Voilà un groupe qui connait une troisième partie de carrière, après avoir entamé la sienne sous le nom de DARK HELLION en 2011, puis d’opter pour la contraction DELION en 2017, avant de changer complètement d’optique en 2019 et se baptiser IROY. Mais le seul lien reliant ces trois entités est le chanteur Gorka Fernandez, seul membre ayant fait partie des trois concepts, et aujourd’hui à la tête d’un nouveau line-up reprenant dans les grandes lignes la structure de son précédent groupe. On en retrouve en effet dans les rangs d’IROY trois ex-membres, Sergio Bello à la basse, Elena Sánchez et Eduardo Arce aux guitares. Ces trois-là se fréquentaient déjà sur les bancs de LYGIUM, et la formation se complète avec l’intronisation au poste de batteur de Mikel Iragui (BLAST WAVE, NO SANCTUARY, ex-ACCIÓN DIRECTA, ex-AGONÍA, ex-ANTHESTRAL, ex-BLACK STAGE, ex-INCEPTION, ex-MOSHWAR, ex-QUASAR). Un nouveau départ donc, qui ne signifie pas forcément un changement de cap majeur, puisque nos amis ibères se livrent toujours avec bonheur à l’exercice formel du Heavy Metal traditionnel, joué à l’espagnole, et largement saupoudré d’une grosse touche de mélodie, lui permettant de se présenter sous un jour très aéré mais néanmoins puissant. On reconnaît bien là les méthodes de l’école espagnole qui n’a jamais conçu l’agressivité autrement que matinée d’une couche d’harmonie prononcée, et si chacun des deux groupes précédemment menés par Gorka Fernandez a eu le temps de laisser une trace discographique dans l’histoire, IROY débute son parcours avec un LP format EP, contenant sept morceaux et une petite demi-heure de musique en disant assez long sur sa philosophie.

Ayant tourné dans le passé avec des groupes comme VHALDEMAR, ELBERETH, JORGE SALAN, GUADAÑA, BULLET, WILD CRASH, FROZEN CROWN, PHOENIS RISING, ATREIDES, COINS FOR CHARON ou FALCIE, IROY est donc un groupe à l’assise musicale affirmée, qui sait en 2019 ce qu’il voulait déjà en 2012. Admettant des influences classiques (SÖBER, SONATA ARCTICA, IRON MAIDEN, JUDAS PRIEST, ACCEPT, PRIMAL FEAR), ce quintet de Bilbao ne prétend pas révolutionner le petit monde du Metal moderne de par son approche plus ou moins traditionnelle, mais lui redonner des lettres de noblesse que les eighties lui avaient conférées. Sans oser fouler du pied les frontières séparant le Heavy du Hard Rock mélodique, les espagnols (ou basques) n’ont pas pour autant peur de se rapprocher d’un Heavy très mélodique à la puissance indéniable, et aux riffs chauds comme des diables. On se retrouve donc face à un bel équilibre stable, et un formalisme de composition certain, qui n’empêche toutefois pas les chansons de décoller vers des paradis harmoniques délicieux (« Sangre Azul »). D’ailleurs, le contexte est fermement et honnêtement planté par l’introductif « Ganas de Gritar » qui de ses arpèges délicats ne fait pas grand mystère de la passion du groupe pour un Metal certes décoiffant, mais qui sait se montrer conciliant. On pense évidemment à la vague allemande de Metal incisif et violent, mais aussi à la tradition espagnole des années 80, et par touches fugaces à l’attitude sud-américaine, celle des ANGRA, dans une version plus brute et beaucoup moins ciselée. Mais le mélange est séduisant à défaut d’être original, et la sauce prend, grâce à des chœurs pertinents et à un duo de guitares qui préfèrent souvent mordre que caresser.

Des soli intuitifs et piquants, une section rythmique à l’abattage conséquent, et un chanteur à l’organe lyrique qui se complètent parfaitement, et qui prouvent que les années ont permis à l’osmose de prendre entre eux. Inutile de préciser que les années passées ensemble leur ont permis de renforcer leur cohésion, indiscutable ici, et qui prend parfois la forme d’une course en avant tous riffs dehors, avec une hargne et une pugnacité qui font plaisir à entendre, à l’orée d’un Power Metal un peu thrashy sur les bords, mais qui ne renie en rien les dogmes Heavy (« Mentiras »). Ce sont d’ailleurs souvent les chœurs qui mettent de l’eau gazeuse dans le vin de messe, et qui tempèrent l’ardeur de guitares qui se démènent en enfer. A grand renfort de bends, de sifflantes, et d’harmoniques vicieuses, le groupe prouve son allégeance à un Metal de défiance qui inspire confiance, profitant d’une production très honnête pour placer des idées classiques, mais terriblement percutantes. A son poste de soliste en chef, Eduardo Arce nous rappelle les arabesques néo-classiques d’Yngwie, malgré un mixage le poussant un peu trop en avant, mais le tempétueux guitariste sait se montrer à la hauteur d’un chanteur de la race des grands, à l’organe ample et au feeling débordant de foi. Peu de morceaux à se mettre sous la dent, mais uniquement du premier choix, et une tendance à glisser le long de la pente de la nuance en accentuant les mélodies sur fond de tapis rythmique purement Hard-Rock (« Mírame »). On se dit qu’on a affaire à une grosse dose de Heavy mélodique à la suédoise revue et corrigée par l’Espagne, et l’image n’est pas incongrue, même si ces moments d’aplanissement sont minoritaires ici. Car le quintet n’a pas l’intention de passer pour une assemblée d’uber-sentimentaux anonymes, préférant l’assise virile du Heavy à la complaisance d’un AOR trop tendre (« El Dictador »)

Nous nageons évidemment dans un océan de prévisibilité, et tous les plans s’enchaînent dans une logique de courants imparables, mais l’envie, la volonté, et l’implication des musiciens nous permettent d’oublier que tout ceci reste hautement anecdotique d’un point de vue créatif, IROY se rapprochant parfois dangereusement des dogmes de ses idoles (« Volver a ti »). Mais le groupe a au moins le mérite de terminer sa course par un véritable hymne (« Iroy », flamboyant, saccadé et chatoyant), permettant à ce premier LP/EP d’atteindre un très honorable niveau de qualité. Souhaitons que cette fois-ci ce nom dure un peu plus longtemps que les autres, et que les espagnols aient enfin trouvé leur véritable identité nominale, celle de leur musique étant claire depuis très longtemps.      

             

 

Titres de l’album :

                          1.Ganas de Gritar

                          2.Mentiras

                          3.Mírame

                          4.Sangre Azul

                          5.El Dictador

                          6.Volver a ti

                          7.Iroy

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/09/2019 à 17:16
75 %    223

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Je ne voudrais pas vous faire peur mais le festival ne se déroule pas sur 3 jours mais su 4, à savoir du 18 au 21 !
Et le timing n'est pas encore dispo, on sait juste qui jouera quel jour.

https://www.graspop.be/nl/line-up/schedule/vrijdag/


+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.