Ça n’est pas parce qu’on joue une forme de musique extrême qu’on est obligé de voir le monde sous ses aspects les plus rebutants. Après tout, on peut aussi trouver la vie amusante, multiplier les calembours, prôner une certaine forme de détachement, sans se compromettre artistiquement. Souvenez-vous, thrasheurs, les ANTHRAX, malgré des lyrics souvent engagés n’étaient pas les derniers à foutre le bordel. Les ACID REIGN, aussi impliqués, mettaient en avant une affection particulière pour les blagues à deux sous, tout en proposant un Mosh-Thrash assez convaincant. Et sans oublier bien évidemment tous ces gangs de pastiches, sans postiches, les GWAR, NANOWAR, qui tout en instaurant un climat prêtant à sourire nous offraient des albums solides musicalement, pour peu que l’auditeur ne soit pas à cheval sur quelques redondances. Les irlandais de GAMA BOMB ont visiblement bien compris la leçon, eux qui l’appliquent depuis dix-sept ans, et qui la récitent avec une application dans la folie sans failles depuis la sortie de leur premier long en 2002, Survival of the Fastest. Back in time, leur philosophie extrême semblait encore assez naïve et hautement perfectible, mais d’effort en effort, et de LP en LP, ils sont parvenus à atteindre une sorte de plénitude dans la dérision, ce que leur sixième longue-durée vient prouver en ce mois d’octobre qui prolonge un peu l’été. Ainsi, après Citizen Brain en 2008, Tales from the Grave in Space en 2009, The Terror Tapes en 2013, et Untouchable Glory en 2015, les originaires de Newry, Irlande du Nord nous en reviennent encore avec des blagounettes plein la musette, elle-même débordant de morceaux Thrash tout sauf condescendants.

J’avais déjà abordé leur cas il y a trois ans lors de la sortie d’Untouchable Glory, que j’avais loué pour ses qualités radicales mais ludiques, et je vais donc récidiver aujourd’hui puisque Speed Between the Lines perpétue encore cette tradition d’un Thrash tongue in cheek, qui ne crache pas sur quelques références absurdes pour mieux nous convaincre de son bien-fondé furieux. J’avais évoqué à l’époque quelques références notables, dont les immanquables TOXIC HOLOCAUST, les inévitables MUNICIPAL WASTE, mais aussi des clins d’œil plus anciens, adressés aux AT WAR, ACROPHET, BULLDOZER, et finalement, je n’ai pas vraiment changé d’optique en trois ans, puisqu’eux non plus, ce qui finit par devenir une véritable marque de fabrique. GAMA BOMB est en effet l’archétype du groupe qui propose les mêmes idées de disque en disque, les peaufinant avec le temps, et les accommodant d’un humour parfois gras, parfois assez droit, dans ses baskets bien sûr, et qui souhaite donner à son public matière à la gaudriole et jouissance de mosh-parts un peu folles. Encore une fois, pas question de s’éterniser, puisque leur dernier effort est encore plus court que le précédent, avec toutefois une doublette de morceaux en plus. Plus de chansons pour un timing plus resserré, on s’approche des standards Hardcore et Thrashcore, mais si l’emprunte street fury est toujours palpable dans les chœurs des morceaux et dans ces refrains rigolos, le reste est du pur Thrash old-school qui assume son appartenance au nouveau siècle, tout en acceptant le fait que tout a déjà été dit précédemment, et qu’il ne sert à rien de chercher à faire le malin en croyant proposer quelque chose d’inédit.  

Evidemment, la tâche du chroniqueur n’en est que plus difficile au moment de coucher sur clavier des pensées suggérées par des morceaux qu’on connaît déjà avant de les avoir écoutés. Car bien évidemment, Speed Between the Lines ne change en rien la donne établie par les albums précédents, et reprend les choses là où Untouchable Glory les avait laissées, travaillant un peu plus la partition pour gagner en précision, au point que les irlandais sonnent maintenant comme l’archétype du fun Thrash band que rien ne semble pouvoir arrêter. Et tout est fait pour vous immerger dans un monde de galéjades et de références de malades, de coups de pied dans les couilles aux doigts d’honneur à l’extrême droite, en passant par l’hommage appuyé à la virilité de Kurt Russell. Ici, on fout le bordel, mais dans la bonne humeur, et on entame d’ailleurs son travail par une ironie qui défouraille, avec ce « Give Me Leather » aux cris de belette et au refrain qui fouette. Philly Byrne (chant), Domo Dixon & John Roche (guitares), Joe McGuigan (basse/choeurs) et Paul Caffrey (batterie) jouent leur barouf comme si leur crédibilité fun en dépendait, et refusent le sérieux steel & leather du Metal pour se concentrer sur des choses plus essentielles, mais ne manquent pas de brocarder le barnum d’acier qui les entoure, via une invitation/intro de première bourre. Ainsi, « Give Me Leather » pourrait passer pour un inédit d’HAMMERFALL/JUDAS PRIEST passé à la moulinette Thrash, avec ses soudaines envolées suraiguës et son crescendo tendu, lâchant à l’occasion un refrain dantesque sur lequel Philly Byrne se prend pour Rob Halford les deux noisettes coincées dans la porte.

