Resonate

Glenn Hughes

04/11/2016

Frontiers Records

« Ça n’est pas que je n’aimais pas les chansons qu’on m’envoyait, je me suis juste dit, « Je suis un compositeur ». Mes chansons sont aussi importantes que ma voix pour moi. Je pense que cet album plante mon drapeau sur ma planète de compositeur et de producteur, vraiment. Je voulais vraiment trouver la bonne sonorité. Et quand je parle d’un album complet de Glenn Hughes, c’est parce que je l’ai écrit en intégralité »

Les anglophones appelleraient ça un statement, nous, francophones, juste une affirmation, celle d’un talent qui est arrivé à maturation il y a des dizaines d’années, et une assertion. Celle du potentiel énorme d’un artiste dont la voix est finalement à la hauteur de la créativité, mais ça, nous le savions depuis longtemps déjà…Il aura fallu huit ans à Glenn HUGHES pour oser enfin le comeback en solo, après des années d’insertion au sein de l’extraordinaire collectif BLACK COUNTRY COMMUNION, plusieurs crises de santé parfois assez critiques (opération du cœur notamment, pas vraiment du tout-venant), mais sincèrement, après quelques minutes d’écoute de ce Resonance, en toute objectivité, l’attente en valait vraiment la peine.

Il est toujours difficile de juger l’actualité d’un musicien de légende en occultant son glorieux passé, mais c’est le prix de l’objectivité à payer. Il faut en effet savoir si une nouvelle œuvre a une quelconque prise sur l’actualité, et si, d’un certain côté, elle tient la dragée haute à d’autres travaux contemporains sans avoir à se reposer sur l’inné.

Dans le cas de Glenn, l’exercice est épineux. Après tout, DEEP PURPLE (qui lui a permis de se voir introniser au Rock N’Roll Hall of Fame), TRAPEZE, BLACK SABBATH, Gary Moore, et on oublie consciemment certains épisodes, sur un CV, ça commence à faire salement lourd, sans même aborder le cas de ses propres efforts sous sa bannière, qui n’ont rien à envier à ses collaborations les plus fameuses.

Mais le Glenn 2016, est-il hot, or not ? Car après tout, son dernier album, perle de Soul massacrée par un label Rock saturé de marketing facile, s’est retrouvé noyé dans la masse, comme une injuste bouteille à la mer lancée par hasard et fracassée sur les rochers de l’indifférence…Mais cette fois ci, la donne est différente, puisque de Soul il n’est point question. Et à dire vrai, sa couleur est clairement annoncée dès le premier morceau de ce Resonance qui effectivement va trouver un écho formidable dans l’âme de tous les vrais rockeurs du monde entier. Parce qu’entre nous, on ne baptise pas une entame « Heavy », si l’on ne sait pas où on va. Et Glenn, en novembre 2016, après avoir souffert, se veut solide comme le Heavy Rock, ce qu’il démontre en douze tours de pistes, à quelques exceptions près.

   « C’est un tournant pour moi. C’est un album très Heavy, et même très sombre par moments, mais il y a aussi beaucoup d’émotion et de lumière. Il y a aussi beaucoup de groove. Je veux dire, le ZEP était en fin de compte un groupe de Rock, mais ils étaient très arrogants aussi. Avec moi, ça va aussi être très Rock, mais très arrogant également. »

Alors le ZEP, mais aussi le PURPLE, puisque ce nouvel album en solo se concentre sur la facette la plus dure du chanteur, ce que la profession de foi « Heavy » annonçait en amont de sa sortie. Accompagné au Danemark par les pointures Soren Anderson (guitare), Pontus Engborg (batterie) et Lachlan Doley (claviers), Glenn s’est lâché, a évacué des années de frustration et de complications de santé, et a effectivement sorti un des albums les plus lourds et conséquents de sa carrière. Mais comme il le précise avec insistance, il ne s’agit pas ici de Heavy Metal stricto sensu, pas de celui qu’on honore avec un signe du diable à la DIO, non, juste un Rock salement lourd, mais aussi gorgé de Blues, et de Soul, cette fameuse Soul à laquelle il déclarait son amour sur First Underground Nuclear Kitchen, en 2008.

