Return of the Dragon

Sacred Oath

02/04/2021

Angel Thorne Music

Lorsque j’ai découvert le premier album de SACRED OATH, A Crystal Vision en 1987, il y a deux choses que je n’aurais pas imaginées : la première, que le groupe serait encore vivant et productif trois décennies plus tard (musique atypique, micro-label, etc…), et la seconde, qu’il faudrait attendre presque vingt ans pour découvrir une suite à ce premier chapitre. Ce sont pourtant dix-huit ans qui ont séparé A Crystal Vision de son immédiat successeur A Crystal Revision, y faisant une directe allusion. Et ce qui aurait pu n’être qu’un one-shot avant braderie totale a en fait été le signal du départ de la seconde et valide partie de carrière du groupe de Danbury, Connecticut, qui depuis 2005 enchaîne les longue-durée avec une belle constance. C’est ainsi qu’en 2021, nous fêtons non seulement les trente-sept ans de carrière du groupe, mais aussi son neuvième album studio, avec ce Return of the Dragon, autoproduit, et intervenant quatre ans après le dernier témoignage discographique Twelve Bells.          

Brendan Kelleher (basse), Kenny Evans (batterie), Bill Smith (guitare), Damiano Christian (guitare) et Rob Thorne (guitare/chant) s’en reviennent donc avec un line-up complété d’un troisième guitariste, à l’image des groupes de Rock sudiste ou d’IRON MAIDEN, et autant dire que cet ajout n’est pas qu’un gimmick, loin s’en faut. Le quintet sonne plus agressif, les riffs sont démultipliés, l’agression est permanente, mais SACRED OATH n’a rien sacrifié de son originalité sur l’autel de la puissance. Leur musique est toujours aussi difficile à décrire, entre Heavy épique et puissant et Thrash light mais mordant, le tout assaisonné d’une bonne dose de vinaigrette Power, de quoi rendre fous les amateurs de musique franche des eighties, mais aussi de quoi assoiffer les amateurs d’originalité. A l’image de nombreux combos issus des années 80, dont HEIR APPARENT ou MANILLA ROAD, SACRED OATH a choisi de ne jamais choisir et de laisser parler son instinct, ce qui a toujours donné lieu à des créations uniques, ne laissant personne indifférent, attitude ne leur permettant évidemment pas d’accrocher les masses, mais de se constituer un following fidèle et curieux. Et ce neuvième longue-durée est encore une réussite en soi, avec un panel de chansons variées, culottées, mélodiques, furieuses ou progressives.

Look fardé, image distordue, maquillage bizarre et de faux airs de KILLING JOKE, voilà pour le look, la partie la moins importante de l’affaire. Musicalement, le groupe n’a pas beaucoup changé depuis sa relance des années 2000, et louvoie toujours entre les genres avec un bonheur certain. Ce que l’on remarque immédiatement sur Return of the Dragon, c’est que le dit dragon doit affronter un déluge de plomb émanant des trois guitares qui s’en donnent à cœur joie dans des gerbes de riffs à faire fondre l’acier le plus trempé. La pauvre bête doit souffler de tous les côtés pour ne pas finir brulée immédiatement, et un morceau de l’ampleur de « Empires Fall » a largement de quoi transformer la bête cornue en un pauvre tas de cendres. L’énergie est donc toujours aussi intense, l’inspiration toujours aussi noble, entre QUEENSRYCHE et ANNIHILATOR, avec ces clins d‘œil à la génération des CRIMSON GLORY, tout en conservant une optique terriblement personnelle. Et c’est via « Cthulhu Wakes » que le quintet nous accueille dans sa nouvelle aventure, pour le moins tumultueuse et jonchée de turpitudes et autres défis à relever.             

       

Les deux membres fondateurs que sont Rob Thorne et Kenny Evans assurent toujours le rôle de pivot et de lien avec le passé, et en enrôlant le jeune Damiano Christian il y a quatre ans, alors qu’il n’en avait que dix-huit a été un sacré pari, brillamment relevé par ce nouvel album. On sent la niaque revenue, on sent l’envie d’en découdre, et les compositions prennent des allures de feux d’artifices interrompus, illuminant un ciel classic Heavy pour lui donner de faux airs de tempête Thrash, avec en appui pour les plus sensibles des mélodies en éclairs immédiatement mémorisables (« Hammer of an Angry God »). Parfois populaire, mais jamais compromis, toujours passionné et créatif, le groupe américain nous propose donc une sorte de résumé amplifié de ses années de reformation post-2000, et parvient parfois à égaler la magie du sacro-saint A Crystal Vision. Il est encore trop tôt pour affirmer si Return of the Dragon a de quoi rivaliser avec ce classique underground mais les musiciens et compositeurs ont mis toutes les armes de leur côté, allant jusqu’à essayer de séduire les accros au Heavy ricain le plus abordable (« The Next Pharaoh », aux syncopes diaboliques).

