Birthed in Embers

Mersk

21/06/2017

Autoproduction

Souvent, je décide de parler d’un groupe, et je regrette aussitôt mon choix. Non que leur musique me déplaise au bout de quelques morceaux, mais après une bonne heure passée à glaner des informations sur la toile en vain, l’entreprise m’apparaît alors assez vaine.

Non que mes connaissances en matière musicale soient insuffisantes pour improviser une prose, mais il est vrai que partir de nulle part pour arriver je-ne-sais où n’est pas une tâche très gratifiante. L’exemple du jour est manifeste, et m’a une fois de plus entraîné à Neverland, le pays magique d’où les biographies ne reviennent jamais. Alors, glosons, imaginons et extrapolons.

Mais partons déjà de ce que je sais, c'est-à-dire presque rien. MERSK nous en vient de Californie, et joue un BM très avant-gardiste, qui va même au-delà de la lo-fi la plus extrême, et dont la musique fait passer les premières démos d’ABRUPTUM pour de gentilles compilations lounge. Voilà, c’est terminé.

C’est chiche n’est-il point ?

Vous n’aurez rien de plus.

Je ne sais donc ni si Birthed in Embers est un premier album, ou une démo, ni quels sont les membres de cet obscur combo, ni s’ils s’apprêtent à poursuivre leur carrière dans les années à venir. Pour autant que je sache (c'est-à-dire, une fois de plus, pas grand chose), MERSK pourrait tout aussi bien n’être qu’un one-man band de plus, et ce LP une compilation de ses œuvres passées.

Mais là n’est pas vraiment la question.

Musicalement, l’œuvre justement n’est pas inintéressante, mais assez éloignée des aspirations standards des fans d’extrême. Mieux vaut avoir endommagé ses oreilles avec du BM lo-fi pendant un laps de temps relativement long pour se laisser happer par ce maelstrom de sons, sous peine de repartir en courant, le casque encore brûlant sur la tête.

Non que MERSK soit le concept le plus cacophonique ou assourdissant que je connaisse, mais il faut admettre que les sept pistes proposées sont assez sourdes et concentrées, et salement grondantes en surface comme en profondeur.

Doté d’une production innommable, Birthed in Embers a de quoi faire rougir de honte les DARKTHRONE (celui des débuts évidemment), et rendre encore plus blafards CORNEUS ou MURMUÜRE, quoique par instants, on parvient quand même à saisir l’essence du propos de leurs compositions. Celles-ci se placent dans un contexte de Black légèrement avant-gardiste, mais plutôt bruitiste et minimaliste pour les pointilleux syntaxiques. C’est donc éminemment étrange, mais assez fascinant dans l’exécution, un peu comme si un fan acharné avait capté un bootleg du groupe via une radio ondes courtes aux canaux mal réglés. Les influences vont donc du Black le plus traditionnel au Drone, en passant par l’Ambient, tout en ménageant quelques percussions Jazz assez incantatoires, survolées de couches de chant éparses qui jouent le minimalisme expressif.

De là, je sens que la plupart d’entre vous ont déjà perdu le fil et quitté le navire. Pourtant, l’aventure ne manque pas de piquant, même si le son anémié et sous mixé peut rebuter les plus volontaires, et tend à uniformiser les pistes pour les amalgamer en un tout assez indivisible.

Et comme en plus les californiens n’ont pas hésité à en rajouter une couche en proposant des compositions étirées au maximum des huit minutes, l’effet produit est assez massif, mais peut se montrer relativement roboratif pour les plus réfractaires à la cause lo-fi/expérimentale.

D’ailleurs, beaucoup ne se gêneront pas pour parler de Noise, de bruit, de brouet indigeste, comme dans tous les cas impliquant une musique absconse et délibérément provoquante, mais en tendant un peu les tympans, il est tout à fait possible de discerner une liberté instrumentale sinon fascinante, au moins respectable et digne d’intérêt.

Ce qui une fois de plus, fera appel au libre arbitre de chacun d’entre vous.

Quoiqu’il en soit faites le test avec l’introductif « Birthed In Embers », qui résume relativement bien l’entreprise, quoique de manière un peu trop concise. Mieux vaut laisser passer quelques minutes et attaquer « Abaddon of The Pit » par la face nord de ses huit minutes pour avoir une vue d’ensemble beaucoup plus dégagée.

Comme d’habitude dans ce genre de créneau, le son est extrêmement diffus, et les riffs quasiment indiscernables. Seul un souffle permanent meuble l’instrumental, accompagnant la batterie qui se montre toutefois suffisamment audacieuse pour maintenir votre attention. Vous noterez aussi des arrangements de voix grondantes, tellement anémiées et aggravées (dans le sens fréquentiel du terme) qu’elles sombrent parfois dans le Gore, sans toutefois tomber dans le Grind bien sûr.

On flirte parfois avec les excès du Noise/Ambient le plus pur et dur, mais une fois encore c’est la production qui est à mettre en cause, puisqu’en faisant un effort de concentration, on note que les titres concernés comme « Shriveled Husks of Skewer Victims » sont plus du BM traditionnel que du Drone à proprement parler, avec des structures somme toute assez logiques pour qui saura comprendre les plans utilisés.