« Alt-Reich » s’en prend joyeusement à la montée des extrêmes, et valide une fois pour toutes les rapprochements entre nos irlandais préférés et la scène Hardcore US, pour une attaque lapidaire d’à peine deux minutes qui laisse sur le cul. D’ailleurs, aucun titre sur cet album ne se permet les trois minutes passées et c’est sans doute ça qui le rend si irrésistible. Alors, que le groupe se prenne pour un pur combo de Power Metal nippon et nous arrache les tympans avec du giron baroque et béton (« Stay Rotten », sorte de pamphlet D.R.I revu et corrigé par la scène proto-Power japonaise), ou qu’ils brocardent gentiment le héros de Backdraft et Tango & Cash (« Kurt Russell » et son refrain absolument irrésistible…« You’ll be Tango (Kurt Russell), I’ll be Cash (Kurt Russell), drinking cider (Kurt Russell), smoking hash (Kurt Russell!) », soit le refrain de l’année haut la main, poil de lapin), tout en assumant parfaitement une destinée peu enviable («World Gone To Hell »), le tout est fait avec une telle envie et une exubérance de folie qu’on se laisse entraîner dans cette sarabande de l’urgence, qui prouve une fois de plus que les GAMA BOMB sont de vrais petits malins en plus d’être d’excellents musiciens. Car le tout est soigné, les parties rythmiques sauvagement emballées, les soli bien torchés, et les parties de chant peaufinées. Alors peu importe que la conscience sociale collective en soit pour ses frais, puisqu’on n’est pas ici pour changer le monde, juste le rendre plus amusant. Et à ce petit jeu du calembour qui tue et du refrain qui mue, les irlandais raflent encore la mise, sans changer de chemise, et en distillant les mêmes idées que les années passées. Se distraire en linéaire, c’est une possibilité. Et puis une très bonne blague, même répétée, fait toujours sourire une fois la nuit tombée et quelques verres avalés.  

 

Titres de l'album :

                         01. Give Me Leather

                         02. A Hanging

                         03. 666teen

                         04. Bring Out The Monster

                         05. R.I.P. U

                         06. Motorgeist

                         07. Alt-Reich

                         08. Stay Rotten

                         09. We R Going 2 Eat U

                         10. Kurt Russell

                         11. World Gone To Hell

                         12. Faceblaster

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/11/2018 à 16:30
78 %    118

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Arioch91
@86.238.174.110
21/11/2018 à 19:25:07
Cet album ne tient pas 5mn face à son prédécesseur, bien plus inspiré et entraînant. Grosse déception pour moi.

Ajouter un commentaire


Sadist

Spellbound

Prezir

As Rats Devour Lions

Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Hæster

All Anchors No Sails

Syd Kult

Weltschmerz

Which Witch Is Which

Which Witch Is Which

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Tyrant Fest J1 [Photo Report]

Simony / 25/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Solstafir

11/12 : Les Abattoirs, Cognac (16)

Aura Noir + Obliteration + Vorbid

11/12 : Le Grillen, Colmar (68)

Solstafir

12/12 : Le Moloco, Audincourt (25)

Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

chro séduisante, bon morceau également, merci pour la découverte


Franchement meilleur que les dernières prod de Death Fr...


Humungus : +1
Ben oui, normal. Déjà assimiler "vegan" et "antifa" est hors sujet.
Soutenons UADA !


KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.


Candlemass c'est pourris depuis la première séparation des années 90...Avant c'était génial et sombre.


Rien d'autre a faire que d'aller au Botswana ?


Donc Ici on ne peut pas être anti-fa, et vegan sans être aussi une cible...


Les antifas sont effectivement aussi fascistes que ceux qu'ils dénoncent. Pitoyable histoire...


Si Jeff est aussi insipide dans MDB qu'il ne le fut dans Paradise Lost, ça promet de sombres catastrophes. Je me souviens encore de la manière dont il détruisait "As I die" sur scène...


Très très curieux d'entendre ça, surtout avec le retour de Langqvist.


Faut voir le résultat, je suis très méfiant avec CANDLEMASS qui n'a rien proposé de bandant depuis fort longtemps ! Mais sur le papier... oui c'est la classe ultime !


C'est exactement ce que je me disais... La classe !


"Mais aussi que Toni Iommi (ex-BLACK SABBATH) apparaissait sur le titre "Astorolus - The Great Octopus" le temps d'un solo".
Si ça c'est pas la grande classe... ... ...