Il est certain que Resonance a puisé dans le background de BCC, puisqu’on y retrouve ces grandes envolées lyriques dont le chanteur est friand, mais cette fois-ci, et bien que la musique qui en émane soit éminemment  sensible, Glenn a mis de côté toutes les facilités mélodiques pour se concentrer sur son vécu, ce qui apporte à ce LP une profondeur indéniable.

Malgré son titre et son riff digne de Joe Perry/Nuno Bettencourt, « Heavy » n’est pas le morceau le plus « dur » de cet album. Non, la palme pourrait se disputer entre le torride « Let It Shine » qui choisit même une entame assez alternative, avant de s’imposer comme une traduction ZEP/PURPLE made in 2016, presque Néo Hard Rock dans l’esprit.

Ou alors, peut-être que ce statut conviendrait plus à la revanche de « God of Money » qui remet les pendules du capitalisme artistique à l’heure de la sincérité, et qui voit Glenn signer son texte le plus saignant. Joli croisement entre un SABBATH inspiré et un ALICE IN CHAINS expiré, ce morceau est symptomatique de l’état d’esprit de Hughes aujourd’hui, droit dans ses bottes, toujours prompt à tisser des lignes de basse serpentines soutenues par des ivoires et ébènes frappés avec rage et stridences.

Alors album sous haute énergie, drivé par un tempérament de feu et une volonté de s’affirmer comme musicien de Hard Rock à part entière, ce qui n’empêche pas le maestro, dont la voix fait partie de la légende au même titre que celle de Robert, de Ronnie James, de Joe Lynn ou de David, de se laisser aller aux joies d’un Funk Discoïde que les CHIC ou DAG auraient pu apprécier de concert, sur un endiablé et plein de stupre « Landmines », qui sans rappeler First Underground, l’évoque de biais.

Mais comme HUGHES l’a affirmé à maintes reprises, ici, c’est la lourdeur et la puissance qui priment, comme s’il voulait se prouver qu’il est capable de rester musicalement dur face à l’adversité et le temps qui passe. Alors, il laisse traîner sur les trottoirs de son avenir des coups de colère comme ce « How Long », qu’il chante évidemment avec ses guts, et qui s’enflamme d’un orgue incendiaire et d’une guitare qui ne l’est pas moins. Soulignons de fait le formidable travail de Soren Anderson au manche, qui s’est glissé dans les compos du maitre avec une maestria et une fougue incroyable. La paire rythmique Hughes/Engborg est parfois de plomb en fusion, mais aussi de sang, celui qui coule dans les veines d’un musicien intègre, qui ne crache toujours pas sur un minimum de dextérité au moment de coucher ses lignes ondulantes sur bande.

Et si l’homme termine son album par une digression pleine d’émotion avec un « Long Time Gone » sur lequel il peut enfin laisser sa voix déambuler dans son passé, et retrouver un Hard Rock de nostalgie plus mélodique et aéré que la moyenne de Resonance, et s’il offre un bonus track bourré de feeling et de délicatesse de cordes (« Nothing’s The Same », plus ZEP qu’un leftover de III), on quitte cette résonance avec en tête un déluge de décibels, et le souvenir de « Steady » (avec en guest le fidèle Chad Smith au kit), « Flow », « God Of Money », et tous les autres, qui prouvent que même opéré, même fatigué, Glenn HUGHES en 2016 a de quoi en remontrer à bien des jeunes loups aux dents plus longues que les siennes, mais au talent raccourci par un opportunisme trop pressé pour être honnête.

« Hé les mecs, j’ai 65 ans, mais je peux encore sortir mon album le plus Rock ! »

  

Dont acte, et quel acte. Mais certainement pas le dernier d’une carrière qui commence à éclipser la lune des satellites du Hard Rock qui tournent en rond. On ne surnomme pas un artiste « The Voice » pour faire joli, et dans le labyrinthe d’un parcours parfois erratique mais toujours magnifique, Resonance est un écho qui n’a pas fini de s’évaporer sur les scènes du monde entier.

 Plus. Il est une déclaration d’amour à un style auquel Glenn HUGHES a tant donné et qui nous a tant offert.


