Sortis de nulle part. Pas de démo, un premier LP/EP, et les choses débutent sous des auspices mystérieux, avec en bande son un des BM les plus âpres et rugueux que j’ai pu écouter depuis longtemps.

Trois morceaux, une intro, pour plus d’une demi-heure de musique sans concession, avec une approche résolument personnelle, ambitieuse, mais proche des racines du style, sous son optique la plus brutale et compacte.

Ainsi pourrait-être résumée la découverte de cette première œuvre des Américains de SPEKTRAL HATCHERY qui ne donnent ni dans la facilité, ni dans la complaisance. Et une fois de plus, le sempiternel débat stérile entre art et bruit pourra trouver une nouvelle incarnation, que je vais de suite évacuer.

Si vous n’aimez pas le BM sordide, sombre, nihiliste, bordélique, à la limite d’un chaos amateuriste, alors passez votre chemin.

Celui de ces trois-là (Eh Khul – guitare/chant, Ash Fox – guitare et B. Wormcastle – batterie), nous mène tout droit à Olympia, état de Washington, dans lequel ils ont vu le jour en 2015. Une année pour se mettre en place, digérer le passé au sein de formations comme TWILIGHT FALLS, TRYBLITH, CLAN OF THE BLEEDING EYE ou BOREAL et se tourner vers un nouvel avenir, toujours placé dans l’ombre d’un soleil noir pas particulièrement réchauffant.

Trois « vrais » morceaux donc, introduits par une courte présentation de deux minutes, avant de sombrer dans le chaos sonore le plus intense qui soit, élaboré à base de coups de sang, d’atmosphères délétères et morbides, de collisions rythmiques désassemblées, d’écorchement vocaux, et de maelstrom global dont il est parfois impossible de discerner les détails.

Je comprends que le schéma puisse rebuter, mais voyez ça comme un mode d’expression global, un refus des conventions et une certaine vision d’un BM lo-fi aux ambitions progressives sachant rester hautement abrasives.

Difficile de digérer un tel pavé alors même qu’il excède à peine la demi-heure. Et pourtant, on ressort de l’écoute de « Trans-Temporal Being » complètement exsangue, sur les rotules, comme si nous avions voyagé d’un corps à l’autre à travers le temps et l’espace.

Pour suggérer un tel malaise, les SPEKTRAL HATCHERY ne reculent devant rienRiffs cisaillés dans le Metal rouillé, parties rythmiques apocalyptiques, couches de chant qui s’empilent comme des exhortations à refuser le bonheur, et suite de plans qui s’enchaînent comme dans un mauvais rêve dont on ne sort pas forcément indemne. Quasi mélange entre le mysticisme instrumental d’un ARCTURUS et le radicalisme outrancier d’un BURZUM, ce morceau est assez symptomatique de l’absence de compromis de ce premier jet, qui pourtant fait montre d’ambitions indéniables. Le final en forme de boucles de sons spatiaux nous entraine d’ailleurs dans une autre dimension, celle proposée par la suite « Psycosmic Immersion ».

Ce second segment se pose d’ailleurs en totale contradiction sur une bonne moitié de sa durée, qui se fixe sur un riff acide à la MAYHEM, traîné le long d’un downtempo lugubre et éreinté. Aucune variation, aucune digression, juste un motif répété jusqu’à l’écœurement, fonctionnant comme un mantra négatif qui finit par nous faire passer à un niveau de conscience supérieur lors d’une brutale cassure médiane.

Dès lors, le chaos s’installe de nouveau, et devient difficilement compréhensible…La batterie semble laisser s’exprimer des désirs de heurts assez difficilement discernables, tandis que les deux guitares se livrent à un duel de riffs brouillons, qui forment en boucle une symphonie de l’étrange, une fois de plus assez dérangeante. Le chant ne fait de son côté aucun effort pour éclaircir la pénombre ambiante, et il est à ce moment-là très difficile de définir les contours de Spektral Hatchery

A la rigueur voyons-le justement comme une figure fantomatique qui traverse des décennies de BM sans s’arrêter sur une époque en particulier, mais en en refusant tous les artifices trop esthétiques…

« Fata Morgana » (phénomène optique résultat d’une combinaison de mirages), illustre très bien son concept en superposant des couches de sons inextricables, qui finissent par former le négatif parfait d’un Black Metal aux aspirations transcendantes, vu au travers d’un prisme déformant.

Une fois de plus, la cohérence est là, tapie dans l’ombre d’un tourbillon d’idées abrasives et bruitistes, cohérence que certains jugeront un peu brouillonne, et qui se veut pourtant limpide.

Le chant de Khul se permet quelques descentes de gravité assez impressionnantes, alors même que les guitares répètent à l’envi le même thème strident.

Le son, très sec et sans écho ne se répercute nulle part et semble tournoyer autour de notre conscience, comme pour y insuffler des idées de monde parallèle, dans lequel la logique est aléatoire, et soumise à des fluctuations imprévisibles.

Mais il est terriblement difficile d’essayer d’interpréter d’une façon ou d’une autre la démarche de ce trio qui n’admet aucune entrave à ses tentatives.

Il est par contre tout à fait possible de concevoir ce premier album comme la concrétisation d’une vision noire et impénétrable, telles des voies d’un seigneur du chaos qui dispense ses dogmes d’une expression brute et nihiliste.

SPEKTRAL HATCHERY est donc un passage vers un autre monde, parfaitement inversé au notre, qui privilégie la forme à un fond dispendieux.

A vous de voir si cette construction en gigogne instable est digne d’intérêt, ou si ce premier album n’est qu’un assemblage hasardeux de sonorités rebutantes.

J’ai choisi ma version, mais mon âme est déjà pervertie depuis longtemps.    


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. Trans-Temporal Being
  3. Psycosmic Immersion
  4. Fata Morgana

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 22/01/2017 à 14:11
70 %    308

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Snake Bite Whisky

This Side of Hell

Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Brutality Over Belgium - South Edition III

Mold_Putrefaction / 23/03/2019
Brutal Death Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

En effet c'est sur amazon que j'avais trouvé ça.


@LeMoustre
https://www.amazon.com/Murder-Front-Row-Thrash-Epicenter/dp/1935950037


Les gars, vous savez où il se trouve encore, ce bouquin ?


Hellhammer et Manowar en même temps, la blague... N'importe quoi !


A savoir jeunes impatients que le running order du samedi sera visible demain.
Et celui de dimanche...
Bah dimanche prochain pardi.


J'avais peur que MANOWAR et KING DIAMOND se chevauche...
Bah heureusement non... ... ...
Mais c'est MANOWAR et HELLHAMMER qui jouent en même temps bordel de dieu !
Fait chier ce HELLFEST merde ! (sic)
Sinon, à partir de 17 h, la TEMPLE c'est vraiment "The place to be"...


ca a toujours été un groupe de pur black metal et aujourd'hui plus que jamais


merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".