Midnight Vampire

Speedkiller

11/12/2020

Helldprod Records

Ah le Brésil, sa police non corrompue, ses politiciens soucieux du bien-être de leurs concitoyens, ses rues tranquilles au charme désuet. Un pays comme on les aime, où il fait bon vivre, dans la sérénité et la confiance d’autrui. Bon certes, je joue sur les clichés, et j’exagère un peu les choses, mais si l’on en croit la première vague de groupes extrêmes des années 80, la vie dans ce pays d’Amérique du Sud ressemble plus à un apprentissage au quotidien de la violence gratuite, de la misère, la faim, et la terreur des clans et autres gangs faisant la loi à leur guise qu’à un film de Capra. Mais le Brésil, c’est aussi une autre forme de violence, en adéquation avec le climat social du pays, et comment oublier l’apport de SEPULTURA, SARCOFAGO, VULCANO, MYSTIFIER, ou HOLOCAUSTO à la scène extrême mondiale ? Impossible, et les groupes nationaux sont parfaitement conscients de cet héritage qu’ils ont à gérer, et de ces enseignements qu’ils doivent continuer à prodiguer. On ne compte plus les ensembles qui capitalisent sur la pérennité de l’œuvre de leurs aînés, et aujourd’hui, nous célébrons la naissance d’un nouveau venu sur la scène, SPEEDKILLER. Comme son nom l’indique, ce quatuor aux pseudos réalistes (Spellcaster - chant/guitare, Summoned - guitare, Evilspirit - basse et Hellkrätus - batterie), venant de Minas Gerais joue vite et tue, sans surprises, mais avec une efficacité et une foi indéniables. Et comme présentation officielle, le groupe nous offre donc ce premier EP que les esthètes d’Helldprod se font un plaisir sadique de promouvoir sur la toile, EP qui ne cache en rien des intentions de ces musiciens qui n’ont d’autre ambition que de jouer comme les grands.

A la longue liste des combos brésiliens auquel ces mercenaires de brutalité s’identifient, il convient de rajouter les influences mêmes des dits combos, soit l’arrière garde allemande des DESTRUCTION, KREATOR et SODOM, bien que les SPEEDKILLER ne cherchent pas à en atteindre la cruauté musicale. Non, leur approche se situerait plus volontiers du côté d’un Speed Metal joué méchamment Black, mais qui sait rester musical dans la débauche. D’ailleurs, le tempo raisonnable sur lequel surfent les morceaux prouve que le quatuor n’a pas l’intention de battre des records de vitesse, ni de sombrer dans le chaos bestial d’une messe noire célébrée à minuit. Pas de sang de bouc donc, pas de pentagramme griffonné à la hâte, les musiciens ont le look sobre, la mine subtilement patibulaire, mais n’essaient pas de nous refourguer un surplus de clous achetés à la quincaillerie du coin, ni nous persuader de leur potentiel démoniaque. Ce qui indique clairement qu’ils font confiance à leur musique pour nous impressionner et nous fédérer, et si Midnight Vampire est savoureux des canines, il est encore un peu tendre pour révolutionner le petit monde de l’underground lusophone. Au demeurant, sous cette pochette superbe et gentiment sexy se cache un répertoire qui n’a pas à rougir des comparaisons avec le passé. Si les SPEEDKILLER restent dans la moyenne, ils ont le mérite de jouer juste et carré, et de ne pas en faire trop. Le reproche majeur qu’on leur adressera est évidemment cette sempiternelle linéarité des thèmes et des tempi, à tel point qu’on a parfois le sentiment d’une longue piste découpée en plusieurs chapitres. Et si « Nightspell » vous fait frémir, alors vous parviendrez sans problème jusqu’à « Circles Of Blood », tant les nuances sont minces.

La recette est simple et presque « Hey, ho, let’s go », une rythmique stable, des guitares sombres et monolithiques dans le riffing, un chant d’outre-tombe à la gravité savoureuse, et ainsi vont la vie et la mort. On note assez rapidement que la technique dite du riff circulaire est largement mise à contribution, mais dans leur formalisme, les brésiliens parviennent quand même à instaurer une ambiance hypnotique, et à exhaler des effluves de mort dans un coin peu recommandable. On se replonge donc dans les affres des mid eighties, lorsque les groupes les plus débridés avaient enfin appris à jouer, mais aussi dans l’histoire de cette génération de combos qui voulaient sonner plus evil que leurs concurrents, et qui n’hésitaient pas à noircir le tableau. L’influence de SEPULTURA, celui des premiers temps est palpable, bien que les SPEEDKILLER soient beaucoup plus fluides et mélodiques et il n’est pas incongru d’affirmer qu’ils incarnent en quelque sorte un compromis fameux entre l’approche des frangins Cavalera et Schmier. Et avec un coup de pouce de références telles que Remi Nygård (INCULTER) et Jean Nightbreäker (MURDEATH), Midnight Vampire devient donc un produit tout à fait compétitif, qui place les brésiliens sur la carte de la relève agressive. Touchant à tout ce qui peut servir leur art, les quatre musiciens n’hésitent pas à utiliser des intro Heavy et sombres, cassant le moule pour jouer le jeu d’un Black à la HELLHAMMER (« Shadow People »), même si la plupart du temps, le même nombre de BPM peut être mesuré sur les morceaux. Mais le tout fonctionne, comme un postulat définitif, et nous renvoie à la légende même du Brésil, qui a toujours partagé avec l’Allemagne un goût pour l’excès de violence.

