Ups!de Down

Electric Boys

30/04/2021

Mighty Music

Une nouvelle livraison en provenance de Suède ? Je signe immédiatement le bordereau, d’autant plus que le nom frappé sur la caisse garantit une cuvée exceptionnelle. Tous les fans de Hard-Rock un peu de biais, légèrement fusion sur les bords mais surtout complètement free ont déjà entendu parler des ELECTRIC BOYS, ces iconoclastes qui en 1989 avaient sorti un album qui détonait complètement dans la production de l’époque. Et aucun d’entre nous - du moins je l’espère - n’a pu oublier la douce folie émanant de Funk-O-Metal Carpet Ride, premier album excentrique, pertinent et joyeux, qui nous avait pour un temps éloigné des turpitudes Thrash trop convenues et des délires Hard-Rock trop fardés et portés sur les résultats du Billboard. Mené de front par le fantasque et talentueux Ulf Conny Blomqvist, aka Conny Bloom, ELECTRIC BOYS a toujours été un électron libre dans la pampa suédoise, ne sortant des albums que lorsqu’il avait des choses à dire, et continuer de prôner le métissage musical des décennies après son émergence. Et depuis leur formation les suédois ont continué de prêcher la bonne parole d’ouverture musicale, avec pas moins de six longue-durée, auxquels vient s’ajouter ce dernier né qui place encore une fois la barre plus haute que n’importe qui.

Certes, leur carrière a été émaillée de longs silences, puisque dix-sept ans ont séparé Freewheelin (excellent, évidemment, même sans Bob Dylan) d’And Them Boys Done Swang, mais depuis ce retour magique, le combo s’est montré plus régulier, à tel point que The Ghost Ward Diaries n’accuse que trois ans d’existence. J’avais fait allusion aux suédois pas plus tard que l’année dernière, lorsque Conny nous avait gratifiés d’un nouvel album solo à la pochette potache de tennisman hirsute, et je suis heureux de le retrouver aujourd’hui dans un contexte collectif, puisqu’il n’est jamais aussi convaincant que lorsqu’il pilote le vaisseau pirate ELECTRIC BOYS. Et avec Ups!de Down, Conny prouve qu’il a encore bien des terres à conquérir et flanquer de son drapeau, plus de trente ans après sa première invasion.    

Dans les faits, et malgré son point d’exclamation judicieusement placé, Ups!de Down ne chamboule pas la donne, et nous offre une solide dose de Rock n’Hard joué smooth, légèrement Funky sur les bords, un peu comme si le meilleur HANOÏ ROCKS se frottait aux RED HOT de légende. Une fois encore enregistré aux Ghost Ward studios, et coproduit par David Castillo, Ups!de Down démontre que la collaboration entre les deux têtes pensantes Conny Bloom et le bassiste Andy Christell fonctionne encore à plein régime, alors même que les deux membres fondateurs se sont entourés pour l’occasion de deux nouveaux noms. Ils ont de fait intronisé ‘Slim’ Martin Thomander à la guitare, tandis que Jolle Atlagic s’est occupé des fûts, le batteur historique et toujours actif Niclas Sigevall ayant dû rester à L.A pour cause de pandémie. En résulte un album qui fait honneur à la réputation des suédois, et qui propose une fois de plus un répertoire varié, éclectique, mais toujours aussi électrique, empreint de Blues, de Funk, de Psychédélique, et de Rock jusqu’à ras bord de cette caisse que nombre d’entre vous vont ouvrir au pied de biche mental.

D’ailleurs, pour bien mettre les choses au point, et commencer le pied à l’étrier, l’album entame sa course pépère avec un long instrumental de toute beauté, ce qui peut paraître un choix osé pour un retour. Mais « Upside Down Theme », malgré ses plus de sept minutes bien tapées, nous fait justement taper du pied en attendant que le chant unique de Conny ne rentre en lice. Intro stellaire striée de feedback, ambiance up tempo diabolique, riff gluant qui colle aux semelles, immédiatement, l’auditeur est entrainé dans le monde cartoonesque des suédois, et ne regrette pas son choix. De ses baguettes, Jolle Atlagic impose un sacré beat, que la basse de Christell suit avec une jouissance que l’on peut ressentir à travers les enceintes. Mais les riffs de Conny déchirant le groove ambiant nous rappellent l’allégeance du combo au Hard des seventies, et à ce besoin d’aller frapper à toutes les portes pour dénicher les bon clients. Alors après ce traitement peu commun, « Super God » explose le thermomètre et fait monter la fièvre de la wah-wah, avec ses voix traitées, et ces petits licks de guitare totalement mutins. Clavier qui convoque Jon Lord, refrain psychédélique qui nous ramène aux BEATLES, et joie de jouer qui coule des partitions.