Titres de l'album:

  1. Heavy
  2. My Town
  3. Flow
  4. Let it Shine
  5. Steady
  6. God of Money
  7. How Long
  8. When I Fall
  9. Landmines
  10. Stumble and Go
  11. Long Time Gone
  12. Nothing's The Same (Bonus Track)

Site officiel


par mortne2001 le 11/11/2016 à 10:22
90 %    562

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


rico
@171.16.208.2
07/01/2017, 01:39:43
c'est du grand glenn hughes avec des titres qui te rentrent dans le cerveau et qui ne te quittent plus.a écouter sans aucune modération et fort si voisin éloigné.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Dawn of Dreams

mortne2001 20/05/2020

AD VITAM INFERNAL / Interview

Jus de cadavre 19/05/2020

Beyond

mortne2001 18/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
JérémBVL

Enorme surprise, ça va être l'album de l'été!

25/05/2020, 13:44

Gargan

Ep suivant avec les tubes "Respect social distanciation", "keep your mask before I call the cops", "fucking conspiracist", "Vaccinate or eliminate" !

25/05/2020, 10:51

Listing Monstercity

Ahhh, cet album de Cancer... :-) Je l'avais justement dépoussiéré il y a 15 jours. Que de souvenirs ! Ca faisait plaisir à l'époque de retrouver James Murphy après sa mise à la porte de Death (quel gâchis !). Je trouve que ce type n'a pas du tout eu la carrière qu'il méritait (sans parler (...)

24/05/2020, 20:36

Buck Dancer

El Gringo, le nouveau café de Jacques Bave.

24/05/2020, 19:27

Gargan

Ce nom de groupe, gringo.. Prochain nom d'album "between the arabica and the robusta (a black curse of unholy flavor)"

24/05/2020, 18:34

Humungus

Putain ce son de CANCER tout de même !!!
Un grand merci Simony de me remémorer cette merveille.
Je vais me réécouter les albums pour la peine... ... ...

24/05/2020, 16:00

Buck Dancer

Excellente réinterprétation de " The end of dormancy", peut-être le meilleur morceau de " The wake"

"Point the finger" très bon morceau du dernier Body Count, mais où est passé la chronique ?!

24/05/2020, 14:53

JérémBVL

#JeSuisSimony

24/05/2020, 14:33

Humungus

"Symonyestungogol"...
AH AH AH !!! !!! !!!
Ca, cela va me faire mon dimanche bordel... ... ...

24/05/2020, 13:28

Moshimosher

Curieux de voir ce que ça peut donner...

24/05/2020, 03:04

grinder92

Cher Anonyme qui s'exprime sous l'IP 90.66.134.237 (par respect pour mon estimé collègue, je ne citerai pas ton pseudo), la liberté d'expression est une valeur chère à notre webzine, tout comme l'honnêteté dont nous essayons toujours de faire preuve. Nous ne sommes pas parfaits mais ne le cac(...)

23/05/2020, 16:37

Jus de cadavre

Euh...
Franchement là ?

23/05/2020, 14:56

Simonyestungogol

Quand on avoue ne rien connaitre au power melodique à part Strato et Gamma Ray et quon ose dire quon a jamais accroché à Angra, on se tait! Et on laisse un vrai amateur s'exprimer.

23/05/2020, 14:02

poybe

Après notre petite discussion de l'autre jour, je l'ai réécouté et j'ai pris un pied total et ce n'est pas que de la nostalgie ... en espérant que ta chronique permette à quelques uns de découvrir cette pépite.

22/05/2020, 21:32

JérémBVL

Encore un chef-d'œuvre !

22/05/2020, 08:49

Humungus

Jolie pochette...

22/05/2020, 08:29

MorbidOM

Y compris celle-là ?
(désolé je n'ai pas pu m'en empêcher, je suis déjà dehors...)

21/05/2020, 18:28

LeMoustre

Comme toute généralité, d'ailleurs

21/05/2020, 16:54

KaneIsBack

Pareil. Je suis curieux d'entendre Fernanda chanter sur du death.

21/05/2020, 15:48

MorbidOM

Deicide était chez Earache de "The Stench of Redemption" à "Till Death Do Us Part"

21/05/2020, 14:59