Ça n’est pas parce qu’on joue une forme de musique extrême qu’on est obligé de voir le monde sous ses aspects les plus rebutants. Après tout, on peut aussi trouver la vie amusante, multiplier les calembours, prôner une certaine forme de détachement, sans se compromettre artistiquement. Souvenez-vous, thrasheurs, les ANTHRAX, malgré des lyrics souvent engagés n’étaient pas les derniers à foutre le bordel. Les ACID REIGN, aussi impliqués, mettaient en avant une affection particulière pour les blagues à deux sous, tout en proposant un Mosh-Thrash assez convaincant. Et sans oublier bien évidemment tous ces gangs de pastiches, sans postiches, les GWAR, NANOWAR, qui tout en instaurant un climat prêtant à sourire nous offraient des albums solides musicalement, pour peu que l’auditeur ne soit pas à cheval sur quelques redondances. Les irlandais de GAMA BOMB ont visiblement bien compris la leçon, eux qui l’appliquent depuis dix-sept ans, et qui la récitent avec une application dans la folie sans failles depuis la sortie de leur premier long en 2002, Survival of the Fastest. Back in time, leur philosophie extrême semblait encore assez naïve et hautement perfectible, mais d’effort en effort, et de LP en LP, ils sont parvenus à atteindre une sorte de plénitude dans la dérision, ce que leur sixième longue-durée vient prouver en ce mois d’octobre qui prolonge un peu l’été. Ainsi, après Citizen Brain en 2008, Tales from the Grave in Space en 2009, The Terror Tapes en 2013, et Untouchable Glory en 2015, les originaires de Newry, Irlande du Nord nous en reviennent encore avec des blagounettes plein la musette, elle-même débordant de morceaux Thrash tout sauf condescendants.

J’avais déjà abordé leur cas il y a trois ans lors de la sortie d’Untouchable Glory, que j’avais loué pour ses qualités radicales mais ludiques, et je vais donc récidiver aujourd’hui puisque Speed Between the Lines perpétue encore cette tradition d’un Thrash tongue in cheek, qui ne crache pas sur quelques références absurdes pour mieux nous convaincre de son bien-fondé furieux. J’avais évoqué à l’époque quelques références notables, dont les immanquables TOXIC HOLOCAUST, les inévitables MUNICIPAL WASTE, mais aussi des clins d’œil plus anciens, adressés aux AT WAR, ACROPHET, BULLDOZER, et finalement, je n’ai pas vraiment changé d’optique en trois ans, puisqu’eux non plus, ce qui finit par devenir une véritable marque de fabrique. GAMA BOMB est en effet l’archétype du groupe qui propose les mêmes idées de disque en disque, les peaufinant avec le temps, et les accommodant d’un humour parfois gras, parfois assez droit, dans ses baskets bien sûr, et qui souhaite donner à son public matière à la gaudriole et jouissance de mosh-parts un peu folles. Encore une fois, pas question de s’éterniser, puisque leur dernier effort est encore plus court que le précédent, avec toutefois une doublette de morceaux en plus. Plus de chansons pour un timing plus resserré, on s’approche des standards Hardcore et Thrashcore, mais si l’emprunte street fury est toujours palpable dans les chœurs des morceaux et dans ces refrains rigolos, le reste est du pur Thrash old-school qui assume son appartenance au nouveau siècle, tout en acceptant le fait que tout a déjà été dit précédemment, et qu’il ne sert à rien de chercher à faire le malin en croyant proposer quelque chose d’inédit.  