Bienvenue donc à SPEEDKILLER, groupe sinon essentiel, du moins crédible et sympathique, qui avec ce premier EP fait honneur au passé de son pays.

                                                

Titres de l’album:

01. Intro

02. Nightspell

03. Suicide Hell

04. Shadow People

05. Midnight Vampire

06. Valley Of Death

07. Circles Of Blood


Facebook officiel


par mortne2001 le 24/09/2021 à 17:39
75 %    66

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!Incontestablement une des news de l'année ça !!!Achat sans écoute !!!

19/10/2021, 09:28

Wildben

Entre cette triste nouvelle et le décès du bassiste de Bukowski, ça a vraiment été une journée de merde pour notre scène au sens large.

19/10/2021, 07:07

Moshimosher

J'apprends la nouvelle ici-même... Quel gâchis ! RIP...

18/10/2021, 23:37

Bones

Elle apparaît sur The Principle Of Evil Made Flesh. Je l'ignorais.  Bien triste fin, quoi qu'il en soit. :-(

18/10/2021, 23:08

sofs

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

18/10/2021, 21:19

Humungus

Bah merde !!!J'étais loin d'imaginer que quelqu'un comme ça faisait parti des victimes...(Oui, je sais, c'est une phrase à la con mais c'est tellement vrai)J'écoute du HAGALAZ' RUNEDANCE depuis la fin des 90s et s(...)

18/10/2021, 20:27

RBD

Ses multiples projets ne s'adressaient pas beaucoup à moi mais ce n'était pas une inconnue. Quand j'ai vu ça hier soir, je suis resté incrédule un petit moment.

18/10/2021, 18:47

Jus de cadavre

Pareil, le choc. L'album Frigga's Web a énormément tourné chez moi. Quelle tristesse.

18/10/2021, 18:45

Pomah

Épisode trop court, y'a encore tellement de chose à dire sur ce groupe fabuleux. 

18/10/2021, 16:47

Raumsog

A sa décharge il produit des oeuvres assez différentes (tout en restant un bon disciple de Beksinski quand même) mais les groupes ne semblent vouloir de lui qu'une seule chose : un gros bonhomme de 300 mètres de haut avec une serviette sur la tête (et des tou(...)

18/10/2021, 16:46

Pomah

Elle aura bercé pas mal de mes nuits d'automne, notamment avec Volven. C'est quand même con de mourir comme çà. RIP

18/10/2021, 16:41

Simony

Je ne sais pas si c'est lui mais cela ressemble étrangement à celle de Mirror Reaper de BELL WITCH ou celle de Walk Beyond the Dark de ABIGAIL WILLIAMS, de même du dernier NECROGOD et effectivement ça commence à se voir...

18/10/2021, 15:09

KRONEMBOURG

Remarque, mourir assassiné c'est très BLACK METAL ! non je plaisante, quel manque de bol.... RIP

18/10/2021, 13:44

Satan

Une des plus tristes nouvellles de l'année assurément...

18/10/2021, 12:16

Buck Dancer

Mariusz Lewandowski ( j'imagine que c'est lui la pochette) est très doué, mais il devient comme AC/DC. On ne change pas une formule qui marche! 

18/10/2021, 11:11

piem

NOMED du Nord !! mais alors au nord de la Loire

18/10/2021, 10:31

Simony

Je suis d'accord, rencontrer les bonnes personnes au bon moment ne suffit pas, faut-il encore pratiquer une musique intéressante et personnelle ce qui est le cas pour SUP / SUPURATION.

17/10/2021, 12:31

Kerry King

https://www.blabbermouth.net/news/kerry-king-on-his-post-slayer-project-it-will-be-fking-good/Le pere King parle de son projet justement. 

15/10/2021, 23:04

afarf

bof 

15/10/2021, 21:01

Humungus

C'est plus ce que c'était c'est sûr, amis cela reste du UNLEASHED pur jus..."D'après les deux extraits, j'ai l'impression que le groupe s'assoupli alors qu'il gagnerait à se durcir"CLAIR !!!

15/10/2021, 09:05