Tous les morceaux ont quelque chose de personnel à proposer, et la basse de Brendan Kelleher prend un malin plaisir à s’incruster dans le déluge de guitare pour nous offrir un joli parapluie rythmique. Entre franchise immédiate et up-tempo jumpy but thrashy (« Last Ride of the Wicked Dead »), et longue suites sombres et évolutives à la SAVATAGE (« Return of the Dragon »), SACRED OATH passe en revue toutes les composantes du Heavy US des années 80, remis au goût d’un jour plus grave et puissant. Sans se trahir, mais en s’adaptant à son époque et ses exigences, le quintet nous livre une belle performance, un peu mystique sur les bords, enivrante et envoutante, avec toujours cette science des arrangements vocaux. 

L’album offre un bel équilibre entre l’émotion et la passion, avec des charges plus virulentes allant jusqu’à évoquer une percussion fortuite entre PANTERA et DREAM THEATER (« At the Gates »), et si parfois, l’attitude sonne un peu formelle, et l’approche traditionnelle (« Into the Drink »), SACRED OATH s’en extirpe rapidement de sa créativité et de son unicité. Ainsi, le final « Root of All Evil » et sa sublime intro acoustique nous offre l’épilogue rêvé, un peu onirique au départ, puis soudainement cauchemardesque, de ses riffs purement Thrash et de sa rythmique en rouleau compresseur alternatif. Toujours aussi imaginatif et attaché à ses racines, SACRED OATH reste donc fidèle à sa réputation de perpétuel outsider ne faisant rien comme tout le monde, et signe un neuvième album impeccable, quoique réservé une fois encore à une fanbase de connaisseurs. Mais rien  ne vous empêche de découvrir ce groupe magique via Return of the Dragon, qui constitue une porte d’entrée fiable sur leur univers.

                                                                                                                                                                  

                                      

Titres de l’album:

01. Cthulhu Wakes

02. Last Ride of the Wicked Dead

03. Return of the Dragon

04. At the Gates

05. Empires Fall

06. Hammer of an Angry God

07. The Next Pharaoh

08. Primeval

09. Into the Drink

10. Root of All Evil


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/04/2021 à 15:43
80 %    660

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
KaneIsBack

"La mort triomphante" était un EP, "Le diamant de Lucifer" sera

17/05/2022, 15:59

RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46

Jus de cadavre

Oh putain comment ça pompe Carcass (les riffs, le chant, les compos, tout !)   ! C'est hyper bien fait, m(...)

12/05/2022, 18:39

Jus de cadavre

Merci pour ce bien bon report. Un fest que j'aimerais beaucoup faire un de ces jours, je suis pas un immense amateur de Grind mais en live c'est toujours des baffes assurées (Chiens, Blockheads et Sublime en particulier ici).

12/05/2022, 18:32

RBD

Pas mieux qu'Ander... J'écoutais justement l'album de Soreption où il prêtait main forte hier soir. Qu'il repose en paix.

12/05/2022, 12:11

Buck Dancer

Classique, mais plutôt sympa ce morceau. Moi qui attends toujours un successeur à Antithesis, ça me donne envie d'écouter l'album. 

12/05/2022, 12:07

Simony

Oui je suis peut-être un peu dur je te l'accorde mais c'est parce que je les aime bien, la pochette de Hundre år gammal était excellente, très inquiétante, comme celle de Krek par exemple.Mais le principal étant que la musique soit bonne et &c(...)

12/05/2022, 10:17

Humungus

Toujours été fan de TULUS et KHOLD.Donc j'attends forcément celui-ci au tournant.Assez d'accord avec toi Gargan concernant la redondance des albums mais je fais avec hé hé hé...PS : T'es dur Simony là (...)

12/05/2022, 10:10

Ander

Pas un grand connaisseur de son groupe mais on le voyait régulièrement en invité sur des albums  de death metal (Aborted, Soreption, Disentomb...) Ca fait toujours bizarre, 41 piges bordel...R.I.P.

12/05/2022, 08:22