« The Walls of Adamantinarx », le final, nous apporte quelques variations presque mélodiques appréciables, tout en conservant cette ligne de conduite libre, qui permet à des breaks assez futés de se frayer un chemin. Basse tremblante, pauses bienvenues, et ambiance mortifère, pour une conclusion très intelligente qui laisse interrogatif, sinon demandeur d’une suite éventuelle.

Difficile toutefois de juger avec pertinence d’un tel effort, puisqu’il se veut si extrême qu’il ne s’adressera qu’à une infime partie des fans de BM. Mais si l’expérience vous tente et que vous parvenez à un avis ferme et définitif, n’hésitez pas à m’en faire part. Je suis toujours preneur.


Titres de l'album:

  1. Birthed in Embers
  2. Abaddon of the Pit
  3. Shriveled Husks of Skewer Victims
  4. The Wargate
  5. Carnage of the Arrowtongue
  6. Sargatanas Descending
  7. The Walls of Adamantinarx

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 22/07/2017 à 18:41
65 %    474

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Voilà 

03/12/2020, 23:19

Satan

@ Gargan : Tu n'as jamais écouté "Weiland" semble-t-il? J'ai failli m'étouffer quand j'ai lu que tu trouvais ça kitsch, car si un titre aussi luxueux est kitsch pour toi, tout dans le métal ou apparenté le devient.

03/12/2020, 21:30

Vink Dup

Excellente chronique !Il devient rare de nos jours de tomber sur des pepites du genre.Un album explosif !!Une bonne continuité depuis Expneration Denied.

03/12/2020, 13:37

Simony

Je comprends parfaitement cher Humungus et connaissant un peu les gaillards de CONVICTION, c'est tout sauf une posture mercantile en plus !Du coup, comme tu le dis : Achat !

03/12/2020, 11:09

Hoover

Que Carcass passe avant Behemoth ça me semble logique car ces derniers ont pris une nouvelle dimension depuis The satanist, je suis plus dubitatif sur Arch Enemy. Encore à l'époque Wages of sin / Anthems of rebellion où le groupe a explosé j'aurais pu (...)

03/12/2020, 11:08

Gargan

J'avais un peu de mal avec certains chants clairs et certaines mélodies, un peu kitch à mon goût et souvent en total décalage avec le chant extrême. Mais là c'est bien équilibré, un peu à la Opeth parfois. Artwork magnifique a(...)

03/12/2020, 09:48

Humungus

C'est très con à dire, mais ce truc de "un album réalisé par des fans de True Doom Metal, pour les fans de True Doom Metal" me parle (...)

03/12/2020, 09:18

Invité

Excellent titre et précommande faite. Cependant n'y a t'il pas un air / une inspiration du générique de Game of Thrones dans les premières notes ?

03/12/2020, 08:50

metalrunner

Depuis 88 et le pseudo retour ce groupe est pour ma part devenu une arnaque.

03/12/2020, 08:31

Arioch91

Je plussois !

03/12/2020, 07:40

Arioch91

Ca me semble intéressant et mérite que je m'y penche.

03/12/2020, 07:39

Satan

Après avoir écouté ça, il m'est impossible d'écouter autre chose sans risquer d'être dans le dénigrement. Empyrium ou le sens de la magie pure...

02/12/2020, 22:25

Bones

Acheté hier après des semaines de patience. Les références à S.O.D. et Slayer ne sont pas usurpées.  PUTAIN DE DISQUE ! Foncez !

02/12/2020, 18:36

Buck Dancer

MorbidOM, je savais pas pour Sabbath avant Ozzy et ça m'a fait un choc. J'étais à ce concert avec Napalm et Obituary. Carcass passe de tête d'affiche des légendes des années 90 à guest sur d'autres affiches(...)

02/12/2020, 15:53

MorbidOM

@Buck Dancer : Ou Black Sabbath qui ouvre pour Ozzy... Ah non ça ça a eu lieu...@totoro : J'ai vu aussi le concert avec Amon Amarth mais ça ne m'a pas trop traumatisé déjà parce qu'Amon Amarth c'est supportable et que même(...)

02/12/2020, 14:39

Buck Dancer

Humungus, on est d'accord pour la qualité des groupes. Mais si Ulrich avait du jouer avant je crois Mustaine je crois  qu'il aurait fait une attaque.  

02/12/2020, 14:31

totoro

Je la trouve pas mal cette affiche ! Unto Others, c'est pas mal du tout, une sorte de Sisters Of Mercy Metal ! Concernant Carcass, c'est vrai que ça fait un peu mal au cul; mais finalement la dernière fois que je les ai vu sur Paris, c'était en première (...)

02/12/2020, 13:15

Simony

@Humungus : ah j'ai posé l'écrire mais j'en pense pas moins...

02/12/2020, 10:43

Gargan

OUl ! Je l'attends de pied ferme, celui là.

02/12/2020, 09:30

Humungus

@ Buck Dancer :Sauf que GRIP INC. et MEGADETH, c'est très bon... ... ...

02/12/2020, 08:50