence de riffs frontaux éculés jusqu’à la corde de mi, H.V. triture son instrument pour lui faire adopter des courbures en contrejour, tandis que sa voix, plus formellement ancrée dans la tradition se fixe sur un raclage de gorge typique, mais maîtrisé. D’ailleurs, les longs passages instrumentaux soulignent le caractère d’accompagnement de sa voix, plutôt que de celui de narrateur, et on se rappelle avec plaisir des moments les plus fertiles de la carrière de DISSECTION, spécialement lorsque la machine ralentit ou au contraire s’emballe, rapprochant Sur les Terres Oubliées de Storm of the Light’s Bane ou The Somberlain. Et si cette chronique s’apparente à un dithyrambe légèrement excessif, les louanges sont pourtant mérités, le genre étant plus qu’encombré par des travaux hautement dispensables…Mais en se basant sur les théories les plus évolutionnistes du créneau, les français nous donnent une leçon d’efficacité et de majesté, ne reculant devant aucun pont étiré pour imposer son point de vue, et taquinant de temps à autre le spectre du Post-Metal lorsque les guitares évoluent en circonvolutions mélodiques. Dans ces moments-là, la violence des lignes de chant et les harmonies instrumentales, loin de rentrer en conflit, créent un climat oppressant, délicat, suffocant, et dessinent des images de lande désolée, sous une pluie à verse, qui colle parfaitement à l’esthétique voulue. On retrouve alors le lien avec la pochette de l’album, et ses tons bleutés de nuit perdue, particulièrement lorsque résonnent les premières notes du final emphatique « Désolation ».

Car en plus de chapitres distincts et variés, Sur les Terres Oubliées semble respecter une logique de progression en descente aux enfers, nous entraînant vers le bas en nous tirant vers le haut. La dépression n’est pas loin, mais les harmonies amères évitent l’écueil du glauque gratuit et des étouffements Doom dispensables, même lorsque le tempo se veut économe sur les BPM. Un peu de PARADISE LOST des débuts en version plus sombre, un peu MY DYNING BRIDE pour cette mélancolie de fond, mais totalement ARIDES en définitive, ce premier LP vient donc sanctionner quatre années d’une carrière qui ont été mises à profit pour accoucher d’une œuvre pleine, qui se révèlera à vous au fur et à mesure des écoutes. Ce qui confirme donc en forme de boucle mon postulat de départ, à savoir qu’ARIDES est l’archétype même du groupe qu’il faut connaître.  

   

Titres de l’album :

                             1.  Sur les Terres Oubliées

                             2.  Traversée

                             3.  Forteresse Noire

                             4.  La Nostalgie de l'Être

                             5.  Paysage Solitaire

                             6.  Désolation

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/08/2019 à 18:11
85 %    202

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Block Buster

Losing Gravity

Metalian

Vortex

Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

+ Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Promethean + Chapel Of Disease + Sulphur Aeon

29/09 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

respect total à Sylvain ainsi qu' à tous les membres d'underground investigation pour leur investissement personnel afin de pouvoir aboutir chaque année à la mise en place de toutes ces journées concerts et ce depuis des lustres. Organisation au top, gentillesse des organisateurs, choix des gro(...)


Effectivement super petite association de gaillards passionnés et surtout très sympas.
J'ai déjà fait à maintes reprises le trajet jusque Fismes histoire de voir sur scène mais aussi backstage (bah oui, j'suis un gros fana de dédicaces... Une putain de groupie quoi...) des groupes ou de(...)


Aaah !
Effectivement, tu t'étais mal exprimé alors...
Vaut mieux ça.
J'ai déjà connu des têtes de con au niveau sécu mais là, cela faisait un peu beaucoup tout de même.


Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...