Evidemment, la tâche du chroniqueur n’en est que plus difficile au moment de coucher sur clavier des pensées suggérées par des morceaux qu’on connaît déjà avant de les avoir écoutés. Car bien évidemment, Speed Between the Lines ne change en rien la donne établie par les albums précédents, et reprend les choses là où Untouchable Glory les avait laissées, travaillant un peu plus la partition pour gagner en précision, au point que les irlandais sonnent maintenant comme l’archétype du fun Thrash band que rien ne semble pouvoir arrêter. Et tout est fait pour vous immerger dans un monde de galéjades et de références de malades, de coups de pied dans les couilles aux doigts d’honneur à l’extrême droite, en passant par l’hommage appuyé à la virilité de Kurt Russell. Ici, on fout le bordel, mais dans la bonne humeur, et on entame d’ailleurs son travail par une ironie qui défouraille, avec ce « Give Me Leather » aux cris de belette et au refrain qui fouette. Philly Byrne (chant), Domo Dixon & John Roche (guitares), Joe McGuigan (basse/choeurs) et Paul Caffrey (batterie) jouent leur barouf comme si leur crédibilité fun en dépendait, et refusent le sérieux steel & leather du Metal pour se concentrer sur des choses plus essentielles, mais ne manquent pas de brocarder le barnum d’acier qui les entoure, via une invitation/intro de première bourre. Ainsi, « Give Me Leather » pourrait passer pour un inédit d’HAMMERFALL/JUDAS PRIEST passé à la moulinette Thrash, avec ses soudaines envolées suraiguës et son crescendo tendu, lâchant à l’occasion un refrain dantesque sur lequel Philly Byrne se prend pour Rob Halford les deux noisettes coincées dans la porte.

« Alt-Reich » s’en prend joyeusement à la montée des extrêmes, et valide une fois pour toutes les rapprochements entre nos irlandais préférés et la scène Hardcore US, pour une attaque lapidaire d’à peine deux minutes qui laisse sur le cul. D’ailleurs, aucun titre sur cet album ne se permet les trois minutes passées et c’est sans doute ça qui le rend si irrésistible. Alors, que le groupe se prenne pour un pur combo de Power Metal nippon et nous arrache les tympans avec du giron baroque et béton (« Stay Rotten », sorte de pamphlet D.R.I revu et corrigé par la scène proto-Power japonaise), ou qu’ils brocardent gentiment le héros de Backdraft et Tango & Cash (« Kurt Russell » et son refrain absolument irrésistible…« You’ll be Tango (Kurt Russell), I’ll be Cash (Kurt Russell), drinking cider (Kurt Russell), smoking hash (Kurt Russell!) », soit le refrain de l’année haut la main, poil de lapin), tout en assumant parfaitement une destinée peu enviable («World Gone To Hell »), le tout est fait avec une telle envie et une exubérance de folie qu’on se laisse entraîner dans cette sarabande de l’urgence, qui prouve une fois de plus que les GAMA BOMB sont de vrais petits malins en plus d’être d’excellents musiciens. Car le tout est soigné, les parties rythmiques sauvagement emballées, les soli bien torchés, et les parties de chant peaufinées. Alors peu importe que la conscience sociale collective en soit pour ses frais, puisqu’on n’est pas ici pour changer le monde, juste le rendre plus amusant. Et à ce petit jeu du calembour qui tue et du refrain qui mue, les irlandais raflent encore la mise, sans changer de chemise, et en distillant les mêmes idées que les années passées. Se distraire en linéaire, c’est une possibilité. Et puis une très bonne blague, même répétée, fait toujours sourire une fois la nuit tombée et quelques verres avalés.  

 

Titres de l'album :

                         01. Give Me Leather

                         02. A Hanging

                         03. 666teen

                         04. Bring Out The Monster

                         05. R.I.P. U

                         06. Motorgeist

                         07. Alt-Reich

                         08. Stay Rotten

                         09. We R Going 2 Eat U

                         10. Kurt Russell

                         11. World Gone To Hell

                         12. Faceblaster

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/11/2018 à 16:30
78 %    279

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Arioch91
@86.238.174.110
21/11/2018 à 19:25:07
Cet album ne tient pas 5mn face à son prédécesseur, bien plus inspiré et entraînant. Grosse déception pour moi.

Ajouter un commentaire


Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever