Voilà un groupe qui connait une troisième partie de carrière, après avoir entamé la sienne sous le nom de DARK HELLION en 2011, puis d’opter pour la contraction DELION en 2017, avant de changer complètement d’optique en 2019 et se baptiser IROY. Mais le seul lien reliant ces trois entités est le chanteur Gorka Fernandez, seul membre ayant fait partie des trois concepts, et aujourd’hui à la tête d’un nouveau line-up reprenant dans les grandes lignes la structure de son précédent groupe. On en retrouve en effet dans les rangs d’IROY trois ex-membres, Sergio Bello à la basse, Elena Sánchez et Eduardo Arce aux guitares. Ces trois-là se fréquentaient déjà sur les bancs de LYGIUM, et la formation se complète avec l’intronisation au poste de batteur de Mikel Iragui (BLAST WAVE, NO SANCTUARY, ex-ACCIÓN DIRECTA, ex-AGONÍA, ex-ANTHESTRAL, ex-BLACK STAGE, ex-INCEPTION, ex-MOSHWAR, ex-QUASAR). Un nouveau départ donc, qui ne signifie pas forcément un changement de cap majeur, puisque nos amis ibères se livrent toujours avec bonheur à l’exercice formel du Heavy Metal traditionnel, joué à l’espagnole, et largement saupoudré d’une grosse touche de mélodie, lui permettant de se présenter sous un jour très aéré mais néanmoins puissant. On reconnaît bien là les méthodes de l’école espagnole qui n’a jamais conçu l’agressivité autrement que matinée d’une couche d’harmonie prononcée, et si chacun des deux groupes précédemment menés par Gorka Fernandez a eu le temps de laisser une trace discographique dans l’histoire, IROY débute son parcours avec un LP format EP, contenant sept morceaux et une petite demi-heure de musique en disant assez long sur sa philosophie.

Ayant tourné dans le passé avec des groupes comme VHALDEMAR, ELBERETH, JORGE SALAN, GUADAÑA, BULLET, WILD CRASH, FROZEN CROWN, PHOENIS RISING, ATREIDES, COINS FOR CHARON ou FALCIE, IROY est donc un groupe à l’assise musicale affirmée, qui sait en 2019 ce qu’il voulait déjà en 2012. Admettant des influences classiques (SÖBER, SONATA ARCTICA, IRON MAIDEN, JUDAS PRIEST, ACCEPT, PRIMAL FEAR), ce quintet de Bilbao ne prétend pas révolutionner le petit monde du Metal moderne de par son approche plus ou moins traditionnelle, mais lui redonner des lettres de noblesse que les eighties lui avaient conférées. Sans oser fouler du pied les frontières séparant le Heavy du Hard Rock mélodique, les espagnols (ou basques) n’ont pas pour autant peur de se rapprocher d’un Heavy très mélodique à la puissance indéniable, et aux riffs chauds comme des diables. On se retrouve donc face à un bel équilibre stable, et un formalisme de composition certain, qui n’empêche toutefois pas les chansons de décoller vers des paradis harmoniques délicieux (« Sangre Azul »). D’ailleurs, le contexte est fermement et honnêtement planté par l’introductif « Ganas de Gritar » qui de ses arpèges délicats ne fait pas grand mystère de la passion du groupe pour un Metal certes décoiffant, mais qui sait se montrer conciliant. On pense évidemment à la vague allemande de Metal incisif et violent, mais aussi à la tradition espagnole des années 80, et par touches fugaces à l’attitude sud-américaine, celle des ANGRA, dans une version plus brute et beaucoup moins ciselée. Mais le mélange est séduisant à défaut d’être original, et la sauce prend, grâce à des chœurs pertinents et à un duo de guitares qui préfèrent souvent mordre que caresser.

Des soli intuitifs et piquants, une section rythmique à l’abattage conséquent, et un chanteur à l’organe lyrique qui se complètent parfaitement, et qui prouvent que les années ont permis à l’osmose de prendre entre eux. Inutile de préciser que les années passées ensemble leur ont permis de renforcer leur cohésion, indiscutable ici, et qui prend parfois la forme d’une course en avant tous riffs dehors, avec une hargne et une pugnacité qui font plaisir à entendre, à l’orée d’un Power Metal un peu thrashy sur les bords, mais qui ne renie en rien les dogmes Heavy (« Mentiras »). Ce sont d’ailleurs souvent les chœurs qui mettent de l’eau gazeuse dans le vin de messe, et qui tempèrent l’ardeur de guitares qui se démènent en enfer. A grand renfort de bends, de sifflantes, et d’harmoniques vicieuses, le groupe prouve son allégeance à un Metal de défiance qui inspire confiance, profitant d’une production très honnête pour placer des idées classiques, mais terriblement percutantes. A son poste de soliste en chef, Eduardo Arce nous rappelle les arabesques néo-classiques d’Yngwie, malgré un mixage le poussant un peu trop en avant, mais le tempétueux guitariste sait se montrer à la hauteur d’un chanteur de la race des grands, à l’organe ample et au feeling débordant de foi. Peu de morceaux à se mettre sous la dent, mais uniquement du premier choix, et une tendance à glisser le long de la pente de la nuance en accentuant les mélodies sur fond de tapis rythmique purement Hard-Rock (« Mírame »). On se dit qu’on a affaire à une grosse dose de Heavy mélodique à la suédoise revue et corrigée par l’Espagne, et l’image n’est pas incongrue, même si ces moments d’aplanissement sont minoritaires ici. Car le quintet n’a pas l’intention de passer pour une assemblée d’uber-sentimentaux anonymes, préférant l’assise virile du Heavy à la complaisance d’un AOR trop tendre (« El Dictador »)

Nous nageons évidemment dans un océan de prévisibilité, et tous les plans s’enchaînent dans une logique de courants imparables, mais l’envie, la volonté, et l’implication des musiciens nous permettent d’oublier que tout ceci reste hautement anecdotique d’un point de vue créatif, IROY se rapprochant parfois dangereusement des dogmes de ses idoles (« Volver a ti »). Mais le groupe a au moins le mérite de terminer sa course par un véritable hymne (« Iroy », flamboyant, saccadé et chatoyant), permettant à ce premier LP/EP d’atteindre un très honorable niveau de qualité. Souhaitons que cette fois-ci ce nom dure un peu plus longtemps que les autres, et que les espagnols aient enfin trouvé leur véritable identité nominale, celle de leur musique étant claire depuis très longtemps.      

             

 

Titres de l’album :

                          1.Ganas de Gritar

                          2.Mentiras

                          3.Mírame

                          4.Sangre Azul

                          5.El Dictador

                          6.Volver a ti

                          7.Iroy

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/09/2019 à 17:16
75 %    95

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Abbygail

Gun Control

Mötley Crüe

Dr. Feelgood

Tool

Fear Inoculum

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 4 + Bilan

L'Apache / 05/09/2019
Brutal Assault

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 3

L'Apache / 04/09/2019
2019

Concerts à 7 jours

Uneven Structure + Mobius

18/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ Valley Of The Sun + Dirty Raven

18/09 : Supersonic, Paris (75)

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Photo Stream

Derniers coms

Cela aurait été vraiment la grande classe il y a plus de 15 ans.
Désormais beaucoup (beaucoup !) moins.
Mais bon, cela sera toujours mieux que d'être membre de DRAGONFORCE... Ca c'est certain... ... ...


Un français dans Kreator, la grande classe ! Bravo à lui !


Malheureusement KRASSIER doit annuler sa participation à cette date pour cause de blessure d'un de ses membres. Mais vous aurez droit à des sets rallongés de CONQUERORS et FREKKR.


Yesss ! Il va falloir réviser les classiques ^^


Très chouette Chronique encore une fois ! J'attends plus rien de Korn depuis des années et j'ai l'impression que le groupe n'a plus rien à proposer depuis très longtemps. Chaque nouvel album s'essouflant à peine l'écoute terminé. Mais je vais donner sa chance a celui-ci. Le morceau "Cold" est(...)


Absolument excellent !! Vivement l'album.


Nul n'est parfait mon bon...


Bien vu ! Razor que j'ai découvert honteusement il y a peu seulement. Verdict sans appel : la grosse volée !


On devrait reparler de tout ça prochainement.


Avec une pochette hommage à RAZOR...


https://youtu.be/fgNl-aD64F8


Excellent xD ! Un groupe qui fait les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.. Et le morceau est bien cool !


Un bel objet à n'en pas douter ;-)


Ouuuh qu'il me le faut ce coffret !
J'étais au Hammer Of Doom cette année là…
Super show…
Raison de plus donc pour me l'acheter.


Pareil, billet en poche, ça peut pas se louper, ça.
Quel dommage, ce festival où j'ai pu aller le mois dernier est en effet très bien organisé, avec une sélection cohérente d'artistes et une jauge parfaite tant en nombre qu'en structure.
En espérant que ce festival perdurera au d(...)


1) J'étais malheureusement déjà au jus de cette trèèès mauvaise nouvelle.
Le big boss de l'orga m'a laissé sous-entendre que le flambeau serait ensuite repris par d'autres...
Intox ?
Quoi qu'il en soit, je croise vraiment les doigts pour que cela soit vrai.
2) N'oublie(...)


Si tu n'y est jamais allé, ^profites de l dernière édition, c'est vraiment un beau petit fest bien champêtre et chaleureux, avec une prog diabolique pour un coup très, très honnête. J'y suis allé trois ou quatre fois et chaque édition était superbe.


Nile est malheureusement en mode pilotage automatique depuis une bonne dizaine d'années maintenant. Ce n'est pas forcément mal en soi, mais dans ce cas présent, les américains sont vraiment en panne d'inspiration pour ce nouveau morceau. Rien de bien captivant. A voir sur l'album entier.


Jamais été à ce fest, mais toujours entendu de bonnes critiques. Bravo à l'équipe, et c'est classe de partir comme ça sur une dernière édition !


"Pas très bon", ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...