Sûr de son fait, et bombant le torse, le groupe se présente sous un jour dépenaillé mais évidemment flatteur, et ose même parfois la citation indirecte pleine de flair. Conny n’hésite donc pas à emprunter à « All the Young Dudes » du Dieu Bowie sa mélodie pour la fredonner sur « She Never Turns Around », en la travestissant pour ne pas passer pour un ingrat. Et si « Never Again Your Slave » sonne comme une déclaration d’intention avec son Hard groove pouvant en remontrer aux RAGE AGAINST THE MACHINE, c’est tout bonnement parce qu’il est vrai que les ELECTRIC BOYS ne seront jamais les esclaves de personne, et surtout pas de ce business qui bouffe la créativité au point de vous obliger à reproduire ad nauseam la même recette. Ici, elle a fait ses preuves depuis longtemps, et on la retrouve au détour des dix hits de ce septième LP, en version simple et directe sur « Globestrutter », ou en version plus modulée et sexy Bolan en diable sur « The Dudes & The Dancers ». Alors, quelle autre solution que de se laisser entrainer dans cette valse à mille temps, jouée par un orchestre suédois comme on n’en fait plus depuis des lustres ? 

Encore une fois, la qualité et la diversité sont de mise, que le ton soit Rock n’Hard et franc du collier (« Twang 'em & Kerrang 'em »), ou que la clôture soit finaude et ambiancée (« Interstellafella »). Jeu de guitare inventif, fou, mais impeccable, voix roublarde, rythmique ad hoc, Ups!de Down vous permettra de regarder le monde à l’envers pour en tirer un constat diffèrent, et peut être un peu plus joyeux. Il ne faut jamais trop se prendre au sérieux, on finit tous par en mourir quoi qu’il en soit.

   

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Upside Down Theme

02. Super God

03. Tumblin' Dominoes

04. Never Again Your Slave

05. She Never Turns Around

06. Globestrutter

07. The Dudes & The Dancers

08. Twang 'em & Kerrang 'em

09. It's Not The End

10. Interstellafella


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 04/05/2021 à 18:15
88 %    106

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!Incontestablement une des news de l'année ça !!!Achat sans écoute !!!

19/10/2021, 09:28

Wildben

Entre cette triste nouvelle et le décès du bassiste de Bukowski, ça a vraiment été une journée de merde pour notre scène au sens large.

19/10/2021, 07:07

Moshimosher

J'apprends la nouvelle ici-même... Quel gâchis ! RIP...

18/10/2021, 23:37

Bones

Elle apparaît sur The Principle Of Evil Made Flesh. Je l'ignorais.  Bien triste fin, quoi qu'il en soit. :-(

18/10/2021, 23:08

sofs

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

18/10/2021, 21:19

Humungus

Bah merde !!!J'étais loin d'imaginer que quelqu'un comme ça faisait parti des victimes...(Oui, je sais, c'est une phrase à la con mais c'est tellement vrai)J'écoute du HAGALAZ' RUNEDANCE depuis la fin des 90s et s(...)

18/10/2021, 20:27

RBD

Ses multiples projets ne s'adressaient pas beaucoup à moi mais ce n'était pas une inconnue. Quand j'ai vu ça hier soir, je suis resté incrédule un petit moment.

18/10/2021, 18:47

Jus de cadavre

Pareil, le choc. L'album Frigga's Web a énormément tourné chez moi. Quelle tristesse.

18/10/2021, 18:45

Pomah

Épisode trop court, y'a encore tellement de chose à dire sur ce groupe fabuleux. 

18/10/2021, 16:47

Raumsog

A sa décharge il produit des oeuvres assez différentes (tout en restant un bon disciple de Beksinski quand même) mais les groupes ne semblent vouloir de lui qu'une seule chose : un gros bonhomme de 300 mètres de haut avec une serviette sur la tête (et des tou(...)

18/10/2021, 16:46

Pomah

Elle aura bercé pas mal de mes nuits d'automne, notamment avec Volven. C'est quand même con de mourir comme çà. RIP

18/10/2021, 16:41

Simony

Je ne sais pas si c'est lui mais cela ressemble étrangement à celle de Mirror Reaper de BELL WITCH ou celle de Walk Beyond the Dark de ABIGAIL WILLIAMS, de même du dernier NECROGOD et effectivement ça commence à se voir...

18/10/2021, 15:09

KRONEMBOURG

Remarque, mourir assassiné c'est très BLACK METAL ! non je plaisante, quel manque de bol.... RIP

18/10/2021, 13:44

Satan

Une des plus tristes nouvellles de l'année assurément...

18/10/2021, 12:16

Buck Dancer

Mariusz Lewandowski ( j'imagine que c'est lui la pochette) est très doué, mais il devient comme AC/DC. On ne change pas une formule qui marche! 

18/10/2021, 11:11

piem

NOMED du Nord !! mais alors au nord de la Loire

18/10/2021, 10:31

Simony

Je suis d'accord, rencontrer les bonnes personnes au bon moment ne suffit pas, faut-il encore pratiquer une musique intéressante et personnelle ce qui est le cas pour SUP / SUPURATION.

17/10/2021, 12:31

Kerry King

https://www.blabbermouth.net/news/kerry-king-on-his-post-slayer-project-it-will-be-fking-good/Le pere King parle de son projet justement. 

15/10/2021, 23:04

afarf

bof 

15/10/2021, 21:01

Humungus

C'est plus ce que c'était c'est sûr, amis cela reste du UNLEASHED pur jus..."D'après les deux extraits, j'ai l'impression que le groupe s'assoupli alors qu'il gagnerait à se durcir"CLAIR !!!

15/10/2021, 09:05